Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Histoires de Mulligan au golf

Histoires de Mulligan au golf

Au cours d’un tournoi de golf du circuit européen professionnel, le Made In Danmark, un golfeur a eu la surprise de pouvoir jouer un Mulligan…depuis le départ du trou numéro 4 ! L’occasion de nous replonger dans les règles, et l’histoire du Mulligan.

Découvrez nos formules d'abonnements

Histoire d'une seconde chance

Dans le monde du sport, il existe très peu d’occasions d’avoir une seconde chance.

Au golf, le Mulligan est un terme associé au fait d’avoir le droit en partie amicale d’effacer un mauvais coup, et le rejouer, mais uniquement dans le cadre d'u premier coup joué depuis le premier trou.

Sur la suite du parcours, c’est strictement interdit, bien que bons nombres de golfeurs amateurs aient tendance à y avoir recours…comme une sorte de Mulligan volant !

La semaine passée, le golfeur danois, Thorbjorn Olesen a eu la surprise et la chance de pouvoir bénéficier d’un Mulligan au départ du trou numéro 4 !

Pourtant, les professionnels sont plus que les amateurs soumis au respect des règles les plus strictes.

Il a bénéficié d’un cas de force majeur.

Driver en mains, Olesen a lâché un premier coup relativement mauvais et complètement égaré sur la droite du fairway, dans le rough et à la limite d’un plan d’eau.

Très rapidement, le joueur s’est rendu compte de son erreur, et commencé à se lamenter.

Quelques secondes plus tard, un officiel est venu le voir pour lui signaler, que sur son chemin, sa balle avait heurté une ligne électrique à haute tension, ce qui l’a dévié de sa trajectoire initiale.

Bien que sans ce coup du sort, le coup du danois était de toute façon parti pour être mauvais, il a obtenu le droit de rejouer son coup sans pénalité !

C’est une histoire et un fait assez rare pour être raconté !

Sur son deuxième coup qui était en fait à nouveau le premier, Olesen a pris le soin de taper un drive en plein milieu du fairway ! Ouf, sauvé de justesse !

A quand remonte le Mulligan dans l'histoire du golf ?

L’USGA, l’association qui régit le golf aux Etats-Unis a mené une enquête pour remonter jusqu’aux années 20 pour retrouver trace d’un golfeur d’origine Canadienne, David Bernard Mulligan, membre du club de Winged Foot près de New York.

A la fin des années 20, Mulligan était un joueur assidu de foursome.

Au cours d’une de ses parties, l’histoire raconte que ses partenaires de jeu l’ont autorisé à frapper une deuxième balle après avoir manqué un premier drive.

Mulligan avait argumenté du fait qu’il venait d’arriver sur le parcours après avoir conduit sa voiture sur des routes difficiles, et bosselées. De ce fait, ses mains étaient douloureuses.

50 ans plus tard, en juillet 1985, interviewé par un journaliste, Mulligan narra les faits de la façon suivante : « J’étais tellement énervé contre moi-même par ce coup manqué, que sur le moment, j’ai arrêté mes partenaires, et pris une autre balle pour la remettre en jeu.

Stupéfaits, mes partenaires se sont trouvés interloqués et m’ont demandé ce que j’étais en train de faire. J’ai alors répondu que je m’apprêtais à taper un coup de correction.

Toujours surpris, ils me demandèrent mais comment s’appelle ce coup ? Sur le vif, j’ai alors répondu que c’était un « Mulligan ». Ils ont beaucoup rit, et m’ont finalement laissé jouer ma deuxième balle. »

Après le match que Mulligan et son partenaire Spindler ont gagné d’un coup ! Une fois au club-house, les quatre joueurs ont eu une longue conversation à propos de ce coup gratuit qui finalement décida de l’issue du match.

« Au début, nous avons utilisé cette règle de manière amicale, mais après un certain temps, nous avons commencé à en écrire le contour. Il s’agissait bien d’un coup gratuit au départ du trou numéro un quand vous n’êtes pas satisfait de votre premier coup. Et naturellement, nous avons gardé le nom de Mulligan. »

Naturellement ? Pas si sûr quand on sait que ce joueur était le propriétaire de plusieurs hôtels qui portaient son nom…

Si cette histoire semble crédible. Dans ses recherches, l’USGA a trouvé une autre explication possible avec un autre Mulligan !

Un assistant de vestiaire du nom de John Buddy Mulligan était en train de finir de nettoyer le vestiaire du club de l’Essex Fells dans le New Jersey, quand voyant qu’il n’y avait plus de joueurs sur le parcours, il démarra une partie en compagnie d’un moniteur assistant du nom de Dave O Connell, et Des Sullivan qui devint plus tard chroniqueur de golf pour un journal.

Le coup de départ de Mulligan fut si mauvais que ses partenaires, qui eux avaient eu l’occasion de s’échauffer toute la journée, et pas lui, autorisèrent un second coup.

Après la partie, Mulligan expliqua fièrement aux membres présents dans les vestiaires comment il avait obtenu un coup gratuit.

Les membres du golf ont aimé l’idée, et ont commencé à se donner des « Mulligans » en mémoire de Buddy Mulligan.

Sullivan, une fois devenu journaliste de golf a commencé à utiliser le terme dans ses articles, et l’histoire était lancée.

Difficile de savoir quelle histoire est la vraie, et même si l’une des deux est exactement la vérité.

Le Mulligan fait désormais partie de la vie des golfeurs du monde entier, et c’est sûrement la règle préférée d’une majorité d’entre nous...et de Thorbjorn Olesen qui a pu remercier la ligne électrique d'avoir croisé la trajectoire de sa balle.

Si votre parcours est traversé par une ligne à haute tension, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.