Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Inventer et construire un nouveau putter : Le récit d’un golfeur amateur Français

Un de nos lecteurs nous a sollicité pour partager son expérience: il s’est lancé dans la fabrication d’un putter, dans le respect de la réglementation en vigueur et avec des matériaux hauts de gamme. Quelles sont les difficultées qu’il a rencontré? Le coût de production est-il un frein? Une approche innovante est-elle encore possible? Un putter “maison” peut-il être aussi performant que celui d’une grande marque?

L’année 2020 qui vient de se terminer a souvent bouleversé notre rapport au golf. Pendant plusieurs mois nous n’avons pu jouer et quand la reprise est venue les conditions de jeu étaient différentes. Nos agendas ont été bouleversés, certains ont du télé-travailler, un rapport au temps différent qui présente également sa part d’opportunités, le temps de construire de nouvelles connaissances sur le golf, le temps de formuler de nouvelles envies…

Pour Simon Linot, abonné à JeudeGolf depuis plus d’un an, le confinement a été l’occasion de remettre de la créativité dans son quotidien. Designer de pièces automobiles, il s’est retrouvé avec une moindre activité, là où sa part de créativité était absorbée par son travail, il a pu retrouver l’occasion de consacrer du temps créatif à ses propres projets et en particulier à son golf.

La contrainte sanitaire obligeant les golfs à mettre en place des solutions évitant de devoir ramasser la balle dans le trou avait déjà été l’occasion de modéliser un système de relève balle qu’il avait pu présenter à Ugolf. Mais la fin de l’année a vu l’émergence d’un projet bien plus fou: designer et fabriquer son propre putter!

L'étude de la faisabilité:

L'idée a émergée lors de la sortie du Cobra Supersport 35, le premier putter de série imprimé en 3D métallique et dont la finition est réalisée par usinage. L’impression 3D et l’usinage sont des procédés qu’il utilise quotidiennement dans son travail. L’idée lui a donc paru faisable.

Il putt depuis toujours avec un Scotty Cameron Newport avec un grip Superstroke: "un très bon putter avec lequel je suis en confiance". L’idée n’était donc pas de révolutionner son putter, ni sa façon de putter, mais plutôt de pouvoir expérimenter et d’innover par petites touches autour d’une architecture classique, connue et avec une esthétique lui correspondant et lui donnant confiance.

L’idée d’une impression 3D a vite été abandonnée, jugeant la finition brute comme trop assimilable à un prototype et pas au niveau de finition attendu (voir la finition du Cobra). Pour un produit de qualité, il s’est tout de suite orienté vers l'usinage CNC 5 axes qu'utilise une marque comme Argolf. Un procédé d’usinage qui consiste à tailler dans un bloc de matière brute. Cela permet d’avoir une finition qualitative une fois le bloc taillé et de maîtriser le poids que fera la tête de manière plus précise.

Il a d'abord commencé par télécharger un modèle de tête classique en ligne pour pouvoir évaluer le coût de réalisation d’un tel projet et s’assurer que cela restait “raisonnable”.

Les premiers prix, autour de 200€, sur des sites spécialisés comme 3DHUBS.COM ou XOMETRY.DE l’ont rassuré sur la faisabilité de sa démarche. La bonne surprise a été de constater que ce prix était très vite dégressif: 50€ par pièce pour une série de 10. Cela prouve que la majorité du coût de fabrication passe en fait dans la programmation et le réglage de la machine et non dans le temps de fraisage comme on peut parfois le laisser croire.

Partant sur ces bases pour la production, il a commencé à benchmarker les différents produits disponibles sur le marché des putters qu’il connaissait mal. Il est frappé par le nombre de promesses qui sont faites aux clients golfeurs. Plus de tolérance, une meilleure roule, une face équilibrée, un toucher incroyable, une architecture inédite, une nouvelle façon de gripper.

Beaucoup de pseudo révolutions quand on sait qu’en 1990, le nombre de putts par round au Masters était en moyenne de 29,64 et qu’en 2020, il est de 29,81. Beaucoup de nouveautés sans réels impacts, dans un sport ou le principal est quand même que la balle rentre dans le trou, et si possible du premier coup.

