Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Victor Dubuisson: Comprendre les clés de succès de son jeu de golf

Victor Dubuisson en plein boom ! Un succès qui ne doit rien au hasard

Troisième journée du DP World Tour Championship, dernier tournoi de la saison de golf européen, Victor Dubuisson sort le grand jeu pour scorer 64, (-8), le meilleur score du jour. Le golf français se prend à rêver à un deuxième succès consécutif pour le golfeur cannois.

On pourrait le croire fatigué. On le retrouve galvanisé, et à l’attaque sur les 18 trous du Jumeirah Golf Estates, parcours qui conclue la Race To Dubai 2013, dont il occupe la neuvième place, où une belle performance lui permettrait de viser encore plus haut.

Après seulement trois saisons sur l’European Tour, Dubuisson vient tout juste de changer de statut après sa première victoire sur un grand tournoi, le Turkish Airlines Open.

Si sa prestation à Antalya a pu surprendre le monde du golf, ce week-end, et même si le tournoi n’est pas encore terminé, il a indéniablement confirmé qu’il était bel et bien devenu un top-player en Europe.

A seulement un coup d’Henrik Stenson, grandissime favori pour l’ordre du mérite européen, et déjà à -16 sur 54 trous, nous avons voulu comprendre dans quel secteur de jeu, le français se distingue, et surtout comment son jeu a évolué depuis trois ans, lui qui découvrira en avril prochain, le Masters d’Augusta.

Statistiques concernant le jeu de golf de Victor Dubuisson sur le circuit professionnel

Statistiques de Victor Dubuisson sur le tour européen 

A la lecture des statistiques enregistrées par le français sur l’European Tour, on pourrait penser que la progression de Victor Dubuisson est certes régulière mais pas spectaculaire, comme en témoigne la moyenne de coups du cannois sur trois ans.

Avec 70,29 coups de moyenne sur 59 tours joués en 2013, Dubuisson se classe en fait douzième, ce qui permet de constater que sa neuvième place à la Race To Dubai, est en fait complètement logique.

En réalité, entre 70,91 en 2011 et 70,29 en 2013, cela représente 35 places de gagner au sommet de l’élite du golf européen !

Déjà cet été, ses bonnes prestations laissaient penser que sa première victoire était pour bientôt.

Parfois critiqué pour son mode d’entrainement particulier, Dubuisson a concédé avoir tenté de changer de mode de fonctionnement en début de saison, sans succès, il est revenu à ses premiers amours : s’entraîner tout en jouant sur le parcours.

VD préfère clairement jouer dix-huit à trente-six trous par jour plutôt que de passer trois heures au practice à enchaîner les frappes.

Et son mode de fonctionnement mérite d’inspirer les amateurs pour au moins deux raisons :

  • D’abord, on sent qu’il prend plaisir à « jouer au golf ». or, pour s’entraîner longtemps, il faut savoir varier son entrainement, et surtout y prendre du plaisir.
  • Ensuite, Dubuisson admet qu’après avoir frappé des dizaines de balles au practice, il ne sait pas forcément évaluer le travail à effectuer pour progresser, alors qu’en se fixant des objectifs plus concrets sur le parcours, il avance plus vite.

Etonnant que son approche soit jugée à contre-courant ! Au contraire, c’est plein de bon sens.

Essayez d’enchaîner deux heures de practice pendant cinq jours d’affilés, et faites le point pour savoir si vous avez sincèrement envie de jouer au golf, le sixième jour ?

Au contraire, le golf est un jeu !

Et rien de tel que de jouer dans des situations d’entraînements les plus proches possibles des situations de tournois pour se préparer parfaitement.

De tous les entraînements que l’on peut pratiquer dans un sport, le « match » est toujours le plus simple, mais surtout le meilleur, et en fait le plus logique !

Par contre, là où Dubuisson se distingue d’un amateur, c’est dans sa capacité à enchaîner dix-huit à trente-six trous plusieurs jours d’affilés, ce qui demande une très grande passion et condition physique.

Quoi qu’on en pense, son mode de fonctionnement commence à payer.

Victor Dubuisson à l'entraînement !

Si d’une année à l’autre, il arrive à faire baisser sa moyenne de coups par tour avec régularité, ce que le tableau ci-dessus ne dit pas, c’est qu’en moyenne un golfeur professionnel joue 71,55, et donc comparativement VD gagne en moyenne 1,3 coups par partie, alors que l’écart avec les tous meilleurs est très faible (moins de 0,4 coups).

Leader de cette catégorie statistique, le sud-africain Charl Scwhartzel est seulement en 69,63 par trous de moyenne, alors que Stenson (70) ou Justin Rose (70,12), les stars du golf mondial ne paraissent plus inaccessibles pour Dubuisson.

Toujours à la lecture des statistiques de Victor Dubuisson, on constate très rapidement que son jeu est très complet.

21ème pour la distance au drive avec 298 yards en moyenne, il est 10 yards plus longs en moyenne que l’ensemble du panel des golfeurs du circuit européen.

Revers de la médaille, il ne prend que 8 fairway par tour en moyenne en régulation.

Cependant, par rapport à un autre long frappeur qui est sur le point d’être sacré meilleur joueur du tour, cela ne représente qu’un fairway de moins. (Stenson prend 9 fairways en régulation par tour, alors qu’en moyenne l’ensemble des golfeurs du circuit prennent 8,5 fairways en régulation).

Quel compartiment de jeu a permis au Cannois de crever l’écran en 2013 ?

Assurément le petit jeu, sanctionné par son nombre de putts par tours en très nette baisse cette saison.

La moyenne des putts par tour sur le circuit est de 29,8.

Les meilleurs se situent autour de 28 putts, et Dubuisson a considérablement réduit l’écart sur ces trois dernières années, passant de 30,4 à 29,9.

Cet écart peut paraître insignifiant, mais en réalité, cela représente 50 places de gagner sur les 200 joueurs qui composent l’élite du golf européen.

A titre de comparaison, 116ème de cette catégorie, Dubuisson est devant Stenson 140ème avec 30 putts de moyenne !

Et pour arriver à un tel résultat sur les greens, Dubuisson qui drive loin a aussi démontré en 2013 qu’il était l’un des meilleurs européens pour la prise de greens en régulation !

Douzième de cette catégorie, VD prend 13,2 greens en régulation par tour en moyenne, soit un de plus que la moyenne des joueurs du circuit.

En pourcentage, c’est plus parlant car le tricolore prend 73% de greens en régulation, contre 68% pour le reste du champ de joueurs.

En somme, le jeu du tee au green du français est très solide, et sans doute le résultat de son entrainement spécifique, à savoir jouer sur le parcours plus que d’enchaîner les frappes au practice.

Ce samedi, cela s’est matérialisé par le fait de réaliser onze birdies sur dix-huit trous.

Mis en confiance par sa victoire en Turquie, Dubuisson ne s’est pas censuré, et au contraire, a adopté une stratégie offensive pour aller chercher les drapeaux.

Sur un nuage, cette tactique ajoutée au relâchement lié à sa première victoire, le week-end passé, a payé à merveille, reprenant trois coups de retards au leader suédois, ce qui peut créer les conditions d’un formidable finish à suspense entre les deux hommes qui s’affronteront directement ce dimanche.

Avec seulement un coup de retard sur Stenson, Dubuisson peut tout à fait créer la sensation demain.

Long drive, jeux de fers précis, putting solide, telles sont les clés qui expliquent les performances plus si surprenantes d’un golfeur promis à un bel avenir.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2307
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.