Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

WGC-Dell Match Play 2016 : Un 1er tour déjà décisif

WGC-Dell Match Play 2016 : Un 1er tour déjà décisif

Le championnat du monde de match-play 2016 a débuté sur le parcours du Austin Country Club. 16 groupes de 4 golfeurs vont mettre en scène 96 match-plays pour finalement qualifier les 16 meilleurs joueurs pour le second tour. Ce tournoi est un cas assez rare sur le circuit professionnel, et ne consacre pas toujours les meilleurs golfeurs de l’ordre du mérite, mais plus souvent, ceux qui réussissent le mieux à combiner gestion de la pression, de l’adversaire et du parcours dans un délai de cinq jours ! Le vainqueur devant jouer jusqu’à sept matchs. L’endurance est aussi un élément clé…

ban-jeudegolf-2016.jpg 

Groupe 1/16 : Spieth (1), Thomas (31), Dubuisson (39), Donaldson (51) 

Dubuisson, finaliste en 2014 est le seul français en lisse. 

L’an passé, Victor Dubuisson n’avait pas su ou pu rééditer l’exploit de 2014, disparaissant de l’épreuve dès le premier tour, et sans le moindre coup d’éclat sur le parcours d’Harding Park.

Celui qui a été affublé du surnom de « Cactus kid » après son exploit de Dove Mountain, fait aujourd’hui de nouveau partie des outsiders, et plutôt imprévisibles.

Dans ce groupe, le français va retrouver le numéro un mondial pour une très belle confrontation qui devrait être révélatrice sur son réel potentiel au plus haut niveau.

A la différence de l’an passé, le parcours d’Austin n’est pas un terrain seulement favorable aux bombardiers, ce qui ouvre plus de possibilités.

Plus précisément, le parcours est taillé pour un golfeur avec une tendance droite gauche depuis le tee, et un jeu de wedges précis.

Dubuisson correspond assez bien au profil idéal.

Pour son premier match, le français a particulièrement bien réussi à prendre la mesure de Justin Thomas, le menant 3 up après 12 trous, confirmant en pratique, ce que nous pouvions imaginer en théorie. Au final, il a remporté son premier match sans trop trembler.

Dans le même temps, Jordan Spieth a dominé l’expérimenté Jamie Donaldson, 2 up après 13 trous. Il a lui aussi fini par s’imposer 3 up à deux trous de la fin.

De ce groupe, un duel Spieth-Dubuisson se dessine dès le deuxième jour pour déterminer qui sortira de cette phase de poules.

Si Dubuisson s’impose contre Spieth, il prendra une sérieuse option, et marquera les esprits de la même façon qu’il l’avait déjà fait à Dove Mountain, ajoutant le numéro un mondial à son tableau de chasse.

Sur un match, il en est capable.

Groupe 2/16 : Day (2), Casey (23), Jaidee (36), McDowell (62) 

En théorie, Jason Day devrait être considéré comme le favori de ce championnat du monde de match-play. Vainqueur en 2014, demi-finaliste en 2013, il pourrait être considéré comme l’un des spécialistes de l’exercice.

Pourtant en 2015, il s’est fait sortir dès le premier trou après trois défaites en trois matchs. Lors de la dernière Presidents Cup, l’australien a été particulièrement décevant.

Ceci étant, Day vient de démontrer son haut niveau de forme en remportant le Arnold Palmer Invitational.

Dans ce groupe, il aura fort à faire avec de très bons joueurs de match-play, et en particulier, McDowell qui tout comme Dubuisson est taillé pour ce parcours.

Sur le premier match, Jason Day a néanmoins battu G-Mac 3 à 2 tandis que Casey est parvenu à se défaire de Jaidee 2 à 1.