L’étape suivante consistait à éplucher les règles décrites par le R&A et L'USGA pour être sûr de créer un putter conforme. Ce document très vulgarisé codifie les différents angles, dimensions et autres caractéristiques nécessaires à la conception d’un club conforme.

Les nombreux contre-exemples loufoques illustrés valent le coup d’y jeter un œil:

 

Imaginer le nouveau putter:

Après avoir dégagé les contraintes majeures, il s’est lancé dans la conceptualisation de son futur putter. 

Comme énoncé précédemment, l’idée n’était pas de révolutionner sa façon de putter ni ses sensations. Il a donc décidé de partir sur les mêmes bases que son putter actuel. La tête aura les mêmes dimensions, le même poids, le même lie, le shaft et le grip seront les mêmes.

L’idée est de pouvoir comparer au mieux les sensations, les performances, le design et la confiance perçue de ce nouveau putter en comparaison de son putter actuel.

De son point de vue, le design des putters “Lames” a toujours été très similaire d’un fabricant à l’autre. Ils sont tous plus ou moins des descendants de grands classiques comme le PING ANSER, affûtés à coups de nouveaux matériaux, d’inserts, de systèmes de visées, d’alignements et de finition d’aspect.

Le plus souvent les putter bénéficient d’une ouverture permettant de ramasser la balle sur le green d’un revers subtil. Fonction certes pratique lors d’un entraînement, d’un putt donné ou d’un mal au dos, mais vraiment inutile lorsque la balle est au fond du trou... Le nouveau putter sera conçu sans cette ouverture et pour réfléchir aux opportunités que cela peut offrir.

Autre élément de base du design, l’alignement. Il a pris l’habitude depuis quelques années de tracer une ligne rouge méridienne sur sa balle afin de d’abord l’aligner sur sa ligne de putt après l’avoir marquée, puis d'aligner la ligne rouge de son putter sur la ligne de sa balle. Cet élément sera donc un des éléments phares du design.

Pour renforcer sa capacité à bien s’aligner, il a décidé de maximiser le concept des putters SEEMORE, qui consiste à aligner le shaft du putter au-dessus d’un oblong rouge. Si l’oblong est parfaitement caché par le shaft, la face est square, et le joueur est en confiance sur cet aspect bien particulier de la routine.

Sur son putter, il décide donc de rendre cette perception encore plus visuelle et fine en alignant un shaft noir avec une partie de la tête de la meme largeur et de la même couleur.

Pour faire en sorte que cet effet reste qualitatif, la tête sera fabriquée en 3 pièces distinctes. Les 2 autres pièces, par un contraste de matériaux et de couleurs, amélioreront ainsi l’effet d’alignement.

Ce concept multi-pièces, lui donne également 2 vrais opportunités. La première étant de pouvoir faire évoluer le concept au fil du temps en ne produisant que les pièces nécessaires à l’évolution. La deuxième opportunité est de pouvoir créer et décliner un vrai putter sur mesure, avec la possibilité de changer le matériau de la face, la forme arrière du putter, ou encore l’emplacement du hosel.

En discutant avec plusieurs amis golfeurs, beaucoup de questions ont vite tourné autour de l’équilibrage de ce putter. Il s’est mis à faire des recherches autour des différents équilibrages possibles sur un putter. Les notions de “Face balanced” et de “Toe hang” sont vite apparues dans les recherches.

Ses logiciels informatiques ne donnant qu’un centre de gravité approximatif, il a l’idée de se donner la possibilité de régler le centre de gravité de la tête du putter, et donc son centre d’inertie lors du mouvement. Aujourd’hui beaucoup de solutions de ce type existent, elles sont souvent basées sur des poids interchangeables vissés sous le putter.

Son idée, afin d’être encore plus précis et personnalisé, est de décliner l’idée de poids coulissants comme sur certains drivers. Il souhaite que ce principe soit complètement invisible à l’adresse afin de ne pas déranger la mise en place et la visée, une contrainte qui va grandement influencer le design de la tête. “Form follows function” (Louis H. Sullivan).

L’ensemble de ce cahier des charges vient fortement contraindre l’architecture possible du putter. L’idée était de travailler des formes simples mais valorisantes et différenciantes pour faire de ce concept un produit agréable à l'œil et dont la qualité perçue serait évidente.

