Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Nick Faldo

Nick Faldo, la fin d'une époque au British Open

Vendredi 17 juillet 2015, Sir Nick Faldo, l’une des légendes du golf a remonté le 18 du Old Course de Saint-Andrews pour la dernière fois, tout du moins dans le cadre d’un tournoi de golf professionnel, et d’un British Open. Et cela, tout juste 25 ans après sa dernière victoire dans le berceau du golf. Retour sur le parcours d’un golfeur qui aura marqué son époque !

Découvrez nos formules d'abonnements

Sommaire de ce dossier consacré à Nick Faldo

  1. Le dernier tour de piste de Faldo à Saint-Andrews
  2. Pourquoi Faldo a-t-il autant marqué l’histoire du golf ?
  3. Un golfeur au programme de Stade 2 !
  4. Faldo le commentateur TV
  5. Faldo et Watson unis dans la retraite
  6. Sa carrière en chiffres
  7. Le leg de Faldo au golf

Le dernier tour de piste de Faldo à Saint-Andrews

Cela aurait pu ressembler au finish de 1987 !

Faldo qui rentre un birdie magique, et qui lève les bras pour recevoir les applaudissements du public, le tout vêtu du même pull en cachemire…

Cependant, un rapide coup d’œil au leaderboard permet de bien se rappeler que nous sommes en 2015, et que c’est la dernière fois que l'anglais va fouler les fairways de Saint-Andrews au cours d'un British Open..

Pour un adieu, il n’aurait pas pu espérer mieux.

Même, un Arc-en-ciel au-dessus du club-house s’est mêlé au tableau final de l’anglais sur son dernier Open.

Pour ancrer un peu plus sa légende, il posa sur le célèbre Swilcan Bridge en compagnie de son fils, Matthew, son caddy pour l’occasion, et ainsi rappeler sa victoire de 1987 à Muirfield où pour l’occasion, il portait le même pull.

Justin Rose qui enfant admirait Faldo est venu se joindre à lui en même temps que l’américain Rickie Fowler, tandis que la nouvelle étoile montante du golf, Jordan Spieth sur le fairway du un, s’est arrêté pour applaudir.

Hommage d'une génération à une autre !

Avec un par sur le dernier trou, Faldo termine une dernier tour joué d’un coup sous le par (71) et effacé le mauvais souvenir du 83 de la veille.

Le quinqua a encore démontré, le temps d'une partie qu'il pouvait jouer au niveau des meilleurs golfeurs du monde.

Imaginez Noah, défiez Pioline et surtout Tsonga sur le central de Roland-Garros !

Toutefois, il n’a pas pu passer le cut, et étendre à deux jours de plus, les commémorations liées à son dernier Open.

« Ce n’est pas grave ! Ce qui s’est passé au 17 me suffit entièrement. Cela a été vraiment très spécial. Le but était de pouvoir me tenir une dernière fois sur ce pont et faire cette photo. Je savais ce que je faisais. J’avais volontairement emmené ce pull. »

C’était bien son plan...Imaginait-il pour autant faire un birdie sur ce fameux 17 ?

Surtout après s’être légèrement coupé le doigt le matin de son dernier départ…

Faldo n’a pas boudé son plaisir de rentrer un trois sur le 17, d’autant que cela ne lui est pas arrivé très souvent.

La dernière fois, c’était il y a une dizaine d’années, et de mémoire de Faldo, il n’a réussi cette performance que deux fois dans toute sa carrière.

« Après cela, je me fichais de ce que je pourrais faire au 18, j’ai juste fait trois au 17 ! C’est pour cela que j’ai regardé au ciel en direction des dieux du golf de Saint-Andrews. Je les ai remercié pour cela. J’étais déçu après le premier tour, mais ce birdie restera assurément comme l’un des grands moments de ma carrière, surtout avec après la remontée du 18 avec tous ses applaudissements.»

Pourquoi Faldo a-t-il autant marqué l’histoire du golf ?

