Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Comment gérer son stress sur un parcours de golf ?

Comment gérer son stress sur un parcours de golf ?

Cela peut paraître paradoxal. La plupart du temps, nous jouons au golf pour nous relaxer, et pourtant nous sommes nombreux à faire face à des épisodes de stress sur un parcours de golf. Vais-je bien jouer ? Que vont penser mes partenaires ? Vais-je passer cet obstacle d’eau ? Que ce soit en partie amicale ou en compétition, le stress fait partie du jeu de golf, et il peut faire la différence entre une bonne ou une mauvaise partie.

Découvrez nos formules d'abonnements

Que l’on soit un golfeur à un chiffre ou un golfeur débutant, le stress peut affecter tout le monde.

Sous stress, nous pouvons avoir le sentiment que nos ressources techniques, mentales, ou physiques s’amenuisent.

En somme, nous sommes rapidement amenés à penser que nous n’allons pas pouvoir atteindre notre objectif et faire ce qu’il est nécessaire : sortir d’un bunker, passer un obstacle, driver à une distance ou faire un chip en bord de green.

En d’autres termes, la situation nous semble dépasser nos compétences.

D’où le développement d’un sentiment négatif comme si quelque chose de mal allait se produire, ou s’était déjà produit engendrant un grand nombre de réactions négatives.

Une des choses que je pratique quand je travaille avec des golfeurs professionnels ou amateurs consiste à leur faire prendre conscience de l’existence du stress, de l’état dans lequel ils sont, de ce qu’ils ressentent, et de revenir avec eux sur des moments où ils l’ont ressenti et quel impact cela a eu sur eux.

Ce sont-ils concentrés sur ce qui n’allait pas ? La plupart du temps, quand nous sommes stressés, effectivement, nous nous concentrons sur la menace, nous ne sommes plus clairvoyants.

Au contraire, je les encourage à se concentrer un autre aspect du stress, un aspect que je qualifierais de positif : le challenge !

Qu’est-ce que je peux gagner dans cette position ou dans cette situation ?

Une des choses que j’enseigne à mes élèves consiste à commencer leurs phrases par « Ceci est une opportunité pour moi… »

Par exemple, « C’est une opportunité pour moi de mettre en pratique ce que j’ai appris à l’entraînement ! » ou « C’est une opportunité d’améliorer mon jeu et mon handicap. »

Le mot stress est compris négativement par la société, c’est un mot qui rétrécie, qui tend musculairement. Il est difficile de faire voir le coté positif du stress a un individu.

Alors que le mot adrénaline, ou enthousiasme libèrent les tensions.

C’est notre point de vue qui colore les événements qui nous arrivent.

Et c’est de notre point de vue que nous décidons d’agir et de gérer ce stress.

La première clé pour mieux gérer son stress sur le parcours consiste à avoir conscience du stress !

La première clé pour mieux gérer son stress sur le parcours consiste à avoir conscience du stress !

Le manque de connaissance de soi, de ses réactions sous stress, et de sa réponse habituelle est la première faille d’un golfeur qui contre-performe sur le parcours alors qu’il a tout le potentiel technique, et physique pour bien jouer.

Pour mieux se gérer sur le parcours, il faut donc emmagasiner de l’expérience sur son propre comportement.

Ne pas détecter le stress ou ne pas être « branché » sur ses émotions est le premier obstacle à dépasser. Il faut accepter le stress pour pouvoir prétendre le gérer.

Dans un autre exemple beaucoup plus extrême, c’est le stress qui nous fait éviter en urgence un obstacle sur la route quand on conduit à vive allure. Dans ce cas, le stress sert d’alerte positive.

Une réaction de stress est en fait une réaction positive.

La deuxième clé de succès pour gérer son stress sur le parcours consiste à adopter une posture et une réaction positive au stress.

Il faut véritablement bloquer toutes pensées négatives.

Si au moment d’effectuer un swing de golf, une petite voix dans votre tête vous dit « Tu vas manquer ton coup pour X ou Y raisons. » Arrêtez-vous immédiatement, il ne sert à rien de poursuivre votre routine.

