Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Guide des golfs en France

Golf du Grand Avignon: Tactiques pour scorer sur le parcours

Golf du Grand Avignon: Tactiques pour scorer sur le parcours

Sur la route du sud, vous pourriez avoir envie de faire un arrêt sur le golf du Grand Avignon, situé à seulement une vingtaine de minutes de l’autoroute. Nous décryptons pour vous les 18 trous du parcours avec pour chacun un plan de jeu utile surtout quand on découvre le terrain pour la première fois.

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule sur le Golf de Grand-Avignon

Le golf du Grand Avignon se distingue bien sûr par son environnement provençal au cœur d’un parc de 60 hectares, mais aussi par son practice sur eau que l’on découvre quelques instants après avoir garé sa voiture sur le vaste parking situé juste derrière le club-house.

Club-house coquet et moderne qui héberge un restaurant assez prisé le midi par les golfeurs et les non-golfeurs, ainsi que le pro-shop et l’accueil du golf.

Le practice est pratiquement entièrement couvert, et l’espace entre chaque poste est suffisant pour ne pas se sentir à l’étroit.

Tout de suite à droite du practice, se trouve le départ du trou numéro 1, et d’entrée de partie, vous allez avoir le plaisir le défi de passer le vaste plan d’eau et ses fontaines, partagé avec le practice.

Le ton de votre journée au golf de Grand-Avignon est donné !

Seul bémol concernant la structure, la taille du putting-green est relativement modeste.

Trou numéro 1 (par 5 – handicap 16 de 366 mètres)

A l’évidence, la principale difficulté concernant ce parcours est le coup de départ qui vous oblige à passer un minimum de 140 mètres au-dessus de l’eau.

En visant le fairway face à vous, et sur sa gauche, vous pouvez légèrement réduire cette distance à seulement 117 mètres du bord de l’eau, toutefois, vous vous trouverez sur le fairway du trou jouxtant le numéro 1.

C’est à prendre en compte si passer plus de 140 mètres d’eau est un problème. D’autant qu’au-dessus de l’eau, la portance de la balle n’est jamais aussi bonne qu’au-dessus de la terre ferme. Pensez à surclubber !

Comptez toutefois 25 mètres de plus pour passer la partie bordant le plan d’eau, et atteindre un morceau de fairway viable pour jouer le second coup.

Pour les longs frappeurs, les arbres qui jalonnent la tombée de drive sur le fairway du 1 et qui matérialise le virage sont à 208 mètres (celui de gauche) et 220 mètres (celui de droite).

En résumé, pour jouer long, alignez-vous sur l’arbre de gauche, notamment en prévision du second coup joué dans le virage de ce trou en dog-leg gauche.

Au final, quel que soit le niveau de jeu, vous n’aurez sans doute pas d’autre choix que d’utiliser un driver.

Une fois posé sur le fairway, en admettant que vous avez tapé un drive à 215 mètres, il vous restera 178 mètres pour atteindre le centre du green.

Ce commentaire pour signifier le fait que ce par 5 n’est en fait pas très long.

Pour un pro, il est tout à fait possible de couper le fairway sur la gauche avec un coup porté à 250 mètres pour se laisser une approche à 125 mètres.

C’est vraiment un départ de partie « challenge ».

Tout se joue sur le coup de départ, et mis à part, si vous vous êtes fermé l’ouverture au green en étant trop près d’un arbre, vous n’avez plus réellement de danger sur les deux coups suivants.

Le green est très vaste et faiblement défendu par deux immenses bunkers devant et sur la droite.

Faiblement défendu car si vous prenez en compte les 7/8 mètres de profondeur du bunker frontal dans votre choix de club, vous pouvez jouer long sans risque derrière.

Le deuxième bunker ne doit normalement pas être en jeu.

Trou numéro 2 (par 4 – handicap 10 de 276 mètres)

Vous repartez dans l’autre sens, et justement sur le fairway qui est collé au 1, visible depuis le départ du premier trou.

Ce dog-leg droit à fort virage après 180 mètres peut se jouer de deux manières.

Tout dépend de votre façon d’aborder l’impression de tunnel étroit créée par les arbres qui jalonnent les 150 premiers mètres du coup de départ.

