Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test fer Callaway Big Bertha

Test du fer 7 Callaway Big Bertha

Annoncé comme l’une des séries phares de la saison 2014/2015, les fers Big Bertha revendiquent le fait de pouvoir révolutionner le jeu de golf…pour les amateurs. Alors que la plupart des marques se vantent d’équiper les meilleurs pros du tour, Callaway entend proposer des clubs pour joueurs-loisirs.

Préambule

Pour Scott Manwaring, directeur du design chez Callaway, pas de mystère « Les Big Bertha ont été conçus pour les golfeurs qui ont du mal à centrer la balle, et qui n’ont pas la possibilité de passer beaucoup de temps à travailler leur swing, et au contraire, veulent jouer au golf en loisir. »

Une des meilleures façons pour mieux jouer au golf, consiste à toucher plus de greens, et pour cela, utiliser des clubs plus courts pour plus de précision.

Nous avons voulu vérifier ce qu’il en était !

Pour ce test réalisé au sein du magasin US Golf de Champagne au Mont d’Or, sous le contrôle de notre consultant matériel, Clément Morelle, qui a mis à notre disposition un simulateur trackman*, nous avons testé un fer 7 Callaway Big Bertha monté sur un shaft graphite regular, justement destiné aux golfeurs en recherche de facilité.

Première bonne surprise, Callaway propose un shaft graphite de la marque UST Mamiya : le Recoil 460 F4, un manche graphite aux propriétés très proches de l’acier.

Ce qu’il faut savoir sur ce fer Big Bertha

Selon Callaway, les Big Bertha pourront proposer un gain de deux clubs en termes de distance.

Fer Callaway Big BerthaLes nouveaux Big Bertha ont été dessinés en deux parties.

La première partie du club est en fait une face ultra-légère qui a été optimisée au maximum.

Cette face est ensuite soudée à la deuxième partie du club : une tête en acier inoxydable dont le poids a été déplacé très bas pour un angle de lancement plus élevé.

Sur ce club, ce qui génère véritablement le gain de distance est bien la face.

La conception permet une très forte déformation, et donc la restitution d’un maximum d’effet rebond pour un boost de vitesse de balle à l’impact.

Ces nouveaux fers sont beaucoup plus larges que les Apex ou les X2 Hot, notamment au niveau des semelles ou de la forme de tête, bien généreuse.

Pour en apprendre davantage sur ce fer, retrouvez notre dossier précédent :

Les conditions du test

Pour les tests de clubs de golf, nous veillons à utiliser le même type de balle, afin de ne pas fausser les mesures entre les différents produits essayés.

Nous avons donc testé plusieurs drivers avec une balle Srixon Z-Star.

L’essai a été mené par un golfeur amateur masculin d’1m83, disposant d’une vitesse moyenne de swing avec un fer 7 sur manche graphite regular de 79,2 mph.

Nous lui avons demandé de taper une dizaine de balles avec ce fer pour comparer les données avec les autres clubs de notre panel.

*Le trackman a été réglé pour des conditions normales (température de l’air et dureté du sol).

Pour statuer sur ce test, les questions qu’il convient de se poser sont :

  • Est-ce que ce club est tolérant ?
  • Est-ce que ce club est puissant ?
  • Est-ce que ce club donne une meilleure précision entre la dispersion, et la plage d’atterrissage

Tolérance ?

Précisons que pour nos tests, nous n’avons pas fitté les club ou changé les shafts, mais bien testé le club sorti du rayon, comme vous pourriez le faire au moment d’un éventuel achat.

Pour déterminer la tolérance d’un club de golf, nous utilisons la mesure du smash factor, qui est le rapport entre la vitesse de swing du golfeur, et la vitesse de balle générée après l’impact.

Ce ratio peut aussi bien témoigner de la tolérance du club que de la restitution d’énergie de la face.EfficienceRappelons que nos ratios sont des moyennes sur dix balles !

Avec un smash factor de 1,25, le Callaway Big Bertha est tout proche de la moyenne de notre panel situé à 1,26 pour un fer 7 sur shaft graphite.

Swingué à une moyenne de 81,7 mph (2 mph de plus que la moyenne de notre testeur), la vitesse de balle générée à l’impact a été de 101,8 mph, soit la 4ème plus haute vitesse de notre panel pour ce type de clubs, et légèrement au-dessus de la moyenne du panel (99,7 mph).

En termes plus simples, oui, il y a bel et bien un effet boost mais il n’est pas forcément spectaculaire.

Possible explication, au vue de la taille de la tête, et la largeur de la semelle, ce fer est conçu pour des golfeurs amateurs seniors ou pratiquants irréguliers qui déjà cherchent à contacter la balle, pas forcément à optimiser de la performance.

Pour un golfeur ayant déjà une vitesse de swing mature, ce club n’est pas nécessairement le choix le plus adapté.

