Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Test matériel et clubs de golf

Test fers TaylorMade Speedblade vs RocketbladeZ

La marque n°1 dans les ventes d’équipements de golf vient de sortir une nouvelle version de son fer, presque sans avoir le temps de former les distributeurs sur les réelles innovations de ce club par rapport à son devancier. Quel est le véritable apport du Speedblade par rapport au RocketbladeZ, déjà annoncé l’an passé comme le fer de la décennie…?Match entre les fers TaylorMade RocketbladeZ et Speedblade

Découvrez l'offre US GOLF pour votre prochaine série de fers, cliquez ici

L’organisation du test

Comme pour nos essais précédents, nous avons réalisé nos mesures à l’aide d’un trackman au sein du magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or, sous le contrôle de notre consultant matériel, Clément Morelle.

Nous avons confié les clubs à notre testeur habituel, classé 15 d’index, et qui a testé l’ensemble des clubs de notre panel, pour établir une base de comparaison identique.

  • Pour le fer TaylorMade Speedblade, nous avons utilisé un fer-7 avec un shaft acier Rocketfuel 85g.
  • Pour le fer TaylorMade RocketbladeZ, nous avons utilisé un fer-7 avec un shaft acier Rocketfuel 85g.

Dans le cadre de ce test, le seul élément qui diffère entre les deux clubs est donc la tête !

Avec le trackman, on mesure la vitesse de swing, la vitesse de balle, le smash factor, le carry, le taux de spin, la distance, la dispersion et beaucoup d’autres analyses qui nous permettent de donner un avis très objectif sur les véritables performances d’un club.

En somme, on ne se contente pas de vous donner un avis subjectif sur le ressenti, mais bien un véritable avis objectif, quantifié et indépendant.

Résumé du test :

Nous avons encore en mémoire la présentation élogieuse faite par TaylorMade du fer RocketballZ, censé marquer un tournant dans l’histoire du matériel de golf, avec l’intégration d’une speedpocket sous la semelle du club.

Nous avions relayé l’information avec une certaine forme d’excitation devant tant de moyens mis en œuvre, et d’arguments convaincants sur le papier.

Depuis, nous avons pu tester ce club et tirer nos propres conclusions.

Moins d’un an après la sortie de ce club, TaylorMade surprend encore avec une nouvelle version, le Speedblade.

Ce club peut-il surpasser son prédécesseur ? Est-ce réellement possible si on écoute les ingénieurs de la marque ?

De notre point de vue, le test va révéler quelques tendances intéressantes, et effectivement des gains très relatifs.

Rien qui nous fera militer pour conseiller aux golfeurs titulaires de RocketbladeZ de changer leurs clubs pour des Speedblade.

Pour schématiser, on peut même affirmer que le Speedblade gagne en distance ce qu’il perd en touché par rapport au RocketbladeZ.

Les résultats statistiques du test mené au Trackman* :

Comparaison speedblade vs rocketbladez

Comme on a pu le constater, il y a très peu de différences visuelles entre les deux clubs TaylorMade.

Et en tout cas, pas de différences au niveau du shaft ou de sa longueur, ce qui ne peut donc pas expliquer la vitesse de club plus élevé entre le Speedblade et le RocketbladeZ.

Pour notre testeur, on enregistre en moyenne une vitesse de swing de 78,4 mph au fer 7.

Le RocketbladeZ était donc déjà un club légèrement plus rapide que la moyenne. Il est donc surpassé par le Speedblade d’un mph (79.9 contre 78.9 mph).

Quand on a les deux clubs en mains, on peut simplement constater que deux choses qui changent sont la forme de la speedpocket, et la forme de la cavité proche de la semelle.

qui est qui ?

Deux changements que l’on pourrait qualifier de mineurs.

En réalité, les deux éléments qui nous paraissent les plus importants à relever concernent le loft dynamique et le taux de spin, où on sent la patte des ingénieurs TaylorMade.

Dans la mouvance actuelle, on retrouve un loft beaucoup plus fermé, et un club qui donne moins de spin.

Avec un loft dynamique de 25° contre 30° pour le modèle 2012, le Speedblade est tout simplement plus fermé, ce qui explique deux choses :

  1. Le touché est légèrement moins bon car le club est un soupçon plus difficile à jouer.
  2. La distance totale est légèrement supérieure avec le speedblade. Le fer 7 étant plutôt un fer 6 !

Déjà mis en cause dans nos tests précédents, le smash factor n’est pas franchement extraordinaire.

Avec seulement 1.26 de smash factor pour un fer 7, on a déjà testé des clubs plus agréables à swinguer comme le Mizuno JPX 825 ou le Cobra AMP Cell qui dépassent les 1.30

De ce point de vue, le Speedblade n’apporte pas d’amélioration par rapport au RocketbladeZ.

En fait, pour être complet, si vous voulez faire monter le smash factor, il faut passer en shaft graphite.

En faisant cela, notre testeur a perdu 2 mph de vitesse de swing, mais gagné en vitesse de balle (0,7 mph), soit un smash factor qui passe de 1.26 à 1.30 avec le rocketbladeZ.