Dans ce groupe, il y a des chances que tout se joue entre McDowell et Casey. En cas de nouvelle défaite de G-Mac, ce dernier n’aurait plus aucune chance de passer au second tour. Casey serait alors virtuellement le dernier obstacle sur la route de Jason Day, qui peut en cas de succès final, reprendre la place de numéro un mondial à Spieth, surtout si ce dernier se faisait sortir par Dubuisson…

Groupe 3/16 :  McIlroy (3), Na (26), Kaufman (46), Olesen (64) 

Le numéro 3 mondial n’est pas en grande forme depuis le début de la saison. Il est néanmoins le champion en titre. En 2015, McIlroy avait fait preuve d’une confiance extraordinaire pour renverser les pires situations.

Après sept trous contre Olesen, McIlroy n’avait pas encore réussi à faire la différence. Pourtant, il serait difficile de ne pas l’imaginer sortir de ce groupe plus qu’abordable en théorie.

Au final, il s’est imposé 1 up au 18, et conserve toutes ses chances pour la suite dans un groupe plus qu’abordable pour lui.

Na pourrait être le plus gros obstacle, étant lui-aussi assez adapté pour ce terrain, mais ce n’est pas non plus une terreur du match-play. A moins que sa tendance au jeu lent ne finisse par agacer ses adversaires.

Première victime de l’américain d’origine asiatique, son compatriote Kaufman battu 2 à 1.

La deuxième journée devrait permettre à McIlroy de prendre une avance confortable avec une éventuelle deuxième victoire contre Kaufman, tandis qu’Olesen pourrait redistribuer les cartes en accrochant Kevin Na…

Groupe 4/16 : Watson (4), Holmes (21), Grillo (33), Kizzire (63) 

Le parcours étant assez étroit, les longs frappeurs comme Bubba Watson ou JB Holmes ne tireront pas forcément avantage de leurs longueurs au drive.

Difficile pour autant d’imaginer Kizzire et Grillo créer la surprise.

Dès le premier match, Holmes n’a pas vraiment tremblé contre l’argentin.

En revanche, Watson n’a pas pu faire mieux qu’un partage des points contre Kizzire.

Dans ce groupe, tout est très ouvert. Gare à l’élimination précoce pour Bubba qui retrouve dès le deuxième jour, l’argentin qui ne doit plus perdre pour espérer encore.

De son côté, Holmes pourrait se porter en pole position dans le cas d’une deuxième victoire contre Kizzire, et attendre Bubba Watson avec un certain avantage sur le dernier match.

N’oublions pas qu’il s’agit de match-play, et de stratégie. Tandis que Watson pourrait avoir impérativement besoin d’une victoire, Holmes pourrait se contenter d’un nul…

En matière de gestion des 18 trous, cela n’a rien à voir…

Groupe 5/16 : Fowler (5), An (27), Piercy (47), Dufner (58) 

Fowler adore ce format de compétition ! Demi-finaliste en 2014, il devrait sortir assez facilement de ce groupe, surtout après avoir mené son premier match contre Jason Dufner, 2 à 1.

Dufner étant de retour à son meilleur jeu, et connaissant le parcours, il ne fallait pas le sous-estimer.

Au final, c’est le premier coup de théâtre du tournoi. Dufner a finalement pris le meilleur sur Fowler pour la battre 2 up au 17 !

Du coup, c’est lui qui prend une sérieuse option sur ce groupe, surtout après avoir battu le favori, et le meilleur joueur de match-play.

Fowler est d’ores et déjà sous pression. Pour sortir de ce groupe, il va lui falloir faire un sans-faute sur les deux derniers matchs, et espérer l’inverse pour Dufner.

Dans la seconde confrontation, Piercy et An ont partagé les points. Finalement, un bon scénario pour que le « Duf » sorte de ce groupe.

Piercy et le sud-coréen ne représentent pas de grosses menaces.

Une élimination précoce de Fowler porterait un coup certain à ses ambitions de veste verte…

Groupe 6/16 : Scott (6), Haas (30), Wood (41), Pieters (55) 

Le belge Thomas Pieters a forcément relativisé l’importance de ce tournoi, et sa première participation à ce championnat du monde après les attentats de Bruxelles en début de semaine.

Bill Haas est quant à lui un très bon joueur de match-play comme il l’a démontré lors de la dernière President’s Cup.

L’américain et Adam Scott font offices de favoris dans ce groupe.

