Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Qu'est-ce que le golf ?

Handicapping: Le calcul de l’index des golfeurs amateurs va évoluer en 2016

Handicapping: Le calcul de l’index des golfeurs amateurs va évoluer en 2016

La Fédération française de golf annonce un changement important de la méthode de calcul de l’index des amateurs pour 2016. Qu’est-ce qui va changer concrètement, et quelles incidences pour les pratiquants ? Et surtout, pourquoi changer de système, et en faveur de quel profil ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule sur le handicapping au golf

Dans la foulée de la publication des nouvelles règles de golf émises par le Royal & Ancient, la FFG a tiré les conclusions de la pratique du golf majoritairement loisir du golf en France.

Objectif du nouveau calcul de l’index : la simplification !

Le nouveau système choisi pourrait d’ailleurs se généraliser dans le monde entier à horizon 2020.

Quelques chiffres concernant les licenciés golf en France

Par rapport aux derniers chiffres des index que nous avons pu nous procurer (2013), il s’avère qu’hommes et femmes confondus, une immense majorité de golfeurs ne sont pas classés !

Sur une base de 335 000 joueurs dont 237 000 hommes, et 97 000 femmes, 107 000 n’avaient aucun classement en 2013.

Une proportion qui n’a pas évolué depuis.

La proportion des non-classés étant assez stable sur ces dernières années, soit 35% des pratiquants qui ne disputent jamais aucune compétition de golf.

C’est le premier constat réalisé par la FFG, mais il est difficile de croire qu’elle a pu vouloir modifier son système seulement pour cette partie silencieuse.

Au mieux, elle espère en attirer quelques-uns, mais souhaite surtout que les golfeurs classés au-dessus de 18,4 se sentent plus à l’aise pour disputer plus de compétitions de clubs ou de classements.

En annonçant une mesure qui devrait être assez populaire (Suppression de la remontée des index au-dessus de 18,4 en cas de contre-performance), elle pense toucher les 49% de golfeurs qui sont classés entre 19 et 53, soit une majorité de golfeurs qui jouent des compétitions de temps en temps, sans faire de l’index une obsession.

49+35%, vous avez 84% de golfeurs classés au-delà de 19 d’index et de non-classés, et soit finalement seulement 16% de golfeurs qui jouent avec l’ambition de faire baisser sensiblement leurs index, sans doute dans le but de participer à des compétitions amateurs plus relevés.

Bien entendu, ce commentaire ne s’applique pas au golfeur amateur qui est par exemple 24 d’index, et qui fait régulièrement des compétitions pour descendre le plus bas, et le plus vite possible.

Simplement, le fait que nous voulions illustrer, c’est qu’en gros, une part minoritaire des golfeurs sont dans la compétition avec des index relativement bas, et une grande majorité pratique le golf en loisir, sans vraiment trop se soucier de l’index de jeu.

L’enjeu d’un changement du handicapping

La relative faible participation des golfeurs aux compétitions pour amateurs représente un manque à gagner pour la fédération française de golf et les parcours, notamment au niveau des droits de jeux engrangés en plus des green-fees.

Pour la FFG, peut-être que de chercher vainement à augmenter le nombre de pratiquants en France, il y a là un gisement non-exploité d’augmentation du chiffres d’affaires de la filière, à travers une incitation plus forte des amateurs à faire une à deux compétitions de plus chaque année.

Dans le préambule de sa communication sur le changement du handiccaping, la FFG communique sur le fait de flexibiliser son système, et de tenir compte de la pratique actuelle des golfeurs amateurs.

Derrière ce changement du calcul de l’index, la FFG souhaite mettre en place un système d’handicapping à deux vitesses.

Un système contraignant et compétitif pour les golfeurs classés en-dessous de 18,4, et au contraire, un système participatif et incitatif pour les golfeurs classés au-dessus de 18,4 comme nous venons de le voir.

Ce choix est assez pertinent car il ne remet pas en cause les fondamentaux du golf.

Pour chercher la performance l’exigence reste la même : jouer mieux que son handicap actuel par rapport à la difficulté d’un parcours!

Pour rassurer et enlever un frein vers les amateurs au-delà de 18,4, retirer la sanction de la perte d’index, qui même si elle était extrêmement raisonnable, peut effectivement décomplexer bon nombre d’amateurs, qui mis à part le golf, n’ont pas toujours cette expérience de la compétition, et de la contre-performance.

Nous vivons dans une société où professionnellement, et personnellement, nous sommes suffisamment confrontés à la contre-performance, pour ne pas être en plus « agressé » dans un sport de loisir, qui en plus, est pratiqué comme tel par beaucoup de golfeurs.

Disposer d’un classement est une ambition modérée pour 65% des golfeurs et golfeuses.

D’ailleurs, pour un bon nombre, il s’agit surtout de pouvoir accéder à des parcours qui parfois demandent un index minimum de 36 ou 24, plus qu’une réelle volonté de jouer des Grand Prix exigeants un index inférieur à 8,4.

Concrètement, ce qui va changer en 2016

Si les golfeurs d’index supérieur à 18,4 contre-performent, mais ne sont plus sanctionnés, c’est en fait la fin de la zone tampon, et même la zone tampon ajustée pour tous ces golfeurs.

