Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Volvo China Open 2015 Made in France !

Volvo China Open 2015 Made in France !

Déjà l’an passé, Alexander Levy avait raflé la mise avec brio sur le parcours de Shanghai pour remporter l’un des plus gros trophées mis en jeu sur l’European Tour, et cette année pourrait bien être synonyme de deuxième victoire pour un golfeur tricolore.

Sommaire de l'article consacré au Volvo China Open (2ème et 3ème tour en cours)

  1. Le second tour sous patronage français
  2. Levy favori à sa propre succession
  3. Le contingent français organise sa domination à Shanghai
  4. Les rivaux des français à la peine

Le second tour sous patronage français

Aux vues du classement du second tour, les médias chinois pouvaient allègrement titrer « la légion étrangère française au top sur le Tomson Shanghai Pudong Golf Club »

Julien Quesne avait admis avoir joué le « golf de sa vie » pour prendre les commandes du tournoi après une journée en 67, qui suivait un premier tour solide en 69 pour un total de huit coups sous le par.

Au sortir de sa partie, le français ne semblait pas trouver d’autres mots pour décrire le plaisir qu’il avait eu à jouer un tel golf, confirmant au passage son retour progressif à son meilleur niveau, processus déjà largement entamé avant le début de ce Volvo China Open.

Le deuxième tour joué avec moins de vent combiné à des choix de clubs judicieux, et une concentration parfaite, lui ont donc permis de se hisser au sommet du leaderboard, bien imité par d’autres membres du clan français, à commencer par le tenant du titre, Alexander Levy.

Le golfeur du sud de la France s’est mis en lumière par un magnifique jeu de golf tout au long de la journée, seulement gâché par un vilain double-bogey sur le 16, et un autre drop au 17, qui finalement lui auront coûté de prendre la tête dès le second tour.

Heureusement, un beau birdie au 18 lui a permis de finir à moins sept total, et rester dans le coup pour la gagne.

En cas de victoire dimanche, le joueur de Bandol, fan de l’OM, pourrait rentrer dans l’histoire du tournoi, puisque personne n’est encore parvenu à remporter ce titre deux années de suite en douze éditions !

Pour la France, après la victoire de Gary Stal en début de saison, cela pourrait être la deuxième victoire de l’année sur l’European Tour !

Levy favori à sa propre succession

Particulièrement à l’aise en Chine, et sur ce parcours de Shanghai, Levy est coutumier du fait d’enchaîner des séries de birdies.

Vendredi, il a enquillé trois birdies du onze au treize !

Alex Levy, roi du putting à Shanghai

Toujours très relax et souriant, Levy partageait son allégresse aux micros des médias de l’European Tour « Je me suis vraiment fait plaisir, et j’espère que cela va continuer. Je ne veux pas penser à mon jeu, et juste rester naturel. Me concentrer que sur les fairways et les greens, un point, c’est tout ! Si je peux rentrer des bons putts, peut-être que je pourrais avoir une bonne chance de gagner. En tout cas, je l’espère ! »

Et d’ailleurs, dès ce matin (décalage horaire de six heures entre Paris et Shanghai), Levy a continué sur sa bonne lancé pour prendre à son tour les commandes du tournoi, en moins trois après sept trous, creusant un écart de deux coups avec Julien Quesne, pour l’instant dans le par, et le surprenant chinois, Hao Tong Li, à la deuxième place.

Levy a profité du premier tiers de son troisième tour pour se porter à l’attaque, signant quatre birdies d’affilés sur les quatre premiers trous.

Un bogey au cinq mettant fin à son magnifique run !

Le contingent français organise sa domination à Shanghai

La légion étrangère française ne se borne pas seulement Levy et Quesne, les principaux animateurs du tournoi, mais aussi à Romain Wattel, Raphael Jacquelin, Gregory Bourdy, Gregory Havret et Jérôme Lando-Casanova, tous dans le coup à Shanghai pour un total exceptionnel de sept français dans le top-40 du tournoi !

Derrière, Edouard Espana en plus sept total, a juste pu passer le cut, et ferme la marche du team France.

Les français sont donc aux avant-postes pour truster l’intérêt des médias chinois, loin devant les britanniques, une fois n’est pas coutume.

Interrogé sur le fait que quatre tricolores figuraient dans le top-10 au soir du deuxième tour, Julien Quesne admettait « Je pense que c’est simplement le fait que maintenant, nous avons de très bons golfeurs en France. C’est donc logique de retrouver autant de bons joueurs français aussi près du sommet du leaderboard, et j’espère que l’on va continuer comme ça tout au long du week-end. »

Si Levy et Quesne se sont distingués, Wattel à mi-parcours sur son troisième tour est en douzième position au moment où nous écrivons ces lignes.

Seulement dans le PAR pour l’instant, il recule de huit places mais reste à seulement cinq coups de la tête du tournoi. Ses chances restent vivaces pour la suite.

En revanche, pour Jérôme Lando-Casanova, le golfeur de la Côte d’Azur, représentant de notre consultant voyages-golf « Parcours & Voyages », les choses se sont compliquées sur le troisième tour avec un score de plus cinq au moment d’attaquer le retour, ce qui annule son magnifique deuxième tour joué en 68, une des meilleures cartes du second tour avec Matteo Manassero et Kiradech Aphibarnrat, le vainqueur de la semaine passée sur l’European Tour.

Matteo Manassero, le brillant espoir italien

Les rivaux des français à la peine

Contre l’Armada française, ils sont finalement assez peu à pouvoir contrer.

L’américain Peter Uihlein a bien rentré un eagle sur le 18 pour finir sa partie en 67, et se porter à seulement un coup de la tête, vendredi soir.

Mais dès ce matin, l’américain a reculé au classement avec deux bogeys sur les trous sept et huit, pour finalement accumuler quatre coups de retard sur Levy.

Le danger pourrait venir de l’expérimenté David Howell. L’anglais pointe en moins huit après douze trous sur le troisième tour, alors que Magnus Larsson qui a déjà terminé son troisième tour avec la meilleure carte du jour (65) a remonté 35 places pour lui aussi se situer en embuscade à quatre coups de la tête.

Enfin, le belge Thomas Pieters semble aussi en mesure de se rapprocher des leaders après deux tours sans fausses notes, et un bon départ sur le troisième tour (-3 après 14 trous).

Ce qui ne sera malheureusement pas le cas de Nicolas Colsaerts, le bombardier belge, déjà vainqueur sur ce tournoi, qui n’a pas réussi à passer le cut, et ne trouve toujours pas la solution pour revenir à son meilleur niveau.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1753
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.