Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Guide des golfs en France

Comment jouer sur le parcours du golf de Saint-Donat ? (1ère partie – l’aller)

Comment jouer sur le parcours du golf de Saint-Donat ? (1ère partie – l’aller) @GolfdeSaint-Donat

Par 71 dessiné par Robert Trent Jones et ouvert en 1993, le golf de Saint-Donat s’est taillé une jolie réputation au fil des années. Si vous projetez d’aller y jouer une partie ou une compétition, découvrez avec nous les secrets du parcours, les pièges à éviter, et les trous pour scorer.

Préambule au test du parcours du golf de Saint-Donat (stratégie de jeu)

Pour avoir joué ce parcours, la première chose qui frappe, c’est la vitesse des greens. Si vous ne prenez pas le soin de mesurer la vitesse au practice green avant de vous rendre sur le 18 trous, vous pourriez être surpris.

De l’avis des amateurs qui jouent régulièrement sur ce terrain, plus que la vitesse des greens, ils mettent en avant la beauté de ce golf, surtout avec la vue sur les montagnes de Grasse, la capitale mondiale du parfum.

L’entretien y est réputé impeccable des tees de départs jusqu’aux greens.

Comme la plupart des golfs de la région, le niveau de standing est très élevé pour accueillir une clientèle internationale. Les prix d’adhésions s’en ressentent forcément.

En revanche, les green-fees sont d’un prix cohérent par rapport au niveau de prestation, et par rapport aux autres clubs de la région, dans certains cas bien plus coûteux. (79,50€ pour 18 trous)

Du coup, l’accueil est toujours sur son trente et un pour ne réaliser aucune fausse note, d’autant que le club-house est assez spectaculaire.

Pas trop quand on arrive depuis le parking, mais surtout quand on le regarde depuis l’arrivée du 18.

Somme toute un club élégant avec la prétention des parcours sudistes en moins, ce qui rend Saint-Donat un peu plus accessible aux touristes golfeurs qui ne s’appellent pas Burlington ou Medvedev…

Dans les généralités liées au parcours, après avoir évoqué la vitesse des greens, il faut indiquer que beaucoup de trous sont joués en aveugle, ce qui nécessite presque de repérer le parcours une première fois avant de le jouer en compétition.

Et enfin, l’eau est assez souvent en jeu le long de certains trous, nous y reviendrons dans le détail trou par trou.

Certains jugeront même les neuf premiers trous comme assez physique. Effectivement, les Alpes-Maritimes ne sont pas un long chemin plat ! Souvent, les parcours sont vallonnés.

Passé cette courte introduction, découvrez notre analyse trou par trou :

Le trou numéro 1 : Un par 4 de 304 mètres des boules jaunes (handicap 12)

Pas particulièrement le trou le plus difficile pour commencer sa partie, en revanche, bien qu’il paraisse tout droit vers le green, le trou se joue en léger dog-leg.

Le numéro 1

Sur votre coup de départ, vous pouvez chercher la trajectoire la plus tendue sur la gauche, mais vous prenez le risque de mettre de nombreux bunkers en jeu, et au moins deux à tomber de drive.

Un bois 3 porté à 200 mètres paraît suffisant pour démarrer, et viser soit la gauche du fairway pour raccourcir la distance, soit à droite pour au contraire, chercher l’ouverture vers le green.

En effet, la principale difficulté de ce trou réside dans sa protection par cinq bunkers de greens situés à gauche et à droite.

Si vous jouez depuis la gauche du fairway, les deux grands bunkers de gauche seront à survoler impérativement.

Au contraire, de la droite, vous pourrez tenter de passer au milieu sans risquer de prendre un bunker sur une tombée de shot trop courte.

Le deuxième coup joué idéalement à une centaine de mètres du green doit vous permettre de sortir un pitch ou un fer 9 en fonction du positionnement du drapeau sur ce green assez long.

Sur cette attaque de green, le bon conseil est de ne pas hésiter à « surcluber » pour être certain de passer les bunkers, d’autant que l’arrière du green n’est pas autant protéger que l’avant.

