Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Chambers Bay, le parcours de l’US Open de golf 2015 ne laisse pas indifférent

Chambers Bay, le parcours de l’US Open de golf 2015 passé au crible

Le parcours du prochain US Open de golf est loin de faire l’unanimité auprès des golfeurs professionnels, mais aussi du côté des golfeurs amateurs qui ont eu l’occasion de le jouer. Revue du parcours à trois semaines du deuxième majeur de la saison…

Sommaire de l'article consacré à Chambers Bay

  1. Le parcours de l'US Open 2015
  2. Un parcours à repérer intensément
  3. Les amateurs donnent un avis contrasté
  4. Un véritable test de golf

Le parcours de l'US Open 2015

L’US Open est l’un des plus grands rendez-vous de la saison golfique, mais à l’inverse du Masters d’Augusta, il ne se joue jamais sur le même parcours, et suit une rotation dans l’attribution du club hôte de l’épreuve.

Côte ouest, côte est, mis à part Augusta, les plus grands parcours américains ont accueilli ce majeur.

Pinehurst, Congressionnal, Pebble Beach, Bethpage, Torrey Pines, Medinah, Baltusrol…ont ainsi contribute à l’histoire du tournoi.

Pour Chambers Bay, le parcours retenu en 2015, il s’agira d’une grande première !

Chambers Bay est situé au Nord-Ouest des Etats-Unis dans l’état de Washington (Seattle) dans une région entre mer et montagne.

Curieux choix quand on sait que le terrain n’a vu le jour qu’en …2007 alors que l’US Open s’est toujours joué dans des clubs mythiques.

Peut-être que le choix a été présidé par le fait que Chambers Bay peut offrir une grande variété de difficultés, et même des configurations différentes d’une journée à une autre avec des trous qui se distinguent par leurs longueurs, et des greens très vastes.

Difficultés imaginées par Robert Trent Jones Jr et qu’aucun pro du PGA Tour ne pourra se vanter de parfaitement connaître avant d’arriver sur place.

Le seul grand tournoi ayant déjà été organisé précédemment à Chambers Bay étant l’US Amateur 2010.

Un mauvais souvenir pour Jordan Spieth, alors encore amateur, qui avait joué un score très élevé lors du deuxième jour (83) pour manquer la qualification pour le match-play final.

En réalité, ce premier événement a servi de test pour un tournoi de plus grande envergure…

Un parcours à repérer intensément

De l’avis du patron de l’USGA, Mike Davis, les golfeurs seraient bien inspirés de venir repérer le parcours avant le début de l’open.

« Je n’imagine pas qu’un joueur puisse s’imposer ici sans avoir pris le soin d’étudier le parcours en amont. »

Poursuivant « L’idée de venir ici, et jouer deux petits tours d’entraînements ou de marcher le parcours avec un carnet de distances ne suffira pas. Celui qui se contentera de cela n’aura aucune chance de remporter l’US Open. »

Et certains golfeurs ne se sont pas trop faits prier pour commencer leur examen du 18 trous, notamment, Webb Simpson, vainqueur du tournoi en 2012 qui a pris sur ses temps libres entre deux tournois pour venir se mettre dans le bain.

Dans la foulée des premiers trous joués à Chambers Bay, les premiers commentaires ont commencé à fleurir.

Pour le suédois Henrik Stenson, toujours en quête d’un premier majeur en carrière, ce parcours s’apparente à un links qui cache bien son jeu.

Pour Ryan Palmer, le commentaire est encore plus fleuri « L’idée de venir jouer ici sur des départs aussi vallonnés est tout bonnement ridicule. »

Particulièrement remonté contre l’organisateur, Palmer n’a pas hésité à ajouter « Je me moque de ce que l’on pourra dire, mais de nombreux pros ne feront pas une très bonne presse à ce parcours. Je ne comprends tout simplement pas pourquoi ils ont voulu que nous jouions ici ! »

Et Ian Poulter d’y aller de son petit commentaire sur twitter en s’inspirant des avis laissés par des golfeurs internautes sur de célèbres sites de notations « De nombreux golfeurs amateurs qui ont joué Chambers Bay rapportent que c’est une farce totale. Mais bon quelqu’un devra bien s’imposer… »

C’est bien la particularité de ce terrain, c’est qu’il créé une belle occasion de rapprocher pros et amateurs autour d’un terrain que tout le monde peut jouer, et donc donner un avis.

