Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Sway et slide au golf: Quelles sont les questions mécaniques à résoudre ?

Sway et slide au golf: Quelles sont les questions mécaniques à résoudre ?

En complément de l’article d’Olivier Raynal sur les hanches, dans sa rubrique Caractéristiques de swings, nous avons interrogé Loïc Gambardella, préparateur physique, ostéopathe, et créateur de BeAthletik pour nous parler spécifiquement des questions de mécaniques corporelles associées aux grandes fautes d’un swing de golf, à savoir le sway, et le slide, des mouvements latéraux pouvant s'apparenter à des glissements qui privent les golfeurs de puissance, et de contrôle.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le grand intérêt de faire collaborer Olivier et Loïc tient dans le fait qu’en plus d’être tous deux de très bons professionnels dans leurs domaines respectifs, le coaching technique, et le coaching athlétique, ils ont tous deux suivis les principes du Titleist Performance Institute, organisme de référence, et même sorte de colonne vertébrale d’enseignements appliqués au golf.

De l’un à l’autre, on va donc retrouver le même fil conducteur. Si l’un s’intéresse aux questions purement techniques, l’autre adresse les questions purement physiques d’une même thématique.

Alors qu’Olivier s’est attaché à décrire les problèmes techniques posés par des hanches qui coincent, et en fait, une mauvaise rotation, dans son cas, Loïc va ci-après aborder ce qui se joue dans votre corps au moment d’un sway ou d’un slide, et notamment la mise en charge.

Définitions et solutions du sway et du slide par Loïc

Il s’agit de deux fautes très classiques concernant le swing de golf chez les amateurs.

Commençons par le sway, qui est pour moi, la première faute à corriger, et essentiellement parce qu’elle va dépendre de la qualité de la mise en charge sur la jambe droite.

J’irai même plus loin en affirmant que c’est un problème de mauvaise mise en charge sur le « côté » droit plus largement que la seule jambe droite.

Il ne faut surtout pas oublier que le golf est un sport de lancer.

Dans ce sport de lancer, et surtout si on s’appuie sur toutes les études faites par le Docteur Kwon, et d’autres chercheurs sur les plaques de forces en trois dimensions, on a démontré que le centre de gravité, et surtout le centre de masse, se déplaçaient vers l’arrière pour revenir vers l’avant.

C’est ce que vous avez mécaniquement besoin de produire.

Quand vous voyez un « lanceur » en base-ball ou même quand vous allez essayer de lancer un caillou le plus loin possible, vous allez vous déplacer de l’arrière vers l’avant.

Il est donc obligatoire d’avoir une mise en charge à droite.

Toutefois, mettre en charge à droite ne signifie pas « bouger » à droite.

On considère que l’on a un « sway » quand on observe un déplacement de plus d’1,5 inches vers la droite.

Si la question n’est pas de bouger à droite, il s’agit bien de maintenir la charge à droite.

La première chose à comprendre, c’est qu’un golfeur doit avoir une bonne perception des appuis au sol.

En ayant une bonne perception des appuis au niveau de la voute plantaire, cela permet d’engager les chaînes musculaires correctement, et venir « sentir » cette mise en charge.

Il est aussi important d’avoir une bonne connexion entre tout ce qui est musculature des membres inférieurs avec ce qui va se passer au-dessus, à l’étage supérieur.

C’est pour cette raison qu’il est important d’avoir des fessiers puissants, mais plus important, des fessiers qui marchent en fonctionnels.

N’allez pas dans des salles de gym pour faire des fessiers. Cela ne servirait à rien, car cela ne se fait pas en fonctionnel.

Il va falloir faire des exercices spécifiques pour les intégrer dans le swing.

Dernière chose qui concerne cette fois la motricité.

Une fois que vous activez votre mise en charge, que vos capteurs plantaires sont éveillés, votre fessier est puissant, votre membre inférieur est puissant, il va falloir que tout cela fonctionne ensemble, et en plus, avec une rotation du thorax dans la partie supérieure.

On va donc avoir un point fixe qui va être créé sur le côté droit par la mise en charge sur la droite, et l’activation de la chaîne musculaire du membre inférieur, alors qu’au-dessus, on va avoir une rotation qui va se créer.

C’est bien le point fixe que vous allez créer en bas qui va favoriser la qualité de la rotation que vous allez créer en haut.

C’est pour cette raison, qu’il est essentiel d’avoir une bonne stabilité du membre inférieur droit pour le backswing.

De cette façon, vous combattez le sway qui n’est pas une mise en charge mais un glissement latéral des hanches, qui à défaut de vous permettre d’être stable et puissant, altère la trajectoire de votre club dans le plan.

En ce qui concerne le downswing, le mécanisme est quasiment le même.

Si on a évoqué le sway, glissement latéral vers le côté droit au niveau des hanches, le slide est inversement un mouvement excessif de la partie basse du corps vers l’avant.

Parlons donc du slide.

La seule différence entre le backswing et le downswing se situe au niveau du bassin.

Pour le backswing, le bassin va passer d’une position neutre à l’adresse de 0 vers -20 degrés alors que pour le downswing, quand le bassin va revenir, il va y avoir la contrainte de passer de -20 degrés pour revenir à 0, et aller au-delà vers +20 à +30 degrés pour se retrouver face à la cible.

A cela, s’ajoute en plus une action de vitesse !

En conséquence, le golfeur doit être un expert sur la jambe gauche au niveau proprioceptif, stabilité des chaînes musculaires, et engagement moteur au niveau de tout ce qui va être enchaînement de dissociations, et de coordinations sur ce système de lancer, de points d’appuis autour de la jambe gauche.

Partant de là, le golfeur pourra régler un problème de slide.

En résumé, afin de vous enrouler autour de votre hanche principale pendant le downswing, plusieurs caractéristiques physiques doivent être développées.

D'abord et avant tout, la rotation interne de la hanche est primordiale pour une rotation complète de la hanche sans aucun mouvement latéral.

Si le corps est incapable de tourner autour de la hanche en raison de restrictions articulaires ou musculaires, alors les mouvements latéraux domineront le swing.

Deuxièmement, la capacité de dissocier le haut du corps du bas du corps permet au bas du corps de se stabiliser latéralement tout en faisant tourner les épaules à travers une finition complète du swing.

La dissociation limitée entre le tronc et le bassin est généralement causée par une mobilité réduite de la colonne vertébrale et une flexibilité raccourcie.

Enfin, la capacité à stabiliser latéralement votre jambe directrice pendant le downswing est directement proportionnelle à la force et la stabilité de vos fessiers.

En ce qui concerne la stabilisation latérale du bas du corps, le fessier est le roi.

Ce muscle permet d'éviter que la hanche principale ne se soulève et ne se déplace latéralement pendant une rotation descendante agressive.


N’oubliez pas qu’il faut d’abord avoir été profilé pour appliquer la bonne correction au bon problème !

A savoir, quelles sont vos capacités physiologiques ? Et derrière, se voir proposer des correctifs moteurs, avec des exercices simples, pour vous permettre d’augmenter cette puissance et stabilité du bas du corps.

Restez informé

Recevez notre newsletter

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

US Golf présente la nouvelle collection Jack Nicklaus