Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

Ne vous échauffez pas! Le golf n’est pas un sport!

Il n’est pas rare que quand une personne vous demande si vous faites du sport, et que vous lui répondez du golf, émerge parfois des sarcasmes...Le golf n’est pas un sport, c’est une activité de retraités… (sous-entendu, l’âge serait incompatible avec la notion de sport). Affirmation ou cliché que le golfeur conteste évidemment, et le plus souvent de manière véhémente « Viens partager une partie avec moi, et tu verras, si marcher 11 à 12 kilomètres, avec un sac rempli de club sur le dos, c’est si reposant que ça… » Vous ne manquerez pas non plus de dégainer votre téléphone, pour lui montrer Rory McIlroy en plein effort, dans sa salle de sport, réalisant des exercices d’haltérophilies, avec des poids qui imposent un certain respect, ou montrant le biceps de Brooks Koepka peut-être aussi gros que la cuisse de votre interlocuteur… Cependant, une grande majorité de golfeurs et de golfeuses, au niveau amateur, avouent ne jamais s'échauffer avant une partie de 18 trous. Un exemple qui n'est pas de nature à défendre notre cause ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Le golf, un sport de plus en plus athlétique à haut niveau

Si vous demandez à une assemblée de golfeurs, qui réalise une préparation physique en début de saison, vous risquez d’entendre votre voix en écho en réponse à votre demande.

Il est pourtant clair que la préparation physique des golfeurs a largement évoluée ces dernières années.

Tiger Woods en est clairement un des précurseurs, et son travail a largement inspiré ses pairs, la qualité de ses résultats ayant bien aidé...

Quand vous découvrez la préparation physique réalisée par Rory McIlroy, actuel n°1 mondial, vous avez de quoi transpirer, à la simple lecture des poids soulevés.

Au-delà de la préparation physique que l’on peut raisonnablement considérer comme plus dédiée aux athlètes les plus engagés dans leur pratique que pour les golfeurs du dimanche, quid de l’échauffement, et est-ce si important ?

Quand vous vous rendez sur un practice de golf, vous aurez bien du mal à distinguer tout échauffement physique, là où vous comprendrez qu’un footballeur en train de courir autour du terrain n’est pas en train de régler sa frappe de balle ou de développer sa technique de dribbles.

Mais peut être est-ce la définition même de l’échauffement qui n’est pas claire ?

Jürgen Weineck, médecin du sport dans son ouvrage « Manuel d’entraînement », donne de l'échauffement cette définition : « On entend par échauffement toutes les mesures permettant d'obtenir un état optimal de préparation psycho-physique, et motrice (kinesthésique) avant un entraînement ou une compétition, qui jouent en même temps un rôle important dans la prévention des lésions ».

Donc une étape visant :

La préparation physique : l’un des effets principaux est d’élever la température du corps, et des muscles, qui seront sollicités pendant l’activité qui va suivre.

L’échauffement permet d’optimiser la contraction musculaire, dès le début de l’exercice. 

La préparation mentale : la chaleur générée par l’échauffement a le pouvoir d’accroître la vitesse de transmission de l’information, ce qui impacte la capacité de coordination et de concentration.

On voit bien là que le golfeur aurait tout intérêt à bien s’échauffer pour mieux performer. Un bon moyen d’éviter le double-bogey au départ du 1 ? 

Mais alors c’est quoi un bon échauffement ?

Pour la grande majorité des golfeurs, quand il s’agit d’échauffement avant une partie, cela inclut souvent trois grandes étapes :

Taper un saut de balles au practice, d’abord en réalisant de petits coups de wedges ou de pitch, pour « s’échauffer » avant de monter en gamme sur les différents clubs du sac pour mieux lâcher les coups une fois le driver pris en main.

Le joueur profite souvent de ce moment pour régler son swing du jour, ou retrouver les bonnes sensations de son dernier entrainement, ou les clés du swing développées avec son enseignant (ce que certains préparateurs mentaux jugent comme une erreur… mais cela est un autre sujet).

Si le temps le permet, nous allons retrouver le pratiquant au putting green s’entraînant, à rentrer quelques balles dans le trou, et à différentes distances.

La méthode étant plus ou moins structurée, au grès du niveau d’expérience du golfeur ou de ses habitudes.

Il s’agit sans doute ici, plus d’un échauffement mental, le joueur se concentre, et cherche à réveiller son habileté…

Une série d’approches variés, levées, roulées, lobées peuvent éventuellement compléter cette routine.

Le bunker étant la plupart du temps délaissé… n’allons pas trop vite éveiller de mauvais souvenir… !

Vous êtes en forme ! Aujourd’hui vous n’irez pas à la plage !

Cet ensemble de préparation est finalement assez conforme avec ce que certains médias nous donnent à voir de la préparation des plus grands joueurs de golf.

