Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

VEGA Golf : depuis les sabres pour samouraïs, jusqu’aux clubs de golf…

Avec des productions artisanales, forgées et esthétiques, les marques de golf japonaises produisent des produits vraiment émotionnels. Ainsi, la marque Vega a été créée par un ancien fabricant de sabres pour samouraïs à Ichikawa, et conçoit des clubs d'apparence classique, mais avec une jolie touche de modernité.

On dit qu’il y a 100 ans, le premier parcours de golf au Japon a été construit à Kobe. La zone entourant ce parcours de golf est réputée en tant que zone de travail du métal destiné à forger des sabres de samouraï, une compétence qui a été transmise de génération en génération.

VEGA Golf peu s’enorgueillir de la production du premier fer forgé à cavité arrière, permettant à plus de golfeurs d’apprécier le savoir-faire artisanal des clubs forgés.

Aujourd’hui les clubs forgés ne sont disponibles que dans les modèles muscle-back.

La carte de visite de Vega se veut être la perfection, d'où la « star parfaite » qui orne le logo Vega. Et même si la marque contrôle chaque étape du processus en produisant chaque club dans sa propre usine, est-ce suffisant pour les différencier ?

Ce qui est unique, c’est que chaque jeu de fers est conçu comme un ensemble, au lieu de sélectionner des fers individuellement pour ensuite constituer une série.

La marque, qui est passée dans de nouvelles mains en 2012, ne prend que peu de place sur le marché mondial, préférant pour sa notoriété et sa diffusion, se fier au bouche-à-oreille.

VEGA Golf propose de nombreux modèles, offrant une gamme complète pour tous les golfeurs.

Les golfeurs à faible handicap ont deux options dans la série de fers VM (VEGA Muscle), ce sont des petites lames muscle-back, et qui dans un sac, laissent penser : « Je suis un joueur de golf… ».

Les plus hauts handicaps s’orienteront vers la série de fers VEGA VC (VEGA Cavity), ils disposent d’une cavité arrière qui offre plus de tolérance sur les coups manqués.

Ces fers dans le sac laisseront penser : « j'apprécie les produits de haute qualité ». Les modèles proposés sont les fers VC-05, qui sont les plus tolérants, VC-03, VC-02 et VC-01.

Dans ce contexte, le dernières versions des fers Mizar et des wedges Alcor sont emblématiques de la recherche de différenciation de la marque.

Si vous aimez un peu le look vintage avec une touche de finition haut de gamme, vous avez peut-être trouvé votre prochaine série de fers, à condition que vous puissiez faire un chèque correspondant au prix élevé.

Le corps souple de la tête en acier au carbone est associé à une face en acier maraging élastique, et les lignes de fraisage dans la cavité arrière ne sont pas uniquement destinées à la décoration.

Une inspection plus attentive révèle que les découpes sont plus profondes vers le bas de la tête, et sont inclinées et dimensionnées pour transférer plus de poids dans les orteils. Cela aide à contrôler la trajectoire et fournit plus de transfert d'énergie.

Les fers VEGA VDC-01 et VDC-01 font partie des plus beaux fers que l’on peut voir sur le marché. Le VDC-01 est défini comme ayant une tête de club à faible décalage avec les performances d'un fer muscle-back.

La pondération périphérique permet de réduire la masse derrière la face du club, ce qui donne une sensation plus douce et déplace le centre de gravité plus haut sur la face du club.

Le VEGA VDC-01 est un fer ayant un design plus carré par rapport aux fers VC, et moins décalé, ceci pour plaire aux golfeurs à faible handicap.

Le MIZAR est complétement différent de tous les autres fers, il est dans un monde à part.

Chaque club est conçu en interne sous la direction du cofondateur de PGE, Peter Lord.

Le MIZAR est un fer en deux pièces. La face est en maraging, un acier Carpenter de 3,5 mm d'épaisseur offrant une sensation de tolérance uniforme, associée à un corps principal forgé en acier au carbone s25c.

De façon assez originale, le MIZAR offre une pondération progressive du tungstène.

Les fers plus courts localisent le tungstène près de la pointe.

Cela permet d’aplanir la face du club lors de l’impact pour obtenir des prises plus droites et plus longues.

Le tungstène aide à réduire le centre de gravité pour un lancement plus rapide, et de meilleures caractéristiques de vol à basse vitesse.

