Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test fer MIZUNO JPX 850

Test fers MIZUNO JPX 850

Près de deux ans après la sortie remarquée des fers Mizuno JPX-EZ, un nom choisit sciemment pour associer l’idée de facilité avec l’idée d’exigence de la qualité « made in Japan », Mizuno revient sur le devant de la scène avec un club musclé ! La marque allant jusqu’à repousser les limites de flexion de la face imposées par l’USGA et le R&A. Qu’en est-il concrètement selon nos mesures réalisées avec un trackman, et un comparatif avec notre panel de clubs déjà testés ?

Préambule sur l’organisation du test

Pour ce test, Mizuno nous a directement fourni plusieurs têtes, et plusieurs shafts de sa nouvelle gamme 2015. Nous en profitons pour les remercier pour leur réactivité, et leur coopération.

Nous avons travaillé comme à notre habitude, et de manière tout à fait indépendante, en utilisant un radar de mesure trackman pour valider objectivement nos résultats.

Pour cet essai, nous avons donc utilisé un fer 6 JPX 850 monté sur un shaft True Temper XP 105 R300 (acier regular) de 100 grammes, ainsi qu’un fer 7 sur un shaft Fujikura Orochi (graphite regular) de 70 grammes.

Précision, la marque nous a aussi fourni un fer 7 JPX 850 version lady monté sur un shaft Fujikura Orochi Ladies Lite (graphite regular) de 40 grammes qui fera l’objet d’un autre article, puisque pour l’occasion, nous produirons des résultats de test avec un testeur ou plutôt une testeuse féminine.

Ce qu’il faut savoir sur les Mizuno JPX 850

Selon les ingénieurs de Mizuno, Chris Voshall et Tetsu Kanayama en tête « la révolution en matière de distance et de vitesse de balle est obtenue en augmentant la partie flexible de la face du club. Le cadre renforcé autour de la face du club offre une zone de frappe plus large, mais sans augmenter sa taille. »

Poursuivant « En outre, le cadre permet des vitesses de balle élevées mais homogènes sur toute la face du club, ainsi qu’un COR élevé qui n’est pas obtenu au détriment des sensations ou du contrôle. »

Pour Kanayama, le véritable défi sur cette nouvelle série a consisté à combiner les forces.

« Le vrai défi a été de réussir à augmenter la vitesse de balle tout en gardant une taille de tête gérable. Avec la structure Power Frame, nous avons pu amener les vitesses de balle à un niveau totalement différent, tout en conservant des bonnes sensations et une excellente maniabilité. »

Tout l’enjeu de notre test va donc être de trouver :

  • Une augmentation de la vitesse de balle par rapport aux modèles précédents et/ou à la concurrence.
  • Une maniabilité similaire ou améliorée par rapport aux précédents JPX-EZ

Un résumé du test précédent sur le JPX-EZ

Par rapport au JPX-EZ, le premier constat que nous pouvons faire, c’est déjà la continuité opérée par Mizuno dans le choix des shafts.

Déjà en 2014, Mizuno faisait majoritairement confiance à Fujikura (graphite) et True Temper (acier) pour équiper ses têtes de clubs.

Les précédents JPX-EZ avaient donné de bons résultats, et fait office de principaux challengers des Callaway X Hot.

Déjà à l’époque, le principal point de ses fers censés démocratiser l’emploi de fers Mizuno au plus grand nombre des golfeurs avaient été la vitesse de swing, en l’occurrence mesurée à 83,7 mph contre une moyenne de 81 mph à l’époque.

Toutefois, y compris chez Mizuno avec notamment avec les très bons MP-64, on pouvait trouver mieux en terme de smash factor (maniabilité), et de distance.

Les conditions du test 2015

Pour les tests de clubs de golf, nous veillons à utiliser le même type de balle, afin de ne pas fausser les mesures entre les différents produits essayés.

Nous avons donc testé plusieurs drivers avec une balle Srixon Z-Star.

L’essai a été mené par un golfeur amateur masculin d’1m83, disposant d’une vitesse moyenne de swing avec un fer 6 sur manche acier de 79,9 mph (127,1 kmh).

Précisons que cette moyenne est très similaire entre un fer 6 et un fer 7 (l’écart constaté étant de seulement +0,5 mph), et similaire entre un manche acier, et un manche graphite.

Nous lui avons demandé de taper une dizaine de balles avec ce fer pour comparer les données avec les autres clubs de notre panel.

*Le trackman a été réglé pour des conditions normales (température de l’air et dureté du sol).

Les 3 questions clés du test

Pour nous, chaque test doit aborder trois thématiques : la tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, la puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club, et enfin, la précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

Le smash factor est le rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.

Plus ce ratio est élevé, et plus, il traduit une bonne utilisation du club, ou une bonne adéquation club/golfeur.

Le ratio idéal est estimé à 1,50 et au-delà pour un driver.

Pour un fer 6 et un fer 7 quel que soit le manche, la moyenne de notre panel est de 1,27

Le degré d’efficacité d’un club est un rapport que nous calculons entre la vitesse de swing (l’effort produit par le golfeur) et le résultat au carry en mètres des balles tapées.

