Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Pros, Enseignants et Coachs de golf

Le swing de golf des pros expliqué en 4 étapes clés pour un amateur

Le swing de golf des pros résumé en 4 étapes clés pour un amateur

Pour un individu, il y a au moins trois façons distinctes d’apprendre un nouveau mouvement : en écoutant, en ressentant ou en visualisant. En matière de golf, et plus particulièrement de swing, je conseille toujours à mes élèves de regarder comment les pros jouent à la télévision. Pas seulement pour suivre leurs exploits, et leurs capacités à scorer, mais surtout pour les observer dans leurs gestuelles, et leurs façons de gérer leurs swings. Certains professionnels, comme par exemple le sud-africain, Ernie Els, le danois Thomas Bjorn ou la française Gwladys Nocera sont de véritables modèles.

Découvrez nos formules d'abonnements

Comment le swing des pros peut inspirer un amateur de golf ?

Avec ce sujet, j’ai l’intention de vous illustrer au moins quatre étapes fondamentales dans la réussite d’un bon swing de golf, étapes que l’on retrouve chez tous les meilleurs golfeurs du monde, qu’ils soient sur le tour américain, européen ou féminin.

Quatre étapes qui sont en fait quatre mouvements !

Avant d’aller plus loin, sachez que j’ai parfaitement conscience du fait qu’il ne suffit pas de visualiser ou de lire des conseils sur un swing de golf pour se retrouver comme par enchantement à maîtriser ce qui a pris des années, des mois, des semaines, des heures à des golfeurs professionnels.

Ceci étant, je considère aussi que l’un des principaux problèmes que j’identifie sur les practices de golf, c’est que bien souvent les amateurs ne savent pas vraiment quoi travailler sur leur swing.

Cet article est donc une invitation à travailler dans une direction…celle qui est la plus communément observée chez les pros sur le tour.

Quatre mouvements sont communs à l’immense majorité des golfeurs professionnels sur le tour : la rotation, l’inclinaison, le transfert, et l’extension !

Ces quatre mouvements du corps ont une importance cruciale l’orientation de la face de club, le plan du club pendant le swing, le contrôle du point bas de l’arc de swing, et la vitesse de tête de club.

Parmi ces quatre mouvements, vous pouvez trouver au moins une différence entre un pro et un simple amateur de golf.

Examinons ces quatre mouvements pour les comprendre un par un…

La rotation

Si vous jouez au golf depuis un certain temps, on a déjà dû vous battre et rebattre les oreilles avec la rotation. Des quatre mouvements clés, c’est celui qui est le plus souvent pris en exemple pour caractériser un swing de golf.

Le déplacement du club sur les quelques premiers centimètres est en fait critique pour la réussite d’un bon swing de golf.

Le démarrage de la rotation donne le ton pour tout le reste du geste.

C’est d’ailleurs pourquoi vous voyez souvent un pro répéter les tous premiers centimètres de déplacement du club dans sa routine préalable au fait de taper un coup.

Le déplacement du club sur les quelques premiers centimètres est en fait critique pour la réussite d’un bon swing de golf.

Tous les meilleurs golfeurs du monde démarrent leurs rotations par une action induite par le centre du sternum, et au moins jusqu’à ce qu’il pointe au-dessus du genou en aval du déplacement du club, à savoir le droit pour un droitier.

Le premier objectif de ce début de rotation déclenchée par le sternum est en fait d’amener les mains juste au-dessus du genou, ce qui a pour conséquence d’amener la tête de club légèrement à l’extérieure de la ligne des mains.

Le premier objectif de ce début de rotation déclenchée par le sternum est en fait d’amener les mains juste au-dessus du genou, ce qui a pour conséquence d’amener la tête de club légèrement à l’extérieure de la ligne des mains.

Un golfeur professionnel sur le tour réalise en moyenne une rotation de 27 degrés avant que le club n’arrive à être parallèle au sol au sommet du backswing (Le shaft doit se trouver à 270 degrés par rapport au sol).

L’inclinaison

Ce léger mouvement du corps est déjà moins connu que la rotation. A partir du moment où le centre du sternum pointe au-dessus du genou droit (pour un droitier), il est temps d’ajouter un peu d’inclinaison au phénomène de rotation.

A partir du moment où le centre du sternum pointe au-dessus du genou droit (pour un droitier), il est temps d’ajouter un peu d’inclinaison au phénomène de rotation.

Concrètement, cela veut dire pour un droitier, que l’épaule gauche commence à descendre, à s’incliner pour déplacer les mains et les bras vers l’arrière du stance au backswing.