Soit vous tentez une stratégie offensive en coupant directement la trajectoire idéale face à vous avec un bois 3 ou un driver porté à 220 mètres au-dessus des arbres, et sur votre droite.

A condition d’avoir une hauteur de trajectoire suffisante…Choix perilleux pour se laisser une approche à moins de 80 mètres du trou.

Soit vous optez pour une stratégie prudente d’un coup de fer ou d’hybride à 180 mètres devant vous pour accrocher le début du fairway, et vous laisser un deuxième coup à 150 mètres du centre du green.

Le coup génial sur ce départ étant un entre-deux, à savoir un coup de bois 3 joué en fade pour chercher à raccourcir le deuxième coup d’une vingtaine de mètres.

Le piège de ce départ consiste à taper long devant soi sur le premier coup sans finalement se rapprocher du trou.

Pour le green, ne focalisez pas sur les deux bunkers situés à droite et à gauche à l’entrée, mais plutôt sur le fait que le green est légèrement surélevé par rapport au niveau du fairway, ce qui devrait impliquer le choix d’une canne supplémentaire par rapport à la distance restante sur le coup d’approche !

Trou numéro 3 (par 5 – handicap 5 de 390 mètres)

Troisième départ, et encore un coup à jouer au-dessus de l’eau ! D’autant qu’il faut être vigilant surtout quand on découvre le parcours sur le repérage du bon fairway pour poser sa balle.

Ce trou en forme de fusil (léger dog-leg gauche) jouxte un autre fairway, cependant qui se joue dans le sens inverse. En clair, votre premier coup un peu trop à gauche pourrait survoler le green du trou voisin.

Concernant l’eau, pas d’inquiétude car cette fois, l’obstacle est plus latéral que frontal, d’autant qu’au pire, vous n’avez que 80 mètres à passer pour atteindre le fairway.

Comme pour le précédent par 5, le coup de départ est crucial. Une stratégie prudente consisterait à prendre un fer pour parcourir 160 mètres devant vous, sans chercher à donner d’effets, et seulement passer le bunker latéral à gauche du fairway, qui soit dit en passant est relativement étroit.

Avec une option prudente, vous ne risquez pas de perdre de vue votre balle dès le départ, en cherchant à gagner quelques mètres en plus qui au final ne vous avancerons pas plus que cela…

En suivant notre conseil, il vous restera alors 256 mètres pour aller jusqu’au centre du green, et deux coups à jouer sans balle perdue ou pénalité.

Comme le fairway n’est pas très large et bien enfermé visuellement par les arbres, deux coups de fer 6 ou 7 devraient faire l’affaire pour aller chercher un green faiblement défendu.

Trou numéro 4 (par 3 – handicap 11 de 154 mètres)

Premier par 3 de la partie, et un premier trou assez accessible étant donné que la distance est plus que raisonnable.

Le seul véritable écueil de ce trou est la perspective de tomber dans le plan d’eau frontal situé à 112 mètres devant vous, et profond de 20 mètres.

Comptez que des jaunes, l’entrée du green est à 140 mètres. Mieux vaut un club de plus qu’un club de moins !

Disons que tout coup tapé à plus de 140 mètres est bon pour éviter l’obstacle d’eau et le bunker situé sur la gauche. Pas d’autres difficultés à signaler…

Trou numéro 5 (par 4 – handicap 5 de 321 mètres)

Sur la Blanchère, le véritable défi réside dans la gestion du coup de départ.

Sur ce court par 4, la difficulté née de l’impression d’étroitesse amenée par les arbres qui montent très hauts de chaque côté du fairway.

A droite, cela a au moins le mérite de masquer partiellement le plan d’eau qui longe le fairway sur au moins 250 mètres.

Pour les plus téméraires, un drive parfaitement centré à 220 mètres du tee laisserait un coup à jouer à moins de 100 mètres du centre du green qui lui aussi est vaste, et faiblement défendu.

Soignez votre mise en jeu et vous pourrez espérer scorer.

