Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test fers PING i25 vs i20

Sorti pour le PGA Merchandise Show 2014, les nouveaux fers i25 sont les derniers nés de la série i, une gamme de fers réputée plutôt pointue chez ce fabricant. Si vous pensez que tous les clubs de golf se valent, cet article devrait vous convaincre du contraire !

Comparaison entre fers PING i25 et i20

Découvrez l'offre US GOLF pour votre prochaine série de fers, cliquez ici

L’organisation du test de fers PING

Nous avons utilisé pour l’essai deux fers 7 Ping i25 en shaft graphite et shaft acier, ainsi qu’un fer 7 PING i20 pour comparer le nouveau modèle à l’ancien, ainsi qu’un fer 7 G25 pour constater l’écart de difficulté entre une série G et une série i.

Pour le fer PING i25 acier, le shaft monté en série est un shaft propriétaire cfs R alors que pour la version graphite, il s’agit d’un KS 410 R. Les deux étant des shafts regular.

Pour le fer PING i20, nous avons utilisé un shaft cfs R identique au i25 pour être certain de comparer seulement les têtes entre le modèle i25 et le i20.

Pour les tests au trackman, nous n’avons pas modifié les lofts, ni les trajectoires pour rester en position neutre.

Nous avons réalisé nos mesures au magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or, sous le contrôle de notre consultant matériel, Clément Morelle.

Nous avons utilisé la même balle pour tous nos tests, à savoir une Callaway HEX Chrome.

Les données les plus importantes

La difficulté d’un test est de fournir des données comparables et réellement révélatrices de tendances.

C’est pourquoi, de toutes les données que nous analysons, trois sont réellement indiscutables : le smash factor (relation entre la vitesse de swing, et la vitesse de balle générée), le degré d’efficacité (relation entre la vitesse de swing et la distance générée), et enfin le taux de spin (nombre de rotations de la balle).

Le smash factor permet d’identifier la bonne utilisation du club par le joueur.

Précisons que pour ce test, nous avons fait appel à un seul testeur d’index 15 pour lequel nous conservons les différentes données de tests pour réaliser un panel, et comparer les clubs les uns aux autres.

Plus le smash factor s’approche de 1,50, et plus cela signifie que le club est à l’optimum de son utilisation par le joueur.

A l’inverse, un smash factor faible (inférieur à 1,20) révèle que le couple joueur/club n’est pas assez performant. Un fitting peut permettre de résoudre cette équation.

Le degré d’efficacité est une donnée qui symbolise la capacité de restitution réelle d’un club.

Enfin, le taux de spin pour un bois de parcours doit être le plus près de 3000 tours par minute pour être optimum.

Les rotations sont nécessaires pour permettre la portance de la balle dans l’air, mais trop de rotations augmentent la résistance de la balle et finissent par réduire la distance parcourue.

Les points clés du test : Smash factor & degré d’éfficacité

Comparaison des fers PING i25, i20, G25 et s55

Smash factor :

Avec un score de 1.18 en moyenne, le fer7 Ping i25 en acier est très nettement sous-utilisé par le testeur ! Cela révèle une inadéquation importante entre le joueur et le club.

Premier argument irréfutable pour démontrer que tous les clubs ne vont pas à tous les joueurs !

Le fer i25 n’est pas à mettre dans toutes les mains. Ce club est très « fin » et demande une grande maîtrise technique du swing pour en tirer le meilleur parti.

En moyenne, le smash factor de notre testeur pour un fer 7 est de 1.25 (dans le cas présent, notre testeur affiche des résultats proche de Monsieur Tout le monde, et non pas ceux d’un golfeur professionnel !).

Dans notre panel de fers 7 testés qui comprend des clubs TaylorMade, Cobra, Ping, Mizuno et Callaway, le meilleur smash factor obtenu a été de 1,30 pour ce testeur.

L’écart entre 1.18 et 1.30 est important. Ce qui nous a poussé à renouveler le test avec un fer 7 i25 en shaft graphite.

Le résultat a été nettement meilleur. Le smash factor montant 1.25, soit la moyenne de ce que réalise habituellement ce testeur.

A titre de comparaison, avec le i20 en version shaft acier, le smash factor observé a été de seulement 1.19, un soupçon meilleur que sur le i25, à priori encore plus fin à jouer que son devancier.

Quand on compare les smash factor à d’autres gammes PING, notamment le dernier S55 et le G25 que nous avions déjà testé, on constate que pour le G25, le smash factor est plutôt de 1.26, alors que pour le S55, ce smash est de 1.24.