Au contraire, faites un break de quelques secondes, positivez et puis recommencez votre procédure.

Sans quoi, vous avez 100% de chances de rater votre coup, alors que si vous bloquez l’émotion négative produite par le stress, et que vous la combattez en positivant la situation, vous augmentez de manière spectaculaire vos chances de faire appel correctement à vos ressources internes pour dépasser l’obstacle, et ainsi, produire un résultat positif.

En adoptant un discours interne positif, un golfeur a plus de chances de s’éloigner d’un mauvais score à la fin de sa partie de golf.

En adoptant un discours interne positif, un golfeur a plus de chances de s’éloigner d’un mauvais score à la fin de sa partie de golf.

D’autre part, il existe encore une autre solution. Celle qui consiste à relativiser !

En relativisant l’importance d’un coup, et surtout son éventuel échec, vous faites descendre le niveau de pression que vous impose votre propre stress, et de fait, vous libérez vos ressources au lieu de les bloquer.

Des formules telles que « Je ne voyais pas mon coup comme cela, mais je sais que mon jeu s’améliore »

Ou « j’aurais aimé faire autrement et je sais que mes progrès arrivent ».

Le cerveau n’enregistrant pas les injonctions négatives, mieux vaut tourner vos phrases à l’impératif et au présent.

Prenons un autre exemple. Si dans votre discours interne, vous vous répétez « Je ne veux pas aller à gauche. » Votre cerveau ne peut pas traité correctement cette information.

Il est plus habitué et efficace quand il comprend « Je veux aller à droite. »

L’idéal serait de relativiser et de positiver pour diminuer les risques de réactions négatives au stress.

Sans entrer dans les exercices de respirations qui aident à faire baisser les syndromes de stress, une autre bonne solution consiste à parler !

Pourquoi croyez-vous que les professionnels ont recours à des caddies qu’ils paient jusqu’à 10% de leurs gains ?

Pour seulement porter le sac ? Non, ils ont besoin d’un caddie pour parler, partager des émotions, et surtout avoir un feedback positif et encourageant.

Quand un golfeur peut avoir un échange verbal que cela soit avec un caddie ou avec un autre golfeur, qu’il parle de golf ou surtout d’un autre sujet, il créé les conditions pour réduire le stress entre les coups.

Contrairement à l’idée reçue qui voudrait que l’on joue mieux quand on joue seul, c’est justement quand on joue une partie à plusieurs que l’on n’est pas tenté de rester dans une bulle de déconcentration.

Bien entendu, les meilleurs golfeurs vous parlent de bulle de concentration au moment de taper le coup.

Pour entrer dans cette bulle, il faut aussi savoir en sortir, et justement gérer les phases d’entrées et de sorties pour être efficace.

Personne n’arrive à être dans une bulle isolée pendant un très long laps de temps sans que cela finisse par être contre-productif.

Ce que j’appelle la bulle de déconcentration consiste à passer un long moment seul, et ne plus se rendre compte des moments de stress…c’est toute la partie qui est alors sous stress.

Si vous le pouvez, ne jouez pas seul. Et si vous jouez seul, apprenez à « sortir » de votre partie, en regardant des paysages ou des animaux, bref, sortez du jeu un temps pour ensuite être bien conscient de tout ce qui se passe en vous, et en-dehors.

« Le stress est le stress », et il faut l’accepter car on ne guérit que ce que l’on accepte !

Dans tous les sports où j’ai eu à collaborer, j’ai pu constater que tous les sportifs expérimentent le stress, et qu’ils ont tous les mêmes symptômes, et les mêmes pensées négatives.

La clé et ce qui fait la différence, c’est comment ils accueillent ce stress, et comment ils le gèrent.

Rappelez-vous, le stress vous fait d’abord sentir que la situation dépasse vos compétences alors qu’à l’inverse vous devez arriver sur la situation avec un dialogue interne qui vous rassure sur le fait que vos compétences dépassent la situation.

Si je force le trait…je dirais que l’entraînement ne sert qu’à fabriquer ce sentiment de réassurance.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.