Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Circuits PRO de golf

Matt Kuchar, comment rebondir après une telle défaite lors du British Open ?

Matt Kuchar, comment rebondir après une telle défaite lors du British Open ?- crédit photo : Mark Newcombe

Si quelqu'un pouvait survivre après avoir perdu un duel d’anthologie avec Jordan Spieth à l'Open britannique, c'est Matt Kuchar, le monsieur soleil du golf. Avec son sourire d’enfant, sa stoïcité et son attitude de seigneur, Matt Kuchar a le tempérament pour faire face à sa déception à Royal Birkdale, même si cela pouvait être sa dernière chance de gagner un titre en majeur.

Découvrez nos formules d'abonnements

Matt Kuchar, à 39 ans est considéré, encore plus que jamais après le British Open 2017, comme l'un des meilleurs joueurs de golf n’ayant toujours pas gagné un majeur.

Il a mené l'Open d’un coup pendant le dernier tour, après que Jordan Spieth ait frappé un drive largement trop à droite sur le 13ème trou de ce dernier tour, et concédé un bogey.

Enfant, il voulait être une star de tennis comme Boris Becker, qui était devenu le plus jeune homme à gagner Wimbledon, à 17 ans.

Matt Kuchar a également admiré Magic Johnson, qui a illuminé les terrains de basket pour le Los Angeles Lakers, avec son sourire et son style exceptionnel.

Pour commencer, Matt Kuchar a dû apprendre à comment contrôler ses émotions. Sur les parcours de golf, il était sujet à des crises de colère. Quand il ratait un coup, il a appris à se retenir et à éviter de proférer les pires injures.

Il est devenu professionnel en 2000 après une carrière universitaire à Georgia Tech, où il a rencontré sa femme, Sybi, qui faisait partie de l'équipe féminine de tennis.

Le couple a participé à des doubles ensembles. Matt Kuchar joue toujours au tennis de table, son caddie, John Wood, a déclaré qu’à ce jeu, Kuchar était le meilleur des golfeurs sur le Tour.

Contrairement à de nombreux jeunes golfeurs professionnels, Kuchar évite les exercices de gymnastique. Il préfère utiliser son temps libre pour jouer au papa. Et il n'utilise pas non plus de psychologue sportif. « Il n'en a pas besoin », a déclaré son cadet John Wood.

Quatre jours après le British Open, il y avait des signes que l'effet Spieth aurait eu effectivement des répercussions.

En jouant sous la pluie lors de l'Open du Canada, Matt Kuchar a commencé à se sentir crispé tout près de la fin de son premier tour, un sentiment qu'il a déclaré plus tard, n’avoir pas connu auparavant.

Après avoir reçu des soins médicaux, il a réussi à finir en 71, en rentrant quatre birdies, un bogey et un double bogey. « Je ne sais pas d'où cela venait », a déclaré Kuchar au cours d’une brève déclaration. « J'ai passé beaucoup de temps en voyage. J'espère que c'est quelque chose qui passera vraiment vite ».

Au Canada, Matt Kuchar a reçu les encouragements de Jack Nicklaus, concepteur du parcours du Canadian Open au Glen Abbey Golf Club, et qui faisait partie de la cérémonie d'ouverture.

Jack Nicklaus a pris Kuchar de côté pour lui offrir ses conseils. « Il m’a dit de continuer à faire ce que je fais, et que mon temps viendra certainement », a déclaré Kuchar. « Il était très encourageant ».

Quand « Superman » perd ses supers pouvoirs au trou N° 13 du Royal Birkdale

Pendant que Matt Kuchar et son cadet John Wood marchaient côte à côte vers le tee de départ du 17, avant dernier trou de l’Open Britannique 2017, on a pu entendre le cadet intimer à son joueur : « Birdie-birdie, Kooch ».

C’était la seule option pour espérer recoller à Jordan Spieth, qui menait à deux trous de la fin de ce 146e British Open.

Trois trous avant le départ du 17, Matt Kuchar menait cet Open qu’il a vu lui échapper.

Un peu plus tard, Matt Kuchar s'est effondré derrière le micro pendant la conférence de presse. « C'est difficile à expliquer. C'est écrasant. Cela fait mal », a t-il dit.

Au départ du 14, sans doute déstabilisé par le considérable temps d’attente imposé par son adversaire, Matt Kuchar trop imprécis sur son coup, voit sans doute à cet instant l’Open qui lui semblait promis, lui échapper.

Jordan Spieth c’est excusé auprès de Matt Kuchar pour cette longue attente, et il a réitéré ces excuses lors de son discours de victoire sur le green du 18, il a félicité la patience de Kuchar, et encore à nouveau plus tard au centre de presse.

Après le 13, Jordan Spieth avait ensuite enchaîné avec une incroyable série : birdie-eagle-birdie-birdie, pour dépasser Matt Kuchar, et remporter la Claret Jug.

