Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Trop de physique au golf? La polémique McIlroy sur l’excès de gym

Trop de physique au golf? La polémique McIlroy sur l’excès de gym

C’est le buzz du moment aux Etats-Unis(février 2016), et plus que la victoire de Bubba Watson sur le Northern Trust Open en Californie, après son passage dans les studios Disney. Le chroniqueur américain, Brandel Chamblee a livré son analyse ou plutôt une mise en garde concernant la préparation athlétique très poussée suivie par Rory McIlroy, qui n’est pas sans rappeler un certain Tiger Woods.

Découvrez nos formules d'abonnements

La préparation athlétique du golfeur professionnel au centre des débats

Comment donner tort au journaliste d’avoir émis un doute ou plutôt une mise en garde concernant le programme sportif intensif auquel s’est astreint le numéro trois mondial depuis près de deux ans ?

Effectivement, Tiger Woods a été le premier golfeur a démontré une réelle passion pour la préparation athlétique poussée, et il est actuellement à 40 ans, en grande difficulté physique.

Attention, toutefois de ne pas porter de jugements définitifs sur ce sujet !

Dans les années 80, et comme nous le confiait encore récemment Jean-Jacques Rivet, les golfeurs ne goûtaient pas du tout aux joies du camion du tour dédié à la préparation physique, le Physio Unit.

Mis à part Bernard Langer, et deux trois autres, tous considéraient que cela pouvait risquer de changer leurs swings.

Avec l’avènement de Woods au plus haut niveau, cette idée a volé en éclat.

Depuis, les golfeurs professionnels se sont tous progressivement transformés en sportifs de haut niveau.

Au centre des débats, le fait de gagner en longueur, et pas seulement au drive, mais sur tous les clubs du sac.


Près de vingt ans après l’émergence du phénomène, on ne peut pas vraiment tirer un enseignement négatif de cet entraînement axé sur la préparation physique.

Aujourd'hui, tous les golfeurs et même les golfeuses pros s'y sont mis, et rares sont encore ceux qui ne peuvent plus marcher ou jouer.

Si Woods a le dos en compote ! Le lien de cause à effet n'est pas encore clairement démontré.

L’américain n’a cessé de développer une passion pour la fonte.

Et plus que cela, il a admis avoir une certaine fascination pour la préparation des marines, militaires américains soumis à un intense programme de préparation physique.

Pour Butch Harmon, son premier entraîneur, cet excès de musculation n’a pas été sans effet sur le swing du champion.

Pour autant, peut-on affirmer que la préparation physique a été un handicap, une cause de blessure ou un changement sur la morphologie du joueur tel que cela a eu des conséquences dramatiques sur son jeu ?

A l’inverse, ne peut-on pas penser que sans une préparation de sportif de haut niveau, Woods n’aurait pas duré encore moins longtemps ?

Personne ne peut prétendre honnêtement avoir la réponse.

Gary Player, la voix de la sagesse ?

Concernant Rory McIlroy, blasé par cette nouvelle polémique qui a fait grand bruit aux USA, Gary Player a volé à son secours.

Gary Player ; La puissance vient du ventre

Très connu pour être aussi appelé « Monsieur Fitness », la légende sud-africaine a tweeté « Ne t’en fait pas ! Moi aussi, on disait à mon époque que je serai fini à 30 ans ! »

Drôle d’ironie quand on sait que Player, 80 ans, qui s’astreint quotidiennement à des dizaines de pompes et des exercices pour renforcer/maintenir ses abdominaux, est toujours en pleine forme aujourd’hui, et qu’il a eu une carrière exceptionnelle, même après 30 ans.

En quoi cette polémique est-elle intéressante pour nous golfeurs amateurs ?

Parce qu’elle crée une séparation entre deux niveaux de préparation physique.

Et non pas entre professionnel et amateur, mais entre faire du physique pour optimiser ses performances golfiques, et faire du physique pour créer et entretenir un corps d’athlète.

De notre point de vue, ce sont bien deux choses différentes.

McIlroy ne se limite pas à lever de la fonte

A 26 ans, McIlroy n’est pas déjà à un stade de sa carrière où il doit lutter contre le déclin physique.

Brandel Chamblee n’a pas tout à fait tort !

Le fait de soulever de la fonte n’a jamais été un élément incontournable pour envoyer des drives à 300 mètres.

Le talent d’un golfeur professionnel est ailleurs. Et pourquoi ne pas citer Gary Player lui-même puisqu’il est aussi le chantre du physique.

Encore récemment, à 80 ans, rappelons-le, il tenait un clinic en présence de quelques golfeurs français, dont Greg Havret, et Greg Bourdy.

Devant eux, il a encore soutenu que la puissance au golf était générée par le ventre, et en particulier, les abdominaux.

Pousser de la fonte n’est pas de ce point de vue, le premier exercice recommandé pour renforcer le gainage abdominal.

D’autres exercices moins spectaculaires, mais beaucoup plus efficaces sont redoutables.

L’enjeu est peut-être ailleurs…

Vous n’êtes pas sans savoir que Rory a construit son projet golfique sur une forte inspiration de Woods. Ce dernier a toujours été son modèle, notamment quand McIlroy n’était qu’un enfant.

Comme Woods, McIlroy est devenu numéro un mondial, et a remporté des majeurs très jeune.

Comme Woods, il est rapidement devenu l’égérie de Nike.

