Posté par le dans Guide des golfs en France

Golf de la Freslonnière en Bretagne : Une forêt, de l’eau, et une histoire…

Le Golf de la Freslonnière est en bonne position sur la carte des parcours de golf autour de la ville de Rennes en Bretagne, il s’y trouve en compagnie des parcours de Rennes Saint-Jacques, Cicé-Blossac, et Cap Malo. Moins fréquentés par les golfeurs en vacances pendant la haute saison que les parcours de bord de mer, on retrouve généralement sur ces parcours une atmosphère conviviale, et un accueil agréable de la part des membres de ces clubs, quand on doit se joindre à eux pour une partie.

Découvrez nos formules d'abonnements

Pour trouver les origines du Golf de la Freslonnière, il faut remonter 12e siècle, puis au 17e siècle et la reconstruction du château par la famille Freslon, qui est toujours aujourd’hui, propriétaire de ce domaine de 60 hectares.

C’est au sein de ce vaste domaine qui comprenait un parc et un bois centenaires qu’a été aménagé le club de golf actuel, aussi ce n’est pas une surprise de voir se dérouler le parcours de 18 trous au milieu d’un univers boisé par de multiples essences d’arbres, et ponctué par de nombreux obstacles d’eau.

Par-72 long de 5650 mètres, le parcours de la Freslonnière c’est ouvert aux golfeurs en 1989.

Si comme son voisin, le golf de Rennes Saint-Jacques, il est à proximité de la ville de Rennes, cela n’en fait pourtant pas un parcours urbain. Le golf de la Freslonnière est situé dans un cadre bien plus bucolique, et loin des nuisances sonores et visuelles de l’aéroport.

Le parcours de la Freslonnière est un parcours technique et assez subtil dans son approche, quand on veut y faire un bon score.

Les gros frappeurs sont moins avantagés que les bons stratèges et les golfeurs les plus précis, particulièrement au niveau des approches qui demandent souvent d’être un peu imaginatif.

Du fait de l’environnement très arboré, le parcours est particulièrement bien protégé des vents.

Pour ceux qui souhaitent passer quelques jours de détente au calme, tout en profitant du parcours de golf, la Freslonnière propose également de belles chambres d’hôtes meublées d’époque, ainsi que des gîtes labellisés pour de 4 à 8 personnes.

À la Freslonnière, entre l’accueil et le restaurant, on trouve le putting green situé un peu comme le centre de la « place du village ».

Golf de la Freslonnière, le parcours

C’est un Par-5 en dog-leg droit long de 454 mètre qui constitue l’ouverture de ce parcours de la Freslonnière.

Au départ de ce trou N° 1, quand on découvre le parcours pour la première fois, le sommet de la légère pente vers l’avant ne permet pas de deviner la zone de retombée de drive, et si l’on drive loin il faut être droit, ou bien assurer en jouant plus court avant la descente.

Finalement, à y repenser après la partie, ce n'est pas le trou le plus mémorable. Il permet de se mettre en jambe bien qu'il ne faille pas le sous-estimer.  Des jaunes, un drive à 220/230 mètres doit permettre de s'ouvrir l'accès au green. Il faut impérativement jouer le côté gauche du fairway.

Pour les longs-frappeurs qui ambitionnent de toucher le green en deux, même un bon départ n'empêchera pas un deuxième coup difficile, où il faudra avoir la compétence de faire tourner la balle sur la droite...(fade pour un droitier). Cependant, il y a un peu de place pour rater à gauche du green, et se laisser un chip.

Le trou N° 2 est un joli Par-3 long de 153 mètres et assez étroit, les arbres de chaque côté du fairway sont vite en jeu si le coup par un peu trop à droite ou à gauche. 

Pour avoir manqué le green sur sa gauche, et derrière les arbres, malgré l'ouverture, il faut parfois compter sur le facteur chance pour revenir sur le green, et sauver un par.

