Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Guide des golfs en France

Golf du Médoc: Comment jouer les 9 premiers trous des Châteaux?

Golf du Médoc : Comment jouer les 9 premiers trous du parcours des Châteaux ? @Crédit photo : Golf du Médoc

A l’occasion de la réouverture du club-house du golf du Médoc, nous nous sommes intéressés au parcours des Châteaux, l’un des deux 18 trous hébergés par ce célèbre Resort au cœur du vignoble Médocain. Du trou numéro un au numéro 9, découvrez les pièges et solutions pour scorer.

En préambule, quelques mots sur le club-house restauré pour plus de convivialité

En avril 2015, après six mois de travaux, le club house du Golf du Médoc a réouvert ses portes.

Objectif de la direction, proposer un accueil chaleureux et moderne au sein des nouvelles installations du Resort, comprenant le pro-shop, et le restaurant.

Par exemple, il sera désormais possible de réserver son départ pour une partie amicale ou en compétition avec deux ipads mis à disposition au proshop.

A l’étage, et face au parcours des Châteaux, vous vous retrouverez dans un nouvel espace « lounge » avec un bar et un salon, agrémentés d’une terrasse panoramique pour vous retrouver avec vos partenaires après une partie de golf.

Le restaurant a été considérablement revu et redessiné avec un mobilier moderne et élégant.

Pour autant, si vous êtes un golfeur nomade, et que vous avez envie de découvrir ce golf, à quoi devez-vous vous attendre une fois au départ du parcours des Châteaux ?

Nous vous apportons ci-dessous un détail de chacun des neuf premiers trous pour que vous puissiez prendre les bonnes décisions.

Un deuxième article sur les neuf trous suivants viendra s’ajouter à ce premier sujet.

Pour citer, Sébastien Gros, récent vainqueur de l’Open de Saint-Omer, ce qui n’était plus arrivé à un français depuis quatorze ans « Bien jouer au golf, se résume à taper de bons coups à condition d’avoir fait les meilleurs choix possibles. »

Dans ce sujet, nous nous intéressons justement aux meilleurs choix à la portée de golfeurs amateurs.

Trou numéro 1, un PAR 4 handicap 9 long de 372 mètres depuis les boules blanches

En arrivant sur ce premier départ de la journée, vous n’aurez pas l’impression que ce premier trou soit injouable, bien au contraire.

Sur la gauche, une rangée d’arbres vous invitera à jouer plutôt à droite du fairway, mais justement, si vous découvrez le parcours, soyez sur vos gardes.

L’architecte américain, Bill Coore, cherche à détourner votre attention du véritable piège représenté par un enchaînement de bunkers relativement imposants en bordure centre et droite du fairway.

Sur le tee de départ, on pourrait croire que les bunkers sont situés à droite du fairway, or, en fait, à droite des bunkers, on trouve encore un bon morceau de fairway.

Sur ce premier trou, les « sliceurs » ne seront pas trop pénalisés du fait que le terrain est assez large pour retrouver facilement sa balle.

Le bon conseil sur ce coup de départ est de chercher le centre gauche du fairway en s’alignant à droite des boules de départ avec son driver.

L’idée étant de ne pas mettre les bunkers en jeu sur le premier coup, ni le second.

Attention, toutefois de ne pas trop partir sur la gauche du fairway au risque de « se fermer » le second coup qui doit permettre l’accès au green.

Ce dernier est modérément protégé par deux bunkers sur l’avant et à gauche, qui justement seront à survoler pour un golfeur trop au bord gauche du fairway.

En fonction de la position du drapeau, et sur une journée ensoleillée, vous pourriez avoir champ visuel légèrement perturbé par un grand arbre qui se détache des autres massifs presqu’à mi-hauteur du green.

L’ombre qu’il créé au sol à certains moments de la journée peut masquer la visibilité du drapeau et des pentes sur le green.

Au moment de votre coup d’approche, nous vous recommandons de vous appuyer sur la partie droite du green, beaucoup plus sécurisante.

Trou numéro 2, un PAR 5 handicap 7 long de 522 mètres depuis les boules blanches

Un trou qui au premier abord ne paraît pas trop difficile.

Et tout est fait pour que vous soyez incité à jouer sur la droite du fairway.

Depuis le tee de départ, vous apercevrez des bunkers de fairway à gauche qui réduiront considérablement la largeur du terrain susceptible d’accueillir votre coup de départ.

La partie droite du terrain vous paraîtra plus accueillante.

Attention à la tranchée qui coupe le fairway juste après les boules de départs, notamment pour les golfeurs qui grattent de temps en temps leurs premiers coups.

Ce que vous ne verrez pas depuis le backtee, c’est qu’en fait, idéalement placé sur la droite, un bunker de fairway a été placé pour accueillir les longs drives de ceux qui auront pensé à éviter les premiers bunkers situés à gauche.

