Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Test matériel et clubs de golf

Test fers R11, RocketbladeZ et Legacy Black

Le fer TaylorMade R11 a été indéniablement un succès d’estime en 2012. Mais qu’en est-il réellement au regard de nos essais impartiaux au Trackman par rapport à son successeur, le RocketbladeZ ? De l’autre côté du ring, nous avons voulu tester le Callaway Legacy Black, un autre club très bien estimé par les amateurs de golf !

Comparatif entre fers R11, RocketbladeZ et Legacy Black

Découvrez l'offre US GOLF pour votre prochaine série de fers, cliquez ici

L’organisation du test

Comme pour nos essais précédents, nous avons réalisé nos mesures à l’aide d’un trackman au sein du magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or, sous le contrôle de notre consultant matériel, Clément Morelle.

Nous avons confié les clubs à notre testeur habituel, classé autour de 15 d’index, et qui a testé l’ensemble des clubs de notre panel, pour établir une base de comparaison identique.

  • Pour le TaylorMade R11, nous avons utilisé un fer-6 avec un shaft graphite regular de 65 grammes standard.
  • Pour le Callaway Legacy Black, nous avons utilisé un fer 6 avec un shaft graphite A-flex en 85 grammes.
  • Et enfin, pour le TaylorMade RocketbladeZ , nous avons utilisé un fer 6 avec un shaft regular Rocketfuel 65 grammes.

Données fabricants

Résumé du test :

Après tout le battage fait autour du R11, on aurait pu s’attendre à ce que l’on retrouve ce club tout en haut de nos meilleurs clubs testés en 2012/2013.

De la même façon, le marketing de TaylorMade avait annoncé des performances incroyables avec l’arrivée quelques mois plus tard du RocketbladeZ.

Finalement, les données que nous avons mesurées au trackman se sont révélées dans la moyenne de notre panel, sans défrayer la chronique.

Le RocketbladeZ se révélant seulement dans la lignée du R11, loin d’être aussi révolutionnaire qu’annoncé.

A l’inverse, le Callaway Legacy Black justifie déjà beaucoup plus son statut avec des performances légèrement meilleures.

Au niveau look, on apprécie la ligne du R11 qui est héritée de la version driver.

Avec le RocketbladeZ, TaylorMade poursuit dans sa lancée d’essayer d’imprimer sur ses fers, la même idée de clubs sophistiqués.

Sur le R11, le fabricant avait mis en place un poids rouge sur la cavité arrière, sur le RocketbladeZ, ils ont créé une speed pocket jaune sous la semelle, censée accroître la vitesse du club.

Gadget marketing ou réelle innovation, on aurait aimé croire que cela pouvait avoir un réel impact sur les performances.

Au contraire, les essais au trackman n’ont pas révélé de miracles.

Moins dans la promesse, le Callaway Legacy Black ne se contente pas d’être un très beau club, il confirme le fait que sur la période 2012/2013, Callaway n’arrive certes pas à rattraper TaylorMade dans le segment des drivers et des bois de parcours, mais en revanche, concernant les fers, les rôles s’inversent.

Les résultats statistiques du test mené au Trackman* :

Comparatif taux de spin et loft dynamique

Sur le tableau ci-dessus, la moyenne est le résultat à l’instant T de tous nos tests de fer 6 dans toutes les marques.

Entre le R11 et le RocketbladeZ, TaylorMade a effectivement mis au point un club 2013 qui propose une vitesse de club accrue, mais cela reste inférieur à ce que l’on peut trouver actuellement sur le marché.

Par contre, concernant les lofts, on est complètement dans le flou par rapport aux données annoncées par les deux fabricants, et les lofts dynamiques que l’on a retrouvé.

Pour le Callaway, censé être le club le plus ouvert des trois (30°), les mesures au trackman révèlent qu’au contraire, on trouve un loft dynamique de moins de 25°.

Pour les deux fers TaylorMade, les lofts dynamiques sont beaucoup plus proches de ce qui est annoncé.

Concernant ces écarts, c’est un nouvel exemple du fait que d’une série de clubs à une autre, les fabricants ne semblent pas en mesure de pouvoir garantir des clubs de lofts précisément identiques.

Pour la vitesse de balle, les trois clubs ne défrayent pas la chronique. Le RocketballZ est à nouveau légèrement plus performant que le R11.

En mains, et pendant les tests, notre testeur n’a pas vraiment apprécié le touché du R11, pourtant, c’est avec ce club qu’il va produire le meilleur smash factor 1,33 et avec le Legacy Black qu’il va réaliser le moins bon.