Clairement, sur ce trou, la précision est d'or, ou à choisir, mieux vaut être plus long que trop court, notamment en raison d'un bunker bien placé à l'entrée sur sa gauche.

Le trou N° 3 un assez court Par-4, avec ses 280 mètres. Il ne nécessite pas nécessairement de prendre un bois de parcours, car là encore, la précision l'emporte sur la puissance.

Le fairway est à nouveau dans un couloir étroit délimité par les arbres de chaque côté. Un très grand bunker défend le devant et le côté droit du green. C’est le premier d’une série de cinq Par-4.

Le trou N° 4 est long de 358 mètres. C’est un Par-4 en dog-leg vers la droite.

Sur un fairway assez large, il faut faire environ 200 mètres pour avoir l’ouverture vers le green.

Comme souvent au golf, ce trou ne pardonne pas un coup raté, et notamment au départ. Il faut être long, y compris des repères jaunes, et viser le côté gauche du fairway.

Ensuite, l'attaque de green peut être jugée impressionnante, car des arbres se resserrent avant l'entrée du green, alors que sur la droite, on retrouve un bunker...

Le troisième de cette série de Par-4 et le trou N° 5, long de 365 mètres.

Le fairway est tout droit et assez large,... ouf on respire un peu après ce démarrage où la précision est de mise. Ce n'est pas le trou le plus impressionnant de l'aller, et le PAR est résolument atteignable après un drive qui dépasse les 200 mètres...Certes, un large bunker défend le green sur sa gauche, et le green est plus large que long, mais une bonne approche lobée à 80/90 mètres du trou, et vous serez tiré d'affaire.

En revanche, avec un coup de départ plus court, et forcé de jouer un club plus long pour l'attaque de green, et dans ce cas, le green plus long que large sera une difficulté supplémentaire...

Le trou N° 6 est un Par-4 en léger dog-leg vers la gauche, long de 300 mètres. L’angle du dog-leg se trouve à environ 180 mètres du départ, ce qui laisse une approche de 100 mètres pour trouver l’entrée de green.

Là-encore, il faut profiter de ce trou plutôt abordable pour rendre un par ou un bogey. Pas un trou qui vous laissera un souvenir impérissable...mais il en faut pour que la journée ne vire pas dans le rouge avec un enchaînement de coups trop difficiles.

On peut souligner jusqu'ici que les chemins et les aires de départs sont en très bon état.

Le trou N° 7 est le plus court des Par-4, avec seulement 231 mètres.

Le fairway est tout droit, il faut par contre réussir une approche précise pour éviter les obstacles avant le green.

C’est sans doute le trou le plus facile de la Freslonnière... à condition de passer le premier gros obstacle d'eau qui demande un coup plus long de 80 mètres !

Attention de ne pas forcer sa frappe de peur de ne pas passer, et de justement envoyer la balle dans le décor, à droite, ou à gauche...

Si sous les arbres, vous pouvez avoir la chance de retrouver votre balle, vous risquez de ne pas avoir l'ouverture sur le second coup vers le green, et ainsi perdre tout espoir de faire un bon par.

En réalité, au départ de ce trou, il ne faut pas chercher la distance et se rapprocher trop vite du trou, pour absolument privilégier un coup au centre du fairway.

Même si le green est bien défendu à son entrée, vous pouvez largement jouer plus long alors que le green est très profond.

Peu long, d'aspect facile, nous n'avons pourtant pas fait le PAR au moment de notre passage, alors vigilance sur le coup de départ !

Le trou N° 8 est un joli petit Par-3 long de seulement 108 mètres des repères jaunes.

Il faut passer au-dessus d’un obstacle d’eau sur un peu plus de 80 mètres pour atteindre l’entrée de green. Visuellement, avec le trou numéro 7, il fera partie des trous dont vous vous souviendrez finalement le plus...

Attention, si le trou est court, du tee de départ, vous ne distinguerez pas nécessairement un green un peu bombé et qui peut plus facilement que sur les trous précédents vous réserver trois-putts...

