Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Comment constituer son sac de golf avec des clubs cohérents?

Comment constituer son sac de golf avec des clubs cohérents?

Pour son premier article comme consultant sur notre site, nous avons questionné Loïc Monchalin sur un thème qu’il avait abordé lors de son interview : la bonne composition d’un sac de golf. En tant que clubfitter auprès des amateurs, une de ses deux casquettes (Loïc est aussi clubmaker sur le Tour Européen), il est régulièrement confronté à de grandes incohérences dans la composition des sacs des amateurs, et c’est d’ailleurs, une des premières choses qu’il propose de corriger. Pour ce premier article, nous lui avons amené le sac d’un des membres de la rédaction…

Découvrez nos formules d'abonnements

Construire son sac dans le golf dans le bon ordre

Comme je le dis le plus souvent, tout sac de golf devrait systématiquement commencé par les wedges !

Chez les professionnels du tour, ce sont les clubs les plus importants, et pour le coup, ils ne bricolent pas quand il s’agit de choisir ces clubs.

Simplement, à la différence des amateurs, ils en changent tous les quatre tournois.

Le club pivot dans le sac est donc le pitching wedge. C’est à partir de ce club qu’il faut organiser les choix des autres clubs, notamment en raison des lofts.

A l’inverse, chez la plupart des amateurs, les wedges sont souvent les clubs choisis en dernier, et assez mal lotis.

Vous n’imaginez pas le nombre d’amateurs qui viennent me voir en me parlant de leurs bois, de leurs fers ou de leurs putters, mais qui oublient de me parler des clubs qu’ils utilisent le plus souvent à moins de 100 mètres, le secteur de jeu le plus important pour le score.

Les wedges sont souvent usés, surtout au niveau des rainures.

La deuxième chose qui ne va pas, c’est le fait qu’en plus de ne pas être en très bon état, il n’y en a souvent pas plus d’un ou deux, alors qu’il en faudrait idéalement trois !

Pour en revenir au pitching wedge, si ce dernier est de loft 44°, il faut espacer les wedges de 4° à chaque fois, ce qui implique à minima un gapwedge de 48°, un sandwedge à 52°, et un lobwedge à…non pas 60°, mais donc dans ce cas à 56°.

Dans mon propre sac, j’utilise un pitchingwedge à 48°, ce qui me permet d’avoir trois autres wedges de 52, 56 et 60°.

Toujours concernant les wedges, pour moi, les clubs les plus importants du sac, l’autre grande problématique que je rencontre, est le fait qu’ils sont la plupart du temps, monté sur de mauvais shafts, totalement incohérents avec le reste de la série, et incohérent avec le jeu du golfeur concerné.

90 à 95% des wedges sont de nos jours vendus en magasin ou sur Internet.

Or, les magasins commandent en grande quantité (par lot de 500) des wedges dans les mêmes shafts True Temper Dynamic Gold en acier S ou R300, tant et si bien que vous n’avez pas réellement de possibilité de choisir le shaft qui vous convient.

Depuis quelques mois, Cleveland l’a parfaitement compris, et propose dorénavant une grande variété d’options pour les shafts, ce qui est un grand pas dans la bonne direction.

Rendez-vous compte qu’un amateur senior qui joue sur sa série des fers en graphite regular légers peut tout à fait utiliser des wedges en acier stiff lourds !

C’est une très grande incohérence d’un point de vue technique, et ce n’est pas sans conséquences sur le jeu, et le score.

D’autre part, l’offre actuelle du marché des shafts est particulièrement étoffé. C’est dommage de s’enfermer dans le choix avec ces bons vieux True Temper Dynamic Gold vue, et revue depuis plus de 50 ans.

A contrario, je recommande souvent les excellents Nippon Shafts Modus 3, les NS Pro 850 GH dans la même marque ou encore les Zelos 7 et les Miyazaki, quelques-uns des meilleurs shafts au monde, qui apportent plus de consistance.

Le modus 3

De l’autre côté du sac, l’autre grande incohérence que je retrouve le plus souvent concerne la duplication entre hybride, et longs fers.

