Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

WGC-Dell Match-Play 2017: Noren et Kjeldsen, les premiers qualifiés

WGC-Dell Match-Play 2017: Soren et Kjeldsen, les premiers qualifiés

Après deux matchs déjà disputés à Austin (Texas) dans le cadre des championnats du monde de match-play 2017, nous commençons à distinguer les premiers scénarios possibles pour la suite de la compétition, et notamment les matchs à élimination directe. Le début du tournoi restera néanmoins marqué par une vague d’abandons de joueurs majeurs tel que Jason Day ou Francesco Molinari, ce qui n’a pas été sans conséquences. Dans le groupe de Rory McIlroy, battu d’entrée le surprenant danois Soren Kjeldsen, la messe est déjà dite…

Découvrez nos formules d'abonnements

L’image du tournoi restera certainement et malheureusement les larmes de Jason Day, l’ex-numéro un mondial de golf australien expliquant en conférence de presse, après avoir disputé seulement 6 trous de son premier match contre Pat Perez, mené 3 up qu’il ne pouvait pas continuer, n’étant pas émotionnellement en état de jouer.

A cette occasion, il a révélé la bataille de sa mère contre un cancer de longue durée, et le fait qu’elle allait être opérée ce vendredi.

Ayant déjà perdu son père à l’âge de 12 ans, il connait la douleur de perdre un parent. Le cancer de sa maman étant en phase terminale, il a exprimé le besoin légitime de passer du temps avec elle.

Dans son groupe, c’est son compatriote Marc Leishman qui sortira finalement premier.

Concernant Francesco Molinari, la raison de son abandon est un poignet endolori qui a eu un effet direct sur le déroulement final du groupe 8.

Le suédois Alex Noren ayant déjà battu 3&2 le thailandais Jaidee et l’autrichien Wieisberger, il obtient ainsi automatiquement les 3 points nécessaires pour terminer premier et seul qualifié !

C’est le résultat logique de cette formule de round robin qui ne laisse pas la place à un deuxième qualifié par groupe.

Wieisberger et Jaidee joueront pour du beurre !

Autre qualifié européen après seulement deux matchs, le danois Kjeldsen qui a créé la sensation du tournoi en battant McIlroy dès le premier match sur le score de 2&1.

Pour les parieurs, difficile de trouver une plus grosse cote entre le numéro 2 du classement contre le numéro 63 !

Le danois a réussi quatre birdies pour finalement remporter un match à rebondissement car le leader a changé à cinq reprises. Certainement le meilleur match du premier tour pour tous les observateurs

Si McIlroy pouvait espérer se refaire. Le retrait de Gary Woodland a encore une fois jouée un rôle dans ce groupe 2. Kjeldsen ayant remporté son deuxième match à la loyale contre Grillo et de manière sans appel 4&3.

McIlroy n’a plus la possibilité de rattraper et dépasser Kjeldsen. Les jeux sont faits.

« Je me sentais bien. La veille, j’avais parlé avec mon cadet, Alistair, et il m’avait dit – Vas-y, joue moins 5 et tu verras bien. Ne t’occupe pas de lui. A l’évidence, c’est un joueur spectaculaire à voir jouer, donc ne le regarde pas trop. Je savais que je devrais bien jouer pour espérer avoir une petite chance. Finalement, je ne l’ai pas trop regardé. J’ai bien joué, et même très bien. En venant ici en position de dernier qualifié, je savais que je serai dans tous les matchs, l’outsider. Je n’ai pas fait un très bon début de saison, mais depuis quelques semaines, les choses vont mieux. En plus, en match-play, vous pouvez vraiment gagner en confiance. De toute façon, à la fin de la journée, vous avez besoin de bons scores, et c’est ce que j’ai pu faire. »

Le danois ajoutant « Je pense que j’ai fait du bon boulot. Quelque fois, McIlroy m’a mis près de 80 mètres au drive. J’ai essayé de ne pas y prêter attention. »

McIlroy n’a plus la possibilité de rattraper et dépasser Kjeldsen. Les jeux sont faits.

D’autres groupes sont plus ouverts comme notamment le groupe 10 qui qualifiera le prochain adversaire de Kjeldsen.

William McGirt compte déjà 2 victoires alors que Snedeker et Grace en comptent chacun une.

