Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

WGC-Cadillac Championship : A la fin le plus fort, c’est Tiger Woods!

Tiger-Woods-remporte-WGC-Cadillac.png

En phase ascensionnelle depuis 18 mois, la capture de son 17ème championnat du monde de golf sur le très spectaculaire parcours du Blue Monster, et face au 65 meilleurs golfeurs de la planète le réhabilite dans la peau du tigre !

Jamais depuis son retour à la compétition, Tiger Woods n’avait donné autant de gages sur son jeu de golf, et sa motivation à redevenir le meilleur golfeur de la planète.

Cette 76ème victoire sur le circuit américain de la PGA est certainement la plus importante depuis deux ans, et a été acquise contre les meilleurs joueurs de golf de la planète, cela ne fait aucun doute.

Il a fallu un très grand golf pour que Tiger domine un champ de joueurs plutôt à son avantage au Doral.

De Mickelson à McDowell, en passant par Stricker et Adam Scott, sans oublier, le numéro un mondial, Rory McIlroy, Woods n’a pas battu des golfeurs au rabais ou en méforme.

Le niveau de jeu affiché pendant ces championnats du monde a tout bonnement été exceptionnel.

Après les deux premiers tours où il a rentré 17 birdies, Tiger Woods ne comptait pourtant que deux petits coups d’avances par rapport à Graeme McDowell, et trois par rapport à Mickelson !

Et après trois jours de golf exceptionnel (cartes de 66, 65 et 67), Woods confirmait qu’à la différence de l’an passé, il était bien capable d’enchainer.

Comme à Torrey Pines, en tout début de saison, c’est le putting du tigre qui a façonné sa victoire, et en plein débat sur les belly-putters, et la façon de gérer les points d’ancrages.

Woods qui est tout à fait opposé à toute forme d’aide au putting, a ainsi pu démontrer qu’il n’est point besoin de systèmes d’aides pour bien putter, et gagner sur le PGA TOUR.

Tim Finchem devrait méditer sur ce fait avant de risquer le circuit professionnel américain dans un stupide conflit avec les instances législatives du golf (USGA et R&A) ou même l’European Tour, qui ont tous une attitude responsable et pertinente sur cette question qui divise le monde du golf.

Personne ne comprendrait que l’on interdise les putters à trois points d’ancrages aux amateurs de golf pour les autoriser aux professionnels américains !

En attendant, Tiger Woods est bien au-dessus de la mêlée, et en route pour le Masters, et à cette heure, on ne voit pas bien qui pourrait à nouveau le gêner dans sa course vers un 15ème Majeur.

Sortie-bunker-woods.png

On se prend à rêver qu’après une trop longue période de doutes, le tigre reprenne sa marche en avant, et nous prouve que dans un sport aussi difficile que le golf, un homme peut être proche de toucher le graal.

Le récit du dernier tour au WGC Cadillac-Championship

Après trois tours quasi-parfaits, Tiger Woods arrive confiant au départ du trou numéro 1.

Tout au long de la journée, il exercera un contrôle parfait sur ses poursuivants, en n’autorisant personne à se rapprocher à moins de trois coups de sa position de leader.

Moins en réussite que lors des trois premières journées, il jouera suffisamment juste pour faire le job (carte de 71), et ne connaitra pas la même fin cahoteuse que lors de son dernier succès à Torrey Pines, hormis un bogey sans conséquences sur le dernier trou du jour.

Pour la première fois depuis 5 ans, Tiger Woods a déjà deux victoires avant de jouer le Masters.

Quel chemin parcouru en un an !

En 2012, Tiger Woods abandonnait après seulement 11 trous disputés lors du dernier tour de ce même WGC-Cadillac Championship pour cause d’une blessure au tendon d’Achille.

Cette nouvelle péripétie avait créé encore plus de doutes quant à la capacité de Woods à revenir un jour à son meilleur niveau.

Finalement, ce ne fut qu’une fausse alerte ! Depuis, le tigre a rugit cinq fois, ce qu’aucun autre golfeur n’a pu faire pendant le même laps de temps.

En cas de victoire à Bay Hill dans deux semaines, il pourrait reprendre sa couronne de numéro un mondial, et d’ailleurs, on voit mal comment les choses ne pourraient pas en être ainsi.

Derrière lui, on retrouve finalement une surprise avec l’ancien numéro cinq mondial, qui a un temps été considéré comme le meilleur américain sur le circuit. En tout cas, du temps où Woods était aux abonnés absents en même temps que Phil Mickelson !

Le golf peut être cruel et incroyable à la fois

En septembre dernier, Steve Stricker était le golfeur le plus malheureux au monde, après avoir largement contribué la défaite des USA en Ryder Cup.

En mars 2013, il termine second du WGC-Cadillac Championship avec seulement deux coups de retards sur le stratosphérique Tiger Woods.

