Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Balles de golf Titleist Pro V1: 15 ans déjà !

Fin octobre 2000, le PGA Tour touchait à sa fin, les feuilles des arbres commençaient à changer de couleurs, Tiger Woods avait marqué l’année de son empreinte à tel point qu’on disait de lui qu’après chaque victoire en majeur, la bourse pouvait grimper (En 2000, il a remporté 3 majeurs dont l’US Open, le British et le PGA Championship). Un tournoi de golf à disputer, le Invensys Classic à Las Vegas, et plus grande chose à attendre d’une saison largement pliée par le Tigre, sauf que c’est précisément sur ce tournoi qu’une toute nouvelle balle allait faire son apparition...la Pro V1.

Un contexte de fin de saison 2000 calme et sans surprise sur le tour…

Le Invensys Classic ne vous a probablement pas marqué. Qui se souvient de ce tournoi du PGA Tour pourtant assez richement doté pour l’époque ?

Au calendrier du PGA Tour, c’était le huitième événement pour la dotation avec plus de 4 millions de dollars à répartir entre les joueurs, dont 765 000 dollars pour le seul vainqueur.

Disputé mi-octobre, ce tournoi souffrait en fait du désintérêt du public américain pour le golf après la fin des tournois majeurs, et la concurrence d’autres sports typiquement américains comme le Baseball, la NFL (football américain), et les courses de NASCAR.

D’autant que justement à cette époque, la plupart du temps, il n’y avait plus de suspense pour la place de numéro un mondial de golf ou de grands tournois à disputer.

C’est d’ailleurs pour toutes ces raisons que le PGA Tour a mis en place la Fedex Cup pour garder le public sous tension plus longtemps.

Pourtant, c’est précisément sur ce tournoi, sur le practice et les trois parcours utilisés qu’un petit événement allait changer la planète golf, et pour plus d’une décennie : l’avènement de la balle Titleist Pro V1.

La PRO V1 : l'électrochoc !

A l’époque, les joueurs et les représentants commerciaux de Titleist savaient que cette balle était différente, mais ils n’avaient sans doute pas idée à quelle point, elle allait changer le jeu, et pour combien de temps.

Bill Morgan, responsable de la recherche et développement balles chez Titleist se souvient avoir été impressionné par la rapidité à laquelle les pros ont changé pour utiliser ce nouveau modèle.

« 47 joueurs, soit près de la moitié des joueurs Titleist faisant partie du champ engagé sur ce tournoi ont immédiatement utilisé la nouvelle Pro V1. »

Il faut préciser qu’à l’époque, les golfeurs n’avaient pas encore de trackman individuel à disposition pour mesurer facilement le taux de spin ou la distance précise de la balle.

Ils ont donc choisi cette balle par rapport à ce qu’ils constataient visuellement ou physiquement au practice.

Et un de ces joueurs, Billy Andrade a joué tous ces tours sous la barre des 70 pour remporter le tournoi avec un coup d’avance sur Phil Mickelson qui jouait lui aussi une Pro V1.

Beaucoup plus tard, Andrade admis que cette victoire lui avait permis de ressusciter sa carrière golfique alors sur le déclin.

"Je me souviens que je n'étais pas très bien avant de disputer ce tournoi. Je devais être autour de la 160ème place sur la liste des gains, et il ne restait plus beaucoup de tournois à jouer. Je me souviens très bien de mon premier contact avec cette balle au practice. J'ai immédiatement gagné 15 à 18 mètres en distance par rapport à ma Tour Prestige habituel. En distance, tout comme en hauteur de trajectoire, je n'avais encore jamais joué une telle balle."

Une balle qui va changer durablement le jeu de golf

Si l’histoire s’était bornée à relancer la carrière d’un golfeur, cela n’aurait pas marqué les esprits durablement.

Sur les quinze dernières années, la Pro V1 ainsi que sa parente, la Pro V1x ont contribué à faire de Titleist la marque numéro un pour les balles de golf dans le monde.

Ces balles ont une part de responsabilité non-négligeable dans l’explosion des distances sur le PGA Tour sur cette période, ce qui a touché le secteur dans son cœur, forçant les propriétaires, et architectes a retravaillé les backtees des parcours…pour les reculer !

Cette balle a tellement bouleversé le monde du golf que des conservateurs parmi lesquels Jack Nicklaus ont milité pour appeler à des limitations de performance, s’en prenant à la balle, mais aussi aux drivers aux faces ultra-minces.

Pendant ce temps, les golfeurs pros, eux étaient trop contents de pouvoir utiliser une balle qui générait beaucoup de distance, et en même temps, pouvait s’arrêter rapidement sur le green.

Pour la petite histoire, la PRO V1 n’est pourtant pas la première balle de ce type, soit un noyau solide avec de multiples couches permettant de combiner des caractéristiques de distances d’une balle disposant d’un noyau résistant avec le spin et le touché d’une balle plus souple comme pouvait l’être la Balata.

Mark O’Meara a remporté le Masters de 1998 avec une balle Top-Flite Strata disposant d’un noyau très solide.

Tiger Woods a changé sa balle Titleist relativement souple pour une balle Nike avec un noyau solide pour gagner l’US Open 2000 de 15 coups.