Dans ce cas, le troisième match peut encore s’avérer décisif. Si McGirt bat Andy Sullivan qui serait ainsi défait dans ses trois matchs, l’australien pourra passer au tour suivant quoi qu’il arrive. En revanche, en cas de défaite, il ouvre la porte à un possible retour du sud-africain Branden Grace.

Le match qui promet d’être le plus palpitant pour la qualification viendra sans doute du groupe 7 qui va opposer les deux espagnols de TaylorMade, Sergio Garcia et Jon Rahm. Il s’agira réellement d’une finale de groupe. Garcia a déjà marqué 1,5 points alors que Rahm compte deux victoires. Tout dépendra de l’issue de cette confrontation qui promet d’être « olé ».

Pour Sergio « La perspective de jouer John en dernier laisse penser qu’un seul espagnol continuera l’aventure. Si je joue bien et que je le bat, je ferai partie des 16 derniers joueurs, mais dans tous les cas, il y aura au moins un espagnol. »

De son côté, Rahm s’est aussi montré respectueux de son ainé « A l’évidence, Sergio et Moi aurions préféré que ce match ait lieu plus tard dans le tournoi. Mais étant tous les deux dans le même groupe, nous ne pouvions faire autrement. Au moins, ce sera une bonne chose pour le golf espagnol. »

Pour les favoris en bonne position, on notera les belles démonstrations de Phil Mickelson, déjà vainqueur de ses deux matchs sur des scores évocateurs : 5 à 4 contre Daniel Berger ou 5 à 3 contre Si Woo Kim.

Sauf accident, Mickelson devrait sortir du groupe 14.

Idem pour le numéro un mondial, Dustin Johnson, toujours très en forme, et très « cool » sur le parcours. Il compte deux victoires contre Webb Simpson (5&3°) et Martin Kaymer (3&2) dans le groupe des vainqueurs de majeur.

Groupe complété par Jimmy Walker qui sera justement le dernier adversaire de DJ mais en position défavorable avec une victoire et une défaite.

Dans le groupe 13, Bubba Watson semble aussi en bonne voie après deux victoires alors que Thomas Pieters, son futur adversaire compte déjà une défaite.

Tout avait pourtant bien commencé avec une victoire sur Scott Piercy (3&2) mais la machine s’est grippée contre Jhonatan Vegas (3&1).

Pourtant la veille, le belge déclarait « J’ai toujours aimé le match-play. J’étais bon notamment au collège. Je ne me souviens pas en avoir perdu beaucoup. Vous n’avez qu’à vous présenter sur le tee de départ, en vous concentrant seulement sur le fait de battre l’autre joueur. Même dans une mauvaise journée, si lui aussi est dans ce cas, vous pouvez le battre. Vous n’avez pas besoin de toujours jouer -7 ou -8 pour gagner. Vous n’avez besoin que d’un coup de mieux ! »

Dans le groupe 12, les choses vont être intéressantes avec une finale entre deux joueurs à deux victoires : L’anglais Paul Casey et le sud-africain Charl Schwartzel.

Enfin, Jordan Spieth est en ballotage dans son groupe 5 avec une victoire et une défaite. Cependant, il bénéficie du fait que ses rivaux Ryan Moore et le japonais Tanihara ont partagé des points.

Contre Moore, une victoire pourrait lui permettre de passer dans le cas ou Tanihara ne battrait pas son compatriote Ikeda. C’est le charme des matchs de poules de laisser des scénarios un peu complexes pour le dernier jour.

Pour d’autres golfeurs connus, le dernier match s’annonce incertain. Ce sera le cas de Matt Kuchar, pourtant un ancien champion du monde de match-play terriblement efficace dans cette formule, mais c’était peut-être lié au précédent parcours de Dove Mountain.

Enfin, un groupe se distingue ! Le groupe 11 est largement le plus indécis ! Si Willett, le vainqueur d’Augusta en 2016 a déjà deux défaites. Russel Knox compte une victoire et une défaite. Idem pour Bill Haas ! Le sud-coréen, KT Kim avec déjà deux victoires pourrait être la deuxième plus grosse surprise après Soren Kjeldsen, le tombeur de McIlroy.

Crédit photos : Getty Images

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 636
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.