Quel revirement de situation pour un golfeur qui tellement marqué par son échec en Ryder Cup qu’il avait décidé de se mettre en pré-retraite !

En décidant de limiter ses participations en tournoi, il semblerait que Stricker se soit ressourcé et retrouvé le plaisir de jouer au golf.

Stricker en est donc à deux 2ème place en trois tournois disputés…Sacré rendement pour un semi-retraité du PGA Tour !

Ce dernier se hisse sur la 2ème marche du podium à la faveur d’une journée jouée en 68, reprenant seulement trois coups au vainqueur.

Stricker-2.png

On pourrait ajouter que Stricker, ami de Woods, a joué un rôle très important dans la victoire de son compère de Ryder Cup.

Quelques heures avant le début du tournoi, les deux hommes ont passé de très longues minutes sur le Putting Green du Blue Monster.

Stricker a sans doute apporté de très précieux conseils au tigre, qu’il a d’ailleurs parfaitement mis en application en signant pas moins de 27 birdies en quatre jours.

Au moment de recevoir le trophée du vainqueur, Tiger n’a pas manqué de remercier Steve Stricker.

Des nouvelles du numéro un mondial, Rory McIlroy !

Il avait quitté le Honda Classic par la petite porte, et un abandon. Il termine 8ème du WGC-Cadillac Championship et contre toute attente.

Les observateurs avaient tendance à l’enterrer un peu vite, et à jeter le doute sur les choix du « gamin » en termes de clubs de golf.

McIlroy a montré qu’il avait de la ressource en signant la deuxième plus belle carte du dernier tour en 65, retrouvant son meilleur niveau de golf.

Rory est en phase de digestion, et on peut imaginer à la lumière de ce tour joué en 65, qu’il redevienne rapidement dans les semaines à venir un prétendant à la victoire.

Ce n’est pas n’importe quel golfeur qui peut jouer à un tel niveau, juste après avoir connu les pires écueils sur le parcours.

Il termine son week-end sur une note encourageante, et peut-être tourné une page qu’il voudra vite oublier.

Rétrospectivement, tout avait bien commencé pour lui sur ce dernier tour, lorsqu’il frappa dès le trou numéro 1, le plus beau coup de golf de la journée avec un fer-7 qui le plaça à quelques mètres du trou pour un eagle.

En jouant seulement 32 coups sur les 9 trous du retour, même McIlroy sembla surpris par son niveau du jour !

Au final, le jeune nord-irlandais concéda qu’il devait être moins intransigeant et plus patient, car même quand il a l’impression de mal jouer, il est capable de faire un « truc ».

Pour lui, c’est en fait une invitation à redoubler d’efforts, et cela devrait porter ses fruits assez rapidement.

Les autres prétendants ont très bien joué mais rien pu faire contre le Tigre !

L’Irlande du Nord portait ses espoirs sur un autre golfeur au départ de cette dernière journée !

Graeme McDowell a longtemps semblé être le seul à être capable de tenir le rythme de Woods, et au début du dernier tour, il signa un birdie d’entrée pour se retrouver à trois coups de Woods.

G-MAC.png

Pour autant, il ne pourra finalement jamais se rapprocher davantage…

Seul 3ème au départ du 18, G-MaC manqua son approche pour trouver le plan d’eau près du green.

Ce coup manqué lui coutera un double-bogey et de partager sa 3ème marche du podium.

Coût de l’opération : il perd 172,000 dollars au profit de Phil Mickelson, Sergio Garcia et Adam Scott, ce dernier étant l’auteur de la meilleure carte du jour en 64 agrémentée de huit birdies.

Mickelson que l’on retrouve à son véritable niveau de jeu aurait même pu faire un peu mieux, s’il n’avait raté autant de petits putts, notamment sur les trous numéro neuf et onze, qui l’ont privé d’une chance réelle de se rapprocher de Woods.

Un palmarès de premier choix pour ce championnat du monde qui récompense les tous meilleurs joueurs de ces dix dernières années.

Woods imbattable quand il part en tête le matin du dernier tour !

Cette victoire est donc la 40ème quand le tigre part en tête. Dans cette configuration, il n’a laissé filer la victoire finale qu’à deux reprises.

Impressionné, McDowell a déclaré à son sujet qu’il avait joué un jeu de golf exceptionnel pendant cette semaine, et qu’il était bien difficile de le rattraper à un tel niveau.

TW-2013.png

19 coups sous le par avec un score total de 269, Tiger Woods a empoché la coquette somme de 1,5 millions de dollars.

Woods n’a jamais semblé aussi prêt de redevenir le golfeur imbattable qu’il a longtemps été jusqu’en 2008.

Il se trouve désormais à six longueurs du record de victoires de Sam Snead pour encore un peu plus se rapprocher des étoiles du golf…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2403
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.