Les amateurs donnent un avis contrasté

Aux Etats-Unis, les golfs publics peuvent être joués par tout le monde. Et de plus en plus d’US Open sont organisés sur ce type de club, bien que les terrains soient préparés spécifiquement pour les rendre plus difficile.

Dans le cas de Chambers Bay, l’USGA prépare son coup depuis un certain temps, surveillant avec soin tous les travaux réalisés sur le terrain.

Des greens ont été créés temporairement pour éviter de jouer sur les greens définitifs, surtout du fait de l’herbe qui dans cette région est plus difficile à préparer parfaitement comme celle de la région Pacific nord.

Résultat, les amateurs qui ont eu l’occasion de le jouer en sont revenus assez déçus, surtout au regard du prix payé (entre 150 et 200 dollars par parties).

Selon le site Golf Advisor qui recense les avis de golfeurs, Chambers Bay est loin d’être le meilleur parcours de la région.

Pour la qualité du terrain, il arrive nettement derrière l’Olympic Course, le parcours phare de la région, et à peine au-dessus de la moyenne de parcours des alentours de Seattle.

Deux domaines sont particulièrement mal notés : le rapport qualité/prix et le temps de jeu.

Seule la qualité de l’accueil se distingue positivement par rapport aux autre parcours locaux.

Le commentaire le plus négatif venant d’un internaute inscrit en juin 2014 qui s’est senti un golfeur de seconde zone en raison des filets de protections qui protégeaient les fairways et certains greens.

Ajoutant « Les greens sont dans un état pire que sur beaucoup d’autres parcours que j’ai eu l’occasion de jouer. »

Fait notable, il a pu mesurer jusqu’à sept vitesses de greens différentes tout au long de sa journée !

Probablement lié au fait que durant l’été 2014, les greenkeepers ont travaillé d’arrache-pied sur les greens, les commentaires suivants ont été plus positifs, générant même des défenseurs fervents.

« Ce parcours est une opportunité incroyable pour apprendre un nouveau type de golf. Mais certains ont l’esprit encore trop étroits pour le voir et l’apprécier. »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les avis ne sont pas unanimes. Ce parcours divise les joueurs, et sans doute que le prix ne tempère pas les propos.

Ce qui est compréhensible quand vous payez entre 150 et 180 euros pour jouer 18 trous.

En revanche, la véritable question est de savoir si ce parcours sera un « test » comme c’est la tradition en majeur.

Un véritable test de golf

Depuis plusieurs saisons, l’USGA veille à faire de son événement, un rendez-vous de difficulté majeur pour ne pas sacrer un champion au rabais.

Chambers Bay est une nouvelle étape dans ce processus visant à empêcher un maximum de prétendants de jouer sous le par.

L’an passé, Pinehurst avait beau être un monstre, Martin Kaymer avait néanmoins réussi à casser le par de neuf coups.

En 2011, McIlroy avait détruit le parcours de Bethesda pour signer son premier succès en majeur (-16).

Des exemples qui démontrent que malgré les efforts des organisateurs, vous trouverez toujours un ou deux pro pour déjouer les pièges.

En réalité, dans l’histoire récente, c’est plus souvent le parcours qui a eu le dernier mot.

En 2012, Webb Simpson avait emporté le tournoi en terminant un au-dessus du par.

En 2006 et 2007, Ogilvy et Cabrera se sont imposés en plus cinq au-dessus du par !

Depuis 1946, Tiger Woods et Rory McIlroy sont les deux seuls vainqueurs à avoir joué plus de dix coups sous le par…

En 2015, l’USGA compte sur Chambers Bay pour perpétuer cette tradition que cela plaise aux joueurs ou pas.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.