En clair, pour un joueur amateur classé entre 15 et 25, mieux vaut privilégier la série G, puis la série S, et en dernier ressort, la série i, sachant que le shaft acier ou graphite peut avoir une très grande influence sur le résultat. Le graphite semblant étonnamment plus abordable que l’acier.

Degré d’efficacité :

En moyenne avec un fer 7, notre testeur obtient une note de degré d’efficacité du club de 1.82.

Avec le fer 7 Ping i25, cette note est tombée 1.68, ce qui révèle là-aussi un problème d’adéquation joueur/club.

En changeant seulement le shaft pour une version graphite, le degré d’efficacité est remonté 1.81, soit pratiquement la note moyenne du testeur.

Une nouvelle preuve que le fitting est indispensable au moment de choisir un nouveau club !

Concernant le modèle précédent i20, le degré d’efficacité mesuré a été de 1.77, ce qui tendrait à démontrer que par rapport à l’ancien modèle, le nouvel i25 est plus délicat à maîtriser.

De ce point de vue, les G25 et S55 semblent finalement plus accessibles avec respectivement 1.78 et 1.80.

Les points clés du test : Dispersion & Précision

Dispersion i25

Dispersion :

Comme il s’agit de moyenne, il faut aussi regarder concrètement les points d’arrivées des balles qui sont exprimées pour chaque club dans les graphiques ci-dessous.

Cependant, le graphique ci-dessus permet de synthétiser une idée générale de la dispersion.

Comparaison des dispersions entre fers PING i25 shaft acier ou graphite

A quelques mètres près, paradoxalement notre testeur a produit des coups plus réguliers avec le fer 7 i20, toutefois bien loin de ce qu’il peut faire avec des fers moins techniques.

Dispersion comparée pour le modèle i25 par rapport au i20 en shaft acier

Entre l’acier et le graphite, le shaft plus souple a permis sur cette séance de tests d’obtenir des résultats plus cohérents qu’avec l’acier, où les fautes sont moins pardonnées.

Précision :

Quand on utilise un club de golf sur le parcours, ce qui est intéressant, ce n’est pas la meilleure balle, mais la moyenne ou plutôt plage de distance atteinte avec ce même club.

Plus la plage est élevée, et plus la précision du duo club/joueur est faible.

Autre bénéfice du passage en version graphite par rapport à l’acier, la plage de distance entre les coups les plus courts, et les plus longs, se réduit.

Moins d’exploits, mais aussi moins de mauvaises balles avec un fer 7 i25 shaft graphite.

Cependant, pour notre testeur, et pour notre testeur seulement, le fer 7 S55 acier semble être dans la gamme de clubs PING, le meilleur choix !

Encore un argument pour défendre l’idée que tous les clubs ne se valent pas ou plutôt tous les tandems clubs/joueurs ne permettent pas les mêmes résultats.

A méditer…

Résultats du test :

Données mesurées pour le fer PING i25

Vitesse de swing :

Testant tous les clubs le même jour, sauf pour le fer 7 s55, nous devons reconnaitre que le testeur qui a tapé un grand nombre de coups pour évaluer tous les clubs a pu être un peu moins performant, sans que cela puisse être imputé au club.

En moyenne sur tous les clubs fer 7 de notre panel, la vitesse de swing moyenne est de 77,6 mph (125 km/h) pour ce testeur

Le jour du test, la moyenne de vitesse de swing n’a été que de 75,9 mph (un peu plus de 120 km/h), soit 1.7 mph de moins.

Cependant sur la journée de test, le swing du testeur a été relativement régulier sur les fers PING testés, ce qui rend les chiffres comparables.

Autre précision importante concernant le testeur, le taux de compression relativement faible avec les fers PING s’explique aussi par un loft dynamique en moyenne un peu trop élevé avec un fer 7, soit 29,6° en moyenne sur tout notre panel, et 31.5° sur les fers PING testés.

A nouveau, l’intérêt de nos tests est qu’ils sont faits par des golfeurs humains, et proche de monsieur tout le monde, et non pas des robots, ou seulement des golfeurs professionnels.

Cela présente des avantages et des inconvénients.

Les inconvénients étant le manque de régularité, un swing imparfait, et une sensibilité à la fatigue. Mais finalement quoi de plus naturel pour un test réaliste ?

Vitesse de balle :

Liée à la vitesse de swing, en moyenne sur le test des fers i25 et i20, la moyenne observée a été de 92.5 au lieu de 97.5 en moyenne de tous les fers 7. Il faut à nouveau considéré que cette baisse défavorable aux fers PING est plus imputable au golfeur qu’aux clubs.