Pour les britanniques, et aussi pour le reste du monde, Nick Faldo est probablement l’un des golfeurs les plus marquants de ces trente dernières années.

Quand on évoque les légendes du golf, on pense irrémédiablement à Gary Player, Jack Nicklaus, et Arnold Palmer, les premières vedettes du petit écran.

Mais dans l’ordre de succession, Nick Faldo, Greg Norman, Severiano Ballesteros, Bernhard Langer ou encore Fred Couples, et Colin Montgomerie arrivent juste derrière.

Faldo a été un grand champion de golf. Il a duré et fait preuve d'un certain charisme, ce qui ne lui pas valu d'être toujours apprécié par tous.

On se souviendra de Faldo remontant le Old Course de Saint-Andrews à bientôt 58 ans, non seulement parce qu’il a remporté six majeurs (trois Masters, et Trois British Open), mais aussi pour le fait d’avoir été un des premiers à obtenir le titre de numéro un mondial.

Couronne qui est assez récente dans l’histoire du golf à haut niveau. Faldo, Norman, Langer, Ballesteros, c’est cette génération qui a initié l’ordre du mérite mondial tel qu’on le connait aujourd’hui.

Le premier numéro un mondial de golf a d’ailleurs été l’allemand en avril 1986.

A cette époque, Faldo était déjà sur le tour depuis plusieurs saisons, et des débuts sur le tour européen en 1977.

Dix ans après, Faldo était au top de son golf !

Seulement quelques mois après ses débuts, il remportait son premier tournoi chez les professionnel pour se hisser très rapidement au sommet de la hiérarchie mondiale.

Il participe d'ailleurs à sa première Ryder Cup en 1977, devenant le plus jeune joueur de l'histoire de la compétition. Plus tard, son record sera battu par Sergio Garcia.

En 1983, il remporte cinq succès sur l'European Tour, et termine l'année à la première place de l'ordre du mérite européen.

Mais c'est véritablement, au début des années 90 qu'il va marquer le golf de sa domination.

Il devient numéro un mondial pour la première fois en septembre 1990, et va occuper le fauteuil durant 104 semaines (l’équivalent de deux années complètes) entre 1990 et 2004.

Il a cessé de jouer régulièrement sur le tour à partir de 2002, soit à l'âge de 45 ans.

Il aurait sans doute pu jouer plus longtemps, mais trop fier, il ne voulu pas laisser l'image d'un golfeur vieillissant.

En juillet 2004, il finira par sortir du top 100 mondial pour ne plus jamais y revenir.

Ceci dit, Faldo bénéficia à quelques reprises du statut d'ancien vainqueur pour disputer à différentes occasions des tournois dont des majeurs;

Cela fait treize ans qu’il hante régulièrement le milieu professionnel, car jusqu’à présent, il n’avait jamais réellement fait son jubilé, et vécu son grand soir.

Peut-être attendait-il le 25ème anniversaire de son succès sur le British Open pour tirer sa révérence ?

Indéniablement, il a bien choisi son moment pour tirer sa révérence.

Un golfeur au programme de Stade 2 !

Je me souviens très bien quant au milieu des années 80, alors qu’il était déjà célèbre à travers le monde, il décida d’opérer un profond changement de swing avec l'aide de son coach...David Leadbetter.

A l’époque, le golf et les golfeurs étaient encore moins visibles dans les médias qu’aujourd’hui, bien que ce ne soit toujours pas la panacée.

Mais tout de même ! Stade 2 ! L’émission de sport culte du dimanche après-midi lui consacra un sujet.

Son changement de swing était à l’époque un choix très osé pour un golfeur au sommet de son art.

Les critiques ou les doutes n’ont pas manqué d’accompagner le champion anglais.

Pourtant, c’est grâce à ce choix audacieux, et que personnellement, j’étais encore loin de comprendre, alors adolescent, cherchant déjà à avoir un début de swing, qui lui a permis de passer le cap nécessaire pour remporter des victoires en majeurs !

Cette histoire est quelque part les prémices de ce que Woods allait faire plus de dix ans plus tard.