Souvent, les amateurs emmènent dans leurs sacs plusieurs clubs qui ont la même fonction.

Si driver, bois de parcours et hybride sont incontournables dans le sac. A l’inverse, un fer 3 et un fer 4 ne sont pas absolument nécessaires, surtout que pour beaucoup d’amateurs, malgré l’écart de loft, ils n’arrivent pas forcément à produire un écart de distance significatif.

Pour ma part, j’en supprime au moins un pour le remplacer par un long fer comme par exemple le Srixon ZU45 Utility ou le Titleist 716 T-MB en loft 20°.

L’exercice du sac de la rédaction

Pour passer de la théorie à la pratique, nous avons amené un sac d’un de nos membres.

Un sac composé :

  • d’une série de fers Srixon Z545 du fer 3 au pitch (44°) montés sur des shafts Project X 6.0 acier stiff,
  • de deux wedges Cleveland 52 et 56° montés sur des shafts True Temper Dynamic Gold acier stiff,
  • de deux bois Mizuno jpx 850 (driver en 8.5° et Bois 3 en 15°) montés sur des shafts Fujikura Orochi 55 grammes regular graphite,
  • et d’un hybride Cleveland 558 H3 (loft 20.5°) monté sur un shaft graphite stiff Matrix Ozik Altus,
  • et enfin d’un putter TaylorMade Daddy Long Leg contrebalancé.

Le sac pour le test

Comme pour la plupart des amateurs, ce sac a été constitué au fur et à mesure. Les wedges n’ont pas été achetés en même temps que le reste de la série.

Concernant la série de fers, le choix de la série Z 545 est un excellent choix. C’est une des séries que je fitte le plus souvent. Attention, le pitch en 44° implique la nécessité d’avoir un wedge en 48°, ce qui n’est pas le cas dans ce sac.

L’écart entre le pitch et le wedge 52° est trop fort. Sur le parcours, le joueur doit souffrir de l’absence d’un 48° sur certaines distances autour de 100 mètres.

Partant du principe que pour 4° de loft, vous pouvez avoir entre 8 à 10 mètres d’écarts, dans ce cas, ce sac présente un trou de 16 à 20 mètres sur une situation de jeu pourtant assez répandue sur le parcours !

Concernant le choix des shafts, dans le cas de ce sac, et c’est presque par hasard, il n’y a pas d’incohérence entre les fers montés sur des stiffs Project X 6.0 acier qui pèse 120 grammes, et les shafts des wedges qui pèsent 127 grammes.

A partir de 15 grammes d’écarts, le joueur peut commencer à ressentir des sensations différentes dans le déplacement du club, soit au démarrage du backswing, soit pendant l’ensemble du mouvement.

Toujours à propos des fers, le 3 (loft 20°) et le 4 (loft 22°) me semblent doublonner. Il faudrait au moins enlever le 3 et le remplacer par un long fer de 20°, ce qui du coup, impliquera de changer l’hybride qui en loft 20.5° est aussi en doublon. Il faudrait qu’il soit au moins de 18° pour cranter correctement hybride, long fer et fer 4.

Concernant les shafts des bois, visualiser le sac ne suffit pas. Il faut voir le joueur tapé pour se rendre compte si le choix de manche regular est vraiment pertinent par rapport au reste du sac qui est intégralement monté en stiff.

Simplement, l’hybride avec un shaft stiff n’est pas cohérent avec les bois en regular.

Pour finir, le putter est un contrebalancé qui a été coupé au niveau du manche de 38 inches à 35…ce qui forcément a dû modifier l’équilibre du putter…Il n’est plus forcément correctement contrebalancé puisque la longueur du shaft joue directement sur la répartition du poids avec la tête !

  • En résumé, il manque un wedge de 48°.
  • Les longs fers pourraient être optimisés.
  • Les manches des bois et des fers pourraient être harmonisés (voir comment le joueur tape)
  • L’équilibrage du putter devrait être revu

Par rapport à d’autres sacs, ce n’est pas celui qui dysfonctionne le plus, notamment du fait que les shafts des fers et des wedges sont cohérents.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.