Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Pros, Enseignants et Coachs de golf

Quel est le bon plan de swing au golf ?

Le swingplane : un outil pédagogique pour travailler le swing à un plan

Comme beaucoup de golfeurs amateurs, vous avez sans doute déjà entendu parler de la notion de plan de swing. C’est un élément fondamental dans la réussite du bon geste au golf. Swing à un plan, swing à deux plans, certains d’entre vous sont peut-être dans la confusion.

Je vous propose de tirer au clair ce qu’il faut réellement comprendre du plan de swing, et pour cela, en plus de mon expérience, j’ajouterai des principes édictés par Jim Hardy, auteur d’un livre dédié aux enseignants de golf « La vérité sur le plan de swing pour les moniteurs de golf ».

Il existe deux plans de swings majoritaires :

  • Autour du corps
  • De haut en bas devant le corps

Autrement dit le swing à un plan, et le swing à deux plans !

Dans l’histoire du golf, quelques joueurs légendaires ont marqué leurs temps à travers leurs victoires, et leurs palmarès, mais aussi pour les plus marquants, pour leurs swings.

C’est ainsi que l’histoire a retenu que Ben Hogan réalisait un swing à un plan, tandis que Tom Watson est un excellent exemple du swing à deux plans.

Bien qu’il y ait déjà eu un grand nombre de livres écrits sur ces sujets, la plupart proposant au moins une méthode pour swinguer la balle, ce qui est notable avec celui de Hardy, c’est que lui prend le parti de présenter deux plans différents, selon deux séries de critères fondamentaux bien définis et séparés.

Justement cette théorie remet en cause la notion souvent exprimée de fondamentaux concernant le swing !

Quels sont les fondamentaux quand il existe deux plans de swings ?

Grips, stances, backswings…quel est finalement le vrai standard ?

Si nous nous référons aux propos d’un des maîtres de l’enseignement du golf, Monsieur John Jacobs, il faut bien admettre qu’il n’y a pas qu’une seule façon de réaliser un swing de golf.

« Le but final d’un swing de golf est d’arriver à produire un impact suffisamment bon et solide. Peu importe la méthode employée, tant que le golfeur est capable de la répéter régulièrement. »

Aujourd’hui, nous savons qu’il y existe beaucoup de voies différentes pour réaliser des shots solides.

Dans son livre, Jim Hardy a réussi à les quantifier en différents styles qu’il a effectivement décrits.

  • Pour ce faire, il a utilisé une analogie avec un pneu.

Si un pneu se tient debout, comme c’est le cas sur votre voiture avec un angle de 90 degrés par rapport au sol. En réalité, seulement une petite partie du pneu est en contact avec le sol.

Le cercle représenté par le pneu est relativement étroit vue de derrière, tout comme un swing de golf en fait.

Vue de derrière, le chemin d’un swing fonctionne dans un espace étroit

Vue de derrière, le chemin d’un swing fonctionne dans un espace étroit, et il va en dehors du sol et sur le sol de manière très rapide, étant en contact avec le sol, pendant un espace de temps encore plus réduit.

Maintenant, prenez un pneu et inclinez-le vers le bas.

Vous remarquerez qu’une plus grande partie du cercle touche le sol. Vous comprenez ici ce qu’est un swing de golf à plat.

Soit plus large qu’un swing droit, quasi parallèle à la ligne du sol sur une plus grande surface.

Swing flat

Quand le swing navigue dans un chemin étroit, on peut dire qu’il est steep (raide en français), alors que quand le swing est flat (plat), il a tendance à enrouler davantage en arrivant plus tôt sur le point bas. (shallow en anglais)

A partir de là, retenez qu’un swing « upright » suit une trajectoire raide, et un swing « flat » plat suit une trajectoire enroulée et large.

  • Deuxième grand concept porté par Hardy, et bien d’autres d’ailleurs, le moteur du swing de golf, le générateur de puissance est le corps pour les swings à un plan, et les bras et le club pour le swing à deux plans.

Cette notion est très importante, car c’est la base de tout son ouvrage.

Si vous swinguez à plat, vous aurez besoin de connaître ces concepts, alors que si votre swing est plus « upright », les fondamentaux seront différents. Et c’est cela qui confirme qu’il n’existe pas qu’une seule façon de jouer au golf.

Les recommandations pour jouer avec un swing à un plan

Le swing à un plan de Ben Hogan

  • Pour le grip, adoptez une prise forte.

Sur ce point, Ben Hogan disait souvent « Un bon jeu de golf démarre déjà par un bon grip ! »

Le grip est important, car c’est la seule partie du corps, qui est en contact direct avec la balle à travers le club.

Un mauvais grip entraîne souvent des mouvements indésirables des mains au sommet du backswing, et implique une perte de vitesse de la tête du club, et donc moins de puissance et de précision.

  • Pour le stance, adoptez un écartement plus large que la normale, et un plus loin de la balle au niveau du pied gauche.

