Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Le golf de Salvagny : Le test du parcours des étangs (le retour)

Le golf de Salvagny : Le test du parcours des étangs (le retour)

Les neuf trous du retour sur le parcours des étangs sont légèrement plus courts (2778 mètres des jaunes contre 2829 mètres pour l’aller), mais aussi plus vallonnés. Entre les deux parties du parcours, votre cœur ne balancera pas ! Techniquement et visuellement, la deuxième partie est plus impactante. Si on peut considérer le trou 6 comme étant le trou signature du parcours, les trous 11 et 12 vous donnent une bonne idée de ce qui vous attend sur la deuxième partie du parcours. Au final, une partie de golf où vous serez incité à prendre des risques.

Découvrez nos formules d'abonnements

Suite de la présentation du test du parcours des étangs (les 9 trous du retour)

Quand on joue un parcours pour la première fois. Honnêtement, on tombe très facilement dans toutes sortes de panneaux pour ne pas dire pièges.

Avant ce test, j’avais déjà joué les 9 trous du retour une année auparavant. J’avais donc un souvenir très précis de ce qu’il ne fallait surtout ne pas faire depuis le tee de départ du 10 ! Jouer à gauche !

Pour ce par 5 de 404 mètres, une imposante forêt avec un hors limite attend tous vos coups en draw ou tous vos coups joués trop serrés avec la limite gauche du fairway…

fairway du 10

Ce par 5 est court, et il faut en profiter…Un premier coup porté à 180 mètres peut suffire pour arriver à la fin du virage de ce dog-leg gauche…Sur ce départ, le risque ne paie pas.

Alors qu’un premier coup de fer ou d’hybride posé sur le fairway peut vous laisser 260 mètres à parcourir en deux coups à jouer, d’autant que l’arrivée sur le green se fait en descente.

Ce n’est pas un hasard, si ce trou est handicap 18 ! A condition de le jouer sans trop vouloir le chahuter sur le premier coup…

D’autant que le green n’est pour ainsi dire pas défendu.

A partir du trou 11, les choses sérieuses recommencent avec l’un des par 4 les plus longs de tout le parcours.

Ce par 4, handicap 2, long de 367 mètres des jaunes ne vous laisse pas le temps de profiter d’un éventuel bon score sur le 10.

Il vous faut un coup tapé à minimum 130-140 mètres pour passer un vaste plan d’eau si tôt après le tee de départ qui lui-même se trouve sur un promontoire pour que vous appréciez la vue.

Si vous passez l’eau, un imposant bunker idéalement placé vous attend sur la droite du trou à environ 180 mètres du tee de départ.

Inutile de préciser que l’architecte a voulu vous inciter à jouer à gauche du fairway, et voulu en même temps dissuader les longs-frappeurs de trop tirer à la corde.

D’autant que depuis la moitié du bunker, il reste encore un coup de 180 mètres pour atteindre le green ! Ce trou est tout de même difficile à toucher en deux !

Green qui est avec le 7 et le 17, l’un des plus petits de tout le parcours.

Paradoxalement, le 12 est un des trous qui peut poser le plus de problème à un attaquant !

Ce par 4 de 317 mètres est visuellement interpellant. Le large fairway incite à taper un coup de drive sans risques, et le plus long possible.

Idéalement, en fonction de la pente, il faut s’appuyer sur la gauche du trou.

Si vous êtes prêt du centre gauche du fairway, vous avez une belle carte à jouer pour l’attaque du green. Ce dernier est en montée, et surtout vous ne distinguez pas le piège à droite du green, à savoir un devers avec très peu de chances de trouver une balle.

Du fairway, vous ne distinguez qu’une forêt d’arbres à gauche, et des arbres à droite qui masquent un nouveau plan d’eau. Qu’importe, vous voulez aller au centre !

Ne soyez pas trop court, et trop à droite ! Il convient de surclubber et de ne pas chercher à taper à pleine puissance (risque de push).