Autre bénéfice, le loft dynamique est alors descendu à 27,3°.

Résultat, un simple changement de shaft a permis un gain de 7 mètres au carry.

Encore un exemple de l’importance d’un fitting au moment de choisir un club de golf.

Comparaison des trajectoires mesurées avec le speedblade par rapport au RocketbladeZ

Ci-dessus, en vert, les trajectoires du RocketbladeZ, et en violet, les trajectoires du Speedblade.

Sur le taux de spin, notez que les coups tapés avec un Speedblade ont permis de réduire le taux de spin de 12% par rapport au RocketbladeZ, ce dernier se démarquant déjà trop de la moyenne des autres clubs que nous avions testé.

La moyenne de notre testeur étant de 5178 rpm au fer 7.

Comparaison carry speedblade

Malgré les points plutôt positifs décrits plus haut, le Speedblade ne permet qu’un gain de 2,4 mètres en moyenne au carry par rapport à son prédécesseur, et se situe en réalité dans la moyenne des fers 7 que nous avions utilisé jusqu’à présent pour nos essais.

Autre gain intéressant à constater, le Speedblade est légèrement moins dispersant que le RocketbladeZ, déjà plutôt convenable dans ce registre.

Après tout le battage marketing fait autour du RocketbladeZ, on est presque déçu de ne pas trouver d’encore meilleures performances de la part de TaylorMade.

Attention de ne pas trop promettre !!!

Comparaison distance speedblade vs rocketbladez

Nos résultats semblent plutôt démontrés que le Speedblade corrige quelques paramètres du RocketbladeZ, qui n’est plus finalement le si « extraordinaire » fer de la décennie.

Le Speedblade donnant un avantage de distance de 7 mètres par rapport au RocketbladeZ.

Précisons qu’en plus d’être plus long, il est plus régulier en termes de dispersion en longueur, puisque l’on ne trouve que 9,4 mètres d’écart entre la moins bonne, et la meilleure balle.

*Explications sur les principales mesures réalisées au trackman

  • le « club speed » (vitesse du club pendant le swing),
  • le « ball speed » (vitesse de la balle à l’impact),
  • le « smash factor » (une mesure de l’efficacité entre la transmission de la vitesse de club vers la vitesse de la balle, qui indique à quel degré vous prenez bien la balle),
  • le « spin rate » (nombre de rotations que la balle effectue sur elle-même pendant le vol),
  • le « carry » (portée de la balle en vol exprimé en mètres),

Bilan du test Speedblade contre RocketbladeZ :

Notes speedblade

Le système de notation que nous avons adopté sert surtout à vous fournir des points de repères, pour illustrer quel club représente le meilleur compromis.

Sur cinq critères (le look, la confiance, le touché, la puissance, et la précision), nous attribuons une note globale de 13,18 sur 20 à l’ensemble des fers 7 que nous avons testé en 2013.

Bien que la note globale ne serve que de point de repères, au final, on a attribué la même note aux deux clubs TaylorMade, ce qui ne justifie pas pour nous le fait de changer de club pour un golfeur ayant déjà des RocketbladeZ, considérant que les gains sont trop peu substantiels en l’espace de 10 mois.

Le choix d’une série de fers est toujours un compromis entre plusieurs critères, dont certains comme le prix qui ne sont pas exprimés dans le tableau ci-dessus.

Le choix d’un club de golf n’est pas aussi simpliste que « bon » ou « mauvais » ou encore « feeling - pas le feeling »…il s’agit de choisir le meilleur compromis entre le look, les sensations, les objectifs de performance et le prix.

Tout en sachant qu’un fitting est indispensable pour réellement trouver le bon set up du club, et même contredire toutes les données illustrées dans ce test.

Dispersion mesurée entre le speedblade et le rocketbladez

Ci-dessus, en vert, les trajectoires du RocketbladeZ, et en violet, les trajectoires du Speedblade.

L’avis de la rédaction :

Pour être tout à fait juste, il nous semble important de préciser que si nous avions mené ce test sur deux fers graphites, nous aurions trouvé des performances de meilleures factures.

Pour notre testeur index 15, il est démontré à travers tous nos tests que le graphite offre certes une moins bonne vitesse de swing, mais en fait un meilleur contrôle, et une meilleure vitesse de balle, et un plus grand smash factor.

Le but de ce test n’est pas de démontrer que le speedblade est un mauvais club.

Au contraire, il se situe dans la bonne moyenne de notre panel, mais N’EST PAS un club hors normes aux performances radicalement supérieures aux autres produits de la concurrence.

Comme précisé en début d’article, on a demandé à d’autres personnes présentes au magasin le jour du test de taper quelques balles avec le Speedblade, et le retour de sensations sur le touché n’a pas été franchement éloquent.

On considère que ce qui a été gagné en corrigeant des paramètres comme le loft, le taux de spin, et la vitesse de swing, est compensé négativement par la perte de touché.

Encore une fois, le club de golf idéal n’existe pas. Il n’existe que des compromis…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.