Un golfeur professionnel droitier sur le tour déplace son épaule droite en moyenne de 11 degrés vers le sol à l’adresse tandis que son épaule gauche est inclinée de 36 degrés au moment où il atteint le sommet du backswing.

Concrètement, cela veut dire pour un droitier, que l’épaule gauche commence à descendre, à s’incliner pour déplacer les mains et les bras vers l’arrière du stance au backswing.

Comprenez que depuis le moment où le centre du sternum passe au-dessus du genou droit durant la phase de rotation, et le moment avant que le club n’atteigne le sommet du backswing, les épaules du golfeur professionnel s’inclinent de 20 degrés supplémentaires.

Le transfert

Un autre mouvement souvent cité quand il s’agit de parler de swing de golf.

Pour autant, la notion de transfert de masse de l’arrière vers l’avant n’est pas toujours comprise ou parfaitement exécutée.

Quand on parle de transfert, on doit aussi parler de transition. Cette étape clé qui se situe entre la fin du backswing, une fois que le club arrive au sommet, et le début du downswing, quand le club repart vers la balle.

J’espère que la démocratisation des plaques de forces dans les clubs de golf pourra aider les amateurs à quantifier ce transfert d’énergie qui est un acte moteur dans la transmission d’énergie du club à la balle.

Quand on parle de transfert, on doit aussi parler de transition. Cette étape clé qui se situe entre la fin du backswing, une fois que le club arrive au sommet, et le début du downswing, quand le club repart vers la balle.

Cette phase de transition doit nécessairement et idéalement démarrer par un mouvement que je qualifierai d’acoup latéral des hanches en direction de la cible pour donner le signal ou le déclenchement du downswing.

Ce mouvement de lancement est clé pour faciliter le déplacement correct du club dans le plan jusqu’à l’impact.

Au sommet du swing, et au moment du transfert, les professionnels donnent l’impression de s’asseoir ou plutôt de s’appuyer plus fortement sur le sol (recherche d’appuis) de manière à créer les conditions d’une accélération maximum pour aller jusqu’à l’impact.

Le golfeur amateur fait typiquement l’inverse ! Il commence par tourner les hanches, et comme la plupart du temps, il n’est pas capable de dissocier les hanches du torse, le club de golf sort du plan idéal.

Cela a aussi pour effet de les laisser en arrière au moment du transfert, ce qui conduit à des coups peu consistants avec peu de compressions mis dans la balle, de faibles distances, et d’autres désagréments liés à des balles mal centrées dans la face de club, comme du slice ou du hook selon les cas.

L’extension

Aussi communément appelé le finish, étape qui est souvent moins bien considérée que la rotation ou le transfert par les amateurs, qui croient à tort que le finish signifiant la fin du swing après que la balle ait été tapée, serait moins crucial…justement parce que la balle a déjà été contactée.

Sauf que tous les bons frappeurs au golf ont en commun une excellente extension ou renforcement des bras, du club, et du corps en fin de mouvement.

Et c’est le résultat de ce qui se passe juste avant l’impact !

C’est aussi pourquoi la qualité des trois premiers mouvements est déterminante.

Les meilleurs joueurs du monde se servant du sol pour pousser avant l’impact, cela a pour effet de forcer les jambes et le bassin à se renforcer (tendre) après l’impact.

Les meilleurs joueurs du monde se servant du sol pour pousser avant l’impact, cela a pour effet de forcer les jambes et le bassin à se renforcer (tendre) après l’impact.

C’est l’une des raisons qui explique pourquoi ils tapent la balle aussi loin.

Mais ce mouvement d’extension est aussi ce qui contrôle le positionnement du club dans la zone d’impact.

Mais ce mouvement d’extension est aussi ce qui contrôle le positionnement du club dans la zone d’impact.

Ne soyez pas craintif de voir votre genou avant se renforcer au moment de l’impact.

Malheureusement, 95% des golfeurs amateurs font l’inverse de ce mouvement, ce qui leur enlève puissance et consistance.

Cet article avait surtout pour but de vous rappeler qu’un swing de golf est un enchaînement d’actions mise en place par votre corps, qu’il y a une certaine logique dans l’enchaînement de ses actions, et que pour produire un bon swing de golf, il faut au moins avoir connaissance de ces quatre grandes étapes pour travailler au practice dans la bonne direction, et sensiblement augmenter la consistance de ses coups, ce qui se retrouve dans la compression de la balle, et les sensations qui remontent de la tête de club, en passant par le shaft, et jusque dans les mains.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.