Pour terminer l’aller, le trou N° 9 un Par-4 en dog-leg vers la gauche, long de 364 mètres. Le virage est situé à environ 170 mètres du départ, pour les gros frappeurs il faut donc bien choisir son club de façon à ne pas être trop long, et dans les bois en face.

Clairement, la mise en jeu peut être problématique si vous êtes sujet à des effets indésirables comme le hook ou le slice... tant pis pour éviter de sortir avec un triple ou pire, en raison de pénalités ou de balles perdues, il faut peut-être admettre de le jouer en bogey, et de manière très conservative sur le coup de départ joué plus court, mais absolument sur la piste. Impossible de retrouver les balles à gauche ou à droite !

C'est assurément l'un des trous les plus délicats de l'aller, car dans l'idéal, pour faire le PAR ou moins, il faut une mise en jeu parfaite, un peu à droite du virage, et donc d'au moins 170/180 mètres, mais pas plus !

Après avoir salué la statue qui se trouve sur le bord gauche du fairway, l’approche se fait vers un green à la forme carrée, défendu sur ses côtés par deux bunkers.

On commence le retour du parcours avec le trou N°10, qui avec ses 434 mètres est le plus court des Par-5 du golf de la Freslonnière.

En dog-leg vers la gauche, ce Par-5 pas trop long demande d'être joué sur sa droite où il y a le plus d'espace à la tombée de drive. Justement, un monticule sur la droite gêne astucieusement votre visibilité au trou...

Pour une première partie, nous l'avons joué prudemment en trois coups (surtout que le premier drive n'était pas assez long), et avec un second coup dont le seul objet était de laisser moins de 100 mètres sur le troisième coup. Cela n'a pourtant pas suffi à nous prémunir d'une balle trop courte dans le bunker avant le green. 

L'attaque de ce dernier n'est pas si simple...Risque de bogey !

Large, le green est vallonné et protégé par un grand bunker sur toute la largeur.

Avec ses 190 mètres, le trou N°11 est le plus long des Par-3 de la Freslonnière.

En dehors de sa longueur, il faut tenir compte de la rangée d’arbre à gauche du trou, que l’on doit tangenter si l’on veut toucher le green, lui même protégé par un grand bunker sur tout le côté droit.

Là-encore, c'est clairement un trou à bogey sauf à mettre un premier coup spectaculaire. Le risque est élevé de se retrouver sur les côtés, et en plus, il faudra pouvoir retrouver sa balle...

Pour un bogey player, la bonne approche pourrait être de rester volontairement court du green, et jouer donc devant pour se laisser une chance d'approche-putt...

S’il n’est pas le plus long des Par-5, le trou N°12 mesure tout de même 495 mètres.

Si ce trou présente un fairway assez large, il semble difficile à toucher en seulement deux coups, surtout quand en 2021, il a beaucoup plu en France, et que les fairways ne sont pas fermes ou assez roulants.

La bonne idée consiste à le jouer légèrement par la droite.

Le joli et grand green légèrement ondulé est protégé de chaque côté par des bunkers, ce qui évidemment nécessite une approche précise. Clairement, le petit-jeu autour du green est mis à l'épreuve.

Jusque-là, c'est clairement le green le plus mémorable du parcours, surtout quand la position du drapeau est aussi astucieusement placée vers l'entrée, à l'endroit le plus resserré du green, et mettant en jeu les deux bunkers.

Le trou N°13 est un Par-4 en léger dog-leg vers la droite, il est long de 270 mètres et ne présente pas de difficultés particulières à première vue... Cependant, c'est aussi le moment où l'on peut être susceptible de lâcher en concentration...

Si le trou doit permettre un par ou bogey, le fait de le sous-estimer peut coûter rapidement un double.

Au départ, un coup des jaunes qui dépasse les 170 mètres devrait suffire à être correctement placé dans le virage. Chercher plus, c'est de la gourmandise, et augmenter défavorablement le ratio risque/récompense.

