Posté par le dans Guide des golfs en France

Golf du Clou : Le Golf esprit Maison !

Golf du Clou : Le Golf esprit Maison !

« Si vous aimez la nature, si vous aimez la cuisine maison… c’est la bonne adresse. » Le site Internet du Golf du Clou n’est pas le plus moderne ou de la conception la plus 2.0, mais en cherchant bien, vous pourriez donc tomber sur cette promesse séduisante. Au-delà des mots, quelle expérience peut-on vivre sur ce golf 18 trous, situé à 30 minutes de Bourg-En-Bresse, en plein cœur du pays de la Dombes ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Journaliste de golf indépendant, je choisis mes sujets, et à la différence de confrères qui ont trop le goût de se faire inviter en échange de bons mots, je paie mes green-fees sans, demander de cadeaux particuliers ou même me signaler au directeur.

Ainsi, je me place dans la peau d’un client golfeur tout à fait anonyme, pour retranscrire une expérience, et la plus juste possible, sur ce que vous pourriez expérimenter à votre tour.

A l’occasion d’une belle après-midi chaudement ensoleillée et printanière, j’ai eu l’occasion de découvrir, pour la première fois, le parcours du Golf du CLOU.

Un nom qui a le mérite de piquer la curiosité !

Pourquoi le CLOU ?

C’est tout simplement le nom du lieu-dit, d’un terrain situé en plein cœur de la Dombes, un « pays » du département de l’Ain, à la fois connue pour sa riche histoire et ses innombrables étangs.

Le parc est situé tout près du Parc des Oiseaux. Ne vous étonnez pas si vous croisez quelques cigognes.

Le golf n’échappe à cet environnement.

L’eau est très présente sur ce 18 trous relativement court de seulement 4821 mètres (des boules blanches), un par 67 ouvert à la fin des années 80 par une passionnée, Maria Monnet, toujours aujourd’hui sémillante directrice du golf.

Le dimanche de ma visite, elle animait justement la première remise de lots pour la première coupe de la saison.

On sentait à en juger par l’ambiance conviviale et bon enfant qu’il régnait une entente sincère avec les membres, comme une petite famille heureuse de démarrer une nouvelle saison.

Une famille, c’est parfois un terme qui enferme comme un cercle familial avec déjà ces têtes, comme si on voulait rester entre soi.

Ce n’était pas le cas, puisque parmi la liste des heureux gagnants d’un sac, d’un bonnet ou d’un parapluie, les lots traditionnels d’une compétition de golf, en tendant l’oreille, j’avais pu entendre la mention « Nouvel abonné ».

L’ambiance maison n’était donc pas intimidante, mais au contraire bienveillante pour accueillir de nouveaux amis ou amies.

C’est un instantané volé au hasard de mon passage non-planifié, un sentiment, une impression, qui pourrait déjà confirmer l’affirmation « la cuisine maison ».

A propos de cuisine, j’avais déjà eu l’occasion de déjeuner en famille au restaurant du golf sans jouer le parcours. Je n’avais pas trouvé matière à faire un article sur cette seule expérience. Je ne prétends pas être critique gastronomique.

Cependant, nous avions gardé un souvenir mémorable de la Côte de bœuf Angus. Si je ne connaissais pas le parcours, j’étais au moins certain que pour la cuisine maison, la promesse était tenue, et bien tenue.

Le prix du repas n’étant d’ailleurs pas extravagant, parfaitement accommodé avec le terme « Maison ». Restait à savoir si le parcours pouvait mériter ce qualificatif de maison ou plutôt de rendez-vous en nature.

Un dimanche, je cherchais surtout un parcours abordable en prix (59 euros) et avec un temps de jeu raisonnable.

Après avoir pris le soin d’appeler le secrétariat la veille, on nous avait indiqué qu’il n’y avait pas d’horaires de départ.

En arrivant justement à l’accueil pour régler le green-fee autour de 14 heures, l’hôtesse a pris le soin de me prévenir avec mon partenaire du jour, de la possibilité de retard sur le parcours, suite à la compétition du matin.

Zut, j’avais pensé pouvoir jouer en 4h ! Inquiet, je demandais s’il fallait prévoir 5h ou 6h ? Mon interlocutrice me rassurait en mentionnant plutôt 4h30…

En réalité, à deux, nous avons joué en 3h35 minutes… un temps de jeu tout à fait convenable, et bien entendu, en relation avec la longueur du parcours.

Sans faire de suspense, le 18 trous cumule plusieurs points positifs.

Au-delà des agences de notations qui délivrent des étoiles sur des critères plus ou moins hors de propos, qu’est-ce qu’on attend d’un parcours de golf ?

Prendre du plaisir, obtenir un rapport qualité d’entretien prix sans gros reproches, passer un bon moment dans un cadre agréable (ce qui rejoint le premier point), et éventuellement, en fin de compte, bien jouer…

Le Golf du Clou me semble répondre à toutes ces ambitions, et au moins, pour une partie jouée un dimanche en mars. Après tout, comment juger un parcours de golf sur une partie, une fois dans l’année ?

C’est le comble avec les sites de notations de parcours qui tiennent compte d’un ou quelques avis et sur des critères fixes, alors que par définition, un parcours est pratiquement un organe vivant ou au moins variable.

C’est pourquoi je préfère parler d’expérience client ou expérience témoin.

Le parcours pourtant parsemé de plans d’eaux ici et là, et notamment dès le trou numéro 3 m’a paru ferme, ce qui favorisait la roule.

