Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Qu'est-ce que le golf ?

Leopard Creek: Jouez au « wild-golf » en Afrique du Sud

Leopard Creek: Jouez au « wild-golf » en Afrique du Sud

A la découverte d’un parcours d’exception avec les magnifiques clichés du golf de Leopard Creek en Afrique du Sud, un golf régulièrement classé dans le top-100 des plus beaux parcours du monde, et numéro un en Afrique du Sud, un pays fascinant qui a réussi à tourner le dos à l’Apartheid, et à étonner le monde en créant une société multiraciale démocratique.

Découvrez nos formules d'abonnements

L’Afrique du Sud

Bien entendu l’Afrique du Sud reste un pays où la violence n’a pas disparu, ce qui reste un des premiers motifs d’inquiétude pour les touristes européens.

La nation Arc-En-Ciel a encore beaucoup de chemin à accomplir pour réduire les inégalités sociales et économiques, mais si vous partez en voyage en Afrique du Sud, qui plus est pour faire du golf, vous serez charmé par le relief et la beauté des paysages d’un pays bercé entre l’océan Atlantique, et l’océan Indien.

Mosaïque de steppes sans fin, de savanes, de montagnes, de zones désertiques, de plages aux eaux turquoise, vous pourrez aussi bien voir coexister des grandes métropoles urbaines avec des petits villages façon zoulous, dans un pays où le rugby et le golf ont toutes leurs places.

Au bout du continent africain, vous pourrez sans doute vivre votre expérience golfique la plus sauvage !

L’expérience Leopard Creek

Leopard Creek est assurément un des parcours qui marque une vie de golfeur.

Le club-house d’une architecture extraordinaire s’intègre parfaitement au décor dans un cadre mi-verdoyant, mi-désertique.

Il s’agit d’un lieu privilégié avec un confort extrême qui tranche avec le fait d’être dans un endroit extrêmement sauvage.

C’est peut-être le seul parcours de golf au monde où un caddy vous sera utile pour lire les lignes de putts, et vous maintenir en sécurité en présence d’animaux sauvages.

Jouer à Leopard Creek, un par 72 long de 6047 mètres pour les hommes, et 5027 pour les femmes, c’est faire un mix entre golf et safari.

A tel point que vous pourrez-vous retrouver nez-à-nez avec un hippopotame ou un lion, ou même jouer au-dessus d’un obstacle d’eau infesté de crocodiles.

Comme il s’agit d’un club privé, pour les non-membres et les touristes golfeurs, il n’est possible de le jouer qu’en milieu de semaine, et pour un green-fee autour de 125 euros (1950 rand sud-africain).

Le parcours se situe à quatre heures de voiture de Johannesburg, et tout proche de la partie sud du parc national Kruger, le plus grand du pays pour la superficie, comparable à la taille d’un pays comme Israël.

C’est aussi pour cette raison que vous croisez autant de girafes et d’antilopes laissées en totale liberté.

La notoriété de Leopard Creek

Une étape de l’European Tour fait escale chaque année à Leopard Creek, le Alfred Dunhill Championship, aussi sanctionné par le Sunshine Tour, et ce depuis 2005.

Disputé en hiver pour nous européen, il s’agit au contraire de l’été dans cette partie de l’hémisphère, la chaleur peut être tout à fait torride, et causer des déshydratations sévères aux joueurs imprudents.

Le vainqueur est très souvent un joueur sud-africain.

Pour Benjamin Hebert, golfeur pro français qui a disputé le tournoi en novembre 2014 (top-30) « Le parcours est merveilleux, et c’est vraiment un endroit superbe. Il suffit de prendre la voiture et on peut croiser toutes sortes d’animaux…des éléphants, des springboks, des singes…Pour bien jouer ici, il faut essayer de rester tranquille dans l’approche tactique, taper de bons coups, et surtout rentrer les putts. »

Comme vous le verrez dans la suite de ce sujet, Player s’est amusé à construire un tracé très exigeant techniquement dans la lignée des parcours qui accueillent des grands opens en Europe.

Le parcours

Considéré comme le parcours numéro 1 en Afrique du Sud, sur le plan visuel, les joueurs distinguent néanmoins assez souvent l’aller du retour, considérant que ce sont surtout les neuf derniers trous qui valent le détour.

Sur l’aller, c’est principalement un enchaînement de trou sans dog-legs et sans véritable piment qui vous attend, sauf bien sûr à apercevoir des animaux sauvages.

Disons que le tracé est assez classique, faisant la part belle à de nombreux longs par-4.

Seul le trou numéro 5, un par 3 joué au-dessus de l’eau retient particulièrement l’attention pour son dessin.

Sinon, les greens sont rapides, et très ondulés.

Toutes les caractéristiques pour qu’un golfeur amateur voit très rapidement son score s’envoler…

A partir du 9, la perception va changer…D’ailleurs, ce trou partage un pont avec le 18 pour accéder à un green en île.

Le retour offre véritablement une grande variété de difficultés avec le Kruger Park en toile de fond.

Le trou numéro 13, un par 5 est considéré comme le trou signature du club.

Ce long trou est joué avec un plan d’eau sur toute sa longueur à gauche du fairway jusqu’au green.

Dès le drive, il faut passer un premier obstacle sous la forme d’une tranchée qui coupe le terrain en deux.

Fairway qui se rétrécit sur le second coup pour vous laisser un dernier coup d’approche sous tension avec la possibilité d’attaquer le green au bois 3 !

La récompense étant de se trouver sur le green surélevé pour contempler une partie du Kruger Park.

Au final, vous sortez de votre partie en ayant eu l’impression de vivre bien plus qu’une simple expérience golfique.

Quelque part, à Leopard Creek, le golf est secondaire par rapport au panorama, et au contexte d’une partie comme vous n’en jouerez nulle part ailleurs.


Il existe plus de 30 000 parcours dans le monde.

Ce terrain a beau faire partie des 100 premiers pour son tracé, il est sans doute à classer dans le top-10 pour l’expérience unique du wild-golf, un jeu joué au milieu de notre héritage le plus précieux…la nature à son état le plus sauvage.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.