Le long bunker (50 mètres) qui borde la partie gauche du fairway ne doit pas être en jeu sauf pour un coup mal maîtrisé…

Trou numéro 6 (par 4 – handicap 1 de 383 mètres)

Sacré numéro 1 en difficulté ! Ce long par 4 pourrait paraître assez anodin, surtout par rapport aux par 5 que vous aurez joué juste avant, qui demande de la finesse dans les choix tactiques sur le tee de départ.

Ici, pas le choix, il faut résoudre le problème de la distance pour espérer accrocher le green en régulation !

Pour le coup, les bunkers sont positionnés de manière astucieuse.

Le premier bunker qui sert de chicane à droite de ce fairway droit est situé à 165 mètres du tee de départ (jaunes), et se termine à 185 mètres.

Pour être certain de le passer, il vous faut au moins un coup de 185 mètres.

Cependant, ce n’est pas le principal problème. Dans le cas où vous vous contenteriez de passer le bunker, il vous resterait encore 200 mètres pour atteindre le centre du green !

Pour la plupart des amateurs, un tel coup est trop difficile pour tenter d’accrocher un green bien défendu sur un fairway relativement étroit.

Il est donc indispensable de réduire encore cette distance avec un drive porté à près de 220 mètres…droit devant vous, et sans dispersion latérale !

Pour information, le deuxième bunker de parcours dessiné en chicane, cette fois à gauche du fairway est tout de même à 270 mètres.

Sur ce trou, toute la question est de savoir si vous avez en « stock » un coup de drive sûr à 220 mètres, suivi d’un coup d’approche long à 165 mètres, soit un long fer.

Si vous n’êtes pas certain de la réponse, il n’y a pas de honte à jouer ce trou en 3 coups pour tenter au final une approche-putt, et sauver le par avec brio.

Contrairement aux premiers trous, le green est mieux défendu.

Deux bunkers latéraux, mais aussi peu de place pour déborder derrière.

Trou numéro 7 (par 4 – handicap 9 de 375 mètres)

Un trou à peine plus court que le précédent mais au moins un peu plus large visuellement, et sans les bunkers de fairways, d’où un classement plus faible dans le ranking de difficulté du parcours.

Contrairement au trou 6, la difficulté n’est que la distance, d’autant que visuellement depuis le backtee, vous n’avez pas d’arbres immédiatement sur votre gauche.

Précision : Le backtee est enfermé dans des arbres de chaque côté. Sauf que le fairway est plus large et moins enfermé.

Un bon coup de driver joué entre 200 et 230 mètres devrait ouvrir l’accès au green.

Pour l’approche, votre principal objectif sera de vous aligner sur la gauche pour ne pas prendre le risque de mettre en jeu le long bunker de green situé à droite du trou.

Attention….Pas trop à gauche à cause du hors-limite situé à peine 30 mètres à gauche du centre du green.

Trou numéro 8 (par 4 – handicap 17 de 276 mètres)

Ouf ! Un trou pour souffler après avoir joué deux longs par 4 qui ont pu mettre votre mental à l’épreuve. Restez concentré, et profitez-en pour aller chercher un par ou mieux.

Sur ce trou, la distance n’est pas la difficulté…Ce qui veut dire que l’architecte a pensé à autre chose…

A moins de prétendre vouloir prendre le green en un, la bonne stratégie est de sortir un fer sûr pour chercher au maximum entre 160 et 180 mètres de distance sur le premier coup, soit une distance suffisante en prévision du deuxième coup, mais pas trop importante pour ne pas mettre en jeu les deux bunkers de parcours frontaux qui ferment l’accès à la suite du trou.

Depuis l’entrée des deux bunkers, il vous restera 80 mètres pour attraper le centre du green.

Green bien défendu de chaque côté par deux bunkers qui font pratiquement toute la longueur du green. Surtout que vous n’avez que 15 mètres à droite et à gauche du centre du green pour poser la balle.

Trou numéro 9 (par 3 – handicap 7 de 182 mètres)

Pas de cadeau contrairement au premier par 3 rencontré plus tôt dans la journée !

Joué au-dessus de l’eau, et sur au moins 140 mètres, ce long par 3 va vous demander de parfaitement sélectionné votre club de départ.

Si vous n’avez pas la distance pour aller jusqu’au green, vous avez la possibilité de taper un coup de fer légèrement à droite du plan d’eau et avant le bunker de green, soit un coup à 155 mètres pour chercher une surface d’approche intéressante.