Après avoir monté une pente pour accéder au départ du 13 (vous aurez besoin de reprendre un peu votre souffle, surtout si vous portez votre sac sur le dos), vous serez récompensé par un trou relativement sympa à jouer, et sans gros pièges.

Attention, justement de bien récupérer pour ne pas rater votre drive…

fairway du 13

Sur ce trou, rien à signaler de particulier mis à part que vous jouez avec un panorama sur des belles villas d’architectes.

Un hors limite borde tout le côté droit du trou justement à cause des villas…

Toutefois, votre attaque de green devra tenir compte du green relevé sur un vallon. Le green est aussi en forte pente. Restez court du drapeau pour avoir un putt en montée.

Avec le 14, un par 3, vous changez de sens et commencez à revenir vers le club-house depuis le point le plus éloigné.

Départ du 14

Ce n’est pas le trou le plus marquant du retour. On notera seulement la présence de trois bunkers qui peuvent être positionnés de manière stratégique en fonction de l’emplacement du drapeau…

Le 15 est alors le dernier par 5 de la journée avec une position de tee de départ surélevé. Avec le 12, un des trous les plus intéressants du retour, car il va falloir jouer avec les bosses.

Même un premier bon coup tapé à 200-220 mètres ne vous garantit pas une suite heureuse. D’abord, parce qu’effectivement, le trou est très vallonné, et surtout à cause d’un arbre planté sur la droite du fairway qui masque votre champ de vision.

Fairway du 15

Pour le deuxième coup, vous êtes souvent dans la pente et dans une position relativement inconfortable pour jouer un coup long d’attaque. Un autre arbre planté cette fois à gauche du fairway altère votre champ de vision.

On pourrait faussement croire que le green soit faiblement défendu, et relativement large.

Comme le fait remarquer le pro du club, il faut juste anticiper la cassure devant le green. Idéalement plutôt que d’attaquer le green à tout prix, chercher à préparer votre approche finale depuis une cinquantaine de mètres, zone idéale et presque à plat pour aborder le green avec moins de pression.

La partie finale du parcours (les trous 16, 17 et 18) n’est pas infernale, mais réserve encore quelques petits pièges.

Sur le 16, un par 4, relativement court (291 mètres), vous avez un ravin à passer qui constitue la principale difficulté du trou.

Il faut compter au moins 160 mètres pour se retrouver du bon côté du fairway. Pensez que vous n’avez pas à ce stade du parcours, la même énergie qu’au début !

Le par 3 du 17 pourrait faussement laisser croire qu’il est abordable. J’ai pourtant vu mes deux partenaires jeter l’éponge.

L’un parce qu’il a poussé sa balle dans la forêt à droite du trou. L’autre parce qu’il a eu toutes les peines du monde à atteindre le green puis à sortir des bunkers.

Joué avec une forte pente descendante, ce trou est certes beau visuellement, mais demande une frappe de fer précise et longue, tout en calculant l’incidence de la pente sur le choix du club…

Heureusement, pour partir sur une bonne impression, le 18 vous permet de vous lâcher au drive. Ce court par 4 de 292 mètres ne présente qu’une difficulté à passer : un obstacle d’eau qui coupe le fairway devant vous, et sur votre gauche.

Départ du 18

Un drive tapé à 230 mètres aura l’avantage de vous faire passer l’obstacle sans problème pour ne vous laisser qu’une approche relativement courte.

Dernier moment de vigilance pour ne pas gâcher une opportunité de birdie…la cassure en montée devant le green qui pourrait arrêter une approche roulée mal dosée.

Au final, le parcours des Etangs ne vous laisse pas l’impression d’avoir joué un monstre. La répartition des difficultés est justement telle que vous avez quelques moments de respirations.

En résumé, prenez en compte la section du trou 6 au trou 9, sorte d’amen corner de difficultés, puis l’enchaînement 11 et 12, alors que le début de partie est plutôt une mise en jambe agréable, et le 18, une façon de conclure la journée sur une bonne note.

Restez informé

Recevez notre newsletter