Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

5 conseils pour améliorer votre jeu plus que votre swing

5 conseils pour améliorer votre jeu plus que votre swing

Dans la suite de l’article sur le fait de jouer régulièrement au golf plutôt que de chercher à être le meilleur technicien. Ci-dessous, découvrez cinq conseils qui s’adressent à tous les « golfeurs », comprenez ceux qui veulent jouer, et scorer plutôt que de chercher à améliorer systématiquement le swing, y compris sur le parcours.

Découvrez nos formules d'abonnements

Adaptez votre visée du drapeau par rapport à votre distance au green...

Beaucoup trop d’amateurs ont tendance à viser le drapeau sans prendre en compte sa position sur le green.

Les meilleurs joueurs ont surtout compris l’importance de jouer en fonction de ses compétences et capacités.

Réfléchissez-y à deux fois avant de viser un drapeau situé à l’extrémité d’un green ! Au lieu de tenter un birdie, vous avez plus de chance de sortir avec un bogey.

Pour vous aider à prendre une meilleure décision entre aller chercher le drapeau ou y renoncer, je vous conseille de diviser vos clubs en trois catégories :

  • Pour jouer sûr (visez large)
  • Pour jouer prudemment (visez entre-deux)
  • Pour jouer le coup à fond ! (visez au plus serré)

Les clubs pour « jouer sûr » sont généralement les bois de parcours ou les longs fers.

Pour la plupart des amateurs, ces clubs sont les plus difficiles à manier avec précision et consistance pour contrôler distance, et trajectoire.

Quand vous devez viser le green avec ces clubs, jouez toujours au plus large, et ne cherchez pas systématiquement le drapeau.

Au contraire, visez le milieu du green.

Visez la partie la plus large du green…

Concernant la deuxième catégorie, « jouez prudemment », les clubs sont plus généralement vos fers 5 à fers 8.

Ces clubs demandent aussi de jauger la forme du jour.

Soit vous êtes dans un bon jour avec un swing bien calibré ou bien rythmé, et vous pouvez être plus agressif.

Soit vous êtes dans un jour sans avec des difficultés pour trouver le bon rythme, et vous devez être plus prudent.

Enfin, troisième catégorie, les clubs courts et les sandwedges sont les clubs « pour jouer les coups à fond ».

Dans ce cas, vous pouvez viser le drapeau.

Jouez au golf, et pas jouer à avoir le meilleur swing…

Une des erreurs les plus courantes chez les amateurs consiste à passer trop de temps à se concentrer sur la mécanique du swing plutôt que de chercher à se concentrer sur le parcours, et le jeu.

Ne tombez pas dans ce piège !

Quand vous focalisez sur le geste pendant une partie, non seulement, vous abimez votre mécanique naturelle, mais en plus, vous perdez de vue votre objectif ou plan de jeu.

C’est ce que les américains appellent « playing golf swing » !

Jouez au golf, et pas jouer à avoir le meilleur swing…

Il est donc très important d’aller au practice pour évaluer votre forme du jour juste avant de jouer.

Vous n’aurez peut-être pas votre meilleur swing…ce n’est pas si grave.

Vous jouerez avec le swing du moment, et même s’il n’est pas parfait, vous devez être convaincu que vous pouvez pourtant scorer votre meilleure partie.

Simplement si au practice, vous avez tendance à aller à droite de votre ligne, tenez-en compte quand vous serez sur le parcours en modifiant votre alignement ou votre visée.

A partir du moment où vous serez faire cela, vous pourrez vraiment dire que vous savez jouer au golf.

Régulez votre tempo et votre rythme…

C’est l’un des éléments les plus importants au golf, sur le tee de départ, sur le fairway et même sur le green, et c’est pourtant, celui qui est le plus souvent sous-estimé par les amateurs.

Un jeu inconsistant ou irrégulier est très SOUVENT le résultat d’un rythme inconsistant ou irrégulier.

Le tempo est le montant de temps total que vous utilisez pour créer un swing de golf depuis son point de départ jusqu’à sa fin.

Et même si le swing semble plus long avec un driver, il doit prendre le même temps à exécuter qu’un coup avec un sandwedge.

Régulez votre tempo et votre rythme…

La durée moyenne du backswing d’un golfeur professionnel est estimée à 0.82 secondes tandis que le downswing jusqu’au point d’impact est estimé à 0.27 secondes, soit un tempo parfait de 3 pour 1.

Chez les amateurs, cette donnée est souvent imparfaite ou irrégulière. Les écarts au downswing étant faible, c’est souvent le backswing qui est en cause.