Une mesure qui permet de comparer des choses comparables quel que soient les configurations de clubs testés, qui peuvent changer en terme de loft d’ouverture des faces de clubs, de longueur ou de poids de shafts, etc.

Enfin, le trackman nous permet d’éditer un graphique illustrant les points d’impacts des balles sur le fairway, et de mesurer en mètres les écarts entre les balles les plus courtes, et les plus longues (précision), et les balles les plus à gauche, et les plus à droite du centre du fairway (dispersion latérale).

En plus de ces paramètres, nous pouvons expliquer les résultats par le taux de spin donné à la balle, l’angle de décollage et d’atterrissage, et in fine, la distance parcourue en moyenne au carry (portée avant la roule).

Tolérance-Maniabilité

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité sur la base d’un fer 6 monté sur un shaft acier.

Avec un smash factor mesuré à 1,34, le fer 6 JPX 850 démontre une amélioration par rapport au JPX-EZ qui avait été mesuré à seulement 1,24 en 2013.

D’un point faible, Mizuno semble avoir fait un point fort !

Concernant l’une des deux questions posées en préambule de ce test, le JPX-850 démontre que d’un point de vue maniabilité/tolérance, il est supérieur à son devancier, et donc essentiellement du fait de la tête puisque dans ce cas, nous comparons à iso-shaft.

Vous pourriez vous dire mais est-ce que cela ne vient pas du testeur en lui-même ?

Et bien dans ce cas, non, car avec le JPX-EZ, le testeur avait été mesuré à 83,7 mph alors qu’avec le nouveau JPX-850, la mesure a été de seulement 81,1 mph, et bien au-dessus de la moyenne de 79 mph toutes têtes confondues.

La performance s’explique bien par une amélioration de la tête, car la vitesse de balle mesurée est supérieure avec le JPX 850, soit en moyenne 107,9 mph contre 104,4 mph en version JPX-EZ, soit l’inverse de la vitesse de swing !

En résumé, vous swinguez moins vite, mais la balle sort plus fort…signe d’une meilleure utilisation ou maniabilité du club/tolérance de la face.

Puissance-Distance

Le graphique ci-dessus exprime aussi un gain d’efficacité entre le JPX-EZ et le JPX-850. Cependant, l’écart est moins spectaculaire par rapport au smash factor.

Le ratio calculé sur 10 balles pour le JPX 850 est de 1,88 contre 1,74 pour le JPX-EZ.

Un résultat essentiellement lié à cette progression de vitesse de balle à l’impact, et donc un temps de vol accru de 0,05 secondes.


Le spin n’est pas en cause, car de ce côté, les résultats observés sont tout à fait comparables pour les clubs autour de 5500 tours par minutes.

Résultat intermédiaire – Quelle distance au carry pour un fer 6 ?


Pour un fer 6, nous obtenons une moyenne de distance au carry de 139,5 mètres pour le JPX-850 contre 133,2 mètres pour le JPX-EZ

Comparativement, pour un fer 6 monté sur un shaft acier regular, notre panel moyen est de 130 mètres.

Précision-Dispersion

7 balles sur 10 sont dans un périmètre latéral inférieur à un écart de 10 mètres avec le centre du fairway pour un testeur-golfeur d’index moyen.

Un résultat positif à corréler avec la bonne maniabilité du club.

Comparaison au panel général


Ci-dessus, un classement des meilleurs fers que nous avons testé depuis 2012 selon le degré d’efficacité.

Ce classement regroupe les 13 meilleurs résultats quel que soit le « set-up » utilisé (fer 6 ou 7, poids et longueurs de shafts variables, acier ou graphite, stiff ou regular) sur un total de plus 100 fers testés.

Ce n’est donc qu’un instantané, et n’a pas valeur de classement absolu. Simplement un indicateur de ce qui a donné le meilleur rendu sans fitting pour un golfeur d’index médian.


Ci-dessus, le même type de classement pour le smash factor toujours pour un testeur d’index médian.

Bilan de l'essai du Mizuno JPX-850


Pas grand-chose de négatif à exprimer sur ce fer JPX 850, bien au contraire, c’est un club très adapté pour des golfeurs d’index 18 à débutant à la recherche d’un bon compromis au niveau de la performance.

Concernant les deux enjeux de ce test, nous pouvons effectivement confirmer le gain de vitesse de balle observé par rapport au précédent JPX-EZ, soit 107 mph par rapport à 104 mph alors que la vitesse de swing est pourtant inférieure.

Et pour la maniabilité, alors que nous n’attendions au mieux un statu quo, c’est la bonne surprise de ce test, le JPX-850 donne d’excellents résultats qui du coup se retrouvent dans la dispersion. A bien chercher, les deux seuls éléments que l’on pourrait trouver à redire concernent le taux de spin qui est assez élevé (5400 tours par minute contre une moyenne à 5100 tours pour un fer 6 acier regular).

Enfin, le look n’est pas rédhibitoire, mais c’est certain que le public visé par le marketing Mizuno n’est pas le golfeur élite à la recherche d’une lame épurée.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.