Le trou numéro 2 : Un par 4 de 270 mètres des boules jaunes (handicap 15)

On pourrait faussement sous-estimer ce deuxième trou du fait de sa faible longueur ! Sauf que ce trou est relativement étroit, surtout depuis le départ, et qu’il invite à la prudence en début de partie.

Le numéro 2

Les backtees sont légèrement surélevés par rapport au fairway, ce qui diminue encore le besoin de distance pour atteindre le green.

La difficulté est en fait dans l’étroitesse du trou, qui ne pardonne aucune faute de slice ou de hook. Votre priorité devra être de jouer au centre plus que la distance.

Toute balle trop à gauche devra être considérée comme perdue. Le niveau de palpitation de votre cœur pourra monter au départ de ce trou.

Un coup de fer 3 ou d’hybride devrait suffire à vous mettre correctement sur la piste, pour ensuite envisage un pitch à 90 mètres pour atteindre le green, qui lui est faiblement défendu par deux petits bunkers de chaque côté et en avant.

Les bunkers de fairways ne doivent pas présenter de danger, si ce n’est, si vous partez à la faute.

Attention toutefois au green qui est double-plateau !

Ne vous trompez surtout pas de distance sur votre coup d’approche ! Télémètre indispensable pour juger la position du drapeau sur ce vaste green.

Le trou numéro 3: Un par 3 de 151 mètres des boules jaunes (handicap 1)

Premier par 3 du jour, il est considéré comme le trou le plus difficile de Saint-Donat !

Le 3

La distance n’est pas nécessairement le problème.

Au contraire, on rentre dans le vif du sujet de ces fameux trous joués plus ou moins en aveugle.

Des backtees, le champ visuel devant vous est altéré par de part et d’autre les différents massifs d’arbres qui cachent partiellement le green…de ce par 3 !

Le dessin du trou en dog-leg droit impliquant un passage au-dessus de l’eau et une ravine pour atteindre le green peut impressionner, surtout que le green est dessiné de telle façon que votre coup n’aura pas d’espace en longueur, mais plutôt en largeur.

Pour corser le tout, deux bunkers sont idéalement situés en avant et en arrière pour forcer la précision de votre coup.

Sur ce trou, le bon conseil est de jouer un coup haut et en fade pour pitcher vite et arrêter la balle.

Encore un piège, le green est légèrement en montée ce qui va pénaliser les coups trop courts.

Un fer 4 semble être le bon choix !

Au risque de se répéter, sur ce trou, plus que la longueur de votre coup, c’est sa hauteur qui va compter !

Le trou numéro 4: Un par 4 de 345 mètres des boules jaunes (handicap 4)

Un trou qui pourrait faussement paraître droit ! Le fairway est en réalité légèrement décalé sur la droite par rapport aux backtees.

Le 4

La distance n’est toujours pas le premier problème sur ce début de parcours.

Au contraire, le départ est très étroit du fait des massifs d’arbres de chaque côté avant d’atteindre le fairway qui est en descente sur votre premier coup.

Un coup de bois 3 précis et plutôt à gauche est à privilégier pour parcourir un peu plus de 200 mètres avec la roule, et se laisser un deuxième coup de fer 7 à 130 à 145 mètres sur un fairway qui continue de descendre, aidant la roule des balles.

Sur le deuxième coup, attention ne pas trop abuser de la roule, car justement, le green est plus que bien défendu par un cours d’eau qui d’ailleurs est en jeu pendant tout le trou et qui coupe le fairway en deux endroits (au début du fairway et à la fin juste avant le green).

Un green très défendu par quatre bunkers positionnés tout autour du green à …3 plateaux.

Probablement le coup d’approche le plus délicat de la journée !

Le bon conseil sur ce trou pour un handicap 18 serait de privilégier un coup de fer 5 au départ, et de jouer le trou en bogey pour s’éviter une déconvenue.

Le plus dure est de partir sur ce trou, et de chercher ensuite la droite du green qui peut pitcher à droite et ramener la balle vers le green à la faveur de la pente.

Car clairement, il faut jouer la droite du trou à l’approche pour éviter la succession de bunkers à sa gauche, et dans la ligne de jeu depuis le centre du fairway.

