Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Qu'est-ce que le golf ?

La méthode de lecture des greens Aimpoint dans l’œil du cyclone ?

La méthode de lecture des greens Aimpoint dans l’œil du cyclone ?

Les golfeurs professionnels qui ont adopté la méthode de lecture des pentes et de vitesses de greens sont avertis. Le Royal & ancient, et l’USGA se sont emparés du sujet, et comptent bien préserver l’équité du jeu, et en particulier, le respect scrupuleux des règles. Les amateurs ne sont pas exemptés de ce sujet.

Découvrez nos formules d'abonnements

Au cours du dernier tournoi du PGA Tour, le Deutsche Bank Championship, deux golfeurs professionnels bien connus, Ian Poulter, et Kevin Chappell, se sont fait remarqués par la manière dont ils ont accompli deux birdies sur le même trou numéro deux, un par 5.

Clairement, la façon dont ils ont tiré parti de leurs lectures de greens a été déterminante dans la réussite de leurs putts.

Premier point positif, cela confirme si besoin était, le bon fonctionnement de la méthode Aimpoint pour rentrer plus de putts.

Une méthode de lecture des greens que nous avons déjà abordé sur jeudegolf.org, et pour laquelle, nous avons même interviewé son créateur, Mark Sweeney.

Chappell comme Poulter, sont deux utilisateurs de la méthode Aimpoint Express.

L’anglais était à 6 mètres du trou, tandis que l’américain était à 3 mètres quand il s’est agit de rentrer le putt pour birdie.

Associés sur la même partie, la marque de Chappell était sur la ligne du putt de l’anglais.

Les deux hommes avaient donc sensiblement la même ligne de putts à suivre.

Interrogé après la fin de sa partie, Poulter est revenu sur l’événement en admettant « J’ai pensé que la ligne allait de droite à gauche, mais je ne pouvais pas en être certain jusqu’à taper la balle. »

Poulter est en fait un utilisateur assez récent de la méthode Aimpoint express.

Converti en janvier dernier, alors qu’il éprouvait les pires difficultés sur les greens, l’anglais a connu un regain de forme sur le tour, suite à l’adoption de cette technique.

Alors que Stacy Lewis a été la première joueuse du tour a adopté cette méthode qui permet de visualiser et calculer rapidement la pente, sans avoir besoin de tourner autour du trou, tous les mois, de nouveaux pros se convertissent, de l’aveu même de Mark Sweeney.

Adam Scott ou encore Hunter Mahan font partie de ces convertis.

Et le phénomène est tel que les instances régaliennes du golf ont commencé à s’intéresser au sujet, et surtout à la conformité de la méthode par rapport à l’esprit du jeu, et aux règles.

En particulier, la règle 16-1a, ce qui a causé la parution d’un communiqué conjoint des deux entités, pour avertir les joueurs d’une faille possible, et surtout d’un risque d’infraction aux règles dans un cas bien précis.

Ce n’est pas une remise en cause ou une interdiction de la méthode Aimpoint Express, mais à minima, une mise en demeure sérieuse.

Une partie de la méthode repose sur le fait de définir une zone avant le trou (à mi-chemin) où les pieds peuvent ressentir le degré d’inclinaison de la pente.

Remarquez, cette méthode implique aussi d’avoir une bonne connexion avec les sensations du bas du corps, et la capacité de les remonter correctement au cerveau.

Passé cette remarque, de cette position, les joueurs se tiennent debout au-dessus de la ligne, et utilisent un ou deux doigts pour les aider à visualiser où démarre la dernière pente du putt.

Cependant, pour rappel, la règle 16-1a certifie qu’il est interdit pour un joueur de toucher la ligne de putt. Cette fameuse ligne que les joueurs veulent utiliser pour leurs balles. Et la règle précise en plus une zone raisonnable de chaque côté de la ligne.

En théorie, cela remet en question le principe de venir à mi-chemin du putt, et donc sur la ligne de putt pour évaluer la pente.

C'est aussi un avertissement sérieux pour l'usage d'Aimpoint express.

Devant le risque de conflit entre pros et antis, deux ans après le bouleversement lié à l’interdiction des belly-putters, l’European Tour a été jusqu’à poster une vidéo pour expliquer comment la règle 16-1a pouvait être enfreinte, si les joueurs venaient à manquer de vigilances.

De plus, il existe une importante variante dans le jugement d’un long putt ou d’un petit putt. La taille et la direction de la ligne pouvant fortement varier.

Pour l’instant, aucun golfeur pro n’a encore été pénalisé sur le tour. Pour mémoire, l’infraction à la règle coûte deux points de pénalités en strokeplay, ou la perte du trou en match-play.

Une sanction considérée comme plutôt forte par rapport à une balle perdue ou un drop !

Pour Chappell, un peu gêné « Vous ne pouvez pas vous mettre derrière votre propre ligne. OK ! Mais admettez que la définition de votre propre ligne est une notion assez vague ! »

Poursuivant « Si votre ligne est à 1 mètre du trou, elle est assez petite et précise pour être parfaitement identifiée. Mais quand vous êtes à plus de 10 mètres ? Que se passe-t-il ? Ceci dit, si vous vous tenez sur votre ligne de putt depuis cette distance, il faudra me prouver que cela peut-être un avantage. Je n’ai pas encore été averti pour avoir utilisé cette méthode. Mais je reconnais avoir eu des discussions avec les commissaires de parties à propos de cette méthode. »

Pour les amateurs, tous les compartiments du jeu de golf peuvent être difficiles. Cependant, au plus haut niveau, le putting est la clé de la victoire ou de la défaite.

Tout se joue sur les greens.

Pour l’USGA ou le Royal & Ancient, il est vital de préserver l’intérêt du jeu de golf à travers la difficulté de rentrer deux putts par trous.

Peu après le bannissement des belly-putters, il ne serait pas étonnant que le débat sur la méthode Aimpoint prenne de l’ampleur dans les semaines à venir.

Si on peut douter que les golfeurs professionnels se dopent, à contrario, il est certain qu’ils cherchent en permanence des tips ou des solutions pour gagner des coups sur les greens.

Si la méthode Aimpoint venait à poser trop de problèmes par rapport au respect des règles, il ne serait pas étonnant que les législateurs décident d’interdire tout simplement cette méthode.

A ce jour, ils considèrent sans doute que la méthode flirte avec la limite. Qu’en sera-t’il dans les mois à venir si le phénomène continue à faire de plus en plus d’émules.

Le problème pourrait d’ailleurs ne pas trop se poser sur le tour, mais plus dans le cadre de partie amicale.

Comment arbitrer une partie si votre partenaire touche la ligne de putt ou ne la touche pas ?

Rapidement, les choses pourraient s’envenimer, car effectivement, la définition de la ligne de putt est caution à interprétation.

Pour que les règles du jeu soient efficaces, il faut impérativement qu’elles soient claires, et compréhensibles par tous. Dans le cas contraire, cela pourrait porter un coup sérieux à la pratique du golf.

L’USGA et le Royal & Ancient feront tout pour garantir la simplicité du jeu. La méthode Aimpoint n’est peut-être pas garantie de survivre face à cette nécessité.

D’autant, que le monde du golf ne voit jamais d’un bon œil, les éléments qui permettent de changer les conditions du jeu par rapport aux pionniers du jeu, et à ses origines.

Le golf est un sport conservateur…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.