Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

EA Sports et Tiger Woods: la fin d'une saga!

Les deux parties ont annoncé conjointement la fin d’une fructueuse relation commerciale longue de plus de 15 ans, avec à la clé 16 jeux vidéo, et surtout 771 millions de dollars de recettes. Quelles sont les possibles raisons de cette séparation à l’amiable, et quel avenir pour la franchise ?

Fin de collaboration entre Tiger Woods et EA Sports

La saga mise en scène par EA Sports, l’un des plus puissants éditeurs de simulations de sports dans le monde, a démarré en 1998 avec le jeu Tiger Woods PGA Tour 99.

Ce premier opus suivait en fait la première victoire en majeur de Tiger Woods au Masters d’Augusta en 1997.

Il faut se remémorer qu’à cette époque, Woods commençait à être un phénomène.

Il faut se souvenir des couvertures de magazine d’informations ou business qui relataient les exploits du Tiger, surtout parce qu’il était jeune, beau, athlétique, et noir.

En fait très loin de l’image habituelle du golfeur pépère, et propre sur lui avec son pantalon à carreau.

Sur le parcours, il impressionnait par son attitude, son mental sans faille, et ses performances.

Sur certains tournois, il était même en mesure de gagner avec presque dix coups d’avances, ce qui ne se voyait jamais avant.

De la même façon, la franchise Tiger Woods a permis de sortir les jeux de golf de l’anonymat des fonds de rayons à la FNAC ou au Virgin Megastore.

Dans la suite de cet article, découvrez notre analyse des raisons de cette séparation à l'amiable, les origines de la rupture, la relation particulière entre l'homme, la marque et le public, et enfin l'avenir du jeu de golf d'EA Sports après Tiger Woods.

Pour EA Sport, il a toujours été fondamental de miser sur une forte tête d’affiche

Pour ses autres titres, comme Madden dans le domaine du Football américain, Michael Jordan pour le basket, et plus récemment Messi ou Benzema dans le domaine du football, EA a toujours su mélanger un savant mélange de marketing, et de technologie au-dessus de la moyenne.

A l’image de la franchise FIFA, EA Sport a toujours fini par prendre le dessus sur ses concurrents, même quand ceux-ci avaient une certaine avance dans le cœur des fans, en misant sur un jeu de plus en plus réaliste, de mieux en mieux contextualisé, et finalement supporté par les meilleurs joueurs du monde.

Pour la franchise golf, il en a été de même, et à tel point qu’il faut admettre qu’aucun autre jeu vidéo ne peut rivaliser encore à ce jour.

Les raisons possibles d’une séparation à l’amiable

Elle trouve probablement racine en 2009 au moment de l’accident de voiture du Tigre, faisant suite à une violente dispute avec Elin Nordegren.

Le scandale de cette banale affaire de mœurs allait être aussi retentissant que l’ascension du tigre avait été fulgurante dix ans auparavant.

Beaucoup de marques ont lâchement abandonné Woods dès les premières révélations d’adultères, à commencer par Gilette.

Sortie de bunker pour Tiger Woods

Et en fait, de tous les sponsors, ils n’ont été que très peu à rester engagés avec Woods, soit par conviction, soit surtout par obligation.

Nike a tout misé sur son protégé, et ne pouvait même pas envisagé de plan B.

EA Sports s’est en fait trouvé dans la même situation

Dans les deux cas, la dépendance à TW était trop forte pour être rompue quel que soit le motif.

En 2013, Nike qui a cherché à se renforcer avec l’arrivée de McIlroy dans son giron, n’a toujours pas de plan B, vue les performances du nord-irlandais, et on n’invente pas en quelques mois une légende comme celle de Woods.

En revanche, pour EA Sports, il était peut-être temps de se libérer de l’image d’un seul joueur pour paraître plus global.

La période de disette de Woods qui a duré de 2009 jusqu’à fin 2012 a ouvert de nouvelles perspectives, et permis l’éclosion de plusieurs talents sur le PGA TOUR.

Dans son annonce, EA Sports tourne la page Woods, mais au contraire, laisse penser qu’elle va renforcer sa coopération avec le PGA Tour.

On sent un possible alignement sur la stratégie FIFA, à savoir le cadre est plus important que le joueur !

Pour un marchand de rêve comme EA Sports, qui a toujours beaucoup investit sur les franchises, il est possible qu’ils aient estimé être enfin prêts à voler par leurs propres ailes, et voulus couper une dépendance.

En embrassant le PGA Tour dans sa globalité, et plus seulement sous l’angle de Tiger Woods, EA Sports peut espérer donner une nouvelle dimension à son jeu, dans la mesure où malgré la crise, le tour nord-américain professionnel est en bonne santé financière, et en croissance du point de vue des dotations.

