Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Manuel De Los Santos : « Le golf, c’est ma deuxième jambe »

Pour une des premières fois dans un sport de haut niveau, un handigolfeur va participer à une compétition internationale pour valide, le Hauts de France Golf Open 2017 disputé sur le parcours de Saint-Omer, étape française du Challenge Tour européen. Oscar Pistorius a montré la voie pour l’athlétisme. Manuel De Los Santos pourrait bien changer votre regard sur la place du handisport, et l’immense message qu’il peut porter sur la modernité de notre société. A l’heure où le golf se cherche des relais de communication pour séduire le grand public, un invalide pourrait bien réussir à accomplir ce que bien des valides ne pourraient peut-être pas faire…

Découvrez nos formules d'abonnements

Histoire d’une rencontre avec une force de la nature au grand cœur

Quand Manuel De Los Santos vous serre la main, c’est à la fois un mélange de force et de douceur.

Originaire de la République Dominicaine, à 33 ans, le jeune homme s’était depuis toujours destiné à devenir un sportif de haut niveau.

Annoncé comme un talent dans le domaine du baseball, ambitionnant d’intégrer la prestigieuse ligue américaine, Manuel avait toujours rêvé sa vie à travers le sport.

A la suite d’un accident de moto, il va se retrouver sur un lit d’hôpital amputé de la jambe gauche alors qu’il était en passe d’atteindre son rêve.

Sur son lit, il demanda aux médecins « Combien ? Combien pour sauver ma jambe ? »

Tout l’argent du monde n’aurait pas pu la sauver… Comme beaucoup de jeunes touché par ce type de drame, il a d’abord cru que sa vie, son rêve était fini.

C’est là que parfois le tempérament d’un champion se révèle… au fond d’un lit d’hôpital, l’homme refuse de se résigner. Dieu lui a réservé un autre destin, et rien ne dit que ce destin ne sera pas plus heureux.

Avant son accident, la vie de Manuel était toute entière dédiée au sport. Il ne se voyait ni en fauteuil roulant, ni à porter sa prothèse, et surtout pas immobile à se morfondre chez lui.

Quel sport allait-il pouvoir pratiquer pour assouvir à la fois son envie de compétition, d’être dehors, et développer son attitude professionnelle ?

Le tir à l’arc ? Pas assez dynamique et trop statique pour lui !

Non, ce sera le golf ! Il a suffi de regarder un DVD de la Légende de Bagger Vance avec dans le rôle principal, Will Smith, pour que Manuel ait la révélation.


Habitant la région parisienne, il s’initie sur un practice de golf. Il lui faudra quatre jours pour faire décoller sa première balle… sur une seule jambe !

Du baseball au golf, il n’y avait qu’un pas entre deux sports de lancer. A aucun moment, Manuel ne s’est posé de question sur le caractère élitiste ou fermé du golf. Il ne s’est pas retranché derrière une excuse ou un préjugé pour oser, alors qu’il ne connaissait personne dans son entourage qui pratiquait ce sport.

De 8h du matin à 8h du soir, il s’est mis à taper des balles, des balles, des balles…jusqu’à ce qu’un jour, le ramasseur de balles du practice ne lui offre deux énormes seaux, et ne l’invite à tenter sa chance sur le compact limitrophe.

Dire que Manuel a pris le virus du golf dès la première balle contactée n’est sans doute pas loin de la vérité.

Il a d’abord essayé de jouer avec sa prothèse avant de l’enlever « Elle me gênait »

C’était il y a dix ans ! Aujourd’hui, Manuel De Los Santos est en passe devenir professionnel, et le premier handigolfeur à disputer une compétition de haut niveau avec les valides.

La renaissance d'un champion à travers le golf

Il faut souligner son courage mais aussi, une fois n’est pas toujours coutume, l’acceptation et la modernité des instances qui ont accepté, et facilité cette intégration.

Un homme a beaucoup compté dans son parcours : Jean-Jacques Durand, Président de l’AS Saint-Omer Golf Club.

Organisateur dans un passé récent de plusieurs Opens de France Handigolf, ce 13 avril 2017 en présence de la presse régionale, et golfique, il a officialisé devant nous l’attribution de la première Wild-Card du tournoi au profit de Manuel.

Jean-Jacques Durand a fait jouer de son influence auprès du Challenge Tour, mais comme il l’explique lui-même « Je n’ai pas eu à beaucoup convaincre. »

Pour Bastien Brepson, directeur commercial Europe du Sud pour la marque Srixon, sponsor du golfeur « Quand je suis en face de Manuel, je suis en face d’un sportif de haut niveau Je ne vois pas autre chose. C’est un joueur de cœur. Cela correspond véritablement aux valeurs de notre entreprise. »

Un cœur, Manuel en a un gros comme une montagne.

Passé de débutant à moins de dix d’index en l’espace de moins de deux ans, du joueur de baseball fauché avant d’avoir pleinement vécu son rêve, il a découvert un nouveau chemin qui le remplit d’une infinie richesse, et joie de vivre, joie de jouer… au golf.

Quand on dépoussière les énormes clichés et freins au développement du golf, cette histoire est une nouvelle preuve que le golf peut pleinement jouer un rôle dans le développement et la santé d’un individu.

Nous qui sommes valides, parce que c’est une évidence pour nous… nous avons tendance à l’oublier.

Manuel nous rappelle à la fois notre chance, et un besoin d’humilité !