On peut en déduire que les clubs TaylorMade sont bien conçus pour rassurer les golfeurs aux index médians, c’est d’ailleurs ce qu’il ressort de la plupart des mesures prises.

A l’inverse, le Legacy Black va convenir à des joueurs d’index inférieurs avec une vitesse de club plus rapide, un loft dynamique plus bas, un smash factor idéal plus difficile à atteindre, et surtout un taux de spin beaucoup plus bas que la concurrence.

Sur ce dernier point, le Legacy Black propose un taux de spin inférieur de 13% à la moyenne de notre panel, et se positionne comme le club qui procure le moins de spin de tous les clubs que nous avons testé, devant le Callaway X Hot Pro, et le Mizuno JPX 825 !

A l’inverse, les deux clubs TaylorMade sont à l’opposé du classement avec le Titleist AP1 et le Cleveland Altitude 588.

On peut en déduire que le Callaway a été pensé pour un maximum de distance, alors que les deux clubs TaylorMade ont été pensés pour offrir un bon rendement à des golfeurs d’index entre 20 et 35.

Un golfeur dont le swingue sera plus mature d’obtiendra pas de meilleures performances avec ces clubs.

Du coup, on imagine mal Sergio Garcia ou Justin Rose réellement utiliser des fers RocketbladeZ dans la même configuration que celle qui est proposée aux amateurs.

Comparatif carry et dispersion

Ce deuxième tableau est encore plus révélateur sur les intentions réelles voulues par les ingénieurs ou concepteurs des trois clubs testés en standard, et sans fitting.

Chez TaylorMade, le R11 et le RocketbladeZ proposent un carry strictement identique, et donc pas de gains entre l’ancien et le nouveau modèle.

Pour le Callaway, comme le loft dynamique est de 5° inférieur et le temps de vol nettement moins long (4 secondes 92 contre 5 secondes 36), le carry est de 3 mètres inférieur aux TaylorMade, et de 5 mètres inférieurs à la moyenne.

Attention, en hiver sur des sols peu roulants, tous les avantages du Callaway Legacy Black seront perdus !

Ce club sera plus intéressant pour un golfeur qui jouera la majorité de ses parties sur des parcours fermes, et même très fermes !

Trajectoires de balles avec le R11

Ci-dessus les trajectoires de balles avec le R11

Trajectoires avec le RocketbladeZ

Ci-dessus les trajectoires de balles avec le RocketbladeZ

Trajectoires avec le Legacy Black

Ci-dessus les trajectoires de balles avec le Legacy Black

A l’inverse, le R11 comme le RocketbladeZ sont finalement plus « tout-terrains » avec des vols de balles assez élevés, et des angles d’atterrissages très élevés, ce qui confirment que TaylorMade a cherché à donner des courbes très hautes.

Ces clubs conviennent mieux à des situations d’approches, où le golfeur ne va pas chercher nécessairement la distance, mais privilégier au contraire des trajectoires hautes, et des taux de spin élevés pour mieux contrôler la balle sur le green.

Avec ces trois fers-6, si nous devions attraper précisément un drapeau sur un green, le Callaway serait le moins bien indiqué !

Si on se trouvait dans une situation de jouer un links avec l’idée de faire rouler la balle jusqu’au trou, le Legacy Black serait plus adapté.

Encore une fois, il n’existe pas de bons ou de mauvais clubs, seulement des choix et des compromis à faire.

Bien entendu les marques ne peuvent pas jouer cette carte au niveau du marketing et des ventes, elles tablent encore sur la puissance du discours plutôt que la réalité des compromis qu’elles proposent.

Comparatif distances

Plus court au carry, le Callaway passe devant les deux TaylorMade à la roule, sans toutefois être le club offrant les plus longues distances de notre panel.

Sur ce critère, il se classe 5ème derrière le club n°1 de la saison – le Callaway X Hot Pro – le JPX 800 HD de Mizuno, le Callaway RAZR X et l’Adams Idea6 705.

En distance minimum sur le nombre de coups tapés, le danger du Callaway est qu’un mauvais coup est plus mauvais qu’avec d’autres clubs.

Ce point est souligné par le point fort des TaylorMade qui vont mieux convenir à des golfeurs d’index médians.

Le réel bénéfice pour ces golfeurs à l’usage des clubs TaylorMade n’est pas d’aller plus loin, mais de leur proposer des coups globalement plus performants, surtout sur les mauvais coups.

Revers de la médaille, bien tapée, la balle va nettement plus loin avec le Legacy Black sur sol ferme.