“J’ai donc travaillé à dessiner puis à modéliser en 3D des surfaces courbes, des arêtes saillantes, où la lumière pouvait circuler librement jusqu'aux lignes stylistiques principales, le tout dans le respect des proportions et du poids de mon Scotty Cameron et en respectant les différentes réglementations. L’idée était vraiment que l’aspect formel, notamment à l’adresse, me paraisse limpide et évident, une autre manière d’être à l’aise et en confiance avec mon nouveau putter.”

La mise en production:

Une fois l’aspect formel et stylistique figé, il était temps de retourner sur les sites internets précédemment cités afin de deviser sa création finale. La variété de choix des matériaux est assez infinie: cuivre, aluminium, inox, titane… mais cela joue énormément sur le poids de la tête et la répartition des masses de part la densité.

Pour arriver aux 350g de son Scotty Cameron, la face du putter ainsi que la pièce arrière seront en acier inoxydable, la pièce centrale, la mire et les masses seront quant à elles en aluminium. Cela permettra par la suite de les colorer par un procédé d’anodisation.

 

 

Parmi tous les différents alliages disponibles, il n'a pas voulu prendre de risque, et il est parti sur des matériaux déjà utilisés par les fabricants, à savoir l’Inox 303 utilisé par Scotty Cameron, et l'aluminium 7175 utilisé par Argolf. 

Prix du kit total de la tête pour 1 exemplaire : 379 €.

Prix du shaft 21€

Prix du grip 33€

--------------------------------------------------------------------

Total: 433€

Les commandes sont parties, l’impatience est déjà là, il lui tarde de recevoir les différentes pièces, de monter, et d’essayer ce nouveau putter.

Les essais et les comparaisons avec son putter actuel lui permettront de répondre aux questions qu’il se pose encore aujourd’hui :

Le système de poids coulissant aura-t-il un réel impact sur le chemin du club ? sur son inertie ? sur le touché ? ou encore la sensation ?

La fixation des pièces par vissage sera t-elle propice à un touché de qualité ?

Sinon, l’installation de joints en caoutchouc entre les pièces permettra-t-il de l’améliorer?

Réponses dans quelques semaines...

Nous vous donnerons l’occasion de suivre cette aventure sur JeudeGolf ayant invité Simon Linot à venir au studio pour tester son putter avec les outils de précisions qui sont à notre disposition. Machine à swing weight, balance de précision, Sam PuttLab, nous testerons ce putter avec notre exigence habituelle. Un putter “maison” peut-il être aussi performant que celui d’une grande marque?

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 8 votes)

Commentaires   

ybaduel@gmail.com
+1 #3 Commercialisationybaduel@gmail.com 15-03-2021 10:57
Citation en provenance du commentaire précédent de :
Bonjour
Je le trouve vraiment beau et intéressant
A t il prévu une commercialisation ?
Cordialement


Bonjour Monsieur,
Merci pour votre message.
Une commercialisation est envisagée par Simon Linot si les résultats des tests à venir sont bons.
Bonne journée
Yannick pour JeudeGolf
mhezkia@gmail.com
+2 #2 Putter superbemhezkia@gmail.com 12-03-2021 11:33
Super idée, putter magnifique. J'espère qu'il a déposé un brevet pour les poids coulissants, car les marques risquent de lui piquer l'idée. Je tenais à préciser une chose, vous parliez de putters qui permettaient de ramasser la balle quand elle est sur le green, mais pas dans trou. J'ai acquis, il y a deux ans, un putter Ping avec manche réglable en hauteur. La particularité, c'est que c'est le seul putter, à ma connaissance, à pouvoir récupérer une balle dans le trou sans abimer les bords de celui-ci. Il s'agit du Ping Sigma Fetch. C'est tellement pratique, que j'ai trois amis qui, en le voyant, l'ont acheté. En dehors de cette caractéristique, il me convient parfaitement, mais c'est une autre histoire. Le super plus pour moi, c'est que mes lombaires lui disent vraiment merci !
bruno.barsotti@orange.fr
+2 #1 Achat putter the runnerbruno.barsotti@orange.fr 12-03-2021 09:50
Bonjour
Je le trouve vraiment beau et intéressant
A t il prévu une commercialisation ?
Cordialement

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.