Le piège se situe sur le green dont le centre est à 15 mètres du bunker latéral et seulement une dizaine de mètres à gauche d’arbres qui ferment l’accès au green.

Clairement, l’architecte nous force visuellement à jouer entre le green et le bunker !

Trou numéro 10 (par 5 – handicap 15 de 465 mètres)

Le retour démarre avec un trou très accessible à condition d’éviter deux écueils.

Premier écueil sur votre coup de départ, il convient de viser plutôt à gauche du fairway car si au premier abord, ce dernier paraît large, à environ 180 mètres devant vous, il se resserre considérablement sur la gauche.

Deuxième écueil qui concernera plutôt le deuxième coup, un arbre se situe en plein milieu du fairway à 290 mètres du départ, et 175 mètres du centre du green. En fonction de votre coup à jouer, cet arbre pourra vous gêner, surtout si vous vous êtes bien aligné à gauche sur le coup de départ.

Mis à part ces deux points, la prise du green en deux est illusoire. Avec un bon drive tapé à 220 mètres, il vous reste encore 245 mètres pour aller chercher le centre du green.

Divisez la distance en deux pour coups de fers joués tranquillement !

Trou numéro 11 (par 4 – handicap 13 de 393 mètres)

Un des plus longs par 4 du parcours, et donc logiquement un des plus difficiles, surtout qu’en plus de la distance, vous devrez affronter un plan d’eau latéral et deux bunkers de parcours.

La mise en jeu est serrée mais sans grand danger.

En admettant que vous portez la balle à 230 mètres au drive, il vous restera tout de même plus de 165 mètres à parcourir pour atteindre le centre du green.

En réalité, le plan d’eau latéral n’est pas réellement dangereux, sauf à faire un slice sur le deuxième coup.

Peu de chances de l’attraper sur le drive de départ sauf à taper à 285 mètres !

Les obstacles ne sont pas vraiment en jeu pour un deuxième coup cherchant le green.

La problématique est plutôt au niveau de la profondeur du green qui est relative (seulement 18 mètres derrière le centre du green).

Trou numéro 12 (par 5 – handicap 14 de 381 mètres)

Paradoxe du golf du Grand-Avignon, après avoir joué un long par 4, vous vous trouvez sur un par 5 relativement court, et même plus court que le précédent par 4 !

Si vous avez manqué le par sur le trou précédent, tentez de récupérer le point perdu avec un birdie sur ce trou.

Ce dog-leg gauche ne peut pas se couper !

Un vaste plan d’eau vous interdit l’accès au green ou à une position plus rapprochée, sauf à tenter un coup plutôt osé, et même un peu dangereux, jour d’affluence !

Pour un long frappeur, il est possible de survoler le plan d’eau en direction de votre gauche, et en direction du fairway voisin qui pour un coup tapé à 240 mètres ne vous laisserai plus que 170 mètres à parcourir pour tenter le green en deux !

De manière plus conventionnelle, un drive tapé à 220 mètres devant vous et sur le bon fairway vous laisserai quant à lui une distance de 204 mètres à parcourir pour le centre du green, toutefois en tirant serré au-dessus des arbres, et le long du bord du plan d’eau, sans se laisser de marge d’erreurs.

A 200 mètres du green, vous êtes à peine dans le début du virage de ce dog-leg gauche.

Depuis le backtee, gare aux hors-limite à droite, ceci dit pas de difficultés majeures sur ce trou, sauf au moment de l’approche où vous devrez faire un vrai choix !

Comment parcourir les 200 derniers mètres ?

Dans votre équation, un paramètre à prendre en compte, les trois bunkers de fairways qui se trouvent entre vous et le green et qui barrent son accès.

Ils sont situés à 70 mètres du centre du green. Il faudra donc soit passer au-dessus, soit s’arrêter avant en prévision du troisième coup…vers le green, à nouveau défendu par deux autres bunkers latéraux, et parfaitement placés pour gêner les tentatives lointaines.

Trou numéro 13 (par 4 – handicap 18 de 333 mètres)

Le trou censé être le plus facile est surtout un des plus courts, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut baisser la garde.