Protégé devant par un bunker, le green est vaste et roulant. Surtout, le gros danger est situé derrière le green si vous avez l'infortune de jouer trop long.

Depuis cette position, vous avez de grandes chances d'avoir un plus mauvais lie...

Mieux vaut rester court...Curieusement, dans cette zone du parcours, le terrain était plus ferme, et les balles roulaient plus facilement... derrière le green, et malgré le fait qu'il monte depuis le fairway, ce dont il faudra tenir compte au moment du putting.

Le trou N°14 est un long Par-5 en dog-leg vers la droite. Avec ses 525 mètres c’est le plus long du parcours de la Freslonnière, et aussi le second dans l’ordre des difficultés.

Depuis le tee, il faut clairement s'aligner vers la gauche pour ouvrir le reste du trou.

Même si l’on a bien conscience que ce parcours est dans une belle forêt, et si les sous bois semblent dégagés, cela ne rend pas plus facile d’y jouer les balles qui s’y sont égarées.

De ce point de vue, c'est presque le second coup qui est le plus difficile, car après un bon drive, vous pourriez être encore tenté d'attaquer pour raccourcir la longueur du coup suivant.

Pourtant, ce dog-leg tourne en deux fois, et la tombée du deuxième coup risque d'arriver dans ce second virage encore plus resserré, et où se trouve des bunkers bien placés.  A choisir, mieux vaut rester court, et accepter un troisième coup plus long, et même de manquer le green en régulation.

Dans ce dernier virage, il y a un fort risque de perdre un coup de recentrage.

Le trou N°15 avec ses 96 mètres est le plus petit Par-3 de ce parcours. Ce trou donne l'impression que l'architecte n'avait pas de place pour faire mieux, et il dénote clairement avec le reste du tracé.

Le green est bien protégé par des bunkers de part et d’autre, mais cela reste une belle occasion de faire un Par ou un Birdie.

Clairement pas un trou dont vous vous souviendrez ou du niveau du reste du parcours...ce qui va trancher notablement avec le trou suivant...

Le trou signature de la Freslonnière est de notre point de vue le N° 16 !

C’est un Par-4 long de seulement 276 mètres en dog-leg à droite à 90 degrés. On comprend pourquoi ce trou a été désigné comme le plus difficile du parcours, mais pas depuis le tee de départ...

Au contraire, sur le premier coup, un coup à environ 170/180 mètres plutôt orienté vers la gauche pour chercher l'ouverture peut paraître insuffisant pour attaquer le green sur le coup suivant, mais en revanche, éviter de mettre en jeu un bunker bien placé au fond, et qui va arrêter les plus ambitieux.

Le coup idéal au départ doit impérativement parcourir 200 mètres et sans trop s'écarter de la ligne idéale...

Le moment crucial de votre partie à la Freslonnière va intervenir à ce moment de la partie...

Sur le second coup, toutes les difficultés se cumulent : Les pieds ne sont pas nécessairement à plat, un monticule sur la droite rend quasi impossible une approche lobée, et le tour de green est minuscule...

Attention à tout excès d'adrénaline, il y a ici plus à perdre qu'à gagner, surtout si le premier coup n'a pas été assez parfait. Il faut peut-être là encore accepter le bogey, et placer un coup astucieux orienté vers la gauche du trou, et dans le seul but de se rapprocher, et sans chercher à passer l'eau ou rejoindre le green.

L'attaque du green peut alors se faire sur le troisième coup, et avec une distance moindre. Derrière le green ou sur les côtés, vous n'avez pas de place, et risquez de devoir chipper sous les arbres, et dans un lie impossible.

Sur ce trou, les opportunités de pénalités sont nombreuses, sauf à le jouer modeste avec des coups ayant 100% de chances de réussir. 

Le tout petit green donne l’impression d’être en île, l’obstacle d’eau l’entourant de gauche à droite. Et une fois sur le green en pente vers l’eau, les putts ne sont pas facilement donnés.