De plus, ce n’est plus un golfeur qui domine la planète golf, mais plusieurs joueurs qui sont devenus majeurs : Bubba Watson, Jason Dufner, Luke Donald, Justin Rose, Adam Scott, Phil Mickelson, Ernie Els…

Enfin, un dernier argument militait pour cette fin entre Woods et EA Sports, l’impopularité grandissante du tigre !

Troisième du classement des sportifs américains les plus détestés, Woods n’est plus aussi porteur d’images positives que par le passé.

A 37 ans, il n’est plus le gamin insouciant porteur de tant de promesses. Il n’est plus le Barack Obama des années 90 ! Il n’est plus celui qui fait monter la bourse à lui tout seul.

Son divorce et les révélations sont bien sûr à l’origine de cette impopularité, mais pas seulement !

Son comportement hautain et son peu d’entrain pour communier avec le public sont aussi pointés du doigt.

Il est même détesté par ses coéquipiers, qui pourtant espéraient fortement son retour, quand il était absent.

En 2013, il est redevenu numéro un mondial en étant brillant sur le parcours, mais il a aussi déclenché la colère de ceux qui l’ont côtoyé.

Tout d’abord au Masters, en étant seulement pénalisé de deux coups alors qu’il avait commis une erreur de marque, qui aurait dû lui valoir une exclusion !

Puis quelques semaines plus tard, lors d’une partie joué avec Sergio Garcia, il joua un coup alors que ce n’était pas à lui de jouer, perturbant fortement son partenaire de jeu, qui fou de colère n’avait pas mâché ses mots à la fin de la partie.

Quelques semaines plus tard, Garcia eut même des mots malheureux et à la limite du racisme contre Woods.

Et ce n’est pas fini, en octobre, Brandel Chamblee, un célèbre journaliste de golf américain a insinué que Woods était un tricheur avant de finalement se rétracter.

Woods a réalisé une très bonne saison 2013, mais il est très loin d’avoir reconquis les journalistes, ses partenaires, et le public.

Et EA Sport le sait.

Woods n’est plus nécessairement « bankable ».

En 2009, il ne pouvait probablement pas en mesurer les conséquences, mais cette année, pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, la balance entre les plus et les moins a définitivement penché du mauvais côté.

L’avenir de la franchise PGA TOUR

A la lecture du communiqué, on sent que cette décision de rupture n’a pas été prise de gaieté de cœur, et au contraire, on ressent l’attachement des équipes d’EA Sports pour leur champion.

Visuel du futur jeu de golf d'EA Sports

Ils ont grandi avec lui.

Certains ont le même âge que Woods, et ont une énorme admiration pour le sportif, et pour l’homme.

Pourtant, et pour des raisons d’ambitions économiques, la franchise, une des plus longues de l’histoire des jeux vidéo de golf va continuer, en s’écartant de l’image de Woods pour miser davantage sur ce qui fait la force d’autres franchises de la marque : la puissance du cadre !

NBA, FIFA, NFL, NHL et demain PGA Tour, EA Sports mise plus sur le cadre que sur le sportif star.

Il ne s’agit plus d’offrir du rêve pour se prendre pour Tiger, mais de jouer comme un pro sur le circuit professionnel.

Pour les prochains jeux, EA va encore pousser le réalisme à son paroxysme avec toujours plus de parcours, plus de détails, et plus de tournois à jouer.

Si on n’est pas encore certain que Tiger Woods apparaisse encore dans le prochain jeu, même en tant que simple personnage, il y a fort à parier que le parcours d’Augusta y sera, au même titre, que les dix plus importants parcours du PGA Tour, dont par exemple le TPC de Sawgrass, théâtre du Players Championship.

Comme il est plus que probable que le principe de la Fedex Cup sera présent dans le jeu en version carrière.

Mais surtout l’enjeu pour EA Sports est de réussir le virage du multi-support.

A savoir tablettes, PC, smartphones et consoles de salon, en trouvant pour chacun, le bon équilibre entre fun, réalisme, et jouabilité.

Personnellement, grand fan de golf et de jeux vidéo, j’ai toujours eu beaucoup de mal à m’investir durablement dans un jeu de golf.

Manque de temps mais aussi manque d’intérêt, car, je trouve qu’il est beaucoup plus intéressant de jouer au golf que de simuler une partie de golf.

Affaire de point de vue ! Malgré mes réticences, si je devais passer plus de temps à jouer sur ma console à un jeu de golf, ce serait assurément sur ce titre.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.