Titleist assure sa domination sur le marché des balles de golf

En réalité, au début des années 2000, le marché de la balle de golf était en pleine ébullition.

Après le lancement de la Pro V1, les autres marques comme Callaway et Bridgestone ont engagé des poursuites contre Titleist par rapport aux brevets déposés par Titleist.

Trop tard, Titleist s’était déjà emparé de la plus grande part du gâteau sur le marché des balles de golf.

Chez les professionnels, les utilisateurs de balle Pro V1 sont devenus majoritaires, et de très loin devant toutes les autres marques, ce qui a bien entendu, eu un impact considérable sur les ventes.

Quand la moitié des golfeurs Titleist ont mis en jeu la Pro V1 sur le Invensys, l’industrie en a pris note.

Quand 42 des 45 des golfeurs Titleist engagés sur le Masters 2001 ont mis en jeu une Pro V1, le basculement pouvait être considéré comme total à tel point que la marque qui avait prévu de débuter la commercialisation de la balle en mars 2001 a avancé ses plans à décembre 2000, soit deux mois après l’arrivée sur le tour.

En moins de quatre mois, la Pro V1 va devenir la balle la plus vendue dans le monde.

Selon la marque, deux tiers des golfeurs pro dans le monde ont joué au moins une fois une Pro V1 ou Pro V1x, soit cinq fois plus que n’importe quel autre concurrent.

Selon le panéliste reconnu, Golf Datatech, jusqu’en septembre 2015, la Pro V1 a déjà été la balle la plus vendue dans le monde pour 175 mois d’affilés !

Pour Mary Lou Bohn, en charge de la communication pour Titleist « La Pro V1 correspondait au changement de nature du jeu de golf. Les débuts du golf comme jeu de puissance sur le tour ont appelé une balle capable de délivrer très peu de spin sur le jeu long, tout en maintenant un haut niveau de spin, de touché, et de contrôle. »

Quand les ingénieurs Titleist ont compris que la Pro V1 avec un noyau solide tapé avec un driver pouvait donner moins de spin qu’une balle avec un noyau souple, alors que cette même balle tapé avec un fer 8 donnait plus de spin et s’arrêtait plus vite sur le green, ils ont compris qu’ils tenaient quelque chose de révolutionnaire pour le jeu de golf.

Avec l’arrivée de la Pro V1, ce fut clairement l’arrêt de mort des balles Balata qui avaient pourtant dominé la précédente décennie.

Au Masters d’Augusta 2000, 59 des 95 golfeurs utilisaient encore une balle de ce type quand l’année suivante, ils ne furent plus que…4 !

Aujourd’hui, il est quasiment impossible de trouver une balle de ce type sur un parcours de golf, ou alors c’est une pièce de collection qui va intéresser un musée du golf.

Au contraire de la Pro V1 qui est jouée partout.

Titleist toujours leader en France

Actuellement, en France, alors qu’en rayon des magasins, vous pouvez trouver 200 000 boites de 12 balles, Titleist conserve la plus grande part de marché avec une bonne avance sur ses concurrents.

Grosso modo, vous avez une chance sur quatre de trouver une boite de balles Titleist (pas seulement des Pro V1).

Le marché français se distingue par une séparation claire entre haut de gamme et premier prix.

Le moyen de gamme ou milieu de marché n’existe quasiment pas !

Si la Pro V1 est toujours en tête des ventes, Titleist a été rattrapée et même ponctuellement dépassée (il faut attendre de voir si la tendance se confirme) par la marque japonaise Srixon en volume total de balles vendues tous segments produits confondus.

En revanche, en valeur de ventes, Titleist sous l’effet de la Pro V1 reste numéro 1 avec plus de 30% de part de marché.

15 ans après son lancement, la Pro V1 n’a toujours pas fini de faire rêver les golfeurs…

Classement des marques les plus présentes en rayon en France en 2015

  1. Titleist
  2. Srixon
  3. TaylorMade
  4. Balles de récupération
  5. Pinnacle
  6. Callaway
  7. Wilson
  8. Bridgestone
  9. Mizuno
  10. Nike
  11. Top-Flite

Crédit photo : Titleist

PS : Pour la petite histoire, nous avons eu connaissance de l'origine du nom Pro V1.

Alors que l'heure de remise des éléments à l'USGA approchait à grand pas, Bill Morgan a collé une étiquette provisoire sur la balle à certifier.

Dessus, il avait indiqué PRO V1, en pensant qu'il aurait le temps de faire changer le nom avant sa commercialisation.

Pro pour "professionnal" car comme beaucoup de produits Titleist, la balle a été imaginée pour eux.

V pour "Veneer project" du nom du projet pendant le temps de recherche et développement, et 1 pour premier prototype...

Finalement, les pros ont adoré ce nom, et Morgan l'a conservé, même après la certification.

Quelques chiffres

A ce jour, la PRO V1 a remporté 406 victoires et 56 881* l'ont joué jusqu'à présent sur le PGA Tour.

* Nombre de joueurs par saison multiplié par le nombre de tours joués.

Depuis l'an 2000, la PRO V1 a comptabilisé 2374 victoires au niveau international.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.