Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Ernie Els fête son 100e départ en Majeur à l’occasion de l’US PGA Championship 2017

Ernie Els fête son 100e départ en Majeur à l’occasion de l’US PGA Championship 2017

Ernie Els, en prenant le départ de l’US PGA Championship 2017, sur le Quail Hollow Club à Charlotte, en Caroline du Nord, participera à son 100e Majeur. Depuis sa première victoire sur le PGA Tour en 1994, Ernie Els a réalisé une des plus longue et des plus admirable carrière sur le PGA Tour et l’European Tour, avec notamment à son palmarès, deux US Open et deux British Open.

Découvrez nos formules d'abonnements

Baptisé « The Big Easy » pour la fluidité de son swing et sa nature décontractée, Ernie Els a été avec Phil Mickelson, l'un des seuls adversaires réels de Tiger Woods, pendant les années de domination du Tigre.

Ernie Els a grandi à l'extérieur de Johannesburg, en Afrique du Sud. Le sport constituait une grande partie de la vie familiale des Els. Quand il avait 4 ans, le petit Ernie aidait à porter les clubs de son père Neels, alors que celui-ci jouait au Kempton Park près du domicile familial.

Très vite, il était évident qu’Ernie avait de prodigieuses prédispositions athlétiques. Il a joué au football, au cricket, au rugby et au tennis.

Il fallait choisir, et c’est le golf et le tennis qui ont été retenus dans un premier temps. Et Ernie a excellé dans les deux. À 13 ans, il a remporté le Championnat du Transvaal de Eastern Junior, un important tournoi régional de tennis.

Un an plus tard, âgé alors de 14 ans, le choix s’est inversé, et il a remporté le Championnat mondial de golf junior à San Diego, en Californie, battant un champ de joueurs qui comprenait notamment Phil Mickelson.

Finalement, Ernie Els a concentré ses talents sur le golf. « J'ai réalisé que j'étais meilleur au golf qu’au tennis », a déclaré Ernie Els « Les gars me battaient au tennis ! ».

Il avait 16 ans en 1986 quand il est devenu le joueur le plus jeune à gagner le championnat amateur sud-africain. En 1991, il est devenu professionnel et a commencé une des carrières les plus prolifiques que le monde du golf a pu observer, depuis celle du député sud-africain et légende du golf, Gary Player.

Els a commencé sa carrière au pays. En 1992, il a remporté six des huit plus importants tournois de golf sur le Sunshine Tour en Afrique du Sud.

Cette année là, il est devenu le premier joueur après Gary Player à remporter le Masters, l’Open et le PGA en Afrique du Sud, la même année.

Ernie Els, photo JeudeGolf.org

Augusta, sa porte d’entrée aux Etats-Unis

Ernie Els est arrivé à Augusta en provenance d'Afrique du Sud en 1994, et a marqué les esprits avec un top 10 pour son premier Masters. Deux mois plus tard, il a remporté l’US Open à Oakmont et est alors entré dans le Temple de la renommée mondiale du golf.

Cette première victoire à l’US Open 1994, faisait entrer Ernie Els dans le cercle très fermé des golfeurs s’illustrant par une première victoire à l’occasion d’un Majeur.

Elle sera suivie par 18 autres victoires sur le PGA Tour, la dernière en date en 2012 au British Open. Le sud-africain devenait alors le huitième joueur à remporter des championnats majeurs sur trois décennies distinctes.

Ernie Els a également remporté 28 victoires professionnelles sur l’European Tour, la première en 1994, juste avant sa victoire à l’US Open, et la plus récente en 2013 au BMW International Open.

La course contre le temps d’Ernie Els

À 47 ans, Ernie Els travaille avec un entraîneur personnel quatre jours par semaine « pour maintenir cette personne de bientôt 48 ans en forme » dit-il. La salle de sport de son manoir de Jupiter en Floride, ressemble à un centre de remise en forme digne des plus grands centres d’entraînement de sportifs de haut niveau.

Depuis sa salle de sport, on a une vue sur son court de tennis. Ernie Els a toujours été aussi passionné par le tennis, adolescent il pratiquait avec succès golf et tennis. Il se plait à raconter sa relation avec Bjorn Borg.

« J'ai pris quelques verres de vin avec lui dans notre cave et lui ai demandé comment il faisait pour être aussi calme pendant les points importants ».

Il a dit : «J'ai joué tous les points de la même manière. Qu'il s'agisse du premier tour de l'Open de Monte-Carlo ou de la finale de Wimbledon, pendant chaque point, mon intensité, ma concentration, était la même. Chaque point était le point le plus important de tous les temps ».

