Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Conclusions sur le coût du golf

Le développement du golf à une plus grande échelle passe par une réduction des coûts

Entre le fait de débuter le golf, et d’être piqué par le virus, il existe un certain gap (au moins un ratio d’investissement de 1 à 10).

Bien entendu, parmi toutes les hypothèses que nous avons présentées dans les articles de ce dossier, et préalablement à cette conclusion, la plupart des golfeurs vont réaliser des mix : moins de matériel, plus de parcours, moins de practice, plus de leçons, etc.

Mais l’idée est là, et beaucoup de golfeurs devraient retrouver une grande partie du budget qu’ils consacrent en réalité au golf.

Et c’est bien le challenge que devra relever la filière golf en France, aux USA, au Canada ou ailleurs pour augmenter la part des débutants et des pratiquants d’ici à 2020.

A titre d'exemple, le revenu moyen d’un foyer américain avant impôts est de 48 000 euros.

Ce foyer dépense en moyenne 45 000 euros, dont seulement 1,4% pour les loisirs, soit un budget potentiel de 3 736 euros.

Sans être très bon en maths, on comprend aisément que si ce foyer peut éventuellement faire découvrir le golf à un ou plusieurs de ses membres, il sera impossible de devenir pratiquant régulier ou même passionné.

En France, et selon les derniers chiffres dont nous disposons (2007 – Avant la crise), le revenu moyen des foyers imposables (soit 55% des foyers français) était de seulement 32 000 euros, soit 33% inférieur à celui d’un foyer américain.

Et seulement 5% des foyers français dépassent les 50 000 € de revenus moyens.

A la différence des américains, selon l’INSEE, les ménages français attribuaient 8,4% de leurs dépenses de consommations aux loisirs en 2011.

Par déduction, on peut imaginer que le budget loisir moyen d’un foyer français est inférieur à 3000 euros, ce qui peut permettre de faire découvrir le golf, mais certainement pas de développer sa pratique régulièrement au sein du foyer.

Bien entendu, tous les acteurs de la filière golf auront de bons arguments pour défendre les prix pratiqués actuellement : coût d'entretien des parcours, coûts de fabrication des clubs de golf, coût de formation des moniteurs, coût de fonctionnement du practice...

Cependant, la réalité des chiffres démontre que sans une forte réduction des prix de l’activité dans son ensemble (au moins 35%), le golf en France est condamné à ne pas pouvoir se développer, étant complètement déconnecté de la réalité économique de la majorité des foyers français, ce qui continuera d’alimenter le caractère élitiste, et le sentiment d’exclusion véhiculé par le golf.

Bilan de notre comparatif entre les golfeurs débutants, réguliers ou passionnés

Comparatif 2013 du budget golf en fonction du niveau de pratique

Si on peut découvrir le golf pour un prix d'appel relativement abordable, en revanche, pour développer cette passion, le nouvel amateur devra mettre la main à la poche.

A partir de ce stade, inutile de nier que le golf est une activité coûteuse, et au-dessus du budget moyen consacré aux loisirs par plus de 80% des foyers français.

Alors que le revenu moyen des foyers américains a progressé de manière relativement rapide ces vingt dernières années, au contraire, en France, ce même revenu moyen a progressé très lentement, voire stagné, et pire, commence à reculer depuis 2013.

Des indicateurs économiques particulièrement inquiétants pour l'économie française, et donc par voie de conséquences pour la filière golf.

Concernant le type de pratique du golf (débutant, pratiquant régulier ou passionné), on remarque une montée en puissance du budget en fonction de l'assiduité, mais aussi des écarts significatifs dans la répartition de ce budget.

A titre d'exemple, la part des compétitions et de l'entrainement ne représente que 5% du budget du débutant contre 35% pour le passionné !

Autre élément intéressant à mettre en lumière, le pratiquant régulier ne rentabilise pas assez rapidement son budget matériel (43% de son budget total) contre 25 ou 27% pour les deux autres profils.

Bien entendu, on prend l'exemple d'un pratiquant qui devrait acheter 100% de son matériel pour disputer une saison de golf.

Sur ce point, on conseille plutôt aux golfeurs qui jouent de manière régulière mais à une forte fréquence d'étaler leur budget matériel sur deux saisons pour réellement amortir cet investissement.

Six propositions pour développer le golf en France

  1. Offrir à tous les enfants de moins de 11 ans, une cotisation annuelle au parcours de golf de la localité ! Il est bien entendu que chaque enfant aura besoin de se faire accompagner par un adulte, auquel, on pourra proposer une promotion de 50% sur le green-fee…
  2. Proposer une cotisation inférieure à 100 euros par an pour les jeunes de 12 à 18 ans, ainsi que des promotions sur le matériel de golf pour cette catégorie d’âges.
  3. Mettre au point des accords avec les lycées pour attribuer des remises aux jeunes golfeurs en fonction de leurs performances à l’école.
  4. Généraliser les journées « Tous au golf »
  5. Développer des formules pour jouer 6 ou 12 trous, et pas seulement 9 ou 18.
  6. Pour le golfeur régulier qui doit acheter un sac complet de clubs, les marques et distributeurs de matériel de golf proposent des solutions d'accompagnement et de financement des clubs sur deux saisons pour permettre à cet amateur d'amortir l'investissement de manière adaptée à son utilisation (20 parcours par an)

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.