On peut arriver à cette même conclusion en croisant cette statistique avec le degré d’efficacité

Puissance ?

La puissance est un facteur que nous corrélons fortement à la distance générée avec un club de golf.

Comme nous vous l’indiquons très souvent, en matière de clubs de golf, il n’y a pas de recettes miracles…C’est plutôt une affaire de compromis.

Et dans ce contexte, en plus de la vitesse de balle, le taux de spin, et plus globalement le degré d’efficacité du couple golfeur-club peuvent expliquer des écarts de distance.

Le degré d’efficacité est le ratio entre énergie déployée (vitesse de swing), et le rendu final du tandem joueur-club (distance au carry).

La moyenne de ce ratio sur notre panel est de 1,71 pour un fer 7 sur shaft graphite regular.

Précisons qu’un driver peut générer une grande distance sans être efficace…Simplement, cela traduira une sous-utilisation du joueur ou du club.

Avec un degré d’efficacité mesuré seulement 1,66, il apparaît clairement que le fer Big Bertha n’est pas nécessairement plus performant pour un golfeur ayant une vitesse de swing de plus de 80 mph au fer 7.

Fort logiquement, et en ligne avec ce qu’annonce Callaway, ce club sera plus adapté à des golfeurs ayant une vitesse de swing inférieure.

En complément de cette analyse, le taux de spin mesuré à seulement 5500 tours par minute en moyenne, couplé avec un angle de décollage de 24,9 degrés (contre 29° en moyenne pour un fer 7) permettent d’estimer que ce club a été pensé pour maximiser la roule après le contact au sol.

Et c’est d’ailleurs ce que nous retrouvons dans notre test avec un angle d’atterrissage de 40° (contre 45° en moyenne), et une roule moyenne estimée à 12 mètres, soit le double de la moyenne de notre panel de fers 7, pour un gain de 6 mètres !

Un faible taux de spin associé à un angle de décollage plus tendu favorisent clairement le roulement au détriment du carry, et du contrôle de la longueur des coups.

Cependant, pour un golfeur amateur à la recherche de quelques mètres en plus, il ne fera pas la différence, et sera tout à fait satisfait du gain effectif.

Trajectoires

Précision et dispersion ?

Quelle est la part de performance imputable au testeur, quelle est la part imputable au club ?

Les résultats publiés ci-dessus peuvent être différents pour d’autres joueurs de golf.

De manière objective, nous prenons en considération deux paramètres : la dispersion latérale, et l’écart entre la balle la plus courte et la plus longue.

Pour ne pas tomber dans le piège des moyennes entre un coup tapé 10 mètres à gauche, et un coup tapé 10 mètres à droite qui donne une moyenne…au centre !

Nous prenons en compte le nombre de balles tapées le plus près du centre du fairway, soit dans le cas présent, 6 sur 10, un résultat plutôt très positif, surtout si on ajoute à cette mesure, le fait qu’aucune balle n’a été envoyée à plus de 15 mètres du centre du fairway.

Plus précisément, 8 balles sur 10 ont été jouées dans un périmètre inférieur à 5 mètres au tour du centre du fairway en termes de dispersion latérale.

Dispersion

Concernant la régularité des frappes, et la plage d’écart entre la balle la plus courte, et la plus longue, nous constatons ici un rayon d’actions de 30 mètres, un écart très/trop important !

En moyenne, pour un fer 7, notre panel donne un écart de moitié inférieur (14 mètres).

Sur dix balles, sept ont été jouées dans un périmètre de 15 mètres, ce qui reste acceptable, à condition de ne pas ambitionner de jouer un handicap inférieur à un chiffre !

Attraper le green avec un fer 7 posé à 131 ou à 145 mètres n’a pas les mêmes conséquences en termes de putting !

Bilan du test :

Avec sa tête très large, nous sommes très loin des belles lames épurées, en revanche, le fer Big Bertha remplit pleinement sa mission : donner 5 à 6 mètres de plus qu’un fer conventionnel pour un golfeur ayant une vitesse de swing inférieure à 80 mph !

En cause, un faible taux de spin (le véritable tour de force technique de ce club), et un réglage du loft qui referme considérablement la face pour un angle de lancement très tendu.

Difficile de distinguer la performance de la face dite révolutionnaire, le taux de smash factor est resté dans la moyenne observée.

Avec une distance au carry assez modeste (123,7 mètres), le Big Bertha se rattrape très largement à la roule (près de 13 mètres d’écart entre le point de chute et le point d’arrivé final moyen des balles).Bilan

Le gain de distance ne se fait pas au détriment de la dispersion latérale (autre point positif de ce club), mais plutôt en défaveur du contrôle des distances avec un écart entre les extrêmes (une balle très bien tapée contre une moins bonne frappe) de près de 30 mètres…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.