Toujours selon Ben Hogan, le bon stance ne permet pas seulement de s’aligner correctement à la cible. Il permet aussi d’équilibrer le swing, de préparer les muscles, et en fait d’utiliser le maximum de sa force et de son contrôle pendant le swing.

D’ailleurs, il alignait toujours la tête de club avant d’aligner son corps pour respecter cette règle.

  • Pour la posture à l’adresse, soyez plus « plié » au niveau de la taille, les épaules en-dehors de la ligne des épaules, et la colonne vertébrale centrée (la partie haute du corps de doit absolument pas être inclinée).
  • Pour l’alignement, soyez légèrement fermé par rapport à la cible.

Les recommandations pour jouer avec un swing à deux plan

plan-swing-face.jpg

  • Pour le grip, adoptez une prise neutre, voire légèrement faible.
  • Pour le stance, adoptez un écartement légèrement plus étroit avec les pieds à l’intérieur de vos épaules, et un pied gauche square.
  • Pour la posture à l’adresse, grandissez-vous tout en ayant une très légère inclinaison de la colonne vers la droite.
  • Pour l’alignement, soyez légèrement ouvert à la cible.

Question clé ? Pourquoi de telles différences ?

Gardez à l’esprit que pour le swing à un plan, un grip plus important engendre une face de club légèrement plus fermée, ce qui a pour effet de raidir la trajectoire du club, ce qui équilibre le côté naturellement plus plat du swing à un plan.

Pour Jim Hardy, tout est question d’équilibre !

De la même façon, le stance plus écarté d’un swing à un plan maintient le corps dans une position plus centrée, ce qui équilibre aussi la largeur d’un swing à un plan.

swing-ben-hogan.jpg

Si vous créez de la largeur avec vos bras, le corps ne peut pas s’écarter de la balle. C’est trop de chemin à parcourir !

La posture plus serrée du swing à un plan permet aux épaules de tourner de manière plus étroite, ce qui équilibre aussi l'attitude plate du swing des bras.

Et le fait que l’alignement soit légèrement plus fermé permet au club de travailler à l’intérieur et derrière, ce qui équilibre la résistance de la partie haute du corps.

A l’opposé, le swing à deux plans nécessite un grip plus léger pour une face de club plus ouverte, ce qui a pour effet d’aplatir légèrement les angles du swing par rapport aux angles de départs plus raides.

Le stance plus étroit permet au corps de se dégager plus rapidement de la balle au démarrage, ce qui créé de la largeur pour le chemin de swing, et équilibre l’étroitesse entre des bras plus droits et le corps pendant le swing.

Une posture plus droite dans un swing à deux plans permet aux épaules de tourner plus à plat, ce qui équilibre une action de swing plus verticale.

Finalement, le fait de s’aligner de manière plus ouverte à la cible permet au club de travailler vers le bas de manière un peu plus directe, ce qui équilibre une rotation plus libre de la partie supérieure du corps.

Tout est bien une question d’équilibre !

Un mouvement en entraîne un autre. Une dynamique en complète une autre.

Oui, vous pouvez centrer votre pivot, mais vous devrez adopter un swing plus ample pour compléter ce style de pivot.

Vous pouvez déplacer votre axe vertébral, mais vous aurez besoin d’un swing plus étroit…et ainsi de suite.

Pour conclure ce sujet, je dirais deux choses :

  • Dans swing à un plan, le club se déplace à l’intérieur et autour avec le coude droit qui est en arrière du joueur, pendant que le bras gauche reste près de la poitrine, provoquant un plan très similaire à celui des épaules.

Les épaules tournent en résistance par rapport à un bas du corps stable, créant un phénomène d’enroulement de la partie haute du corps.

Les épaules tournent en résistance par rapport à un bas du corps stable

Le downswing démarre au niveau du torse. Le tronc est à l’origine de la puissance, il faut donc déclencher le mouvement en premier avec le haut du corps pour ne pas rester en arrière.

Le mouvement fatal dans un swing à un plan est une inclinaison des épaules qui jette le club derrière le golfeur.

  • Dans un swing à deux plans, les épaules doivent tourner sur un plan beaucoup plus plat, et les bras doivent se déplacer selon un plan plus vertical devant le joueur, et non pas derrière lui.

A partir du haut du corps, les épaules restent passives, et les bras (moteur du swing à deux plans) se séparent très rapidement des épaules, donnant un swing agressif vers le sol et la balle.

Le mouvement des hanches démarre avec un déplacement latéral à l’opposé de la cible.

Après ce déclenchement, les hanches et le torse tournent à la même vitesse que les bras et le club descendent vers le sol.

En définitive, retenez que les deux swings sont possibles, et performants. Cependant, ne choisissez pas votre position à l’adresse au hasard.

Si on devait distinguer les deux plans, nous pourrions dire que le premier (à un plan) est plus consistant, mais demande beaucoup plus de compétences physiques que le deuxième, qui est le moins contraignant des deux.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.