Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

La clé d’un bon swing de golf : Une rotation de qualité!

Améliorer la qualité de sa rotation au golf

Souvent quand on évoque un swing de golf, les amateurs pensent que pour augmenter la distance, et la consistance d’un coup de golf, il est absolument nécessaire de chercher la rotation maximum du haut du corps. Ce n’est absolument pas indispensable ! Plus qu’une rotation maximum, il est plus intéressant de raisonner une rotation en termes de qualité plutôt qu’en termes de quantité.

Sommaire article sur la qualité de la rotation au golf

Changer les idées reçues sur la rotation

La rotation est au centre de beaucoup de débats sur le swing de golf entre enseignants, élèves, et tous les pratiquants dans leur ensemble.

Et pour cause, le golf est un sport de rotation !

Le swing nécessite impérativement de créer les conditions d'une rotation de son corps autour d'un axe fixe dans le but de générer un maximum de puissance au moment de taper la balle.

A partir du moment où on pose ce postulat de maximisation de la distance, on tombe invariablement dans le piège qui consiste à corréler distance avec quantité de rotation.

A quelle distance est-ce que je projette la balle ? De combien est-ce que je tourne mes épaules ou mes hanches ?

En prenant le contre-pied de la croyance populaire qui consiste à pousser les amateurs à chercher une rotation maximum du haut du corps, et au contraire, en vous invitant à réfléchir votre swing en termes de qualité de rotation, je ne vous entraîne pas sur un terrain défavorable à la génération de puissance, et même plutôt vers quelque chose de plus simple à réaliser.

Le fait de dire que « plus est mieux » ne vous aidera pas à mieux jouer, et à taper plus loin.

La plupart des amateurs de golf d’un niveau moyen sont en fait tout à fait incapables de trouver une amplitude de rotation élevée, du fait de nombreux blocages au niveau de leurs corps, et lié à un manque de pratique physique.

Et principalement, parce qu’ils ne sont pas en mesure d’associer la bonne stabilité, au bon moment, et aux bons endroits.

Souvent, quand un golfeur veut mettre « une praline », il a tendance à forcer son geste, accélérer plus que de coutume…sauf que dans 99% des cas, il oublie d’y associer une plus grande stabilité du bas du corps, ce qui produit l’effet inverse de ce qu’il cherche à faire.

  • Soit un angle inversé de la colonne vertébral au moment de l’extension avec la tête qui se déplace de la cible
  • Soit un effondrement complet du bas du corps.

Franchement, tous les golfeurs tireraient un plus grand bénéfice d’une meilleure compréhension de ce que j’appelle la qualité de la rotation ou ce qui doit se passer et au bon moment, plutôt que de chercher à augmenter l’amplitude de rotation.

Pour moi, une rotation de qualité est le fait de pouvoir conjointement bouger d’une façon qui soit efficiente, contrôlée, et facilement reproductible.

Pour l’essentiel, les bons muscles doivent exercer le bon niveau de force sur les bons éléments du squelette, et de façon à le faire tourner dans la bonne direction.

C’est cela qui permet à un golfeur de trouver des positions de puissance au backswing !

Ce qui en retour l’autorise à tourner dans la direction opposée, et ramener le club à la balle de la façon la plus efficace possible.

Je vous propose de vous identifier trois zones clés !

Les trois zones que vous devez contrôler pour générer une rotation de qualité sont les hanches, les épaules, et l’axe thoracique.

Ce n’est pas une coïncidence si ces trois éléments sont liés, car il s’agit tout simplement des trois zones du corps qui sont les plus mobiles, et justement utiles au fait de générer un maximum d’amplitude.

Au niveau des hanches, nous allons rechercher une efficacité maximum de la rotation interne et externe.

Un bassin qui tourne de manière efficace au-dessus du fémur, et sans créer de compensations permet de mettre en place une bonne rotation.

Analyse de la rotation

Concernant la cage thoracique, on a besoin que les vertèbres du dos tournent les unes au-dessus des autres, ce qui favorise le fait que le sternum se retrouve à l’opposé de la cible que nous visons, créant ainsi un mouvement du torse sans altérations ou compensations parasitaires.