Ferme mais pas sec… avec des greens bien entretenus, et avec une vitesse de roule constante, sauf peut-être au 16, sans que je ne sache l’argumenter.

Le putting sur ses greens m’a procuré beaucoup de plaisir, autant pour la vitesse que pour la difficulté raisonnable du placement des drapeaux.

Sur les 9 trous de l’aller, la partie la plus courte du parcours, émaillés de trois par-3 et un seul par-5 (2302 mètres), un seul trou m’a paru délicat du tee au green, le numéro 3.

Ce par-3 demande un coup de fer (6 pour passer 155 mètres au moins) précis pour tout d’abord passer un intimidant plan d’eau dans un premier temps, mais sans oublier le contrôle de profondeur, alors que derrière ce green, on trouve très vite le green d’un trou du retour dont j’ai oublié le numéro.

A l’aide de l’ARCCOS 360, j’ai été déstabilisé par les distances annoncées sur les panneaux au départ des trous.

J’ai d’ailleurs perdu quelques coups sur les premiers trous à surestimer les distances, et taper trop long avec des choix de clubs erronés.

Le trois ne pardonne pas ce type d’erreur. Des neuf premiers trous, c’est le coup le plus exigeant en distance, en précision, et en profondeur.

Ne ratez pas à gauche ! Pour ma part, j’ai largement dépassé le plan d’eau, mais sous-estimé qu’à gauche du green, il y a encore des piquets rouges avec une tranchée que vous ne pourrez pas distinguer depuis le tee. Sur ce trou, il faut rater tout droit derrière ou à droite, mais pas à gauche.

De toute la partie, je n’ai perdu que deux balles dont ce coup de départ. J’ai aussi commis l’imprudence de ne pas jouer une seconde balle depuis le tee…

La suite du parcours est beaucoup plus abordable, surtout si vous privilégiez une fine stratégie au choix systématique du driver.

Le golf est toujours un sport qui arbitre entre risque et récompense. Les risques inutiles sont à proscrire sur ce parcours, surtout si vous voulez passer une bonne après-midi.

En tout et pour tout, j’ai retenu le driver à seulement quatre reprises (6,8,9 et 17) pour quatre bois 3 (4,10,15 et 16) depuis les jaunes.

A part le 17, un par-5 qui mesure 507 mètres, le plus long par-4 mesure 353 mètres.

Une fois n’est pas coutume, avec une stratégie qui ne privilégiait pas le driver, on peut gagner des coups depuis le tee.

Le parcours est relativement étroit, mais sans que cela soit insurmontable pour le score. Sans avoir pris une majorité de fairways en régulation, je n’ai perdu aucune balle sur les abords des fairways.

A propos d’obstacles, si l’eau est bien entendu dans l’ADN de ce parcours, les bunkers sont suffisamment nombreux pour en trouver quelques-uns.

Très sensible à la qualité du sable, et la finesse du grain notamment, c’est une des bonnes surprises du parcours.

Sur les trous du retour (2519 mètres), deux trous sont mémorables, le 14 et le 18.

Le 14 pourrait certainement être le trou signature. Je lui préfère le 18. Il s’agit néanmoins d’un par-3 qui demande de passer 135 mètres d’un vaste plan d’eau.

Comme le trou numéro 3, il faut être précis avant, mais aussi après le green. Bien que le départ puisse impressionner, il y a un large dégagement pour rater à droite du green.

Le 18 est nettement plus « challenging » avec une distance de 170 mètres pour toucher le green, et relativement peu d’espaces à droite, comme à gauche. J’y ai perdu ma deuxième balle de la journée sur bord gauche du green où rien n’arrête la roule de la balle jusqu’au plan d’eau.

Au final, le parcours est vraiment plaisant avec un niveau de difficultés raisonnable.

Le 18 est nettement plus « challenging » avec une distance de 170 mètres pour toucher le green, et relativement peu d’espaces à droite, comme à gauche. J’y ai perdu ma deuxième balle de la journée sur bord gauche du green où rien n’arrête la roule de la balle jusqu’au plan d’eau.

L’eau lui donne un caractère impressionnant, mais ce n’est pas finalement insurmontable. La qualité du jeu de fers sera l’élément clé pour ramener une très bonne carte de score.

Plus que la distance, il faut se montrer précis pour attraper les greens.

Parmi les trous les plus amusants, vous retiendrez sans doute le petit par-4 du 11, qui se joue avec un long-fer, pour se laisser ensuite une petite approche vers un green en forme de cœur, encerclé d’eau.

A l’opposé, le 12 est peut-être le trou le plus quelconque du parcours, mais présente l’avantage de ramener les joueurs vers le club-house, pour autoriser des parties de seulement 12 trous, une formule astucieuse proposée par le club.

Mis à part le green du 15 qui présentait une tâche brunâtre, le parcours est parfaitement entretenu, et les greens sont vraiment un plus.

Pour une partie de reprise, le golf du CLOU représente une bonne opportunité de se remettre en jambes, et en confiance.

« Si vous aimez la nature, si vous aimez la cuisine maison… c’est la bonne adresse. » Une fois la partie terminée, la terrasse du club-house vous permet de vous remémorer vos bons coups tout en appréciant le cadre du golf.

N’en déplaise aux sites qui donnent des avis ou des étoiles sur des critères qu’eux-seuls comprennent, le Golf du CLOU mérite bien plus que 3 sur 5, et en toute simplicité.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 0 sur votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.