Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Guide des golfs en France

Golf de Villeneuve-Loubet : Comment jouer les 9 trous ?

Golf de Villeneuve-Loubet : Comment jouer les 9 trous ?

A l’occasion d’un court séjour dans la région, près du village de Saint-Paul-de-Vence qui était le lieu de rendez-vous privilégié de monstres sacrés du cinéma comme Yves Montand, Simone Signoret, Lino Ventura et bien d’autres, nous avons eu l’occasion de tester le parcours 9 trous du golf de Villeneuve-Loubet, un terrain ouvert aux débutants, et aux non-initiés.

Sur la Côte d’Azur, et surtout en été, le golf n’est pas forcément une activité accessible d’un point de vue tarifaire, ou même d’un point de vue ouverture aux vacanciers.

Les prix des green-fees peuvent souvent dépasser les 70 euros, et beaucoup de parcours sont des clubs de membres fermés aux visiteurs.

Trouver un club pour jouer au golf tout simplement, et sans se ruiner ne semble pas évident à première vue.

Pourtant, un petit club situé entre Villeneuve-Loubet Village et Biot, sur la route de Roquebrune-Les-Pins, est tout à fait accessible aux golfeurs-trotteurs qui à l’occasion de vacances dans cette belle région auraient envie de taper la balle sur un practice couvert, et équipé d’un système automatique pour vous monter les balles sur le tee, et sans que vous ayez à vous baisser !

Le practice ne paie pas de mine, mais est amplement suffisant pour s’entraîner.

Pour 4 euros (tarif local), vous pourrez taper une quarantaine de balles sur des tapis en bon état.

Mais l’intérêt du club n’est pas là !

Sans avoir besoin de présenter un CV imposant, vous pouvez très facilement accéder au parcours.

Pour seulement 25 euros, ce petit 9 trous sans prétention vous permettra de jouer une partie intéressante d’un point de vue technique, et de profiter d’un cadre naturel assez exceptionnel.

En plein milieu de la forêt, le parcours est très surprenant et n’a rien à envier à des clubs plus huppés.

De temps en temps, on entend des bruits de voitures sur la Nationale qui est en contre-bas, mais ce n’est pas ce qui est le plus frappant.

Les 9 trous sont composés essentiellement de par 3 et de quelques par 4. Vous l’aurez compris, il s’agit surtout d’un tracé « école », très bien adapté aux débutants, et aux joueurs qui ont envie de progresser.

Au golf, il faut savoir faire preuve d’humilité. Il n’y jamais de parcours faciles, mais c’est vrai que certains sont plus difficiles que d’autres.

L’intérêt de ce type de parcours réside essentiellement dans le fait de proposer une bonne variété de coups d’approches. C’est idéal, même pour un très bon joueur, afin de parfaire le petit jeu.

Bien sûr, on peut sortir de temps à autres des clubs fermés, et même le driver, mais sur ce parcours, vous aurez souvent un sandwedge en mains.

Et pour scorer sur des grands 18 trous, il est conseillé de bien manier ce type de clubs.

L’intérêt principal du parcours de Villeneuve-Loubet est bel et bien dans le fait de vous faire travailler les situations à moins de 100 mètres, et de vous mettre en confiance.

En revanche, tout serait presque parfait, si les greens étaient un peu roulant !

Joué en juillet, et après la canicule qui a sévit en France, on aurait pu craindre que les greens aient été grillés.

Ce n’était pas le cas ! A l’inverse, ils semblaient tellement gorgés d’eaux que l’on aurait pu taper comme un sourd dans la balle, cette dernière n’avançait pas d’un pet de lapin.

Et pourtant, les greens sont parfois vallonnés et présentent quelques plateaux, ils n’ont rien de particulièrement simples. La vitesse des greens est en fait extrêmement lente.

Dernier détail, les distances annoncées depuis les backtees ne nous ont pas toujours paru correctes, comparées aux mesures faites avec notre télémètre.

Le trou n°1, un par 4 de 245 mètres des boules jaunes

Premier départ et face à vous, un trou relativement accessible avec un backtee surélevé et un fairway qui remonte vers le green que l’on discerne au fond.

Petit piège, et grandes conséquences, les backtees sont en pente de gauche à droite, ce qui force vos pieds à être en légère pente. Sans une très forte résistance sur vos jambes pour contrer cet effet, votre drive a de grandes chances de filer en slice sur la droite.

Ceci dit, on ne perd pas vraiment ses balles sur ce parcours large, et tolérant.

La tentation est très forte de sortir le driver sur ce premier départ, surtout que sur les autres trous, les occasions vont se raréfier.

Pour le deuxième coup, il y a de fortes chances que le green soit joué partiellement en aveugle.

Le fairway monte, mais justement en arrivant au green, celui-ci est dans un renfoncement du terrain. Il ne présente pas de difficultés majeures. Faire le par ou un bogey sur ce trou n’est pas inenvisageable.

Le trou n°2, un par 3 de 120 mètres des boules jaunes

Un trou intéressant puisqu’il est joué très au-dessus du green situé en contre-bas des backtees.

Annoncé à 120 mètres, n’oubliez pas qu’avec une forte pente, vous pouvez au moins enlever un et peut-être même deux clubs pour faire la distance.

Un fer 9 ou un pitch devrait faire l’affaire.

Gare aux hooks, car la balle filerait directement en hors-limite à gauche. A droite, les sliceurs retrouveront leurs balles.

Prudence sur ce trou, plus que la longueur, ce qui compte c’est d’être dans la trajectoire.