Le bon conseil est ici de taper son drive en n’hésitant pas à survoler les bunkers à gauche.

Sur votre deuxième coup, vous apercevrez encore des bunkers sur votre gauche, mais très honnêtement, ils ne devront pas être en jeu.

Le fairway est assez large pour taper un bon deuxième coup en direction du centre.

Tenter le green en deux est du domaine de l’exploit depuis les boules blanches.

L’arrivée sur le green est plus favorable aux golfeurs qui tenteront de « plomber » par le haut pour survoler un imposant bunker, qui d’ailleurs ferme tout le côté droit du green, par rapport à ceux qui tenteront un coup plus tendu, et plus roulant, qui justement prendrait le risque d’accrocher ce bunker…surtout si vous arrivez de la droite du fairway.

Trou numéro 3 PAR 4 handicap 15, long de 357 mètres depuis les boules blanches

Après avoir passé le seul par 5 de l’aller, on se retrouve sur un par 4 assez abordable, surtout si on gère bien le premier coup.

Les abords du tee de départ sont dégagés…une véritable invitation à driver.

La tombée de drive pourrait présenter deux dangers.

Si vous prévoyez d’être court sur votre mise en jeu, visez à gauche, et si, au contraire, vous prévoyez d’être un peu plus long, visez à droite pour vous assurer de ne pas attraper un des deux bunkers qui agrémentent cette première tombée de drive.

Le driving sur ce trou s’apparente à une sorte de slalom pour passer entre les bunkers disposés de part et d’autre du fairway.

Le bon conseil consiste à s’aligner sur la gauche pour jouer long, et se mettre hors de danger, tout en conservant un angle d’ouverture intéressant pour aborder le green, sur un second coup qui devrait être assez court, et se jouer avec un club relativement ouvert.

D’autant que le green est en légère montée par rapport au fairway, et se trouve assez ondulé, une caractéristique que l’on trouve régulièrement sur ce parcours.

Un dernier bunker se situe à droite du fairway et assez en amont du green, logiquement, il ne doit pas être dans la ligne de jeu, sauf pour ceux qui auront joué le trou depuis le bord droit.

Trou numéro 4 PAR 4 handicap 1, long de 412 mètres depuis les boules blanches

Sur ce trou, la problématique posée par l’architecte est surtout au niveau de la distance à parcourir.

Pour toucher le green en deux, il vous faudra impérativement un coup de drive dépassant les 230…240 mètres, pour avoir une chance d’attraper un bout de green sur une très longue approche avec un fer fermé ou mieux un hybride.

Visuellement depuis le backtee, vous ne verrez pas réellement d’autre difficulté que la distance, sauf si le vent se mêle de la partie, étant donné que ce fairway est très dégagé.

Sur votre coup de départ, vous serez tenté de vous aligner à droite pour vous mettre en face du fairway, attention aux deux arbres qui jouxtent les backtees, surtout pour les golfeurs qui ont tendance à faire partir leurs drives sur la droite au démarrage du coup.

Ce serait dommage d’accrocher une branche, d’autant que le fairway est très dégagé à droite.

A tombée de drive sur la gauche du fairway, un imposant bunker attend ceux qui seraient tentés de couper un peu trop court.

Pour le deuxième coup, l’architecte n’a pas poussé le vice à placer un bunker à l’entrée du green, ce qui aurait pu arrêter les balles en fin de course.

Au contraire, deux bunkers de tailles différentes se situent de chaque côté. Le plus gros dilemme se situant à droite.

Sur ce green, toute la difficulté dépend de la position du drapeau. En avant, et les deux bunkers resserrent considérablement l’espace disponible pour poser sa balle en sécurité.

En arrière, le problème des bunkers se pose moins, mais cela peut ajouter une distance considérable, étant donné que le green est vaste et tortueux.

Dans des biens des cas, la prudence voudrait que l’on vise le centre du green.

Trou numéro 5 PAR 3 handicap 13, long de 150 mètres depuis les boules blanches

Le premier par 3 de la journée n’a rien de facile !

D’ailleurs, son handicap pourrait être trompeur.


Certes, la distance n’est pas le principal problème, mais l’essentiel du chemin à parcourir devra se faire au-dessus de l’eau !

Sur toute la droite du trou, un large plan d’eau pourra vous intimider, d’autant que le green est aussi situé au bord de l’eau.

Le vice du greenkeeper pouvant aller jusqu’à placer le drapeau près de la zone de danger, pour vous tenter.

Et pour ne rien arranger, un bunker est situé sur la gauche du green.

Le coup idéal pourrait être un coup de fer 5 ou 6 joué en fade vers le centre du green avec une trajectoire suffisamment haute pour que la balle s’arrête rapidement au sol.