C’est un conseil très important car plus que toute autre faute, pour la plupart, vous êtes surtout irrégulier dans votre tempo, et donc les frappes sont plus aléatoires, et le score avec…

Le tempo doit être le même pour tous les clubs, et tous les coups !

La clé pour développer un tempo consistant et un bon rythme consiste à comprendre que le swing doit toujours être en accélération constante depuis son point le plus haut, au sommet du backswing.

Avec le bon tempo, vous arriverez à générer une vitesse de tête de club maximum et sans efforts additionnels.

Pour mécaniser un bon tempo, essayez de taper cinq coups de fers 7 avec votre tempo optimum, puis tapez cinq drives en essayant de reproduire le même tempo, en vous assurant que vous démarrez votre swing depuis le même point haut.

Faites confiance au shaft plus long pour créer plus de vitesse, et de distance.

Soyez positif…

Etes-vous toujours positif sur chaque coup ? Reformulez avez-vous bien appréhendé un coup à jouer après avoir mis votre balle dans l’eau pour atteindre un green en île sur un par 3 ?

Plus que de penser à un trou difficile ou à un coup qui vous met en difficulté, ne vous concentrez pas sur la difficulté, mais sur le comment vous mettre dans les meilleures conditions pour réussir le meilleur score possible.

Au golf, il ne s’agit pas de réussir un coup, mais de réussir à scorer, peu importe la manière, à partir du moment où vous avez identifié la bonne distance, la bonne direction, et la bonne trajectoire.

Il est indispensable d’être concentré sur ce que vous voulez faire, plus que sur ce que vous ne voulez pas faire.

Faisons un test !

Fermez les yeux, et essayez de ne pas penser à une pomme rouge…

Fermez les yeux, et essayez de ne pas penser à une pomme rouge…

Ouvrez les yeux…à quoi avez-vous pensé ? Il y a de grandes chances que ce soit à une pomme rouge.

Le cerveau humain ne comprend pas très bien les injonctions négatives.

Pour réussir quelque chose, pensez à ce que vous devez faire, pas à ce que vous ne devez pas faire !

Au niveau du golf, quand vous ne voulez pas mettre votre balle dans un obstacle d’eau à droite. Il se passe au moins deux choses :

Le pouvoir de suggestion va vous ramener à faire ce que vous ne voulez pas faire.

Ou dans le cas contraire, vous allez créer une compensation qui va vous faire aller dans une direction tout à fait opposée, et le coup n’en sera pas meilleur.

Pour développer une meilleure attitude, essayez cette routine :

1- Commencez par évaluer le « lie » sur lequel repose la balle.

2- Evaluez ensuite à la distance à parcourir.

3- Evaluez la force du vent et sa direction.

4- Prenez note des obstacles.

5- Visualisez dans votre imaginaire, un coup réussi

6- Ne répétez qu’un seul swing d’échauffement pour rafraîchir le swing que vous voulez produire.

7- Une fois au-dessus de la balle,soyez au coup, visualisez la cible, et go !

Répétez systématiquement cette routine, et votre jeu va s’améliorer.

Apprenez à juger quand il faut laisser le driver dans le sac…

Il est très important de se rappeler que pour jouer au golf, il faut surtout avoir sa balle en jeu plus que de taper des balles très longues !

La clé d’un bon driving n’est pas de produire des coups très longs.

Apprenez à juger quand il faut laisser le driver dans le sac…

Les bons joueurs de drives sont surtout ceux qui se laissent un second coup en bonne position pour la suite.

Et pour y parvenir, il faut simplement réaliser qu’il n’est pas toujours indispensable de sortir le driver.

Sur le tee de départ, il convient donc de sélectionner le club le plus approprié.

Par exemple, si vous jouez un par 4 à 300 mètres, et que vous drivez en moyenne à 200 mètres, vous pouvez très bien vous « contenter » d’un coup de bois 3 à 180 mètres pour avoir derrière un coup acceptable à 120 mètres…

En réalité, toutes les options sont ouvertes à partir du moment où vous calculez toujours la distance au green depuis le deuxième coup, et en fonction de ce que vous voulez faire sur le premier.

Sélectionnez de manière préférentielle, le club avec lequel vous êtes le plus précis.

Autre situation où vous pouvez laisser le driver dans le sac…un long par-5 que vous n’arrivez pas à toucher en deux !

Au lieu de chercher à envoyer driver-bois pour hypothétiquement toucher un bout de green, cherchez à jouer des coups sûrs pour vous laisser un troisième coup moins risqué.

Bon golf,

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.