Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

WGC-HSBC Champions: Bubba Watson s’impose en patron

WGC-HSBC Champions: Bubba Watson s’impose en patron

Le tournoi disputé en Asie a beau faire partie des séries finales de l’European Tour, cette épreuve des championnats du monde compte aussi pour le PGA Tour, et lance le début de la campagne 2015 pour bon nombre de stars du grand tour, dont Bubba Watson qui n’a pas manqué cette occasion de s’affirmer comme le boss. 

Découvrez nos formules d'abonnements

Les deux dernières décennies ont été marquées par la rivalité entre Tiger Woods et Phil Mickelson, tant et si bien qu’aux Etats-Unis, il n’y avait pas beaucoup de place pour d’autres héros ou alors par intermittence à l’image de David Toms, Jim Furyk, Zach Johnson, ou encore Steve Stricker. 

En 2014, un homme a décidé de prendre son destin en main, et faire de la période à venir, la sienne : Bubba Watson. 

Génial vainqueur du Masters en Avril, Bubba n’a certes pas remporté la Ryder Cup en Septembre, mais il a profité de l’absence de Woods et la relative transparence de « Lefty » pour se glisser dans le costume du leader de l’équipe américaine. 

Un rôle qui devrait lui appartenir pour les années à venir, même s’il devrait être challengé par les jeunes Rickie Fowler et Jordan Spieth. 

Et quoi de mieux de s’affirmer comme une « big star » du golf mondial que de gagner un championnat du monde, qui plus est en-dehors des frontières américaines. 

Ce week-end, le WGC-HSBC Champions réunissait les meilleurs golfeurs du monde, d’une part, les européens engagés dans la dernière ligne droite vers la Race To Dubai, et d’autre part, les joueurs du PGA Tour en quête de points en prévision de la saison 2015 qui démarrera réellement fin décembre. 

Dans ce contexte, Bubba Watson, le plus long frappeur de drive sur le tour depuis plusieurs saisons, est à la recherche de progression, et même de passer un palier. 

wgc1.jpg

Double vainqueur du Masters, chouchou des fans, trublion du tour avec des facéties dont lui seul a le secret, mais pas forcément quelqu’un d’aussi sympathique qu’il y parait quand on l’approche vraiment de près, Bubba sait que sa saison 2014 n’est pas une fin en soi, surtout après l’avènement d’un Rory McIlroy irrésistible en majeur. 

Cette semaine a donc été l’occasion pour Watson de se montrer à son meilleur niveau sur le parcours, mais aussi en-dehors. 

« Quand vous faites des erreurs et que vos amis vous les font remarquer, tout comme les médias, votre femme ou votre mère, ce n’est pas pour vous punir, mais bien pour vous aider à vous améliorer en tant qu’homme et en tant que golfeur. » 

Facétieux devant les caméras, Bubba est en fait facilement irritable, et pas forcément accessible.

Le public du Richard Mille Invitational avait pu constater l’an passé lors de sa venue qu’il n’avait pas daigné serrer la main de ses adversaires français, certes bien moins connu que lui, mais finalement meilleur que lui sur le terrain de Terre-Blanche puisqu’il s’était incliné en demi-finale. 

Quand il fait référence à son attitude, Watson fait sans doute référence à cette tendance pile ou face qui déroute…mais quand il s’agit du jeu sur le parcours, Watson a délivré ce week-end une nouvelle démonstration de l’étendue de son talent. 

Mondialement connu pour donner des courbures incroyables à ses balles, pour flirter à la limite entre coup génial ou gros loupé burlesque, Watson a montré ce dimanche un visage différent, et prometteur pour la suite. 

Parti ce matin avec deux coups de retard sur Graeme McDowell, Watson a fait ce qu’il sait faire de mieux sur le Sheshan International Course. 

Très tôt dans sa partie, il a enchaîné trois birdies pour se mettre en position de contrôler les opérations à partir du trou numéro 6. 

wgc2-watson.jpg

Sa fin de parcours ne sera pourtant pas de tout repos, puisqu’il va commettre un bogey au 16, et un double au 17 pour remettre en jeu son rival du jour, le sud-africain Tim Clark. 

Sur le 18, un par-5, il atteint un bunker de green en seulement deux coups, ayant besoin d’un eagle pour aller chercher un improbable play-off d’une victoire qui lui échappait. 

Finalement, Watson va réaliser une merveille de sortie de bunker, et enchaîner par un birdie sur le premier trou de play-off en mort subite pour remporter une première victoire en championnat du monde plein d’autorité. 

Ce qui aura donc marqué de ce week-end chinois, c’est la capacité de l’américain à renverser les éléments, surtout quand ils sont contraires. 

Par le passé, l’ancien Watson aurait sans doute lâché mentalement, et laissé filer la victoire.  Désormais, le nouveau Watson est capable de se surpasser, et signer une victoire de prestige. 

Cette attitude pourrait en faire un sérieux rival au grand McIlroy qui a survolé la fin de saison 2014, et dominé sans partage les deux derniers majeurs (British et PGA).

D’autant que Watson devra aussi surveiller Rickie Fowler (troisième ce dimanche) qui a démontré tout au long de la saison, une belle régularité dans les grands tournois, mais aussi les européens Graeme McDowell (3ème), Martin Kaymer (6ème) et Ian Poulter (6ème). Sans oublier, l’australien Adam Scott, numéro un mondial en début de saison, qui aura sans doute pour ambition de revenir au sommet le plus vite possible, même sans son caddy, Steve Williams, désormais à la retraite.

Bref, l’année 2015 promet encore de très beaux duels, si en plus, on ajoute le retour de Woods, et peut-être quelques coups d’éclats de la part du génial Mickelson ou des français Victor Dubuisson (abandon ce week-end en raison d’un dos douloureux), et Alexander Levy, épouvantail de cette fin de saison sur le tour européen, et promis à un bel avenir.

Pour faire encore plus fort l’an prochain, il faudra donc un Bubba pas seulement talentueux, mais aussi intraitable.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1823
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.