Pour enfoncer le clou, les écarts constatés entre les meilleures et les moins bonnes balles confirment notre analyse.

Avec le Legacy Black, la dispersion est de 20 mètres entre des coups inégaux, alors que pour le R11 et le RocketbladeZ, cette même dispersion est inférieure ou égale à 10 mètres, soit moitié moins de dispersion sur le parcours.

Pour un amateur d’index médian, pas nécessairement obnubilé par la distance, le choix de clubs TaylorMade sera plus censé.

Dispersion avec le R11

Ci-dessus, la dispersion observée avec le R11

Dispersion avec le RocketbladeZ

Ci-dessus, la dispersion observée avec le RocketbladeZ

Dispersion avec le Legacy Black

Ci-dessus, la dispersion observée avec le Legacy Black

*Explications sur les principales mesures réalisées au trackman

  • le « club speed » (vitesse du club pendant le swing),
  • le « ball speed » (vitesse de la balle à l’impact),
  • le « smash factor » (une mesure de l’efficacité entre la transmission de la vitesse de club vers la vitesse de la balle, qui indique à quel degré vous prenez bien la balle),
  • le « spin rate » (nombre de rotations que la balle effectue sur elle-même pendant le vol),
  • le « carry » (portée de la balle en vol exprimé en mètres),

Bilan du test X Hot Pro vs RAZR-X

Notes comparatives fers R11, RocketbladeZ et Legacy Black

Le système de notation que nous avons adopté sert surtout à vous fournir des points de repères, pour illustrer quel club représente le meilleur compromis.

Sur cinq critères (le look, la confiance, le touché, la puissance, et la précision), nous attribuons une note globale de 13 sur 20 aux trois clubs.

La moyenne de notre panel en 2013 se situe à 13,32 sur 20 sur les fers 6 déjà testés, sachant que notre panel évolue au fur et à mesure de nos tests.

La note globale ne sert que de point de repères.

Le choix d’une série de fers est toujours un compromis entre plusieurs critères, dont certains comme le prix qui ne sont pas exprimés dans le tableau ci-dessus.

Les notes équivalentes pour les trois clubs ne sont pas le fruit d’une volonté de ne pas les départager.

Au contraire, les notes révèlent des disparités, et déjà démontrent que le RocketbladeZ annoncé en grande pompe comme le plus « génial » des fers jamais produit, n’apporte pas en réalité de révolution par rapport au R11.

Le Legacy Black est plus esthétique, plus puissant mais moins précis, et son smash factor moins performant par rapport à l’essai de notre testeur.

Le RocketbladeZ atteint sa cible ! A savoir, rassurer les golfeurs d’index médians, en proposant des résultats de frappes plus régulières avec peu de dispersions, mais rien de flagrant par rapport à d’autres clubs.

Le choix d’un club de golf n’est pas aussi simpliste que « bon » ou « mauvais » ou encore « feeling - pas le feeling »…il s’agit de choisir le meilleur compromis entre le look, les sensations, les objectifs de performance et le prix.

Tout en sachant qu’un fitting est indispensable pour réellement trouver le bon set up du club, et même contredire toutes les données illustrées dans ce test.

On retiendra de ces produits :

  • malgré son succès d’estime, le R11 n’a rien qui sorte de l’ordinaire au niveau des performances
  • toujours concernant les performances, le RocketbladeZ ne se distingue pas du R11
  • Au touché, le Legacy Black donne de meilleures sensations que ce que transcrit réellement le smash factor.
  • Le loft dynamique du Legacy Black est très différent du loft théorique annoncé par le fabricant (beaucoup plus fermé).
  • Le Legacy Black est un très beau club.
  • Le RocketbladeZ est un très joli coup de marketing

L’avis de la rédaction :

Comme le révèle notre panel, il existe sur le marché actuel des clubs un peu plus performants.

On ne conseillera tout simplement pas le Legacy Black et le RocketbladeZ aux mêmes types de joueurs.

Pour un joueur d’index médian, le choix du RocketbladeZ représentera sans doute un choix rassurant. Peu de risque d’être déçu, mais par contre pas de miracle en vue…

Le Legacy Black est un très beau club, mais on lui préfèrera le X Hot Pro chez le même fabricant.

Clement Morelle

A propos des auteurs :

Clement Morelle, consultant matériel pour le site jeudegolf.org, responsable du magasin US Golf de Champagne-au-Mont-d'Or (69), et Laurent Agostini, directeur publication du site jeudegolf.org.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.