Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

Comment faire de meilleurs scores au golf quand le vent se lève ?

Comment faire de meilleurs scores au golf quand le vent se lève ?

Bien qu’en France, on commence à sortir de la saison des vents qui traversent une bonne partie de nos territoires, et que la chaleur s’installe, ceux qui ont pu regarder l’Irish Open, et surtout le Nordea Master, deux tournois de l’European Tour, ont pu constater à quel point le vent pouvait être un élément majeur dans une partie de golf. Mais comment font les pros pour jouer près du par ou en-dessous dans ces conditions, et comment pourriez-vous vous en inspirer ?

Sommaire de ce sujet consacré au jeu de golf dans le vent

  1. Quelles mesures prendre en compte pour comprendre qui joue le mieux dans le vent ?
  2. Qui sont les meilleurs golfeurs du PGA Tour dans le vent ? Qui sont les moins bons ?
  3. Quels bénéfices pour votre jeu de golf ?
  4. Mon conseil pour jouer dans le vent

En nous basant sur les statistiques du PGA Tour qui sont beaucoup plus fournies, on peut relever de nombreux enseignements sur la façon de jouer des professionnels dans le vent.

On s’aperçoit d’ailleurs très rapidement que certains joueurs sont beaucoup plus performants quand le vent se lève, par rapport à d’autres joueurs qui s’effondrent littéralement.

Quelles mesures prendre en compte pour comprendre qui joue le mieux dans le vent ?

Si vous regardez les données d’un joueur comme McIlroy, il est certain que vous allez trouver une moyenne de score plus basse que pour n’importe quel autre joueur. Il est tout simplement le numéro un mondial !

Pourtant, cela ne veut pas dire que c’est le meilleur golfeur quand le vent souffle fort sur le parcours. La preuve, chez lui, en Irlande, McIlroy a éprouvé les pires difficultés, au point de ne pas passer le cut.

Pour mesurer qui performe dans le vent, le statisticien américain, Rich Hunt utilise une moyenne de score ajustée, tenant justement compte des conditions climatiques.

Pour les amateurs, cette formule n’est pas si complexe à comprendre.

Par exemple, si un golfeur joue 66 sur un par 72, mais que le score moyen de tous les joueurs sur la journée a été de 74, le score ajusté sera en fait 64 pour ne plus relativiser la performance du joueur au seul parcours, mais aussi à la performance des autres joueurs.

Pour affiner son calcul, Rich Hunt a pris en compte la vitesse du vent sur les parties du matin, et les parties de l’après-midi, car d’un moment à l’autre de la journée, l’intensité du vent change.

Au final, le statisticien a déterminé deux groupes de scores : les parties jouées dans le vent, et les parties jouées sans vent.

Ce faisant, il a déterminé une vitesse du vent moyenne, et même mesuré la fréquence et la vitesse des rafales. A juste titre, il a remarqué que parfois la moyenne n’illustre pas toujours la difficulté qu’ont dû affronter les golfeurs sur le terrain.

En combinant vitesse moyenne et rafales, Hunt a mis sur pied une formule qui lui a permis d’avoir une vision plus exacte du problème posé par le vent sur le parcours.

Rappelons qu’un vent qui souffle en rafale ne doit pas durer plus de vingt secondes, sinon, ce n’est plus une rafale…

Dans ces mesures, quand Hunt a constaté une vitesse du vent similaire entre deux tours joués, il a remarqué que les journées avec les plus fortes rafales généraient très souvent les scores les plus élevés.

Pour finir, il a donc mis au point une formule de calcul assez simple pour établir une échelle de valeur, dite « Wind velocity » ou force du vent, tenant compte de la vitesse moyenne du vent, et la vitesse des rafales.

Finalement, il a établi une grille de valeurs allant de 5 à 25 mph (8 à 40 kmh) par parties tout en constatant qu’en majorité, les pros jouent dans des conditions allant de 9 à 12 mph (14 à 19 kmh).

Sur le tour, Hunt constate que les scores moyens commencent à grimper au-delà de 12 mph.

Pourquoi ?

Tout simplement, parce qu’à partir de cette vitesse, on peut commencer à avoir besoin d’un club de plus sur les coups d’approches, surtout qu’un vent arrière n’est pas aussi bénéfique qu’un vent de face est franchement négatif.

Pour pousser son étude, Hunt a donc distingué les parties jouées sous les 12 mph des parties jouées au-dessus.

Qui sont les meilleurs golfeurs du PGA Tour dans le vent ? Qui sont les moins bons ?

A partir de sa formule de calcul, Hunt détermine des groupes de joueurs qui améliorent leurs scores ou qui au contraire, produisent de moins bons scores dans le vent depuis cinq ans sur le PGA Tour.

Qui sont les meilleurs golfeurs du PGA Tour dans le vent ?

Dans la liste des bons joueurs, on retrouve, Chris Kirk, Stuart Appleby, Graeme McDowell, Charl Scwhartzel, Steve Stricker, et Boo Weekley.

Dans la liste des joueurs en difficultés quand le vent se lève, on retrouve Keegan Bradley, John Daly, Sergio Garcia, Hunter Mahan, Bubba Watson et Brandt Snedeker.

Quels bénéfices pour votre jeu de golf ?

Nous arrivons à la partie la plus intéressante de ce sujet, et qui consiste à déterminer des points communs entre les meilleurs golfeurs dans le vent, et ce qui pourrait vous servir dans votre propre jeu.

Quand le vent souffle à plus de 19 kmh (12 mph), on retrouve certains points communs entre les meilleurs « scoreurs ».

  • Les meilleurs sont souvent ceux qui adoptent une approche tactique plutôt prudente, en ne prenant pas systématiquement le driver sur le tee de départ.
  • Les meilleurs scoreurs sont souvent ceux qui sont les moins offensifs sur les PAR 5, ne cherchant pas absolument à les prendre en deux !
  • Les meilleurs scoreurs sont souvent ceux qui présentent un angle d’attaque relativement bas sur leurs drives.
  • Les moins bons scoreurs ont tendance à ne pas être très bons dans la zone d’approche du green (tous les coups joués entre 70 et 115 mètres du drapeau).
  • Les moins bons scoreurs ont tendance à ne pas être bons au petit jeu, et notamment les coups joués à moins de 20 mètres du green.

De manière générale, il semble qu’un vent fort avantage les golfeurs qui sont pourtant les moins efficaces au drive, une compétence qu’ils ont plus l’habitude de compenser par des qualités au petit jeu.

Le fait qu’un golfeur ayant un angle d’attaque plus bas au driving a du sens quand il faut jouer dans le vent. En essayant de passer sous le vent, une balle aura moins de chances d’être sortie de sa ligne.

Logiquement, dans les golfeurs qui sont le plus en difficultés avec le vent, on retrouve tous les grands frappeurs comme Bubba Watson, Keegan Bradley ou Kyle Stanley qui lèvent énormément la balle.

Quand le vent se lève, clairement, le taux de greens pris en régulation baisse, et demande plus d’habilité à convertir les occasions d’approches-putts

Dernier constat, les parties jouées dans le vent impliquent très souvent d’être très performant aux approches à 100 mètres.

Mon conseil pour jouer dans le vent

Avant d’aller jouer une partie de golf, je vous recommande d’utiliser une application météo sur votre téléphone portable pour mesurer la vitesse du vent là où vous allez jouer, et de voir le sens du vent.

Si le vent dépasse les 19 kmh, je vous suggère d’adopter une stratégie plus prudente, en particulier sur les PAR-5, et de bien travailler vos coups de wedges.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.