Ernie Els, photo JeudeGolf.org

L’horloge du temps tourne, et pas seulement sur son corps, ni sur la qualité de son jeu. L'exemption de cinq ans accordée à Ernie Els pour avoir remporté l'Open en 2012, a cependant expirée après qu’il ait joué l’Open cette année à Royal Birkdale.

Grâce à une invitation spéciale, il participera à son 100e Majeur du Championnat PGA en ce mois d’août 2017.

Mais depuis qu’il a soulevé la Claret Jug, Ernie Els reste bloqué à quatre Majeurs et 19 victoires sur le Tour. Il veut vraiment la vingtième, et s'elle vient à l’US PGA Championship se sera d'autant mieux.

Le défi d’Ernie Els pour ces prochaines années ?

Trouver du temps pour travailler sur son jeu. En plus du temps passé en déplacement pour les tournois, Ernie Els a de nombreuses activités commerciales ou humanitaires, depuis la conception de parcours, jusqu’à la vinification sur son domaine de « Ernie Els Wines » en Afrique du Sud.

Sa fondation en Afrique du Sud, destinée à former des jeunes joueurs de golf, a déjà produit deux grands champions, Louis Oosthuizen (Open Championship 2010) et Charl Schwartzel (Masters 2011).

Photo Els Performance Golf Academy

Il est aussi profondément impliqué dans le « Els Centre for Excellence », un établissement éducatif à Jupiter, pour les enfants autistique. Son fils, Ben, 14 ans, est autiste.

Ernie Els utilise son rayonnement pour aider à recueillir des fonds et créer une prise de conscience sur les causes de l'autisme et ses traitements possibles.

Avec son épouse Liezl, ils ont fait don de millions de dollars à leur fondation, et continuent de recueillir des fonds pour un Centre d'excellence qui offrirait des ressources professionnelles et médicales, une thérapie et une éducation, pour aider les enfants autistes à mener une vie adulte épanouie.

Et sa fille, Samantha, 18 ans, se dirige vers l’université de Stanford cet automne, une rentrée scolaire que papa ne manquera pas.

« Je serai âgé de 48 ans en octobre, et 50 est au coin de la rue. J'ai encore des majeurs à jouer. Cette année est énorme. Avoir cet âge me motive, me fait peur, et m'excite. Je suis à la recherche d'une succession de bons coups de golf. Je ne dominerai plus jamais le jeu, mais si j’enchaîne une série de bons trous, je sais comment fermer un tournoi ».

Ses relations avec Nelson Mandela

« J'ai rencontré Nelson Mandela plusieurs fois. Il était le chef de l'Afrique du Sud après l'apartheid. Il aimait les enfants. Dans un avion, il a pris ma fille de six ans sur ses genoux et a parlé avec elle pendant une heure ».

« Quand je gagnais un tournoi, il appelait pour me dire: « Le pays est tellement fier de toi ». Il a fait de ma victoire une victoire pour notre nation. C’était un monument national ».

« Aux États-Unis, il y a une division au sujet de Trump. Nous avons eu une plus grande division en Afrique du Sud. Nous l'avons traversée. Mandela nous a réunis, et il a utilisé le sport pour l'aider à le faire ».

Ernie Els, photo JeudeGolf.org

Sans doute le titre qui lui tient le plus à cœur

Ernie Els, a prouvé son caractère et son esprit sportif à la fois sur et hors des parcours de golf. Depuis sa Fondation « Els for Autism », au développement du golf junior dans sa patrie d'Afrique du Sud, à ses quatre victoires du Championnat majeur, Ernie Els montre continuellement son dévouement à l'amélioration du jeu du golf et au bien-être de l'humanité.

Le PGA TOUR et Southern Company ont reconnu ces valeurs, en nommant Ernie Els lauréat 2015 du Payne Stewart Award. Le prix Payne Stewart est attribué annuellement par le PGA Tour, à un golfeur professionnel qui illustre le mieux les valeurs solides de personnalité, de charité et d'esprit sportif.

« Être considéré comme digne de recevoir un tel prix fait me sentir fier et très humble. Cela signifie vraiment beaucoup » a déclaré Ernie Els.

Ernie Els continue d'avoir une carrière de golf passionnante, avec plus de 60 victoires, dont 4 majeurs, mais ce qui peut être encore plus important, c'est son impact sur ceux qui l'entourent.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Découvrez la nouvelle gamme XXIO10

Découvrez nos formules d'abonnements