Le trou n°3, un par 4 de 315 mètres des boules jaunes (dog-leg gauche)

C’est certainement la dernière occasion de sortir le driver, et c’est tout à fait justifié.

Le fairway est très large, si en plus on ajoute celui du trou voisin (le trou 8). L’idéal consiste à jouer un draw qui épouse la fin du fairway, et qui atterrit dans le virage vers le green.

Vue du trou numéro 3

Attention, si vous êtes trop aux bords du fairway de droite, vous risquez d’être sous les arbres au moment de taper votre coup d’approche.

A nouveau, l’approche du green ne présente pas de grandes difficultés.

Le trou numéro 4, un par 3 de 115 mètres depuis les boules jaunes

Encore un par 3 joué en descente avec des backtees nettement au-dessus du green.

La distance est courte, et l’essentiel du jeu sur ce trou est de contrôler un coup de pitch pour le poser sur un green relativement large.

Vue du trou numéro 4

Ce trou ne présente pas de réelles difficultés, sauf à correctement doser son putting sur un green en pente.

Le trou numéro 5, un par 3 de 194 mètres depuis les boules jaunes

Véritablement le trou signature du parcours avec une longue distance à parcourir pour atteindre le green parfaitement placé dans une zone d’ombre par une rangée d’arbres qui l’encercle.

Un long fer ou plus sûrement un hybride sera le bon choix. A gauche, méfiez-vous d’un hors limite, tandis qu’à droite, les balles des « sliceurs » seront renvoyées sur le fairway par une butte plus que clémente, surtout par temps sec quand le sol est très ferme.

Les deux éléments clés sur ce départ sont l’alignement, et la capacité à taper un coup sans effet latéral.

Vue du trou numéro 5

Si vous avez manqué le green sur votre premier coup, vous risquez d’avoir une balle à jouer dans un pré-rough qui entoure le green. C’est d’ailleurs un des rares trous à proposer cette difficulté. L’approche en sera donc rendue plus délicate, forçant à jouer un wedge ouvert et parfaitement contrôlé.

Le green est très vaste, et présente une grande pente de gauche à droite. Le putting n’est pas donné sur ce green. Gare aux trois putts !

Le trou numéro 6, un par 3 de 124 mètres depuis les boules jaunes

Un trou parfait pour se remettre, surtout si vous avez connu des difficultés sur le trou précédent.

Attention aux distances annoncées sur la carte de score, nous avons trouvé 108 mètres au télémètre, et non pas 124 !

Vue du trou numéro 6

Le choix du club est la principale difficulté de ce trou. Gare à ne pas taper trop long, sous peine de se retrouver dans les arbres derrière le green. Un coup de pitch devrait suffire surtout que le parcours est roulant.

Le trou numéro 7, un par 4 de 255 mètres depuis les boules jaunes

Dernier par 4 du parcours, et dernière occasion de faire un choix orienté vers un club long ! Le driver n’est pas indispensable. Au contraire, privilégiez le bois 3 largement suffisant pour approcher de très près le green légèrement surélevé à la fin du fairway.

Sur le coup de départ, ne pas hésiter à s’appuyer sur la gauche du trou afin d’éviter les arbres à droite du fairway.

Pour l’approche, il faut se méfier du sol très sec quand on va chercher à faire une approche lobée.

Effectivement, si vous avez tapé un bon coup de bois 3 et qu’il ne vous reste plus qu’une trentaine de mètres à parcourir jusqu’au green, vous pourriez être tenté de sortir un wedge très ouvert pour arrêter rapidement la balle sur le green.

N’oubliez pas le « lie » ! En été, le parcours est très sec, et le rebond du wedge entraine surtout un rebond du club avant de taper la balle !

Vue du trou numéro 7

Plus que les approches lobées, sur ce type de terrain, il vaut mieux privilégier des approches classiques, quitte à faire rouler la balle plus que désirée.

Derrière le green, une autre difficulté attendra les joueurs qui auront été trop longs ! Un rough composé d’hautes herbes séchées qui dans ce cas, demandera un coup de wedge parfaitement maîtrisé.

Le trou numéro 8, un par 4 de 164 mètres depuis les boules jaunes

Là-aussi, notre télémètre a plutôt indiqué 151 mètres ! Le choix du club est essentiel sur ce long par 3 qui ne présente pas d’autres difficultés.

Les coups trop longs seront aidés par la butte au fond du green qui renvoie la balle vers ce dernier.

Vue du trou numéro 8

Autour du green, attention de ne pas gratter l’approche, et attention à la vitesse du green qui à l’ombre est encore plus lent que les autres greens du parcours.

Le trou numéro 9, un par 3 de 106 mètres depuis les boules jaunes

Dernier trou pour finir ces 9 trous, et sans doute l’un des plus simples pour partir sur une bonne impression !

Un coup de sandwedge sera recommandé pour jouer ce trou où les backtees sont à nouveau surélevés par rapport au green, ce qui enlève aussi de la distance.

Plus vous utiliserez un club ouvert, et moins vous risquerez un effet latéral prononcé qui vous éloignera du trou, surtout que ce trou est plutôt étroit.

Autre avantage d’utiliser un wedge, vous arrêterez la balle rapidement sur le green qui est aussi pentu comme beaucoup de trous de ce parcours.

En conclusion, ce parcours est l’occasion de faire plusieurs pars.

Pas forcément des birdies à cause de la vitesse des greens parfois imprévisibles, mais sans doute une bonne carte, résultat de quelques beaux coups qui vous auront fait plaisir.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.