McIlroy en première ligne chez Nike

Nike, qui est la plus grande entreprise dans le domaine du sport, et de très loin devant tout le monde, défend plusieurs concepts dont un en particulier a une grande importance : le sportif est un athlète, et cela doit se voir.

« Fit for perfection » est un des arguments de vente important.

McIlroy comme l’ensemble des golfeurs Nike doit incarner un sportif de très haut niveau. Pas seulement un golfeur, mais bel et bien un athlète, justement pour coller à l’image de la marque, et à ce qui séduit l’imaginaire des clients.

Les golfeurs Nike sont désormais de plus en plus sélectionnés sur leurs capacités à démontrer qu’ils sont des athlètes.

Cet objectif n’est pas pour nous déplaire.

Transformer l’image du golf en un sport est forcément quelque chose de bénéfique à un moment où trop de gens pensent encore que c’est un loisir, et un loisir de riche.

Concernant les performances pures, il n’est pas démontré que McIlroy frappe aujourd’hui plus fort dans la balle que deux ans auparavant.

1.M77 pour 72 kilos, McIlroy drive à 306 yards (279 mètres) de moyenne en 2016. Il est actuellement treizième pour cette statistique sur le PGA Tour.

En 2014, pour cette même statistique, il drivait déjà à 310 yards (283 mètres) !

Bilan de l’opération, il n’est pas démontrable qu’il ait gagné en puissance ou surtout en distance.

Entre temps, il est passé du rang de numéro un mondial à numéro trois, et s’est fait dépasser par Jordan Spieth, qui lui, ne se distingue pas par son physique, ni même son drive, mais plutôt son putting.

Les tenants du « oui, il faut de la préparation musculaire » pourront affirmer que McIlroy parvient à maintenir sa distance, et à éviter les blessures, dans un contexte où de plus en plus de professionnels sont performants au drive.

Réellement, c’est indémontrable.

Les tenants du « non, il ne faut pas la préparation musculaire excessive » pourront affirmer que McIlroy risque de perdre en fluidité, et pourrait à long-terme fragiliser son corps.

Réellement, c’est indémontrable ou en tout cas, il faudra attendre dix ans pour tirer un nouvel enseignement.

Améliorer l'elesticité

Revenons-en au débat entre préparation pour optimiser le swing, et préparation pour optimiser le corps.

Dans le deuxième cas, on voit bien qu’il n’y a pas d’effet évident sur le gain de distance, et finalement, McIlroy poursuit sans doute un objectif plutôt cosmétique ou d'entretien.

Ceci dit, et les images le démontrent, il ne fait pas que pousser de la fonte. Son entraînement est en fait très complet, avec de très nombreux exercices directement utiles pour le golf.

Pour autant, dans le premier cas, cela ne veut pas pour autant dire qu’il ne faut rien faire ou que rien ne peut être fait.

La préparation athlétique utile pour le golfeur

Notre expérience BeAthletik a depuis largement démontré que l’on pouvait, et même que l’on devait préparer son corps à la pratique sérieuse du golf.

Si pousser de la fonte n’a à priori aucun intérêt pour le swing, travailler l’élasticité, la souplesse ou la résistance peuvent grandement améliorer la consistance d’un coup de golf.

Et c’est d’ailleurs ce que défend Gary Player !


Plus que de lever des poids, il privilégie le fait de faire des abdominaux tous les matins. Ce que fait McIlroy au cours de son entraînement...

Le point clé concernant le gain de distance ne s’entend pas forcément en terme de gain de puissance, mais bien plus en terme de gain de vitesse de swing.

Alors oui, nous pouvons nous rappeler la célèbre publicité de Carl Lewis qui dans les années 80 expliquait à juste titre que « la puissance n’était rien sans contrôle ».

Le contrôle étant au golf la vraie puissance, celle du bas du corps qui maintient l’équilibre pendant que reste du corps génère un mouvement à très haute vitesse.

Gagner 3 mph de vitesse de swing, et vous gagnerez près de 7 mètres au fer 7 !

Pour accentuer sa vitesse de swing, il est bien plus utile de peaufiner son chemin de swing plutôt que la musculature.

La base physique est vitale.

Améliorer l'équilibre

Sans un corps correctement préparé, la performance n’est pas possible, même pour un amateur. C’est en fait un socle sur lequel on peut construire.

Mais les gains les plus important sont ensuite réalisés à travers la recherche d’une meilleure amplitude, une plus grande vitesse des mains dans la zone d’impact, et d’un plan de club qui respecte mieux les fondamentaux.

Physiquement, plus que de développer de la puissance pure, il faut développer une meilleure biomécanique ou même une meilleure séquence cinématique de swing.

Le travail physique au golf ne devrait poursuivre que ces objectifs.

Les vidéos de McIlroy levant des poids en fonte n’ont rien à voir avec de la préparation pour améliorer cette biomécanique.

En revanche, tout le reste oui !

Soit, il le fait pour son plaisir, soit pour se donner un corps autrement plus musclé, soit pour s'entretenir, soit pour l’image, mais pour être meilleur au golf, c'est autre chose...


Attention, le thème de cet article n’est pas d’aller contre la préparation physique. Au contraire, mais pour un amateur, il ne s’agit pas de faire n’importe quoi ou du cosmétique.

Concernant McIlroy, il est dommage qu'il ait répondu à Chamblee en postant une vidéo de lui en train de pousser de la fonte, ce qui réduit son entraînement physique à cette seule partie, et alors qu'il travaille bien d'autres aspects.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.