Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

WGC-Cadillac Match-Play: Nouveau lieu, nouveau format, nouveau scénario

WGC-Cadillac Match-Play: Nouveau lieu, nouveau format, nouveau scénario

C’est l’événement de la semaine ! Les championnats du monde de match-play qui se déroulent du mercredi 29 avril au dimanche 3 mai vont proposer de nombreux changements par rapports aux saisons précédentes. Ce nouveau système sera-t-il favorable au vice-champion du monde français, Victor Dubuisson et au petit-nouveau, Alexander Levy ?

Sommaire de l'article consacré aux championnats du monde de match-play 2015

  1. WGC-Match Play 2015 : Tout change !
  2. Un nouveau système pour plus de spectacle
  3. Les groupes les plus relevés du premier tour
  4. Les français ont toutes leurs chances de passer le premier tour

WGC-Match Play 2015 : Tout change !

  • Exit, Dove Mountain et l’Arizona !
  • Exit Accenture !

Nous voilà à San Francisco sur le parcours d’Harding Park pour les championnats du monde de match-play sous appellation Cadillac !

Attention de ne pas confondre les WGC-Cadillac championship, épreuve des championnats du monde déjà disputé au Doral plus tôt dans la saison, avec ce nouveau WGC de match-play, compétition unique en son genre, et probablement l’épreuve la plus spectaculaire.

Alors que la majorité des tournois de golf sont disputés en strokeplay, à savoir tous les golfeurs se battent contre le même parcours, dans le cas du match-play, les golfeurs se battent entre eux, et accessoirement contre le parcours.

L’innovation de cette année consiste dans le fait que l’épreuve se déroulera dans un premier temps sous un format de poules de quatre joueurs, qui s’affronteront pour déterminer le premier, et seul joueur qui sortira de la poule pour poursuivre l’aventure.

Les 16 qualifiés se retrouveront ensuite pour disputer les huitièmes de finales en un seul match éliminatoire.

Chaque vainqueur avancera d’un tour jusqu’à la finale sachant que les perdants en demi pourront se retrouver pour un match de la troisième place.

L’édition 2015 est décidément placée sous le signe de l’innovation.

Le tirage au sort a pris la forme d’une loterie semblable au loto, sortant des boules avec le classement des joueurs engagés cette semaine.

Un débat agite cette compétition depuis longtemps et concernant le statut des favoris qui avec l’ancien système n’était pas particulièrement protégé, et pouvait tout à fait risquer d’être éliminé dès le premier tour, frustrant au passage les spectateurs, et les médias.

Un nouveau système pour plus de spectacle

Avec le nouveau système, les 16 meilleurs golfeurs mondiaux sont tous tête de chapeau, et ne peuvent donc  pas se retrouver dès les premiers matchs, et dans la même poule.

Pour autant, seront-ils mieux protégés ? 

Pas sûr à en juger par le groupe tiré au sort pour l’actuel numéro un mondial, Rory McIlroy qui selon la nouvelle formule a hérité d’un groupe « mortel » avec Billy Horschel, Brandt Snedeker et Jason Dufner.

Les trois américains sont certes dans des formes inégales, mais ils présentent tous un sacré pédigrée !

Mais un point faite toute la différence dans cette compétition, l’agressivité du joueur en match-play qui se transcende au-delà de son jeu habituel.

Prenez l’exemple Ian Poulter, véritable bête de scène lorsqu’arrive l’échéance de la Ryder Cup, qui elle-aussi se joue en format de match-play.

Le match-play, ce n’est vraiment pas le même golf !

Bien que cela ne ressemble pas à un match de boxe, cette formule présente tous les ingrédients d’un combat : intensité, retournement de situation, psychologie, intimidation, mesquinerie,…

Le palmarès n’est alors plus vraiment significatif. Au contraire, la moindre erreur, le moindre bogey peut vous coûter le match.

Toujours est-il que le nouveau système nous prémunit d’une élimination dès le premier match, et promet d’être plus intéressante. 

Le numéro un mondial aura trois matchs pour tenter de sortir de son groupe.

Les groupes des championnats du monde de match-play 2015

Les groupes les plus relevés du premier tour

Rory McIlroy n'a donc pas été épargné par le tirage au sort.

