Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Apprendre à lire la vitesse des greens sur un parcours de golf

Apprendre à lire la vitesse des greens

Nous avons tous joué sur des greens qui étaient parfois trop rapides, ou parfois trop lents, et avec plus ou moins de réussite. Quelle que soit la façon dont on a pu jouer, cela nous rappelle à quel point le putting est la clé pour baisser son handicap au golf! Découvrez avec mes conseils de professionnel, comment s’ajuster sur des greens rapides ou sur des greens plus lents...

Savoir lire la vitesse d’un green est un fait majeur au putting. Et j'ajouterais même que c’est le plus important !

Sommaire de notre dossier en deux parties dédié à la vitesses des greens

  1. Qu’est-ce que la vitesse d’un green ?
  2. Pourquoi la vitesse d’un green fluctue ?
  3. Alors comment tirer avantage de ses connaissances ?

Se tromper dans l’anticipation de la vitesse d’un green engendre systématiquement un putt manqué, et même si vous avez maîtrisé tous les autres paramètres, y compris l’alignement.

C’est pourquoi si vous voulez baisser votre index, vous allez devoir apprendre mieux gérer le roulement de la balle.

C’est même indispensable, si vous voulez devenir un bon golfeur.

Rappelez-vous bien que le putter est l’outil le plus important dans votre sac !

Précision : J'ai coupé mon sujet en deux parties avec une approche pédagogique, et une solution pratique.

La deuxième partie de l'article est accessible à la suite de ce premier sujet.

Commençons par ce qu’il faut absolument savoir…

Rappel : En mai 2014, nous avions publié un sujet consacré au débat pour ou contre les greens rapides.

Qu’est-ce que la vitesse d’un green ?

Techniquement parlant, la vitesse d’un green n’est pas la mesure de la vélocité.

Au contraire, le terme de vitesse de green désigne les conditions nécessaires au putt en corrélation avec la distance que va parcourir la balle en roulant.

Plus simplement, c’est la mesure de la distance que va parcourir une balle selon une vitesse contrôlée sur la surface de putting.

Aux Etats-Unis, l’USGA a mis au point un système appelé « Stimpmeter » qui mesure justement le roulement de la balle sur le green.

Plus la balle roule longtemps à une vitesse donnée, et plus on considère que le green est rapide.

Pourquoi la vitesse d’un green fluctue ?

La vitesse des greens change tout le temps sur un parcours !

Cela ne change pas seulement d’une année sur l’autre ou d’un mois à l’autre…mais jour après jour, et parfois, heure après heure.

La vitesse des greens sera bien différente si vous jouez le matin ou l’après-midi.

Deux facteurs influencent cette vitesse : l’environnement et le travail du greenkeeper.

Concernant l’environnement, l’humidité, la température, le type de sol, la construction du green, le soleil, et la période de l’année affectent le roulement de la balle.

Et plus l’humidité augmente sur un parcours, et plus le roulement de la balle peut décroître.

A l’inverse, si la température monte, le roulement de la balle s’accroît.

La plupart de ces influences dites environnementales sont imperceptibles par la plupart des golfeurs amateurs.

Concernant le greenkeeper, il faut savoir que ce dernier peut influencer le roulement de la balle en fonction des actions qu’il mène sur les greens : irrigation, verticutting, topdressing, aération, etc .

Par exemple, le faire de réduire la fertilité du green via nitrogène peut graduellement augmenter la vitesse d’un green.

On peut même dire qu’une baisse de fertilité de 10% augmente le roulement de la balle de 8 à 10%.

Ces causes ne sont pas à sous-estimer, et valent autant que les causes environnementales.

On peut tout à fait les estimer en marchant sur les greens, et ce, même quand on n’est golfeur amateur.

Alors comment tirer avantage de ses connaissances ?

La première chose à faire avant d’aller jouer un parcours de 18 trous est de mesurer la vitesse des greens, et le putting green est idéal pour cela.

Plus que de chercher à rentrer des putts dans les différents trous de cette zone d’entrainement, c’est sa première fonction !

Très rares sont les parcours qui s’amusent à préparer le putting green d’une manière différente des greens du parcours.

Les conditions environnementales y sont à minima les mêmes que sur le parcours.

Pour commencer, vous pouvez taper des longs putts pour voir jusqu’où vont vos balles, et quelles distances, elles parcourent.

A ce stade, vous pouvez comparer les distances réalisées par rapport à ce que vous faites usuellement.

Sur le parcours, combinez cela au fait d’osculter la pente du green, et pour ce faire, je vous recommande de vous mettre à 15 mètres pour avoir le meilleur champ de vision.

L’art de la lecture d’un green commence sur le fairway!

En se rapprochant du green, le golfeur doit regarder la hauteur du gazon, et comment il est couché sur le sol (la direction) !

Et enfin, « checker » s’il y a du sable ou des débris sur la ligne de putting qui pourraient affecter le roulement de la balle.

C’est ce que j’appelle « la bonne vieille méthode ».

L'exercice des tees à un mètre d'intervalle est aussi une bonne façon de s'exercer

Cela suppose aussi que vous marquiez sur une feuille, la vitesse de roule que vous avez constaté à chaque partie.

Je vois très peu de golfeurs avoir le temps et l’idée de faire cela.

Je vais vous proposer plus loin une autre méthode plus précise, plus simple et plus efficace.

Mais avant cela, intéressons-nous en quelques lignes au swing.

Sur un green rapide, je vous recommande de raccourcir votre grip de putting plutôt que de changer votre coup.

Sur un green plus lent, vous pourrez conserver votre grip normal, et simplement agrandir le rayon d’actions de votre club.

Il est plus facile d’agrandir l’arc de swing plutôt que de chercher à taper plus fort dans la balle.

Maintenant, j’ai bien mieux à vous proposer pour progresser dans l’anticipation de la vitesse d’un green, et l’entrainement pour mieux putter quelles que soient les circonstances…

Découvrez la deuxième partie de mon article consacré au Golf Green Speed Reader, outil d’entrainement et de mesure de la vitesse des greens que j’utilise.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.