Posté par le dans Qu'est-ce que le golf ?

WHS - World Handicap System: Du niveau de jeu potentiel au niveau de jeu usuel?

Dans le prolongement de la mise en place du Niveau de Jeu, la FFGolf a annoncé refondre complètement le système de calcul de l’index pour le Printemps 2020. Devant la complexité du nouveau calcul, nombres de commentaires fleurissent en ligne, pour s’interroger sur la pertinence de ce système. Débat entre ancien ou moderne ? Simple changement cosmétique ? Volonté d’améliorer le système existant ? Changement de philosophie dans la manière d’évaluer le niveau des golfeurs ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Au Printemps 2020, la Fédération français de golf va basculer progressivement tous les golfeurs dans le nouveau système de calcul du  handicap : le WHS pour World Handicap System.

Une fois la date d’ouverture du nouvel index annoncée, toute partie officielle et transmise, déclenchera le calcul du nouvel index.

A noter que par partie officielle, il faudra désormais comprendre : Grands Prix, Compétitions organisées par les clubs, Extra Days Score (également nommées Carte Flash ou Cartes Rouges selon les clubs) ou PAC - Partie Amicale Certifiée (voir plus loin) …

L’avantage est que la mise en place du WHS sera le même partout dans le monde, harmonisant ainsi les six systèmes officiels actuels (USGA, EAG, CONGU, SAGA, GA, AAG), qui découpent le monde du golf.

Désormais, vous pourrez comparer votre handicap, avec celui de votre cousin Australien, ou celui de votre ami expatrié en Chine.

Derrière les modalités techniques de calcul qui relèvent d’une certaine technicité, quel est l’objectif de cette réforme mondiale ?

A la lecture des différents communiqués on peut noter :

la volonté de donner une base équitable pour tous les joueurs en parties amicales ou en compétitions

créer une mesure cohérente du degré d’habileté et des progrès des golfeurs.

Est-ce que cela sous-entendrait que le système actuel ne le serait pas?

En effet, bien qu’une performance exceptionnelle soit pondérée dans le système actuel, à l’inverse, l’impact de la répétition de mauvaises parties est largement limité.

Il est même totalement annihilé pour les joueurs ayant un index supérieur à 18.4, pour qui, une mauvaise partie n’aura aucun impact.

Cela ne manque d’ailleurs pas de surprendre les golfeurs étrangers, quand ils viennent en France.

Un bon exemple est celui de James, joueur d’origine Canadienne qui vit en France depuis quelques années, à l’occasion d’un échange, il s’étonne de sa propre situation, en ce qu’elle ne révèle pas réellement son niveau de jeu.

Il me donne un exemple concret le concernant :

Lors d’une compétition à Marseille, il démarre sa partie avec un index de 9.1.

En pleine forme, il joue sa partie en +4, battant largement son record, et réussissant ainsi un score loin de ses standard habituels.

Avec le nombre de coups rendus ce jour-là, son index a baissé de 1.4 points, à 7.7 en une seule partie !

Il souligne combien ce système lui paraît absurde, tant il protège le joueur.

En effet, pour remonter à 9.1, il devra mal jouer 14 compétitions, car chaque carte où il jouerait mal n’augmenterait son index que de 0.1, et ce quel que soit le score joué !

Du coup, on peut penser que le système actuel représenterait mieux le potentiel du joueur, plutôt que son niveau de jeu usuel.

La mise en place du « Niveau » par la FFGolf va encore plus loin dans ce sens.

Il permet justement d’évaluer au mieux sa capacité à bien jouer, en permettant aux joueurs d’intégrer leurs parties amicales dans le calcul, sans que celui-ci n’ait besoin d’annoncer sa partie en amont – ce qui pourrait le mettre sous pression, et peut être le faire moins bien jouer.

Cela représente néanmoins un biais non négligeable : le joueur peut choisir les parties qu’il rentre et ne saisir « que » ses bonnes cartes.

De plus les conditions de jeu « sans pression » ne sont pas nécessairement représentatives de sa capacité à jouer sous pression, comme lors d’une compétition, et dans une moindre mesure, lors d’une carte en Extra Day Score (le cadre de la partie étant moins formel).

On voit donc bien ici que le système actuel, que cela soit le niveau ou l’index, tend à valoriser le potentiel du joueur à scorer, plus que la capacité usuelle à bien golfer.

Est-ce que le nouveau système sera plus juste ? Est-ce que le WHS va mieux refléter la capacité du joueur ?

Pour calculer le premier WHS d’un joueur, l’historique de celui-ci sera repris, afin de définir la moyenne des scores des 8 meilleures parties, parmi les 20 dernières parties officielles jouées.

La fédération remontera jusqu’à 2012, si nécessaire pour arriver à ce résultat.

S’il n’y a pas 20 parties jouées, le chiffre de 8 meilleures parties sera modulé.

Par la suite, chacune des parties jouées viendra actualiser cette table de parties, permettant de définir le WHS du joueur.

En conséquence, il ne faudra pas faire une ou deux très bonnes parties pour faire significativement descendre son index, mais avoir un minimum de régularité dans la performance : Soit quasiment une « bonne » partie sur deux - ou tout du moins, pas moins bonne que la moyenne de ses 8 meilleurs cartes…

On voit bien que le nouveau système va beaucoup plus valoriser la régularité dans la performance, et à l’inverse, dégrader l’index des joueurs qui se contentaient de faire des « coups ».