En dog-leg vers la gauche, le trou N° 17 est le plus long Par-4 de la Freslonnière. C'est astucieux pour piéger les plus ambitieux, car un drive trop à droite, et trop long (seulement 190 mètres des jaunes, et vous êtes pénalisé dans la forêt en face) va forcer un coup de recentrage, et donc un coup de perdu.

Clairement, il faut plutôt jouer sur la gauche et l'entrée du virage, car à droite, l'ouverture n'est pas suffisante pour que le risque en vaille la chandelle.

Pour la majorité des golfeurs, le deuxième coup va être très long, et donc faire risquer le bogey ou le double bogey. Nous serions curieux de connaître le pourcentage de green en régulation sur ce trou. Il doit être assez faible.

Le fairway descend délicatement vers un joli green de forme carrée entouré à droite et à gauche par des bunkers.

Attention de ne pas jouer trop long, et trop derrière, au risque d'avoir un coup d'approche encore plus difficile en comparaison d'un coup d'approche avant le green beaucoup plus abordable.

Pour clôturer cette partie, le trou N° 18 est un Par-4 long de 300 mètres, en dog-leg vers la gauche, et dont nous gardons un bon souvenir.

Il y a environ 200 mètres avant d’atteindre l’angle du virage sur un fairway bordé d’arbres sur la gauche, et de deux plans d’eaux successifs au début sur la droite, puis un bunker au fond de la zone à viser sur la droite.

Pas besoin d'être très long sur la mise en jeu, un coup à moins de 200 mètres peut suffire à se laisser un coup d'attaque franc vers le green. Le tout, c'est de ne pas trop s'enfermer à gauche...

Le green est alors à moins de 100 mètres, avec en toile de fond le club house. Le green est particulièrement bien défendu par deux bunkers, devant et à sa droite. Le jour où nous avons joué, le drapeau était plutôt proche du centre, et donc loin des obstacles. Ce n'est pas le green le plus difficile du parcours, et donc un trou qui peut permettre de partir sur une bonne note d'optimisme.

Avec la vue du club-house, c'est aussi un des trous les plus mémorables de ce parcours qui ne paraît pas difficile au premier abord, et même avec des trous très courts, mais finalement, d'un point de vue du score, on peut vite partir à la faute, et dans la forêt.

Sur 29 parcours en Bretagne, nous le classons finalement dans les 7 plus difficiles, certes loin de Brest ou Cicé, mais gare au slope de 136 des repères blancs !

Sur ce parcours, sur quelques trous, il faut tout de même de la longueur, surtout quand le parcours est relativement humide, mais par dessus tout, il faut beaucoup de précision pour éviter les fautes, et jouer les bonnes zones. Il faut souvent être plus court que trop long. C'est un parcours qui demande vraiment de la réflexion stratégique. Le trou numéro 17 justifie à lui seul de vouloir rejouer pour réussir le défi.

Joué début août 2021, tout comme Rennes Saint-Jacques au même moment, le parcours de la Freslonnière était assez peu fréquenté, sans doute que les golfeurs rennais étaient en vacance ailleurs.

On a apprécié l’état général du parcours, que ce soit les fairways, les zones de départs, les greens, et le sable des bunkers.

D’autant plus qu’il avait beaucoup plu les semaines précédentes.

C’est sans doute un détail, mais sur les buggys, la capote en toile qui peut se déplier pour protéger les sacs de golf, est sans aucun doute un élément de confort appréciable quand il pleut. Dans la même région, tous les parcours n'ont pas misé sur cette astuce.

Dommage que la signalisation entre chaque trou ne soit pas présente partout. Quand on découvre le parcours pour la première fois, cela permettrait de ne pas perdre trop de temps entre chaque trou.

Le tarif du green fee est de 67 € en haute saison (hors réductions). Bien que légèrement plus cher que le Golf de Rennes Saint-Jacques (65 €), le rapport qualité/prix est plus favorable au Golf de la Freslonnière, du fait de son environnement et de la qualité de son entretien.

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 3 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.