Cependant, à arme égale, il faut bien admettre qu’en version graphite, on trouve des vitesses de balles supérieures par rapport à l’acier, et de près de 3 mph !

Encore un élément qui démontre que les i25 aciers ont été plus difficile à manier par un golfeur dont l’index est comparable à celui d’un joueur entre 15 et 25.

Logiquement, l’acier permet la plupart du temps des vitesses de swing, et des vitesses de balles supérieures au graphite. Ce n’est pas le cas dans cet exemple, ce qui tend à démontrer que les fer i25, comme les fer i20 demandent une certaine finesse technique.

Taux de spin :

Sur l’ensemble des clubs testés par notre testeur, son taux moyen de spin est autour de 5100 rpm pour un fer 7.

Sur notre échantillon de clubs PING, ce taux est très proche de la moyenne avec 5200 rpm.

A noter, le club le moins spinnant dans ce test est le…i20 avec 1000 tours de moins que le modèle i25 en acier comme en graphite.

Carry :

Le carry dépend grandement de la vitesse de swing et la vitesse de balle. Comme énoncé plus haut, la vitesse de swing n’a pas été optimum, sans que l’on puisse être certain que cela provienne du club, mais probablement plus du joueur.

En revanche, à conditions de tests égales, le i25 acier a donné un carry moins long que la version i20 acier (109 contre 113 mètres) !

Sans doute une nouvelle démonstration du fait que ce club est plus pointu à jouer.

En fait pour retrouver un carry équivalent, il a fallu utiliser la version graphite du i25, plus accessible pour notre testeur, soit 113 mètres de moyenne pour un fer 7, ce qui reste assez bas, même pour notre testeur qui affiche en moyenne 120 mètres au carry pour un fer 7 sur tout notre panel.

Cependant, un élément n’est pas tout à fait favorable au i25 ! Lorsque nous avions testé le rocketbladeZ de TaylorMade, notre testeur avait eu alors une vitesse de swing de 76,5 mph et donc tout à fait comparable à celles mesurées pour le test des fers PING i20 et i25 pour un carry…de 128 mètres en moyenne.

Performance finale : La distance totale

Distance mesurée pour les fers PING

En moyenne, sur notre panel total de fers 7, la distance en mètres de notre testeur attitré est de 129 mètres.

Concernant les fers PING testés (G25,i25,i20 et S55), la moyenne est de 123 mètres.

Si le fer 7 s55 est dans la moyenne (129 mètres), ce n’est donc pas le cas avec les fers i25, en version shaft graphite et acier.

L’inadéquation du joueur avec le club peut donc coûter six mètres !

Bilan du test :

Notes des fers PING

Autant, nous sommes enclin à apprécier le look des drivers et bois de parcours PING, autant côté look des fers, nous sommes moins séduits. Question de goût et de couleurs ! Ce point est très largement discutable.

Ce test nous laisse sur notre faim ! Notre testeur n’était-il pas capable de tirer le meilleur parti de ses clubs parce qu’il était moins en swing qu’à son habitude, ou étaient-ce les clubs qui étaient plus difficiles à jouer.

Pour être honnête, difficile à dire même si on aurait envie de pencher pour la deuxième explication.

Pour un golfeur d’index supérieur à 10, nous pouvons assurément conseiller de s’orienter vers la série G, voir la série S, qui est peut-être le meilleur compromis, mais tendance à déconseiller la série i.

Pour un très bon joueur, capable de trouver le sweet spot de ses fers avec régularité, la série i sera beaucoup plus agréable à jouer que la série G.

De notre point de vue, en 2014, le meilleur compromis chez Ping est clairement la série S qui peut convenir à la majorité des golfeurs.

Performant et tolérant, les S55 sortent grand gagnants de cette comparaison i20 et i25.

Paradoxalement, le test semble même démontrer que les i25 sont encore un peu plus exigeants que les i20.

Trajectoires entre fers PING i25 et i20 acier

Trajectoires comparées entre fers i25 shaft acier ou graphite

Avis de la rédaction :

En arrivant à reproduire le test, et cette fois, en essayant d’arriver à la vitesse moyenne de swing optimum de notre testeur, il est certain que l’écart de distance mesuré entre un fer 7 i25 et le reste de notre panel pourrait se réduire.

Cependant, le smash factor et le degré d’efficacité ne trompent pas. Les fers de la série i ne sont pas « easy to play » pour des golfeurs ayant un index supérieur à 10, et avec une bonne maturité de swing.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.