Après avoir eu sa chance contre le belge, Adam Scott a fini par partager les points avec Pieters, un retour qui force l’admiration dans un contexte douloureux pour le néophyte à ce niveau.

De son côté, Bill Haas en battant Chris Wood sur le score de 2 à 1 a déjà pris une petite option. Ceci dit, le groupe reste assez ouvert.

Scott devra impérativement battre l’anglais Chris Wood pour rattraper Haas, surtout si ce dernier venait à partager les points avec Pieters. Une finale Haas-Scott se dessine. L’australien n’a jamais été une bête de match-play. Toutefois, son élimination dès le premier tour ne serait pas un bon signe en prévision du Masters.

Groupe 7/16 : Rose (7), Kuchar (28), Lahiri (48), Gomez (57) 

Kuchar est un ancien champion du monde de match-play et l’un des meilleurs dans cet exercice. Logiquement, il devrait faire partie des grands favoris du tournoi.

Cependant, il ne se présente pas à son meilleur niveau de forme. En fait, il est assez énigmatique.

Lors de son premier match, « Kooch » a donné un premier relevé de son état de forme en infligeant la plus sévère défaite du jour à l’Indien Lahiri sur le score de 6 à 5. Et si Kuchar profitait de ce tournoi pour rappeler qu’il est un des meilleurs dans cet exercice, surtout en l’absence d’Hunter Mahan son plus grand rival à ce niveau ?

Il aura toutefois un bel obstacle à passer : l’anglais Justin Rose a lui aussi remporté son premier match contre Fabian Gomez, le deuxième argentin du tournoi.

Le deuxième jour devrait confirmer une finale de groupe entre Rose et Kuchar.

Groupe 8/16 : D. Johnson (8), Walker (22), Aphibarnrat (37), Streb (49) 

Dustin Johnson et Jimmy Walker ont tous deux remporté leurs premiers matchs contre Aphibarnrat et Streb. Logiquement, ils sont en bonne posture pour se disputer la victoire de ce groupe.

Leur affrontement au cours du troisième match devrait décider de la première place.

Groupe 9/16 : Reed : (9), Mickelson (17), Fitzpatrick (42), Berger (53) 

Phil Mickelson n’a pas joué sur ce tournoi depuis 2011, et une très sévère défaite contre Rickie Fowler 6 à 5 au second tour.

Lefty s’est bien rattrapé en dominant nettement l’anglais Mattew Fitzpatrick sur le score de 5 à 4 dès son premier match.

Une préparation parfaite pour son objectif prioritaire : le Masters !

Avec Patrick Reed comme principal adversaire, vainqueur de Berger sur son premier match, Mickelson devrait avoir une bonne chance de passer le tour suivant, et ce même si Patrick Reed peut se montrer particulièrement pugnace.

Groupe 10/16 : Willett (10), Koepka (18), Horschel (40), Van Zyl (50) 

Un groupe très serré où néanmoins l’anglais Willett devrait s’en sortir, sachant qu’il a terminé troisième l’an passé à Harding Park.

Horschel, ancien vainqueur de la Fedex Cup pourrait aussi se rappeler à notre bon souvenir.

Sauf que les premiers matchs n’ont pas confirmé cette possibilité.

Non seulement, Willett a concédé le nul contre le sud-africain Van Zyl, très en vue lors du dernier Open de France, mais Horschel a nettement perdu contre Koepka sur le score de 3 à 2.

Les deux prétendus favoris de ce groupe sont déjà sous pression, et ils vont se retrouver pour un match déjà décisif sur la deuxième journée. Gare au vaincu !

Koepka qui s’est donné un premier joker pourrait voir venir Willett sur le dernier match.

Groupe 11/16 : Grace (11), Knox (32), Lingmerth (38), Kirk (54) 

A l’inverse du groupe précédent qui pourrait s’apparenter au groupe de la mort, dans ce groupe, difficile de distinguer un favori ou même le futur vainqueur du tournoi.

