Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

WGC-Accenture Match-play 2014 : Quatre golfeurs pour un trône !

Le carré magique à Dove Mountain

Et à la fin, Ils n’en restent plus que quatre ! Jeune, anciens, stars reconnues, et nouveaux phénomènes, les quatre demi-finalistes du WGC-Accenture Match-Play Championship à Dove Mountain sont bien différents, pourtant un dénominateur commun les unit. 

Depuis 1999, le dernier carré n’avait pas été aussi inattendu, et si différent en termes de profils.

Jason Day, Rickie Fowler, Ernie Els, et Victor Dubuisson ont complètement déjoué les pronostics pour vivre ce dimanche, une journée qui pourrait bien marquer à jamais leurs carrières respectives. 

Pour la première fois de sa carrière en match-play, Ernie Els a fait de cette semaine Marana, une semaine Easy ! La légende sud-africaine aux quatre majeurs est le joueur le plus titré au départ des demi.

Avant son match contre Jordan Spieth au tour précédent, Ernie Els n’avait pas réellement très bien joué mais cela avait suffi pour passer. 

En +5  sur ces trois premiers matchs, il ne semblait pas infranchissable pour son jeune rival américain. 

Mais samedi, il a commencé par deux birdies sur les trois premiers trous pour se placer rapidement en tête de son match pour ne jamais plus la laisser, et finir 4 à 2, son match le plus abouti de la semaine. 

A l’image d’un moteur diesel, Ernie Els monte donc tranquillement en température, se réservant sans doute pour le final. 

« Par le passé, je n’ai jamais réellement joué à mon meilleur niveau ici. » déclarait goguenard un Big Easy tout heureux de revenir en demi-finale depuis son passage en 2001. « Mais c’est le principe du match-play. J’en ai juste fait assez pour arriver jusque là. » 

Au prochain tour, le sud-africain retrouvera Victor Dubuisson qui a fait les poches de McDowell, pourtant habitué à retourner des situations improbables, et probablement, le golfeur le plus doué en match-play des derniers quarts de finalistes engagés à Marana. 

G-Mac n’avait jusqu’à présent pas eu besoin de mener un match de toute la semaine pour finalement s’en sortir in-extremis dans les derniers trous de tous ses matchs. 

Invité surprise du tournoi, Dubuisson n’en finit plus d’étonner, et de détonner sur le PGA Tour depuis sa victoire en Turquie !

Dubuisson exceptionnel contre G-MAC

140ème mondial, un an plus tôt, Dubuisson est en passe de jouer la victoire dans l’un des plus gros tournois de la planète golf : un championnat du monde !

Bien connu en France, il n’en demeure pas moins que les américains ne font que le découvrir.

Comme à leur accoutumée quand un golfeur n’est pas en provenance des US, leurs galleries d’images et d’anecdotes sont un peu vides, et ils commencent seulement à peine à s’intéresser au phénomène.

Pour autant, ils ne doutent déjà plus qu’il ait le profil d’une star en devenir.

Son pédigré commence à parler pour lui. Sa victoire en Turquie acquise contre Tiger Woods et Henrik Stenson a fait de lui un joueur de l’équipe de Ryder Cup européenne, et les américains s’apprêtent donc à le retrouver régulièrement sur leurs chemins.

Et pour ne pas les rassurer, Dubush a commenté son parcours ainsi  “La Turquie m’a donné la confiance nécessaire pour gagner, mais vous en voulez toujours plus. Dans un tel tournoi, il y a une pointe de stress en plus car vous en voulez toujours plus. »

Et Dubuisson ne semble pas rassasié, et le fait de rencontrer Ernie Els ne semble pas insurmontable quand on a déjà battu Bubba Watson et Graeme McDowell, le tout avec brio et créativité !

Toujours aux yeux des médias américains, la demi-finale qui leurs paraît la plus intéressante concerne Jason Day et Rickie Fowler, le dernier américain encore en lice !

Eux qui ont eu la chance de remporter l’épreuve 2012 et 2013 avec Hunter Mahan et Matt Kuchar, dont d’ailleurs une dernière finale 100% US, pourrait bien en être pour leurs frais, en cas de victoire de l’australien, champion du monde à Melbourne en décembre dernier, Jason Day qui incarne avec Fowler, la génération décomplexée du golf mondial.

Une génération qui a collé des posters de Tiger Woods dans sa chambre, mais qui une fois engagée sur le PGA Tour ne s’est pas montrée impressionnée, et bien au contraire, a déjà beaucoup gagné.

Pour Rickie Fowler, vainqueur de Jim Furyk 2 up, c’est justement cette performance qui l’avait conduit à faire appel Butch Harmon l’an passé. Il ne voulait plus être seulement connu pour sa longue chevelure.

D’ailleurs, il a coupé ses cheveux, et commencé à travailler son swing avec le célèbre coach depuis novembre dernier. « J’ai vraiment beaucoup plus travaillé depuis plusieurs mois. C’est facile d’écouter un pro qui a emmené deux joueurs au rang de numéro un mondial par le passé.»

Fowler a coupé court !

Face à lui, Jason Day n’a pas non plus chômé pendant l’intersaison avec un focus particulier sur son putting, ce qui lui a permis de connaitre une semaine exceptionnelle à Dove Mountain.

« Il n’a jamais autant travaillé ! » tels sont les propos à son égard de son caddie et coach de swing, Colin Swatton.

« La meilleure chose qui lui est arrivé est justement cette victoire à la World Cup en novembre. Il en était arrivé au point où il commençait à se demander, mais quand vais-je enfin regagner ? C’est donc une bonne chose que cela se soit produit. »

Finalement des quatre derniers qualifiés, Jason Day est le moins surprenant. Demi-finaliste en 2013, seulement battu par le futur vainqueur Matt Kuchar, et vainqueur du pourtant très doué Ian Poulter dans la petite finale, il n’a pas tremblé contre Louis Oosthuizen pour le battre 2 à 1 en quart cette année.

Si dans la première demi-finale, entre Els et Dubuisson, le scénario est difficile à prédire, dans le deuxième match, les pronostics même souvent déjoués en match-play sont plus favorables à l’australien, alors que Fowler n’a jamais atteint un tel niveau auparavant. 

Cependant, Rickie Fowler, est celui qui a eu le parcours le plus difficile pour arriver à ce stade de la compétition à commencer par Ian Poulter, mais aussi Jimmy Walker, le meilleur joueur de 2014, et enfin Sergio Garcia, un autre héros de Ryder Cup.

Au final, quelque soit le scénario de ce dimanche, un facteur unit nos quatre derniers prétendants au titre de champion du monde de match-play 2014 : la résistance !

Car c’est justement la principale qualité nécessaire quand on veut remporter un tel tournoi…et de ce point de vue, le français Victor Dubuisson ne semble pas le moins armé, bien au contraire !

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1900
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.