Dans l'ensemble, VEGA Golf propose de bons clubs, le point fort de l'entreprise étant le processus de forgeage.

VEGA a la réputation de soumettre des fers très bien conçus et qui sont également parfaitement fabriqués.

Car bien entendu, un fer de conception supérieure ne signifie rien s'il n'est pas parfaitement exécuté en production.

Outre les wedges forgés Alcor, le reste de la ligne de wedges est une série de différents moulages sur la même tête (VW-02, VW-04, VW-06, VW-08, VW-10).

Par conséquent, il semble qu'il existe six modèles distincts, alors qu'en réalité, il n’existe que deux modèles, dont l'un comporte cinq types de moulages.

Pour aider les joueurs à se positionner correctement, Vega propose une aide, sous la forme d'un outil de sélection de wedge.

Vega propose également une gamme de putters et de bois, et même s’ils n’ont pas la même importance que les wedges et les fers, ils offrent une continuité dans la gamme, et la même finition pour toute la ligne de clubs.

Jusqu'en 2012, Vega était la propriété de Kyoei Golf et, en tant que « marque maison », et était considérée comme le meilleur que ce que Kyoei pouvait offrir.

En 2007, PGE (Professional Golf Europe) est devenu le distributeur européen de Vega et a racheté l'entreprise en 2012.

PGE possède et distribue également Iomic et Iguana (grips), Shimada (shafts), Radius (putters) et Musashi (édition limitée).

Une partie du contrat d’achat exigeait que PGE continue à utiliser la même installation de Kyoei, et à ce jour, toute la ligne classique y est produite.

C’est de la même façon que Miura produit son fer emblématique, le PP-9005, dont le corps principal est forgé au Japon, et alors qu’ensuite une mince face en acier inoxydable est ajoutée dans une installation séparée, en dehors du Japon.

Aujourd’hui Vega cherche l'équilibre de son identité, une fusion d'éléments de design traditionnels et de style moderne.

C'est ce qui pousse le concepteur des clubs, Peter Lord, et son équipe, à créer des clubs qui incarnent les caractéristiques et l'influence historique de Kyoei, tout en combinant celles-ci avec les attributs exigés par les clients à la recherche de performances.

C’est très bien, mais avec une production et une distribution confidentielle, si les golfeurs ne peuvent pas toucher ou simplement voir votre produit, la bataille pour prendre une place sur le marché est ardue…

C'est là que réside le principal défi de Vega en dehors du Japon.

Vega est un acteur relativement peu important sur ce marché de niche des clubs de golf. Aussi pour les nouveaux propriétaires et distributeurs, c'est presque comme partir de zéro.

Modestie ou soucis de rester artisanale, la marque Vega n'a apparemment pas l’intention de communiquer davantage, avec des espaces publicitaires dans les principales publications de golf, et ceci même si les fers Mizar ont obtenu une médaille d’argent dans la Hotlist Golf Digest 2017.

Pourtant, si Vega veut conquérir de nouveaux clients, ils doivent trouver un moyen de transférer rapidement leurs produits vers les clients potentiels.

Ce qui pèse dans la balance n’est pas de savoir si Vega conserve ou non son statut en Asie et en Europe, mais si elle peut ou non capturer une partie du marché de l’Amérique du Nord, qui par son volume, reste le plus grand marché au monde.

Vega est une entreprise au patrimoine japonais, à la propriété européenne et à la distribution mondiale.

Vega a établi un partenariat avec des marques telles que Bentley, Mercedes Benz, Harrods, Porsche, et Gleneagles, et a créé des séries plus petites et en édition limitée avec le logo de la marque associée.

Pour renforcer encore la crédibilité de Vega, il y a le fait qu’elle a forgé des fers pour les gagnants de chaque grand championnat, mais également parce que les joueurs ne sont pas payés par Vega, et que leurs noms ne peuvent pas être communiqués publiquement.

Pour Vega, la bataille à venir n’est pas une question de qualité, mais d’exposition. L'arbre qui tombe dans la forêt fait encore du bruit, mais si personne n'est là pour l'entendre, est-ce important ?...

Vega fabrique un produit sérieux et compétitif, mais s’ils ne parviennent pas à mettre ce produit entre les mains de clients potentiels, toute la qualité au monde ne fera aucune différence.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.