Le trou numéro 5: Un par 5 de 465 mètres des boules jaunes (handicap 2)

Toujours dans la difficulté, nous arrivons sur le premier par 5 de la journée, un long par 5 qui demande de rester sur la gauche du trou tout du long.

Pour la première fois de la journée, vous pouvez sortir le driver. Bien que depuis le backtee, le fairway paraisse en légère montée, et gêné par des massifs sur la droite, au contraire, la tombée de drive est plutôt large.

Autant en profiter avec un léger draw.

La suite du fairway est une sorte de montagnes russes avec plusieurs buttes, vous risquez simplement d’avoir les pieds en pentes sur votre deuxième coup, mais pas d’autres dangers particulier.

Les plus téméraires pourront tenter un deuxième coup avec un bois 3 ou un hybride pour se rapprocher du trou. Toutefois, nous vous déconseillons de tenter le green en deux même si votre premier coup a été long.

Plus vous vous approchez du green, et plus le fairway se rétrécit demandant plus de précision que de longueur.

Ce n’est pas un trou où il faut attaquer outre-mesure. L’arrivée sur le green est contrariée par les arbres, ce qui demandera un coup lobé en fonction de la position du drapeau sur le green.

Le trou numéro 6: Un par 4 de 309 mètres des boules jaunes (handicap 7)

Peut-être un des trous les plus accessibles de ce début de partie !

Le 6

Un drive en draw est l’idéal pour bien démarrer.

Le départ n’est pas trop étroit, et le seul danger est en fait de taper son coup tout droit ou vers la droite du fairway car se trouvent idéalement placés trois bunkers prêts à accueillir votre balle.

Ne les mettez pas en jeu avec votre draw, et l’arrivée sur le green de ce dog-leg gauche vous sera ouverte.

En guise de deuxième coup, un coup de wedge bien senti devrait vous permettre de trouver une bonne position sur le green.

Le drive est le coup clé de ce trou !

Le trou numéro 7: Un par 3 de 142 mètres des boules jaunes (handicap 9)

Après les premiers trous impressionnants du début de partie, ce deuxième par 3 est plus conventionnel.

Pas de piège sur la mise en jeu, si ce n’est de placer son fer 6 au centre du green à deux plateaux.

Le 7

La clé de ce trou réside dans le fait de ne pas s’écarter de plus de dix mètres à droite ou à gauche de la ligne idéale pour ne pas prendre un des cinq bunkers de greens qui vous tendent les bras.

Le trou numéro 8: Un par 4 de 360 mètres des boules jaunes (handicap 4)

Sur ce trou en très léger dog-leg gauche, il ne faut surtout pas hésiter à driver sur la droite du trou pour s’ouvrir la route du green.

Le coup de départ au drive présente une difficulté !

Comment viser à droite avec deux arbres immédiatement sur votre trajectoire aux backtees ?

Un fade sera à nouveau le coup idéal ou à minima un coup droit dans l’axe, mais surtout pas de hook sur ce départ qui vous éliminerait en hors-limite.

Attention aussi aux buttes sur la droite du trou, mais si votre coup est suffisamment long, vous ne devriez même pas y faire attention.

Le fairway est assez large, et favorise une bonne mise en jeu pour aborder le coup suivant relativement sereinement.

L’arrivée sur le green se complexifie avec un resserrement du champ visuel. Le trou est en descente ce qui implique de surveiller son choix de club. Le green est relativement long.

Le trou numéro 9: Un par 4 de 283 mètres des boules jaunes (handicap 5)

Pour finir l’aller, lâchez les watts au drive !

Le 9

Pas de difficulté particulière sur la mise en jeu, au contraire, vous pouvez chercher le maximum de distance avec un draw.

La tombée de drive est large.

Gare à la droite du fairway qui met un bunker en jeu pour ceux qui souhaiteraient s’ouvrir le chemin du green sur le deuxième coup, alors que nous sommes à nouveau sur un dog-leg gauche.

La véritable difficulté de ce trou réside dans le coup d’approche vers un green très bien défendu par quatre bunkers aux quatre coins du green.

L’entrée du green est finalement assez étroite, mais ne devrait pas poser de problème à coup de wedge bien senti.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.