Enfin, concernant les épaules, nous devons chercher à les faire tourner extérieurement, essentiellement en tournant les coudes vers l’extérieur, ce qui permettra au club de golf d’être mis sur le bon plan, et sans la compensation la plus classiquement partagé par une majorité de joueurs.

A savoir, aplanir le plan de swing !

Si un joueur de golf arrive à trouver une rotation de qualité dans chacune de ces trois zones clés, il a de grandes chances de créer une position de backswing solide qu’il pourra facilement transformer en mouvement efficace au moment de revenir dans la balle.

Maintenant, après avoir défini les clés d’une rotation de qualité, il ne faut pas craindre qu’un seul geste soit possible.

Dans l’histoire du golf, les exemples de rotations diverses sont légions

Seulement, tous les bons swings de golf respectent la même logique.

De John Daly à Jim Furyk ou encore Victor Dubuisson, tous les grands golfeurs ont des niveaux de rotations très variables dans leurs swings.

Le swing de Davis Love III

Les longs frappeurs créent une puissance phénoménale à partir de rotation très variable en termes de quantité de degrés, et de qualité.

Si, pour des raisons physiques, vous êtes limités dans l’une des trois zones évoquées, ne désespérez pas !

Faites le maximum de ce que vous pouvez, vous pourrez toujours obtenir de l’efficacité et de la puissance avec votre swing.

Le tout, c’est d’apprendre à générer une rotation de qualité.

La technologie au service de l’apprentissage

De nos jours, la technologie peut faire de grandes choses pour nous aider à quantifier les mouvements de notre corps ou de notre club pendant un swing.

Des outils de mesure de séquence cinématique permettent actuellement de constater les degrés de rotations qu’un golfeur atteint au niveau du bassin et du thorax, de même que nous pouvons enregistrer la rotation des hanches en arrière, et en avant.

Séquence de swing

Simplement, il faut savoir lire ces informations.

Etre capable d’interpréter les données, et estimer la qualité de la rotation, car d’un élément à un autre, certaines variantes peuvent complètement changer la qualité d’un coup de golf.

Autrement dit, ces notions doivent être partagée avec un professionnel formé à ces techniques, et qui sera capable de parfaitement les exploiter.

Ci-dessus, le graphique illustre une séquence de swing idéale à partir d'une veste portée par le golfeur, et qui sert à enregistrer tous les mouvements du l'adresse au backswing puis du sommet du backswing, au downswing jusqu'au follow-through, et le finish.

Ce graphique illustre que la performance se trouve dans la cohérence des phases. A savoir, que par exemple, il ne faut pas relâcher l'énergie avant le moment voulu ou après.

Une séquence de swing est un enchaînement logique et rythmé de l'action des hanches (ligne rouge), du buste (ligne verte), des bras (ligne bleu), et du club (ligne marron).

J'aurai l'occasion d'y revenir dans un prochain sujet sur la dissociation segmentaire.

Aux Etats-Unis, l’enseignement du golf est en pleine révolution.

Les préparateurs physiques ont de plus en plus leurs mots à dire dans la construction du swing du joueur.

Des formations comme TPI (Titleist Performance Institute) mettent de plus en plus en avant des méthodes d’enseignements innovantes, tandis que les outils technologiques permettent d’aller plus loin dans la quantification de la performance.

Pour les amateurs, l’heure est à apprendre ce qu’est une rotation de qualité, et apprendre à la ressentir.

Plutôt que de chercher une rotation maximum, il faut chercher une rotation qualitative pour mieux jouer au golf.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Commentaires   

Avec
 
Maley
0 #1 Maley 10-03-2015 22:17
Bonjour,

Tout le monde parle de rotation des hanches mais je ne comprends toujours pas comment cette rotation est possible ! Les hanches sont attachées à la colonne vertébrale et fixées aux fémurs. Cela reste un gros mystère pour moi. Salutations. Stephen
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.