Certes, Chris Kirk, considéré comme un excellent putter sous pression a déjà fait la différence d’entrée contre le meilleur joué supposé du groupe, Branden Grace. Cependant, aucun joueur ne semble se détacher de ce groupe, ou faire office de monstre en match-play.

Knox et Lingmerth ont partagé les points. Ce groupe pourrait bien réserver une surprise. La tête de série n°11 n’est pas certaine de sortir de la poule….

Groupe 12/16 : Matsuyama (12), Kisner (20), Kjeldsen (43), Cabrera Bello (52) 

Encore un groupe où il est difficile de distinguer de véritables spécialistes de la formule.

A première vue, Matsuyama et Kisner devraient faire office de meilleures chances. Pourtant, le japonais a perdu son premier match contre l’espagnol Cabrera-Bello mettant à mal toute forme de pronostic.

Kisner a répondu présent en battant Kjeldsen sur le score de 2 à 1.

Pour le japonais, vainqueur à Phoenix, le match contre l’autre perdant du premier jour, devrait être déjà un tournant dans ce tournoi.

Enfin, le match des vainqueurs pourrait donner le futur leader de la poule.

Groupe 13/16 : Garcia (13), Leishman (25), Moore (45), Westwood (59) 

Un groupe assez relevé avec au moins trois spécialistes du genre, Sergio Garcia, Lee Westwood et Marc Leishman.

Garcia a déjà écarté Westwood sur son premier match sur le score serré de 1 up.

En revanche, Moore et Leishman n’ont pas réussi à se départager, relevant les chances de Moore comme outsider de ce groupe.

Il aura fort à faire conte l’espagnol, souvent impitoyable dans cet exercice. En cas de nouvelle victoire de Sergio Garcia contre Moore, il deviendrait pratiquement irrattrapable.

Westwood n’a plus le droit à l’erreur et devra impérativement battre Leishman et espérer un faux pas de son vainqueur pour sortir. A lui de retourner la situation !

Groupe 14/16 : Z. Johnson (14), Lowry (24), Kaymer (44), Fraser (60) 

Zach Johnson est considéré comme l’un des favoris de ce tournoi. Son jeu est parfaitement adapté à ce parcours. Il l’a déjà démontré dans son premier match contre Marcus Fraser en le dominant 4 à 3.

Martin Kaymer a fini par l’emporter contre l’irlandais Shane Lowry dans un des matchs les plus difficiles de la première journée. Cette victoire devrait gonfler à bloc l’allemand pour son match déjà décisif contre Zach Johnson. En cas de succès, Kaymer pourrait alors créer la surprise dans ce groupe.

Lowry peut se relancer contre Fraser, mais dès le match suivant, il retrouvera un très gros morceau. Ses chances se sont amenuisés avec cette première défaite contre Kaymer.

Groupe 15/16 : Snedeker (15), Schwartzel (19), Lee (34), Hoffman (56) 

Snedeker et Schwartzel sont les grands favoris de ce groupe. D’ailleurs, ils ont tous deux remporté leurs premiers matchs respectifs.

Leur affrontement devrait décider de la première place du groupe.

Lee et Hoffman ne représentant pas en théorie de sérieux obstacles.

Groupe 16/16 : Oosthuizen (16), Sullivan (29), Wiesberger (35), Jones (61) 

Oosthuizen et Sullivan ont tous deux remporté leurs premiers matchs. Sullivan est la grosse côte du tournoi. Les américains ne le connaissent pas encore. Pourtant Sullivan a tout de la surprise potentielle.

En battant Wiesberger, l’anglais multiple vainqueur sur l’European tour en 2015 a déjà fait un premier bon pas vers la qualification.

Gare à Matt Jones, l’australien avait été le bourreau de Dubuisson l’an passé. Il sera sur le chemin de Sullivan pour son deuxième match.

Pour le vainqueur de l’Open de France, au jeu pas forcément taillé pour le parcours d’Austin, sa première défaite le met déjà dans une situation précaire avant d’affronter la tête de série du groupe, le sud-africain, Louis Oosthuizen.

Une finale Oosthuizen-Sullivan se profile pour décider de l’issue de cette poule.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1342
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.