Trou numéro 6 PAR 4 handicap 5, long de 366 mètres depuis les boules blanches

Un trou que beaucoup d’amateurs redoutent !

Tout d’abord, au drive, vous allez devoir passer à minima 180 mètres au-dessus de l’eau pour espérer atteindre le fairway.

Il y aurait bien une solution pour éviter de passer au-dessus de l’eau, mais elle est encore plus complexe à réaliser techniquement !

Et consisterait à jouer un coup de fer chirurgical complètement à droite vers une infirme partie de fairway, surtout dédié à marcher autour du plan d’eau qui est très vaste.

La meilleure solution reste de passer au-dessus de l’eau, et largement, pour éviter d’attraper une tranchée située juste après le plan d’eau, et qui doit bien mesurer quatre mètres de large.

Une fois posée en sécurité de l’autre côté du plan d’eau, vous pouvez aborder la suite du trou avec plus de sérénité.

Les bunkers de parcours qui jalonnent le fairway sur la gauche ne sont pas réellement en jeu.

En revanche, les bunkers de greens ont été placés idéalement pour gêner les coups d’approches.

Placés devant et derrière l’entrée du green, il suffit que le drapeau soit à l’entrée du green, et vous vous retrouvez dans une situation de haute précision pour votre deuxième coup.

Ni trop court à droite, ni trop long à gauche, ce green est une invitation pour une approche totalement contrôlée, d’autant que là-aussi le green est très vallonné.

Trou numéro 7 PAR 4 handicap 11, long de 360 mètres depuis les boules blanches

Un trou plutôt court ! La difficulté est plus visuelle depuis le backtee.

En effet, tout vous pousse à jouer sur la droite du fairway…pour justement trouver un petit bunker de parcours, idéalement placé pour accueillir votre coup sur la gauche du fairway.

La bonne stratégie consisterait à « serrer » à gauche, quitte à survoler les massifs, et la partie de rough la moins accueillante qui vous sépare du fairway.

Sur le deuxième coup, il faut distinguer le fait que le bunker de green n’est pas réellement dangereux si le drapeau est placé au fond du green.

En revanche, devant, il est une incitation à jouer long, et prendre le centre du green.

Ce bunker présente deux désavantages : il est large et ses lèvres remontent ! Vous pouvez tout à fait avoir à réaliser une sortie avec les pieds sous la balle !

Quel que soit votre trajectoire, étant donné que ce bunker est placé à l’entrée du green, il vous faudra le survoler. Tenez en compte au moment de choisir votre club… Ne jouez pas trop court…

Trou numéro 8 PAR 3 handicap 17, long de 150 mètres depuis les boules blanches

Ce deuxième par 3 de la journée est très similaire au précédent avec encore de l’eau en jeu.

A la différence du numéro 5, ennemi des « slicers » avec de l’eau sur tout le bord droit du trou, cette fois, l’eau est à gauche pour gêner les adeptes du hook.

Encore une fois, la position du drapeau sera la clé de la difficulté. Si ce dernier est positionné à l’extrême gauche du trou, il mettra en jeu l’eau.

La meilleure solution sur ce trou pourrait être de taper un coup en draw en s’orientant nettement sur la droite du trou afin de limiter les risques.

Sans compter que deux bunkers sont en jeu, devant et derrière le green sur la ligne de trajectoire idéale.

Le choix du club est crucial pour tenter une approche très haute pour arrêter la balle rapidement sur le green.

Trou numéro 9 PAR 4 handicap 3, long de 417 mètres depuis les boules blanches

Dernier trou de l’aller qui se charge de nous ramener vers le club-house !


Et pas le moins difficile des trous puisque sur celui-ci, il faudra faire preuve de distance et de précision dès le tee-shot puisqu’une fois n’est pas coutume, le fairway est visuellement plus resserré du fait des rangées d’arbres à gauche et à droite.

Depuis, le backtee, on pourrait se laisser intimider par le fait qu’il y ait un peu d’eau à passer sur le premier coup. Pour autant, logiquement, cet obstacle ne devrait pas être considéré comme tel.

En revanche, il faut « envoyer » en prévision du deuxième coup sur ce long par 4.

Le green a beau être vaste. Il est très bien protégé par plusieurs bunkers, et avant cela, par un arbre qui se démarque de sa rangée à 80 mètres du green, histoire de fermer le côté droit du trou, pour vous inciter à jouer à gauche.

Ceci étant dit, il est fortement déconseillé d’aborder ce trou par la droite, sous peine de se fermer l’ouverture au green.

Suite de notre analyse du parcours, et les neuf trous du retour dans notre prochain article.

Crédit photo : Golf du Médoc

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.