Par exemple, pour un golfeur classé 20, son objectif sera d’aller chercher les 37 points stableford pour gagner un demi-point d’index.

Toute partie jouée en-dessous de ce résultat en stableford n’aura aucune incidence.

Et quelque part, cela devrait favoriser le déroulement des parties.

Admettons qu’un amateur rate son départ et enchaîne trois croix d’affilés sur les trois premiers trous.

A ce stade de la partie, et alors qu’il lui reste 15 trous à jouer, avec l’ancien système, il était immédiatement sous pression pour tenter de sauver son classement.

Et généralement, sous cette pression, la partie finissait par être un calvaire jusqu’au bout.

Au contraire, avec ce nouveau système, le joueur va pouvoir jouer de manière totalement libéré, et se dire qu’il n’a rien à perdre, vraiment rien…

Dans ce cas, il peut très bien terminer par quatre birdies sur les quatre derniers trous !

Ceci dit, il faut relativiser cette nouvelle mesure.

Remonter de 0,1 point d’index n’était pas une sanction très sévère, toutefois, si vous enchaîniez dix contre-performances, cela finissait par faire 1 point de perdu.

Sauf que depuis janvier 2012 pour les golfeurs de la catégorie 5, à savoir classés entre 26,5 et 36, le système bloquait à 36. En clair, vous ne pouviez pas remonter au-dessus de 36 quel que soit vos contre-performances !

Autrement dit, cela fait plusieurs saisons que la FFG tourne autour du pot.

Avec cette nouvelle mesure, elle choisit définitivement le camp de la simplicité, dans la mesure où les règles sont tellement compliquées, à force d’ajouter des alinéas, et des exclusions qu’il est plus simple de supprimer la remontée des index au-dessus de 18,4 pour avoir un effet de communication efficace, et compris par tout le monde.

Un système plus directif pour les index les plus bas

Concernant les autres golfeurs, ceux qui sont classés en-dessous de 18,4, le principe de contre-performance reste valide, et à cela, la FFG a décidé de durcir les conditions de la zone tampon ajustée, dite ZTA.

Depuis 2012, le SSJ (Scratch Score du Jour) qui permettait d’ajuster le SSS (Scratch Score Standard) pour tenir compte des conditions spécifiques de la compétition, a été remplacé par un système d’ajustement automatique de la zone tampon en fonction des performances/contreperformances d’ensemble des joueurs disputant la compétition, ce qui permet de traduire la difficulté du jour d'un parcours.

En plus d'ajouter la notion de difficulté du parcours avec le slope, la fédération a ainsi pris en compte, la difficulté liée à des conditions particulières, comme par exemple la météo.

Première mesure prise pour 2016, la FFG veut mettre en place un nouvel algorithme pour le calcul de la ZTA, afin de limiter l’utilisation de celle-ci lorsque les conditions de jeu sont normales.

Elle veut supprimer les ajustements +3 et +4 résultant de l’application de la ZTA. Les seuls ajustements liés à la ZTA seront -1, +1, +2 et « no counting ».

Pour la minorité de golfeurs classés sous 18.4 mais la majorité des golfeurs en compétition tout au long de l’année, le nouveau système ne s’apparentera pas à un assouplissement.

D’une certaine façon, c’est dans l’esprit du jeu, type « vous jouez la balle telle qu’elle est, et là, où elle est ! »

De fait, la FFG met en place un système à deux vitesses ou plutôt un système qui reste traditionnellement exigeant pour la partie historique des joueurs (pour rappel, l’index 54 n’a été mis en place qu’en 2000 avec la démocratisation), et un système bienveillant pour les nouveaux golfeurs, afin de les inciter à rattraper le premier wagon.

Non seulement, cela fait du sens, mais comme écrit plus haut, cela correspond à la situation actuelle, et la pratique réelle du golf en France.

Rappel sur le calcul de l’index en France

Jusqu’en 2000, le handicap traduisait simplement la différence entre le score en stroke play d’un joueur et le par. Il ne tenait pas compte de la difficulté réelle du parcours qui n’était évaluée que sur la seule base du par.

Après cette date, la ffgolf, au même titre que les autres fédérations européennes continentales, utilise la méthode de gestion du handicap développée par l'Association Européenne de Golf (EGA).

Cette nouvelle méthode débouche sur le calcul d’un index (c’est-à-dire un handicap avec une décimale, par exemple 21.2) qui permet à chacun de se situer dans la communauté des joueurs de golf.

Elle fait entrer dans les calculs des paramètres supplémentaires qui traduisent les différences de difficulté des parcours et elle s’appuie sur le Stableford pour la prise en compte des scores permettant de faire varier l’index.

La réforme ainsi introduite visait à un calcul plus juste du niveau de jeu de chacun puisqu’elle prend en compte les différences de difficulté des parcours, offre un accès élargi à l'index avec une gestion des performances des joueurs à partir d’un handicap de 54, et facilite la progression, le Stableford permettant de ne pas être trop pénalisé par un mauvais trou sur 18 joués...

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.