Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Qu'est-ce que le golf ?

Organiser sa séance au practice et prendre plaisir à s’entraîner

Organiser sa séance au practice et prendre plaisir à s’entraîner

Quel que soit leur niveau de jeu, il est intéressant et souvent surprenant de voir comment les golfeurs organisent leurs séances d’entraînement au practice. De nombreux facteurs nous différencient dans ces circonstances ; les capacités physiques ou techniques, l’âge, la forme et les conditions du moment, les objectifs à atteindre, et encore de nombreux critères personnels à chacun, et notamment le temps disponible que l’on peut consacrer à s’entraîner.

Découvrez nos formules d'abonnements

Pour quelques-uns d’entre nous, le golf est avant tout une occasion agréable de faire de l’exercice. Dans ce cas, cela n’implique pas un grand apprentissage, et encore moins la motivation pour s’entraîner et s’améliorer.

Pour d’autres au contraire, disons ceux qui ont le « virus », le golf est l’occasion de se dépasser et de progresser sans cesse, dans ce cas tous les efforts pour atteindre ces objectifs sont vécus comme des phases indispensables pour arriver à ses fins, l’entraînement étant alors perçu comme un élément capital.

Dans ce cas, le mot « capital » convient assez bien, puisque le travail effectué à l’entraînement va générer un réel investissement bénéfique sur le parcours.

L’entraînement au practice

On peut se rendre au practice pour s’échauffer avant un parcours ou avant une compétition, ou bien pour travailler un geste précis après avoir pris une leçon, de façon à continuer à travailler ce que l’on vient d’apprendre.

Mais il est possible également d’aller s’entraîner sans but bien précis, juste pour s’amuser ou passer un moment de détente dans la journée.

Certains vont prendre leur temps entre chaque swing, d’autres, style mitrailleuse, vont consommer un maximum de seaux de balles. Certains vont enchaîner les coups, d’autres répéter leur swing plusieurs fois avant de taper la balle.

Chez les champions les tendances sont différentes, ils peuvent consacrer beaucoup de temps à perfectionner un geste au practice, ou bien préférer se mettre en situation réelle sur le parcours.

À son époque Jack Nicklaus considérait qu’il passait beaucoup moins de temps au practice que d’autres champions, parce qu’il ne s’y rendait qu’avec un objectif précis, et ne se concentrait que sur cet objectif.

Maintenant imaginez que vous avez seulement une heure par semaine pour vous entraîner, taper des balles, et travailler votre jeu de golf. La majorité d’entre nous choisi souvent le même objectif et les mêmes clubs, pour enchaîner des coups qui ne seront pas forcément ceux que l’on va jouer le plus souvent sur le parcours.

Très peu de golfeurs se déplacent de poste en poste au practice, de façon à se retrouver dans des conditions similaires à celles que l’on peut retrouver sur le parcours.

Pourtant en partant des postes de la zone gauche en allant vers ceux de la zone droite, et en passant par le centre, on peut ainsi récréer les conditions d’un tee de départ avec ses obstacles latéraux, plans d’eau, hors limites, etc.

Ainsi si vous avez tendance à slicer, en vous installant sur la partie gauche du practice (pour un droitier) vous n’aurez pas l’impression de faire de trop mauvais coups.

Pourtant sur le parcours, ces « pas trop mauvais coups » peuvent vous conduire directement dans l’obstacle d’eau ou le hors limites.

Dans ce cas, en vous entraînant sur la partie droite du practice, vous allez récréer des conditions de jeux beaucoup plus proches de celle que vous allez trouver sur le parcours.

Si c’est sans aucun doute beaucoup moins confortable, c’est certainement bien plus profitable pour votre jeu et votre confiance, lors du prochain départ avec un obstacle sur la droite.

Pour la distance, si essayer de gagner en longueur au driver tout en envoyant des balles les plus droites possible est un des grands classiques de l’entraînement au practice, au départ de nombreux trous on va se trouver avec des obstacles qu’il vaut mieux éviter, quelquefois en les dépassant, mais d’autres fois en essayant de ne pas les atteindre, pour les dépasser au coup suivant.

C’est une situation intéressante à travailler au practice, à condition de se fixer des cibles dont on doit se rapprocher, sans les atteindre…

Assurez vous de vous fixer des objectifs qui bien qu’étant assez exigeants, doivent êtres réalistes et en rapport à votre niveau et vos capacités.

En atteignant les objectifs que l’on se fixe, on évite la frustration de l’échec, et dans ce cas le travail au practice devient bien plus ludique, satisfaisant, et surtout transposable sur le parcours.

L’entraînement sur le parcours

Si vous avez la possibilité de jouer sur votre parcours favori un jour où il n’y a pas grand monde, c’est l’occasion de vaincre les craintes que peuvent vous inspirer certains trous ou certains passages du parcours.

Ainsi si votre trou « maudit » est un Par trois où vous devez survoler un plan d’eau pour toucher le green, profitez de la disponibilité du parcours ce jour-là, pour vaincre vos appréhensions.

Installez vous sur le tee de départ, commencez avec des balles de récupération, puis prenez une de vos balles les plus chères (celles à 5 euros pièce) et allez-y…

Si votre balle termine sa carrière dans l’eau, alors vous aurez perdu 5 euros.

Si vous vous êtes capable de vous approcher du drapeau, alors ce ne sera plus votre « trou maudit », mais une prochaine occasion de faire un birdie, et ça, vous l’aurez encré en vous à l’occasion de votre prochain parcours.

Et avec un peu de pression, en plus…

Si vous jouez avec vos amis un dimanche avec un enjeu au bout, ou bien si vous prenez le départ d’une compétition de club, s’il y a bien un élément supplémentaire pour lequel il est assez difficile de recréer le contexte pendant les entraînements, c’est la pression…

C’est la raison pour laquelle les scores réalisés par les amateurs de golf lors de compétitions sont bien moins bons que lors des parties amicales.

Un moyen de recréer cette pression est de vous entraîner avec un ou des amis.

Par exemple, en organisant des petits concours entre vous. Cela peut-être des concours d’approche, ou bien également des concours au putting.

Sur le putting green choisissez deux trous, et mettez vous chacun de chaque côté d’un de ces trous, l’objectif est de rentrer le putt dans le trou devant votre adversaire.

Le premier qui rentre sa balle marque un point, le premier qui arrive à 10 points a gagné.

Ce n’est pas compliqué, mais la pression est beaucoup plus forte à chaque putt que quand on se contente de s’appliquer à uniquement faire tomber la balle dans le trou.

Enfin, ce qui est excellent c’est vraiment d’avoir des objectifs précis, ce qui n’est pas toujours le cas sur les practices qui ne disposent pas de cibles réelles ; buttes, bunkers, etc.

D’autant plus que les balles de practices ne restituent pas la réalité en distance et en effet de celle d’une vraie balle de golf.

Si vous le pouvez, privilégiez les zones de practice où il est possible de poser sa balle dans l’herbe, les tapis synthétiques sont indispensables et suffisants pour répéter et travailler un swing, mais pas pour reconstituer des conditions de vrais parcours.

Variez les coups, imaginez ceux que vous allez avoir à exécuter sur le parcours, en enchaînant départs, coups longs sur le fairway, approches.

Et surtout faites en sorte de prendre du plaisir en vous entraînant.

Si vous êtes censé emporter avec vous sur le parcours les progrès techniques fait à l’entraînement, emporter également au départ le plaisir et l’envie de jouer au golf que vous avez ressenti au practice, c’est certainement la garantie de retrouver les mêmes sensations sur le parcours.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.