Nombre de vidéos fleurissent sur internet pour vous décrire le « Warm-up » des joueurs.

On vous décrit combien de temps le joueur consacre aux frappes de balle préalables à sa partie, ainsi que le nombre de coups tapés.

Vous pouvez par exemple trouver minute par minute la routine de Tiger Woods, pour par exemple : 44 full swings, 25 chips shots, 101 putt, … le tout en 1 heure et 15 minutes.

Personne ne vous montre Tiger Woods en train de courir autour du green du 18 pour s’échauffer… !

Vous verrez rarement un golfeur au départ du Tee n° 1, les bras luisants de la transpiration de son échauffement.

Pantalons longs et polos élégants, rien qui n’évoque un travail physique préalable.

Cependant, ce travail est en fait bien réalisé par les professionnels, mais dans les salles de gymnastique des hôtels où les athlètes résident, ou dans les salles de musculation des clubs-houses qui accueillent les événements.

L'exemple d'Adam Scott

A l’occasion d’un événement organisé par Uniqlo, et Golf and Body NYC, l’ancien numéro 1 mondial Adam Scott (actuellement 6°) a présenté sa routine d’échauffement telle qui la réalise avant toute partie.

Il s’agit d’un premier échauffement cardio de 5 à 10 minutes sur vélo, suivi de 7 exercices de 8 à 12 répétitions réalisés 2 à 3 fois de suite :

Soulevé de terre :

Rotations internes des bras :

Rotations externes des bras :

Arnold press :

Reverse fly : 

grip neutre puis en supination :

Superman :

Images : https://workoutlabs.com/exercise-guide/

Mais à quoi cela sert ?

Devenons nous réaliser ce type d’échauffement avant une partie ? Pour quels bénéfices ?

Un groupe de chercheur (les Dr Ben Langdown, Jack Wells, Sean Grahma et Dr Bridge) ont conduit une expérimentation qu’ils relatent sur le site de l’organisation TPI (Titleist Performance Institute), afin de définir le bénéfice de l’échauffement sur la performance golfique du point de vue de 3 mesures : la vitesse du club, la vitesse de la balle et le carry.

Ils ont soumis un groupe de 24 golfeurs à 3 protocoles d’échauffements différents :

1/ « Control Warm Up » Un échauffement tel que l’on peut le voir chez la plupart des golfeurs : pas d’étirements, échauffement en tapant 20 balles, puis évaluation des résultats sur une série de 10 drives.

2/ « Dynamic Stretching » : réaliser 5 exercices simples pour mobiliser, et activer les muscles utilisés dans le swing du golf : des flexions, des ouvertures et fermetures de hanches, des fentes dans différentes directions (Clock Lunge)… avant de réaliser 10 drives.

3/ « Resistance Band Warm Up », l’idée est ici de réaliser 5 mouvements différents sous la contrainte d’une sangle élastique, par exemple la marche du crabe (Crab Walks) pour une sollicitation musculaire plus forte. Une fois les exercices réalisés, également 10 drives.

L’idée était de définir un protocole d’échauffement accessible à tous, et qui puisse être véritablement intégrée dans la routine avant une partie.

Un des constats clé issu de cette recherche a été de constater l’importance des fessiers dans la performance (distance) d’un swing de golf.

Réaliser une mise en action physique de vos fessiers vous permettra d’avoir une meilleure efficience physique. 

Les résultats ont montré des gains significatifs en faveur d’un échauffement actif, en moyenne un gain de près de 6 yards (5,5 mètres) sans même avoir fait une préparation physique ou acheté un nouveau driver.

A noter que si l’échauffement « contraint » (n°3) est le plus efficace pour la majorité des golfeurs, cela peut être contre-productif pour certaines personnes.

Notamment, quand l’exercice s’apparente plus à un exercice de musculation qu’à un exercice d’échauffement.

Auquel cas l’échauffement « dynamique » serait plus efficace.

Bien s’échauffer ce n’est pas simplement vider un seau de balles

Consacrer quelques minutes à quelques mouvements de gym, au-delà de vous permettre de prévenir une blessure et de favoriser votre récupération, peut véritablement contribuer à l’amélioration de votre score de golf.

Bien entendu, le titre de mon article avait pour vocation de vous provoquer. Il est naturellement préférable et nécessaire de s'échauffer. Le golf est justement un sport, et il peut se pratiquer, pas seulement de 7 à 77 ans, mais parfois par des plus jeunes ou des plus âgés.

Dans la vidéo ci-dessus, Susan Hosang nous a prouvé que l'on pouvait driver à plus de 100 ans ! Alors resté en forme ! Le jeu n'est jamais finit ! 

Sources : MyTPI, Workoutlabs

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 2 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.