Sur ce trou, attention à l’obstacle d’eau à gauche de votre ligne de jeu.

Un drive porté à 220 mètres devrait vous laisser une approche à seulement 115 mètres du centre du green. C’est d’ailleurs peut être l’occasion de laisser le drive dans le sac pour privilégier un bois 3.

La difficulté résidera dans l’approche car le green est très bien défendu par deux grands bunkers de chaque côté qui encerclent très bien le trou, et en restreignent l’accès.

Trou numéro 14 (par 4 – handicap 8 de 333 mètres)

Sur ce trou toujours aussi court, avis aux longs frappeurs de ne pas taper à plus de 250 mètres trop à gauche sous peine de prendre l’obstacle d’eau…

Sur ce fairway, il faut rester le plus longtemps possible sur la droite de la ligne de jeu.

Un bois tapé à 200 mètres devrait être amplement suffisant pour aller chercher le centre du green situé à 130 mètres.

Le piège étant que le green n’est pas très vaste avec un risque de prendre l’obstacle d’eau sur sa gauche. Ne déviez pas de plus de 15 mètres à gauche du centre du green tandis qu’à droite, ce n’est pas mieux !

Trou numéro 15 (par 3 – handicap 12 de 129 mètres)

Vous auriez pu espérer un peu de répit avec un gentil par 3 relativement court. Raté, ce dernier impose de passer un plan d’eau sur toute sa longueur.

Comme le cas de figure précédent, vous devrez penser à surclubber. Ce n’est d’ailleurs pas un gros risque, vous avez une vingtaine de mètres derrière le centre du green.

En revanche, trop court, et vous serez bon pour un château de sable dans le bunker de fairway qui fait la jonction entre le plan d’eau et le green.

L’entrée du bunker est à 103 mètres et comptez au moins 9 mètres pour le dépasser, soit 112 à 113 mètres minimum pour passer sans risques.

Trou numéro 16 (par 4 – handicap 16 de 303 mètres)

La fin du parcours est loin d’être un calvaire.

Au contraire, après avoir joué un petit par 3, vous vous trouvez sur un par 4 abordable où depuis le backtee, vous pourrez assurer avec un long fer.

Le seul piège consisterait à ne pas faire un choix tactique judicieux en prenant trop long.

A tombée de drive, vous trouverez deux bunkers de fairway à gauche et à droite, soit à 200-210 mètres des backtees jaunes.

Le risque n’en vaut pas la chandelle.

Au contraire, un coup vous permettant de parcourir 180 mètres vous suffira pour pouvoir attaquer sereinement le green à 125 mètres de son centre.

Depuis cette position, vous ne devriez pas être gêné par les deux bunkers de greens qui sont bien en amont de ce dernier.

Trou numéro 17 (par 4 – handicap 6 de 380 mètres)

Situé derrière le club-house, ce trou représente un des derniers challenges de votre journée, et notamment le coup de départ.

Obligation de sortir le drive pour parcourir 200 à 220 mètres devant vous, tout en prenant soin de ne pas accrocher une branche d’arbres sur les 30 premiers mètres.

Il faut rester relativement à droite du fairway pour éviter de se fermer l’accès au green sur le coup suivant ou de mettre en jeu le bunker de fairway situé à 260 mètres des backtees.

La difficulté réside ici dans le deuxième coup qui va nécessiter une bonne dose de précision, étant donné que le green est très bien enfermé dans les arbres, et protégé par un bunker frontal d’une longueur de 35 mètres.

Trou numéro 18 (par 3 – handicap 2 de 211 mètres)

Les deux derniers trous tranchent avec la fin du retour qui nous a faussement laissé penser que la difficulté s’atténuait.

Pour finir, vous avez le droit de jouer un long par 3 et tout le long, un plan d’eau qui accueillera bien volontiers tous les slices ou fades.

Sur votre route jusqu’au green, un minimum de 130 mètres d’eau à passer.

Sur ce trou de conclusion, gare aux coups mal maitrisés ! Vous n’avez que 50 mètres de dispersion possible pour un coup tapé à plus de 200 mètres…

Et pour le coup, les bunkers sont bien positionnés pour gêner l’accès au green d’une balle roulée.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.