Le 13e trou a été décisif : dans un premier temps, il semblait que c’était essentiellement le moment où Matt Kuchar a pris le commandement, mais au final il s'est avéré être surtout le moment de l’heure du réveil dont Jordan Spieth avait besoin.

« Vous travaillez si fort pour accéder à cette position et avoir la chance de faire l'histoire et de gagner un majeur » a déclaré Matt Kuchar. « Vous n'obtenez pas souvent cette possibilité d’être si proche de la victoire, pour la goûter à cinq trous de la fin, il est difficile ensuite de la voir vous échapper ».

Au 13, Matt Kuchar avait l'impression qu'il avait la Claret Jug à sa portée. Il pensait qu'il pouvait goûter à la victoire dans un championnat majeur, après tous ses tops 10.

Pourtant à la fin de cet Open, il était devenu spectateur dans l'un des plus grands spectacles de l'histoire du golf.

« Tout ce que vous pouvez vraiment faire », a déclaré Matt Kuchar, « asseyez-vous, tordez votre casquette et dites : c’est bien fait ! ».

Matt Kuchar était magnanime comme à son habitude, après avoir vu le titre de l'Open britannique lui échapper pour Jordan Spieth, qui a joué les cinq derniers trous en 5 sous le Par à Royal Birkdale, et pour le battre par trois coups. Mais cela lui a vraiment fait mal…

Matt Kuchar a obtenu sept victoires sur le PGA Tour, y compris le Players 2012 et le Championnat du monde de golf en 2013. Mais ce dimanche de juillet 2017, c’était la première fois qu’il jouait dans le groupe final d’un majeur.

« Je crois que Matt Kuchar va gagner un championnat majeur, et je crois qu'il le fera bientôt », a déclaré Jordan Spieth. « C’est un grand champion et c’est aussi une personne formidable. C'est un formidable individu à avoir en face de soi. Il est l'un de ces gars, qui sont de grands modèles sur le PGA Tour, et j'ai la chance de jouer avec lui, au sommet de sa classe ».

Après que Matt Kuchar ait fait un bogey au 18 et félicité Jordan Spieth, il a quitté le green pour aller directement vers sa famille : sa femme Sybi, et leurs deux enfants, Cameron et Carson.

Matt Kuchar, Superman, héro lucide au cœur tendre

Son visage était rouge, peut-être un mélange de réaction au vent et de déception, alors qu'il embrassait ses proches. Il a passé du temps à consoler ses enfants qui semblaient difficilement accepter la défaite.

Ses fils Cameron 9 ans et Carson 8 ans, pleuraient lorsque leur père a quitté le parcours de Royal Birkdale, sans le titre du British Open.

Quand il leur avait parlé au téléphone samedi soir, sa famille lui a dit qu'ils étaient au Colorado. Matt Kuchar n'avait aucune idée qu'ils étaient en fait en Angleterre, pour le suivre sur son dernier tour.

« Une surprise extraordinaire » a déclaré Matt Kuchar, luttant contre ses émotions. « Le golf est un jeu égoïste, et avec ce qu'ils vivent avec moi, c'est un soutien incroyable pour m'aider à essayer d'être meilleur. C'était très, très fort, pour moi de les avoir ici ».

Mais il est difficile de rester insensible émotionnellement pendant des jours comme ce dimanche au Royal Birkdale, alors que Matt Kuchar ne parvenait pas à rester invincible aux yeux de ses fils.

« C'est une position intéressante en tant que père lorsque vos enfants sont jeunes », a déclaré Kuchar. « Ils te regardent comme si tu étais Superman. Vous êtes leur héros.

Quand cela ne fonctionne pas, et que vous n'êtes pas le héro qui détient le trophée, c'est triste. J'ai vu le regard dans leurs yeux. Je voulais être ce type, et j'ai été un peu brisé moi-même ».

Pourtant, Matt Kuchar en avait déjà fait l’expérience lors de l'Open de Houston en 2014, alors qu'il avait perdu lors d'une épreuve de qualification.

Ses fils étaient bouleversés.

Le vol de retour a été retardé, alors Matt les a emmenés dans une salle de bowling, pour passer le temps et leur changer les idées.

« Je devais leur parler », a t-il dit : « Faites de votre mieux. Essayez à chaque coup. Parfois, ça va, et parfois, cela ne va pas ».

Il y a de très bonnes leçons que l’on peut tirer du golf. C'est tout l’un ou tout l’autre. J'ai fait de mon mieux. J'ai essayé le plus dur, et cela n'a pas fonctionné.

Et c'est tellement difficile quand vous ne devenez pas Superman pour vos enfants, mais ce sont des leçons dont je pense que vous toucherez des dividendes à long terme.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.