Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Pourquoi vais-je plus loin avec mon bois 3 plutôt qu’avec mon driver ?

Pourquoi vais-je plus loin avec mon bois 3 plutôt qu’avec mon driver ?

C’est une question qui revient fréquemment de la part des golfeurs amateurs qui peuvent dans certains cas, constater avec une pointe de frustration, qu’ils manquent de longueur au drive, en particulier au regard de ce qu’ils produisent déjà avec un bois de parcours, pourtant plus court ou d’un loft plus élevé. Pas de mystère, il existe une explication rationnelle que Guillaume Sauzet, fondateur d’Addongolf se propose de vous expliquer dans ce nouveau sujet.

Découvrez nos formules d'abonnements

Pour beaucoup de golfeurs amateurs, il peut être frustrant d’avoir la sensation de taper un bon coup, surtout au driver, et de ne pas constater un réel gain de distance !

Pourtant, on leur a vanté un tout nouveau driver censé aller plus loin que loin.

Pourtant, le swing ne semble pas être en cause, car quand ils tapent un coup de fer, ils n’ont pas la sensation de perdre en distance par rapport à leurs potentiels.

Guillaume Sauvet répond à cette problématique, et appuie son raisonnement de démonstrations issues d’un radar flightscope, d’une caméra haute vitesse, et d’une plaque de force.

La problématique posée est simple. Sa réponse va l’être aussi.

Les deux explications possibles selon les profils de joueurs

Quand un golfeur ne constate pas un réel écart de distance entre son bois 3 et son driver ou pire qu’il est moins long avec son driver, il peut y avoir deux explications techniques.

Première réponse possible : Le golfeur attaque sa balle avec un angle descendant, et du coup, réduit le loft réel dynamique de la tête de club sur la balle, et par exemple, en dessous de 8 à 9 degrés au moment de l’impact.

Organisation pour taper une balle basse au driver

Dans ce cas, c’est totalement insuffisant pour lever la balle, et ce par rapport à une vitesse générée inférieure à 70 ou même 80 mph.

A l’inverse, si le joueur produit le même mouvement mais avec un driver dont le loft est beaucoup plus ouvert, à savoir par exemple, 15 degrés, la balle va prendre beaucoup plus d’envol pour plus de portée, et du coup, plus de longueur.

Deuxième réponse possible : Le club est inadapté à la vitesse du joueur.

Avec un 8 ou 9 degrés de loft au niveau de la tête de club, si le golfeur swingue avec très peu de vitesse, la balle ne sera pas aspirée en l’air, et va très rapidement tomber. Elle ne va tout simplement pas assez voler.

Dans tous les cas, il faut connaître sa vitesse de swing pour choisir le loft de driver adapté, la torsion du shaft, le poids du shaft, etc.

Pour schématiser, je dirai que c’est l’exemple du jet d’eau dans le jardin !

Quand vous arrosez vos plantes, si votre débit d’eau n’est pas très élevé, vous aurez besoin de relever votre jet pour viser plus loin, alors qu’à l’inverse avec une pression plus soutenue, vous pourrez incliner votre jet plus facilement !

Disons que pour un junior ou pour une femme, il est préférable de monter le loft du driver à près de 15° ou 16°.

A l’inverse, les grosses vitesses de swings peuvent se permettre de joueur du 9 ou du 10 degrés de loft.

La véritable solution technique pour gagner en longueur au driver

Quoi qu’il en soit, pour gagner en distance au driver, il faut apprendre à taper la balle en remontant !

Il faut dans ce cas, un tee très haut et une façon de procéder qui va à l’inverse des coups tapés avec un fer.

Prenons le cas d’un driver tapé dans une organisation classique, un peu comme pour un fer, et présentement, le golfeur positionne près de 70% de son poids vers l’avant.

Au driver, cette organisation créé les conditions d’un angle d’attaque descendant, et si la balle est bien prise au centre de la face, le joueur peut potentiellement baisser le loft dynamique de la tête.

Comprenez le loft réel de la tête de club dans la zone d’impact qui n’est plus nécessairement le loft annoncé par le fabricant, puisque naturellement dans ce cas, on ferme la face vers le sol.

Et qui dit loft plus fermé, suppose en conséquence, un angle de lancement de la balle qui risque d’être abaissé.

Angle d'attaque négatif

En résumé, une balle trop basse, et tapée sans vitesse, va rapidement manquer de portée.

C’est ce qui explique pourquoi certains amateurs peuvent perdre jusqu’à 30 mètres au driver, et donc constater des écarts faibles entre bois 3 et driver.

Angle d'attaque positif

A l’inverse, en s’appuyant déjà un tout petit peu plus à droite au départ, et surtout, en changeant d’orientation des épaules (incliner l’épaule droite par rapport à l’épaule gauche pour un droitier), on va changer la nature du driving, et créer dans la zone d’impact un angle d’attaque beaucoup plus remontant.

Organisation pour taper une balle haute au driver

Il faut en réalité opérer un changement radical de position par rapport à un fer classique.

Avec une vitesse de 85 mph au drive, je considère qu’il faut au moins aller chercher 13 à 14 degrés d’angle de lancement pour optimiser son carry. C’est même obligatoire !

Est-ce qu’il existe un risque de chandelle ?

L’astuce pour éviter tous risques de chandelles consiste à placer sa balle plus haut sur le tee de départ !

Si la balle est prise en remontant, le golfeur amateur n’a aucun risque de faire une chandelle.

Avec un tee plus haut, et un geste organisé en remontant, le golfeur va gagner en portée de balle et en longueur.

La chandelle ne se produira que si le club vient sur un chemin descendant.

Ci-dessous, je vous transmets un tableau de correspondance entre loft et vitesse de swing pour que vous puissiez juger des réglages qui peuvent vous être appropriés.

Tableau des vitesses au driver

Notez que pour un golfeur qui swingue à seulement 50 mph, entre un loft de driver de 9° et de 17°, il peut gagner jusqu’à 17 mètres sans changer sa vitesse de swing !

A l’inverse, plus la vitesse de swing s’accroît, et plus il devient intéressant de baisser le loft de son driver.

A mon humble avis, beaucoup d’amateurs n’ont pas connaissance de ces notions, et jouent des drivers aux lofts beaucoup trop fermés.

Les joueurs du PGA Tour ne sont pas toujours un bon exemple à suivre…

Pour connaître vos vitesses de drives, je vous invite à vous rapprocher de pros ou de magasins qui sont équipés de radars de mesures types trackman ou flightsope pour tester votre organisation ou votre driver.


Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.