Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

WGC-Bridgestone Invitational: Match au sommet entre McIlroy et Thomas

WGC-Bridgestone Invitational: Match final au sommet entre McIlroy et Thomas - Crédit photo : Shelley Lipton/Icon Sportswire

Les fans de golf vont pouvoir se régaler avec un final mettant aux prises le leader Justin Thomas, et son principal challenger Rory McIlroy. Les deux golfeurs se connaissent bien, et ont régulièrement l’occasion de jouer ensemble des parties d’entraînements en Floride. Souvent l’occasion d’un concours de distance au drive, ce qui ne manque pas de les amuser… Sur le parcours du Firestone Country Club, où tout peut encore arriver, cette dernière partie risque bien d’enflammer la fin du tournoi, à une semaine de les retrouver dans la partie de Tiger Woods, pour le dernier majeur de la saison, le PGA Championship.

 

Découvrez nos formules d'abonnements

Un final haletant entre McIlroy et Thomas au WGC-Bridgestone Invitational 2018

Il y a des dernières parties dans un tournoi de golf qui promettent beaucoup.

Le match McIlroy-Reed en dernière partie à Augusta en avril dernier devait nous réserver un duel intense, et une véritable opposition de style. Ce ne fut finalement pas le cas.

McIlroy ne trouva pas l’inspiration nécessaire pour mettre plus de pression sur le futur vainqueur. Mentalement, il sembla absent.

Quatre mois plus tard, McIlroy aura à nouveau une occasion de victoire dans un grand tournoi, le championnat du monde Bridgestone.

Tout comme à Augusta, il partira dans le rôle du challenger avec un sérieux handicap à remonter.

Cette fois, contre lui, il aura un autre américain, un temps numéro un mondial cette année, et probablement destiné à le redevenir dans un avenir proche : Justin Thomas.

Trois coups séparent les deux principaux animateurs du tournoi disputé à Akron dans l’Ohio.

Justin Thomas a réalisé trois belles journées pour occuper la tête.

Justin Thomas a réalisé trois belles journées pour occuper la tête.

A la différence de Poulter ou Fleetwood, Thomas a réussi à se montrer très consistant pendant trois tours, et pas seulement hyper performant sur un ou deux tours.

Sa constance lui permet d’être seul en tête avec un score relativement bas pour un tournoi disputé sur le parcours du Firestone, généralement plus sec, et plus délicat à manœuvrer.

Le moving day a été particulièrement crucial pour l’américain.

Alors que Poulter, auteur d’une carte incroyable de 62 sur le premier tour, leader ex-aequo après 36 trous en compagnie de Fleetwood et Thomas, a calé avec un 70 samedi, Thomas a justement su continuer sur le même rythme.

Trois cartes de 65,64 et 67 lui permettent d’avoir une petite marge d’avance avant le dernier tour.

Poulter n’a pas été le seul à caler samedi.

Fleetwood a connu une journée sans avec un 74 qui a annulé tout le bénéfice de son 63 rendu vendredi. Il plonge à la neuvième place avec 7 coups de retard sur le leader.

Tiger Woods a connu pareille mésaventure avec un 73 qui l’a fait dégringoler de 18 places au classement, alors que la veille, il paraissait déterminer à faire un gros score pour se mettre en position de gagner.

Comme depuis plusieurs tournois, Woods démontre le potentiel, mais il lui manque un petit quelque-chose pour durer quatre tours.

Dimanche soir, en réalité, ils seront principalement quatre à pouvoir raisonnablement espérer une victoire : Thomas en -14, McIlroy en -11 avec Poulter, et Jason Day en -10.

Les dernières parties promettent d’être spectaculaires.

Le golf a besoin d’affrontements intenses pour créer de l’intérêt. Le final à Akron va justement nous en offrir.

Justin Thomas directement opposé à Rory McIlroy, cela devrait être vraiment intéressant de voir comment les deux anciens numéros 1 mondiaux vont pouvoir se mettre la pression, à commencer au drive.

McIlroy présente un swing assez bon pour lui permettre de gagner les gros tournois.

En conférence de presse, les journalistes américains n’ont pas manqué de demander à Rory, si quand ils se trouvent ensemble en partie d’entraînement, Justin n’essaie pas de le surpasser, driver en mains.

McIlroy a répondu avec un large sourire : « Il essaie ! »

Poursuivant « Nous nous connaissons très bien et nous avons régulièrement l’occasion de nous entraîner en Floride ensemble. Nous l’avons d’ailleurs fait la semaine dernière, ce qui visiblement a bien payé puisque nous sommes tous les deux en tête ici.

Interrogé sur le fait qu’ils vont se livrer une sorte de match pour 10 millions de dollars en référence au projet de match mis sur pieds pour la fin d’année entre Woods et Mickelson, Thomas a bien rigolé et répondu « Je pense que si nous devions disputer un match pour 10 millions de dollars, nous ferions aussi bien fait de nous serrer la main, et de partager le chèque en deux. Ce serait la décision la plus intelligente pour nous deux. »

Si après trois tours, Thomas a retrouvé le sourire, avant de démarrer ce tournoi, l’américain se montrait assez contrarié par ses résultats récents avec un seul top-10 en quatre mois.

Sa saison est loin d’être décevante. Il compte déjà deux victoires, et une seconde place au classement de la Fedex Cup.

Il a réussi son staff pour poser tous les sujets sur la table, y compris le concernant, à savoir s’entraînait-il assez, et dans les bons domaines ?

Concernant sa relation avec son cadet, il a indiqué qu’il se fiait beaucoup à lui, et que le récent cut manqué à Carnoustie avait été un apprentissage difficile.

En sortant du 18, Thomas s’est retourné vers son cadet, et lui a dit qu’il avait fait du bon travail.

Cette phase de remise en question a visiblement servi d’électrochoc.

De son côté, McIlroy présente un swing assez bon pour lui permettre de gagner les gros tournois. Il l’a prouvé à Bay Hill. De son propre aveu, il n’est pas encore aussi « aérien » que lors de l’exercice 2014 où il avait gagné deux majeurs.

McIlroy a travaillé toute l’année pour revenir à son meilleur swing.

Depuis 2015, Rory analyse le fait que petit à petit ses mains se sont éloignées du corps, et il a eu tendance à aplatir son plan de swing. « J’essaie au contraire de redresser mon plan de swing pour pouvoir conjointement mieux utiliser le bas de mon corps. »

Sur 3 jours, McIlroy s’est baladé entre 61 et 72% de greens en régulation.

Samedi, il a signé une carte de 67 sans bogey. De toute la semaine, il n’en a concédé que deux contre cinq pour Justin Thomas. Lors du dernier tour, ce sera peut-être un élément déterminant.

Au départ du 1, Thomas aura au moins l’avantage de ses trois coups d’avances. Ce sera donc à Rory de le pousser à la faute…

En dehors des considérations techniques, c’est peut-être tout simplement l’aspect mental qui fera la différence.

Au départ du 1, Thomas aura au moins l’avantage de ses trois coups d’avances. Ce sera donc à Rory de le pousser à la faute…

Crédit photo : Shelley Lipton/Icon Sportswire 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 94
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.