A ceci près que Woods avait déjà gagné des majeurs, et cherchait à en gagner d’autres.

Tout ceci pour vous dire à quel point Faldo a marqué son époque, et fait office de précurseur du golf moderne que nous connaissons.

Etre le héros d’une émission de sport généraliste, ne serait-ce que quelques minutes, une fois dans l’année, c’était déjà énorme pour un golfeur à cette époque.

Malheureusement, depuis les choses n’ont pas beaucoup évolué chez nous, mais c’est un autre sujet.

Faldo le commentateur TV

Depuis la fin de sa présence à temps plein sur le tour, Faldo a pris soin de rester tout près de la lumière, en étant commentateur des grands tournois sur des chaînes de TV américaines ou britanniques.

Il ne s’est d’ailleurs pas toujours attirer la sympathie des autres golfeurs pour ces commentaires, parfois aux vitrioles.

Par exemple, en 2008, Faldo déclara que l’espagnol Sergio Garcia avait été tout bonnement inutile à l’équipe européenne de Ryder Cup.

Pas remis de sa rupture avec sa petite amie de l’époque, l’espagnol n’avait pas affiché son meilleur niveau de jeu durant la compétition, cependant le commentaire de Faldo a particulièrement blessé Garcia.

Plus tard, l’anglais, chroniqueur pour Golf Channel finit par admettre que ses propos avaient été un peu rudes.

C'est un exemple parmi d'autres du fait que Faldo a toujours eu tendance à dire très haut son opinion du moment.

Sans doute, le trait de caractère d'un grand champion ?

Faldo et Watson unis dans la retraite

Au cours de ce 114ème Open Championship, le nom du British Open pour les britanniques, Faldo a partagé la vedette avec l’américain, Tom Watson, son ainé de sept ans.

« The Open et Saint-Andrews tiendront toujours une grande place dans mon cœur. C’est beaucoup de souvenirs et d’émotions sur l’ensemble de mon parcours golfique. Cela signifie beaucoup pour moi. J’espère pouvoir encore rendre au golf ce qu’il m’a apporté, et notamment tous ces merveilleux moments que j’ai partagé avec tant de gens. Je suis reconnaissant pour tout, et reconnaissant envers le golf. »

Faldo a donc célébré le 25ème anniversaire de sa victoire à Saint-Andrews, alors que Tom Watson a aussi tiré sa révérence sur l’anniversaire des 40 ans depuis sa victoire à Carnoustie en 1975 !

Les derniers pas de Tom Watson comme ceux de Nick Faldo marqueront à jamais l'édition 2015 du British Open, et peut-être même plus que le vainqueur ?

Faldo en chiffres

Il a remporté trois Masters, et trois British, mais aussi terminé second sur l’US Open, et l’USPGA.

Il a participé à onze campagnes de Ryder Cup pour l’Europe dont quatre victorieuses, et obtenu le plus grand nombre de points dans l’histoire de la compétition, avant de devenir capitaine en 2008.

En plus de ses succès en majeurs, Faldo a remporté 24 victoires sur le tour européen, et deux championnats du monde de Match-play.

Il a fait régulièrement partie du top-dix mondial de 1988 à 1997.

Le leg de Faldo au golf

Bien qu’il se montre reconnaissant, et qu’il veuille encore beaucoup rendre de son bonheur au golf, l’anglais a déjà commencé sa tâche.

En 1996, l’anglais a créé les Faldo Series, un événement qui permet aux amateurs masculins et féminins de se retrouver sur 40 tournois disputés à travers 30 pays, et de cette formule, sont sortis des talents comme Rory McIlroy ou Yani Tseng, deux numéros un mondiaux respectifs !

Au-delà de son action concrète pour le golf, Faldo laissera derrière sa carrière surtout une certaine idée du golf, un certain style.

Une sorte de Han Solo* du golf, un contrebandier au grand coeur, bourru mais qu'on aime bien !

*Personnage de la saga Star Wars

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.