Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

WMPO 2014: Stadler fils s’impose d’un putt contre Bubba Watson

kev-stadler.jpg

Depuis sa victoire au Masters en 2012, le célèbre gaucher américain n’avait plus remporté de tournoi sur le PGA Tour. Difficile digestion d’une grande victoire en majeur ou beau coup de bluff réussi par Kevin Stadler, le fils de Craig Stadler ?

Sur le tour, Bubba Watson est sans doute l’un des golfeurs, qui se prend le moins au sérieux, et qui prône une certaine philosophie de vie basée sur le plaisir, plus que sur les contraintes du professionnalisme.

Joueur atypique, il amène sa fraîcheur sur les parcours, et régale les fans de golf pour son jeu créatif et non-stéréotypé !

Un pur talent qui revendique sa différence, et n’hésite pas à se mettre en scène de manière loufoque aux antipodes des golfeurs très propres sur eux, comme en atteste sa participation à des projets comme le Golf Boys Band avec ses copains Ben Crane, Rickie Fowler et Hunter Mahan ou encore son idée d’hovercraft pour glisser sur les parcours, soit sur les obstacles d’eaux ou même sur le fairway.

Toutefois, pour cet homme pressé, le temps est long depuis sa victoire au Masters, et il n’aurait rien eu contre un succès à Phoenix.

Dominateur depuis le premier tour de ce tournoi, Bubba a finalement craqué sur le dernier putt du dix-huitième, et dernier trou des quatre jours de compétition!

En manquant un putt de moins d’un mètre cinquante, le gaucher a finalement donné la victoire à son rival et partenaire du jour, Kevin Stadler, tout étonné de remporter son premier tournoi de cette façon.

Et quoi de plus grisant pour un golfeur que de remporter un tournoi à la maison ! Stadler est en effet un enfant du Colorado, et joueur régulier du parcours de Scottsdale, théâtre du Waste Management Open.

Un final à suspense !

Le scénario de ce tournoi s’est donc écrit entre les deux hommes qui se sont collés aux basques pendant la plupart des neuf trous du retour.

Avant de s’imposer en -16, Stadler avait déjà réussi à prendre la tête du tournoi dès le début des trous du retour, avant de lâcher un double au onze, laissant repasser Watson devant, puis finalement, il est revenu sur Bubba au départ du trou numéro 16, après que les deux hommes aient tous deux réussi à sauver le par au 15, après avoir mis chacun une balle dans l’eau sur ce par5.

Sur les trois derniers trous, sans que Stadler mette une très forte pression sur les épaules de son adversaire, ce dernier s’est mis à déjouer, alors qu’il avait été impérial jusqu’alors, et même depuis le premier jour où il avait déjà pris les commandes du tournoi avec une carte de 64.

Duel entre Bubba Watson et Kevin Stadler

Au sommet du leaderboard d’un tournoi du PGA Tour, les coups manqués se font rares. Pourtant, au 17 comme au 18, Bubba Watson va faire preuve d’imprécision sur ses coups de fers, et se mettre tout seul en difficulté.

En quatre jours, les performances de Bubba Watson n’ont en fait cessé de s’éroder.

Parti très fort le premier jour avec un score de 64, il a ensuite enchaîné par un 66, un 68 puis finalement un 71 final, et fatal.

Stadler ne s’est pas imposé en enquillant des birdies, mais bien parce que Watson a fait preuve d’une certaine nervosité, probablement lié au fait qu’il a eu peur de perdre un tournoi qu’il avait en main depuis jeudi.

Le mental a fait défaut sur deux coups ! C’est souvent à cela que tient une victoire sur le tour.

A l’inverse, Stadler a été légèrement plus régulier avec des scores de 65, 68, 67, et 68, reprenant deux coups de retards sur le dernier tour.

 

Watson : mauvais coucheur ?

Connu pour son talent, mais aussi pour son mauvais caractère, Bubba Watson est aussi un peu le « calimero » du golf professionnel.

En zone d’interview, Watson a confié son mécontentement contre le temps de jeu pour justifier sa nervosité des derniers trous, lui qui était pressé de rentrer pour regarder la finale du Superbowl entre les Broncos et Seattle !

« Cela a été une journée sous pression. Encore une fois, c’est toujours la même chose, vous attendez sur tous les tees de départs, et vous attendez encore sur tous les coups à jouer ! » ne faignant pas son agacement.

Rageur contre le jeu lent, et d’ailleurs très engagé contre ce problème, Watson n’est pas toujours très fair-play, et en particulier pour son rival du jour, alors qu’il aurait pu le féliciter pour sa première victoire.

Déjà quand il était venu disputer en France, l’Alstom Open à Saint-Quentin-En-Yvelines, il avait cru bon de critiquer le « bruyant » public français après avoir piteusement manqué le cut !

Un comble quand on connait la différence d’ambiance entre un tournoi du PGA Tour, et une épreuve française du circuit européen !

Plus récemment, lors du Richard Mille Invitational, tournoi sur Invitation organisé Terre Blanche en Provence pour le compte de l’horloger, dont il est la principale tête d’affiche, Watson s’était fait remarquer pour ne pas avoir serré la main de son jeune adversaire français au départ de son match.

Bubba Watson au Richard Mille Invitational

Bubba a beaucoup de qualité, mais visiblement quelques défauts.

En dehors de la dernière partie composée de Stadler et Watson, Hunter Mahan et le japonais Matsuyama ont fini à la quatrième place en -14, alors que Mickelson qui disputait son 25ème Open de Phoenix pour trois victoires en 96, 2005 et 2013, a terminé à une modeste 42ème place, qui selon lui ne reflète pas réellement l’état de son jeu.

Incertain en début de semaine en raison de douleurs au dos, il n’a pas montré la moindre gêne pendant la semaine, et devrait être présent la semaine prochaine Pebble Beach.

Les semaines passent, et après l’inquiétude concernant le jeu de Mickelson, les médias s’inquiètent désormais du mauvais début de saison de Tiger Woods...

Crédit photos : Srixon et Richard Mille

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2180
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.