« Ah aujourd’hui, j’ai mal joué… c’est de la faute des greens ! Peut-être… mais lui, il joue sur une jambe, et il joue mieux que je ne pourrai le faire. »

J’ai suivi Manuel pendant 9 trous sur le golf de Saint-Omer, et je l’ai écouté attentivement pendant les 30 minutes de sa conférence de presse.

Il n’a cessé de nous remercier de lui permettre de vivre son rêve.

Manuel a des bras qui font deux fois les miens. Manuel a sans doute un cœur qui fait deux fois le mien en termes de générosité.

C’est sans doute terriblement banal pour un valide de ressentir de l’émotion et du respect une fois que l’on rencontre une personne invalide ou handicapé qui fait preuve d’autant de courage.

Même sans être un golfeur de haut niveau, le simple fait de vivre sa vie, de ne jamais renoncer, et de tout faire pour la rendre merveilleuse, sans une jambe pour Manuel, sans un autre membre pour d’autres, est déjà un combat qui force l’admiration.

Il ne le cache pas ! Avant de parler de la difficulté du golf, c’est difficile de porter un handicap, surtout quand on a été valide avant.

Il ne le cache pas, mais il ne le revendique pas non plus. Le golf est sa deuxième jambe. Le golf… son jeu est son enthousiasme.

Un rayon de soleil golfique

On pourrait croire que le duel Justin Rose – Sergio Garcia au Masters était la plus belle des publicités pour notre sport… Je n’avais pas encore rencontré Manuel De Los Santos.

C’est lui la plus belle des "publicités" pour notre sport !

Messieurs de la fédération française de golf, vous l’avez votre exemple pour démocratiser le golf auprès du grand public.

Point besoin de Ryder Cup ou de champion vainqueur du Masters, il vous faut simplement un grand cœur sur une seule jambe !

Bien entendu, l’histoire de ce garçon jovial ne se limite pas à être simplement un handigolfeur. Ils sont des centaines en France, des milliers dans le monde.

Manuel est l’un des meilleurs d’un point de vue des résultats dans les compétitions handigolf, c’est ce qui lui vaut d’être un peu exceptionnel.

Non seulement, il joue dans le par ou en-dessous selon les parcours, mais en plus, il joue sans voiturette, seulement aidé de ses béquilles pour peut-être joué plus vite que vous ou moi.

Au cours du prochain Hauts de France Open 2017, rebaptisé pour l’occasion et anciennement Najeti Saint-Omer Open, Manuel ne bénéficiera d’aucune forme d’aide, et se pliera aux mêmes règles que les valides.

Sur les 156 joueurs engagés, il sera peut-être le seul à ne pas repartir avec un chèque dans l’hypothèse où il passerait le cut. En effet, il est encore sous statut amateur. Il n’est plus très loin d’avoir le niveau pour passer professionnel chez les valides.

Je ne suis pas dans sa peau. Je ne sais pas si sa vie est un rêve, mais pour un golfeur, il a joué sur les plus beaux golfs du monde entier, rencontré les plus grands golfeurs de Phil Mickelson à Jean Garaialde, en passant par Jean Van de Velde, et tant d’autres qui tous ont été touchés par son histoire, et ont souvent essayé de lui donner un conseil, une aide…

Il ne voyait sans doute pas un handigolfeur… sans doute voyait-il un homme d’un immense courage prêt à beaucoup d’efforts pour vivre un nouveau rêve.


Le golf est un sport difficile quand vous avez deux jambes… alors imaginez avec une seule…

Une question me taraudait… Comment peut-il gérer son centre de gravité, tenir en équilibre et swinguer son bois 3 pratiquement aussi loin que mon driver ?

Humblement, Manuel m’a répondu qu’il s’équilibrait avec la pointe de son club. A savoir qu’il travaille la connexion entre son corps et le club !

De ce point de vue, il a porté son choix sur les clubs Srixon pour une raison terriblement logique, encore fallait-il y penser…

Au cours d’un fitting avec la marque, son interlocuteur lui a mis en avant le besoin de jouer des clubs rallongés, justement pour tenir compte de cette question du centre de gravité.

Manuel a, selon ses dires, réalisé des fittings chez différentes marques.

Le seul à avoir mis en évidence cette notion de longueur des manches en corrélation avec les besoins spécifiques de son swing l’a convaincu de jouer des bois, des fers, des wedges, et un putter de la marque Cleveland/Srixon.

Se tournant vers moi, Bastien Brepson tient à souligner « Je ne l’ai pas briefé ! Il dit ce qu’il veut des clubs. »

Quand certains tapent dans leurs sacs, cassent des clubs sur le parcours, et ce parmi les joueurs professionnels, c’était touchant d’entendre Manuel de Los Santos vous dire simplement sa joie de pouvoir porter le logo d’une marque. Le chemin parcouru jusqu’ici pour arriver à cela…

Pour conclure, c’est aussi la force d’un champion que de savoir s’entourer.

Sa famille, sa femme, ses amis, ses soutiens en la personne de Jean-Jacques Durand, mais aussi les équipes du golf de Saint-Omer, son sponsor ne sont pas pour rien dans son parcours, et son projet.

Le golf est un sport individuel qui met en exergue l’équipe autour de vous pour réussir.

Chapeau Monsieur De Los Santos !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Découvrez la nouvelle gamme XXIO10

Découvrez nos formules d'abonnements