Même s’il n’a encore jamais gagné ce championnat du monde (il n’a que 25 ans), il a déjà atteint la finale en 2012, seulement battu par Hunter Mahan, un autre spécialiste de l’exercice sur le score de 2 à 1 (2up à un trou restant à jouer), ce qui en fait l'un des favoris de cette édition.

Pour autant, le nouveau système ne favorise pas tant que cela les favoris, car le système basé sur le classement mondial a simplement réparti les forces.

Certes, McIlroy ne risque pas de se retrouver avec les numéros 2, 3 et 4 dans son groupe, mais il est bien connu que le classement ne reflète pas toujours le niveau de forme du moment.

Le principe d’un classement annualisé consiste à lisser les performances sur douze mois. Or, en match-play, il faudra être le meilleur le jour J.

Et concernant le tirage au sort qui agite déjà beaucoup les médias américains, le groupe de la mort (expression reprise de la coupe du monde de football) pourrait justement être le groupe 13 comprenant Rickie Fowler, Graeme McDowell, Shane Lowry, et Harris English.

Les deux premiers nommés étant des supers champions du match-play.

McDowell a souvent bien figuré sur ce tournoi, tout en ayant déjà remporté l’équivalent européen de ce tournoi, le Volvo Match-Play Championship.

Quant à Rickie Fowler, il a atteint les demi-finales l’an passé, seulement battu par le futur vainqueur, l’australien Jason Day.

Pour terminer sur le tirage au sort, sachez que les 16 meilleurs au classement mondial héritent tous d’un groupe avec le statut de favori, alors que le deuxième du groupe a été tiré entre les golfeurs classés du 17ème au 32ème rang, puis le troisième entre le 33ème rang et le 48ième, et enfin le dernier qualifié a été tiré entre les rangs 49 et 64.

Le tirage au sort a été effectué ce lundi pour grouper les 64 meilleurs golfeurs de la planète au Official World Golf Ranking dont deux français,Victor Dubuisson, très attendu après son exploit de l’an passé, et le petit nouveau, Alexander Levy qui pourrait bien être la surprise de cette édition.

Les français ont toutes leurs chances de passer le premier tour

Concernant les français, Dubuisson, en position de numéro 2, a hérité du groupe numéro 8 emmené par Dustin Johnson, à priori un sacré client mais pas forcément une montagne infranchissable en match-play.

Tandis qu’Alexander Levy, en position de numéro 4, a hérité du groupe 16 emmené par le japonais Matsuyama, héros du dernier Masters, mais encore tendre à ce niveau de compétition (une victoire pour une défaite en WGC-Match play)

Des deux chances françaises, le groupe de Levy semble le plus abordable.

Confronté à Matsuyama, Kevin Na (que des défaites en WGC-Match play) et Joost Luiten, je me risquerai presqu’à penser que dans la formule du match-play, Alexander Levy est celui qui semble avoir le jeu et l’état d’esprit le mieux taillé pour gagner ce groupe.

A l’inverse, Victor Dubuisson qui s’est justement taillé une réputation de crack du match-play ne peut pas s’estimer favorisé par le tirage au sort.

Dubuisson, un crack du match-play

Mise à part l’inconnue Matt Jones qui découvre ce format et ce niveau de compétition, Dubush hérite de Dustin Johnson, et Charl Schwartzel.

DJ, surnom de Dustin Johnson, n’est pas forcément aussi fort en match-play qu’en strokeplay.

Néanmoins, il jouit d’une certaine expérience de la  formule pour avoir plusieurs fois représenté son pays en Ryder Cup (2010 et 2012).

Sa première expérience en 2010 n’avait pas été couronnée de succès avec trois défaites en quatre matchs.

Et concernant les championnats du monde de match-play, il s’est pratiquement toujours fait sortir au premier tour depuis sa première participation en 2009.

Le danger est donc plutôt à craindre du côté du sud-africain, Charl Schwartzel, ancien vainqueur d’un Masters qui compte dix victoires pour neuf défaites et un nul dans l’exercice du match-play.

Dubuisson compte un total de sept victoires pour quatre défaites et un nul, des statistiques qui plaident en sa faveur.

Surtout si on ajoute sa campagne de Ryder Cup 2014 plutôt réussi avec trois victoires pour une seule défaite.

Un groupe plus délicat que celui de Levy mais tout à fait à la portée du premier des mousquetaires français.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1586
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.