Le joueur en progression sera le premier bénéficiaire de ce nouveau système, à l’inverse le joueur n’ayant descendu son index que grâce au concours de 2-3 très bonnes cartes, devrait vite se voir sanctionner, et son index remonter.

Néanmoins un sentiment « d’injustice » peut parfois apparaître dans l’appréhension du nouveau système, et par certains joueurs.

En effet, les parties amicales pourront désormais être enregistrées de manière officielle par le joueur, sans le concours du club où il ira jouer, mais sous certaines conditions :

Avoir un index supérieur à 11.4

Annoncer sa partie en amont, via l’application Kady que la FFGolf doit lancer prochainement.

Désigner un marqueur licencié qui devra signer électroniquement la carte.

Mais également, être licencié, avoir 17 ans au moins, jouer au moins 9 trous, jouer une formule de jeu éligible…

On parlera désormais de PAC : Parties Amicales Certifiées.

Ce système est dénoncé par des joueurs ayant un index inférieur à 11.4, mais ayant peu l’occasion de faire des compétitions organisées par les clubs, et qui auraient souhaité pouvoir visualiser leur progrès ainsi.

On pourra souligner que cela sera finalement peu différent des Extra Day Score, qui sont également réservés aux joueurs de plus de 11.4 d’index.

D’autres, pointeront le risque de triche par la saisie de cartes bidons… mais finalement rien ne change…, ce type de reproches pouvait déjà être pointé avec les Extra Day Score, un système finalement peu différent, à part qu’il vous fera économiser les droits d’enregistrement que les clubs pouvaient facturer (la plupart du temps entre 5 et 10€).

Il sera intéressant de voir si la possibilité de supprimer ces frais poussera plus de joueurs à officialiser leurs parties dominicales (à conditions qu’ils soient équipés d’un smartphone…).

Est-ce que ce nouveau système amènera à faire baisser l’index moyen des joueurs licenciés ?

L’intérêt de limiter les PAC à un index de 11.4 est sans doute en lien avec l’organisation des Grands Prix (GP).

En effet, l’accès à ces compétitions premium reste difficile.

Les joueurs peuvent y trouver des parcours les mieux préparés, à des conditions financières souvent attractives.

Nombreux sont les candidats à ces compétitions.

La sélection se fait en fonction du classement, aussi on peut imaginer que certains joueurs « forceraient » leur index via des PAC, pour pouvoir rentrer dans des Grand Prix, au risque de dénaturer le niveau réel de ces compétitions.

La mise en place du WHS, et donc d’un niveau de jeu « usuel », rendra sans doute les compétitions de clubs plus équitables, quand elles se jouent en net.

Certains joueurs pouvaient se plaindre que leur index ne représentait plus leur niveau réel, que celui-ci était trop bas, et le simple reflet du miracle d’un jour.

Ils pouvaient considérer que cela pouvait les sanctionner dans leur classement, et leur compétition de club.

Cela va peut-être également pousser le golfeur à jouer différemment, et ne plus lâcher une partie mal embarquée, au risque de dégrader son index de manière trop significative.

Comme tout changement, vous trouverez l’opposition possible entre pro et anti

Certains critiquent également le fait que le WHS ne permettra pas au joueur de calculer « immédiatement » son nouvel index, et notamment quand il aura bien joué.

Effectivement, la formule n’est pas des plus simples.

Pour arriver au résultat, il faut en effet réaliser trois étapes :

1/ Le calcul du SBA : Score Brut Ajusté

Le score brut (SB) sera analysé, trou par trou, et plafonné à une valeur maximale correspondant au Net Double Bogey (le Par du trou + 2 coups + les coups reçus).

Cela, afin de limiter les effets d’un trou catastrophe.

On pourra considérer qu’un accident n’illustre pas votre niveau de jeu usuel.

2/ Le calcul du Score Différentiel : (113/slope du parcours) X (score brut Ajusté du joueur – SSS boules de départ).

L’objectif est de refléter la performance du jour, pondérée par la difficulté du parcours.

Cela vous donnera l’index joué ce jour-là.

3/ Le calcul du nouvel index : la moyenne de vos 8 meilleurs parties parmi les 20 dernières parties jouées.

Autant dire qu’il ne faudra pas avoir oublié votre calculette, et votre historique de jeu, pour pouvoir faire votre calcul à la main, pendant que vous vous désaltérerez au club house, en attendant l’annonce du résultat de la compétition.

On pourra toujours contourner cette difficulté, en se focalisant sur l’idée de battre son huitième plus mauvais score

En démarrant ma partie, je pourrais avoir en tête le score de cette fameuse carte qui m’empêche de baisser mon index ou de passer single…

Tous ces changements peuvent paraître complexes, mais au-delà des modalités de calcul, c’est avant tout l’esprit du calcul qui change.

Le système actuel valorise et protège mieux le meilleur score joué par le joueur.

Le nouveau système valorise mieux la régularité du golfeur/de la golfeuse à jouer un niveau donné.

En ce sens, l’index, ainsi calculé devrait sans doute être plus robuste, et mieux refléter la qualité des progrès réellement réalisés par le joueur.

Sans doute consciente de la réticence naturelle que pourrait exprimer une partie des amateurs, et notamment à accepter un changement aussi important, la FFGolf a annoncé que le « Niveau de jeu » et le « WHS » continueraient à co-exister… le temps d’accepter le changement ?

Crédit photo : matthewennisphotography

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 2 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.